cp

  • 1

L’élevage ovin dans le Cantal est en fort déclin depuis quelques décennies (976 troupeaux pour environ 33 000 têtes en 2011). Concentré à l’est du département, il est essentiellement orienté vers la production de viande, quasiment pas vers la laine.

Mouton

Le regain de la laine ?

Le renouveau de la laine pourrait venir de la prise de conscience actuelle grâce à l’engouement autour du développement durable et à la prise de conscience de la nécessité de conserver nos savoir-faire ancestraux (le lainage le plus ancien retrouvé par les archéologues remonte à – 1500 av. J.-C.).
La laine brute est peu vendue, les artisans la récupèrent souvent gratuitement pour débarrasser les éleveurs. Cela peut paraître paradoxal quand on connait le prix élevé de la laine naturelle ; à cela il y a plusieurs explications qui tiennent, en particulier, aux nombreuses opérations nécessaires à sa fabrication.

mouton tonte

Dans le Cantal, longtemps la transformation de la laine fut l’apanage des femmes :

« Le travail de la laine est ... du ressort des femmes. Après la tonte des moutons la laine est lavée, séchée, cardée, puis elle est filée au fuseau ou au rouet. La fileuse garnit la quenouille, tire le fil et l'enroule sur le fuseau. Pour obtenir la laine à tricoter il faut réunir les fils de plusieurs fuseaux »

De nos jours, ceux qui transforment la laine sont peu nombreux mais il s’agit d’une production de qualité - la laine est réputée pour sa solidité et son pouvoir thermique - entièrement manuelle.

Tous nos remerciements vont à Dominique Tillon (Monde Naturel) qui travaille artisanalement la laine, de la teinture à la confection à Champagnac (15350) et qui nous a fourni gracieusement les photos ci-après. Vous pouvez la retrouver dans sa boutique en ligne et sur sa page Facebook.

Le petit secret de Monde Naturel : savez-vous que ce n'est pas à cause de l'eau trop chaude que la laine feutre mais à cause du choc thermique (lavage eau chaude/rinçage eau froide), raison pour laquelle il est recommandé de laver ses vêtements en laine à la main et à l'eau tiède.

La transformation :

L’artisan transforme la laine brute issue de la toison des moutons en des fils de laine qui seront teints, il est à la fois laveur, cardeur, fileur, teinturier, voire tisserand. Trois opérations principales plus ou moins longues sont nécessaires pour obtenir de la laine :

rouet laineFilage de la laine au rouet

  • la préparation de la laine brute, à savoir le tri, le lavage, le dégraissage, le tapage, le rouissage, le bouillonnement, le rinçage, l’égouttage, le séchage au soleil, le cardage et le blanchissement,
  • le filage qui consiste à étirer, tordre, laminer et bobiner la laine,
  • la teinture.

La teinture :

Elle s’effectue au-dessus d’un brasero ou d’un fourneau dans des cuves, des chaudrons ou des bassines. Les colorants se scindent en deux catégories, les naturels et les synthétiques auxquels il faut ajouter le mordant dont le rôle est de fixer la teinture.

bain de vinaigrebain de vinaigre pour ouvrir les écailles de la laine

Quelques colorants naturels :

  • noir (indigo + henné, bois de brésil, antimoine),
  • marron (brou de noix, écorce de chêne, bois de cèdre, acacia),
  • rouge (racine de garance, kermès, cochenille),
  • orange (henné, racine de garance),
  • jaune (safran, réséda, feuilles de vigne, écorce de grenade, rhubarbe),
  • beige (brou de noix, écorce de grenade, son de blé),
  • vert (mélange indigo + feuille de vigne, pelure de grenade, menthe sauvage, bleu + jaune),
  • mauve (bois de brésil),
  • bleu (feuilles d'indigotier et cobalt)

echeveau pretacuireEcheveau prêt à "cuire" sous cellophane

Les colorants synthétiques :

  • aniline (phénylamine) extraite du goudron de houille
  • phtalocyanines, …

Les mordants :

  • vinaigre,
  • alun (sulfate double d’alumine et de potasse), 
  • tartre (bitartrate de potasse), 
  • sel de chrome ou d’aluminium et 
  • sulfate de fer ou d’étain
echeveau teinte moucheteEcheveau teinté moucheté sechage pleinairséchage des écheveaux en plein air

Maintenant que les écheveaux sont prêts, il n’y a plus qu’à passer à la confection. A vos aiguilles à tricoter !

Si le temps (ou la patience) vous manque, pas de panique ! Vous trouverez forcément votre bonheur auprès des artisans qui proposent leurs propres réalisations que ce soit sur les marchés artisanaux, dans les fêtes locales ou sur les marchés de Noël. Et avant de dire « c’est cher », ayez une pensée pour la somme de travail qu’il a fallu pour en arriver au produit fini !

L'artisanat

  • 1
  • 2