cp

  • Bandeau pour terrtoire , le cantal, le département
  • 1

Lorsque l’on pénètre dans le Cantal, par quelque côté que ce soit, on s’aperçoit très vite que la montagne n’est pas loin. En effet le Cantal est occupé en son centre par un très ancien volcan, le plus grand d’Europe, qui, de nos jours ne culmine plus qu’à 1 855 mètres.

carte relief cantal

L’éruption très récente du Mont Saint Helens au Nord Ouest des Etats Unis, le 18 mai 1980, a apporté  un éclairage nouveau à la compréhension de  l'histoire volcanologique du Cantal. C’est l'une des éruptions majeures de ces derniers siècles qui a occasionné des dégâts considérables faisant perdre 400 m d’altitude en l’espace de quelques minutes au Mont St-Helens.

Elle a permis l'observation immédiate de la déstabilisation d'un stratovolcan avec formation d'une gigantesque avalanche de débris, ce qui fut le cas dans le Cantal.

A priori le volcan cantalien est un volcan éteint, très différent de ceux de la Chaîne des Puys car c’est un stratovolcan qui s’est construit progressivement sur une très longue période qui a débuté il y a 11 millions d’années. De très nombreuses éruptions ont eu lieu s’empilant les unes sur les autres pour constituer ce stratovolcan qui devait atteindre une altitude de 3 000 à 4 000 m pour un diamètre de base évoluant entre 60 et 70 km.    

Le centre du volcan, sur  un diamètre de 25 km est  couvert par les sommets les plus marqués : Puy Griou, Puy Mary, Peyre Arse, Roc d’Hozières. Le dernier né, le Plomb du Cantal, date d’il y a 3 millions d’années. Cet ensemble est bordé par des planèzes, c’est-à-dire des plateaux formés par des coulées de laves : planèzes de Salers, de Saint-Flour, du Limon, de Trizac …


puy griou coeur du volcanVue partielle du coeur du volcan avec le Puy Griou

Au cours des millions d’années cet impressionnant massif a été décapité par des effondrements gigantesques de ses flancs, puis au quaternaire d’énormes glaciers ont recouvert les sommets, les planèzes et les vallées. L’érosion glaciaire a accompli son travail de sape et remodelé l’ensemble. Les glaciers ont disparu tardivement, il y a seulement 13 000 à 10 000 ans.

On compte de nombreuses vallées glaciaires : vallées de la Jordanne, de la Cère, de l’Alagnon, du Brezons, de la Santoire, du Mars …  Elles commencent par des cirques : Mandailles, Le Falgoux, L’Impradine, … puis  continuent en forme d’auge et se transforment en gorges à l’endroit où le glacier s’arrêtait et où les rivières devaient creuser leur lit dans d’autres roches.

A la périphérie du volcan

Au nord-est le Cézallier :

Entre  Monts du Cantal et Monts Dore, le Cézallier est un très vaste plateau formé principalement de coulées de lave, dont l'altitude moyenne dépasse 1200 mètres. Ses étendues verdoyantes à perte de vue sont le domaine privilégié de l'estive.

Dans sa partie cantalienne il est limité au sud par la vallée de l'Alagnon, à l'ouest par les vallées de la Santoire et de la Rhue.

Au nord-ouest, l’Artense :

En limite du Puy de Dôme et de la Corrèze, l’Artense est un plateau granitique érodé par les glaciers avec d’innombrables creux et bosses. C’est un chaos de bois, de landes, de tourbières et de pierres. Des lacs parsèment ce territoire : Lastioules, La Crégut, Le Taurons, Le Gabacut, etc.

lacs gabacut artense

     Le Gabacut

A l’ouest, la Xaintrie :

C’est un plateau granitique entaillé de gorges profondes formées par le cours de deux rivières : la Maronne et la Dordogne. La majeure partie de cette région fait partie de la Corrèze. Une petite surface seulement se situe dans le département du Cantal entre l’Artense au nord, les contreforts des Monts de Cantal à l’est et la Châtaigneraie au sud - ouest.

Au sud-ouest, la Châtaigneraie :

Située au sud-ouest du département la Châtaigneraie doit son nom à l’arbre emblématique, appelé arbre à pain, qui occupait autrefois une place très importante dans l'économie locale. Mais au fil du temps il s'est raréfié, victime de maladies et de l'évolution de l'agriculture. Depuis quelques années on s’intéresse à nouveau à cet arbre.

C’est une région naturelle qui dépasse même les limites du département, au sud en direction du Lot et de l'Aveyron, avec une coupure bien marquée par la vallée du Lot.


paysage chataigneraie

Paysage typique de Châtaigneraie

Elle est constituée de plateaux schisteux et granitiques qui structurent un paysage composé d’une succession de sommets arrondis, profondément entaillés par le réseau hydrographique.

Cuvette du Veinazès, hauteurs de Montsalvy, vallées profondes et étroites du Goul, du Lot, de la Rance, du Célé, tels sont les paysages très contrastés de cette partie du Cantal.

Le bassin de Maurs dans le sud où convergent plusieurs rivières dont le Célé et la Rance est une région au climat particulièrement doux que certains appellent même "la Riviera cantalienne" avec juste un petit brin d’exagération.

Au sud-est, l’Aubrac :

L'Aubrac est le plus méridional des massifs volcaniques d'Auvergne, c'est un plateau de dimension modeste dont le plus haut point, situé en Lozère, culmine à 1469 mètres. Limité  au Nord par la Truyère et au Sud par le Lot, il s'étale sur 3 départements : La Lozère, l'Aveyron et le Cantal. La partie cantalienne s'enfonce comme un coin entre Lozère et Aveyron. En limite nord, Chaudes-Aigues est réputée pour ses 32 sources d’eau chaudes dont la source du Par, la plus chaude d’ Europe, qui jaillit à 82 degrés. Comme le Cézallier, c’est un grand espace d’estives.

A l’est  La Margeride :

Le viaduc de Garabit qui enjambe la Truyère marque  la limite entre les monts du Cantal et  la Margeride qui est un très vaste plateau granitique à cheval sur 3 départements, Haute Loire, Cantal, Lozère. Cette région est couverte de paysages de landes, de vallons, de pins sylvestres, de hêtres, de prairies …

  viaduc garabit

Le viaduc de Garabit

Le granite est présent partout dans le paysage comme à Saint-Marc avec d’énormes blocs qui semblent avoir été posés sur le sol, près de  Saint-Just c’est le calvaire de Recoux qui est remarquable. L’habitat est aussi très marqué par cette pierre. Le climat est froid mais relativement sec, les monts du Cantal et de l'Aubrac arrêtent les précipitations venant de l'ouest et permettent à la Margeride de bénéficier d'une position relativement abritée.

* * *