cp

  • Bandeau langue occitan
  • 1

Voici quelques règles générales pour lire le patois (l’occitan) lorsqu’il est écrit dans la graphie utilisée par les troubadours (juste actualisée). MAIS L’ORTHOGRAPHE NORMALISEE NE CHANGE EN RIEN VOTRE PRONONCIATION HABITUELLE

èPour lire habituez-vous en parlant à voix haute avec votre prononciation habituelle

Voyelles

i Le i se prononce comme en français : un nis (un nid).
u Le u se prononce aussi comme en français (et non « ou » comme en espagnol !) : la luna (la lune).
a Le a tonique garde la même prononciation qu’en français : un pastre (un berger).
Il se prononce « o » en majorité, lorsqu’il est en fin de mot (ou suivi d’un s) : trenta cadièras (trente chaises).
è Le è se prononce « ouvert », tout comme en français : un castèl (un château).
e En revanche, le e qui ne comporte pas d’accent se prononce « é » comme dans été : negre (noir).
o Le o se prononce « ou » : un ostau (une maison).
ò Avec un accent grave, il reste prononcé « o » : un estilò, un bòsc (un stylo, un bois).

Groupes de voyelles

Diphtongues Lorsque deux voyelles se suivent à l’écrit, on prononcera les deux à l’oral selon la prononciation indiquée plus haut : una glèisa, un peis, lo coide (une église, un poisson, le coude).
Le u dans une diphtongue va se transformer en « ou » exceptionnellement : una taula, lo teulat (une table, le toit).
Triphtongues Lorsqu’il y a trois voyelles qui se suivent, on prononce les trois successivement : nuèit (nuit), fiau (fil), ieu (je, moi).

Consonnes particulières

lh Le groupe de consonnes lh se prononce comme dans le français de « escalier » : una fuèlha (une feuille).
nh Le groupe de consonnes nh est l’équivalent du « gn » en français : una castanha (une châtaigne)

Exemple :

« Arribat a l’ostal (ostau), Lo pastre, setar (asetar) sobre una cadiera (chadiera) pòsa lo estilo negre e un peis-luna sobre la taula »  (Arrivé à la maison, le berger, assis sur une chaise pose le stylo noir et un poisson-lune sur la table)

Nous vous proposerons un texte d'auteur cantalien dans le prochain article...

Jan-peire , d’après l’IEO

La langue

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4

Culture | Articles récents

  • Augustine Figeac (1821- 1883)

    Augustine Figeac (1821- 1883)

    Une femme cantalienne oubliée, d'origine modeste née à Marmahac le 20 octobre 1821, elle fut à l'origine de la création des grand magasins du Printemps (Paris). Actrice de théatre, elle joue successivement, à Paris, au théâtre de la Renaissance (1839), à la Porte-Saint-Martin (dans l'unique représentation qui fit scandale du Vautrin de Balzac, 1840), au Gymnase,où elle interprète des comédies de Scribe. Elle se retire ensuite au couvent pendant près de deux ans, avant de réapparaître, sur la scène du Vaudeville, en 1845. Elle s'éclipse à nouveau pendant deux ans, en Pologne, revient au Vaudeville, puis au Gymnase où elle Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10