cp

  • 1

Dernier résultat

Vendredi 23 Octobre 2020 à 19 heures

 Oyonnax 46 - Stade Aurillacois 17

Avant match
Le Stade en mode turn-over: Des changements de poste. AJ Coertzen passe de 14 à 15, remplacé par G. Gogoladze sur l'aile droite. En numéro 9 B. Reggiardo redevient titulaire et M. Alania prend place sur le banc. Des changements avec des titulaires, de Béziers, qui deviennent remplaçants et l'inverse. Les changements concernent essentiellement les avants. En première ligne, G. Seyrolle, présent lors des six premières rencontre, sera au repos, remplacé par A. Plantier. A droite G. Gajion retrouve son poste de titulaire. En seconde ligne JB Singer portera le numéro 5 associé au jeune S. Mokete. En troisième ligne D. Tison, pour son retour dans l'Ain, portera le numéro 8, poste qu'il affectionne particulièrement. En flankers on retrouve le jeune L. Rouquette et l'ancien et capitaine du jour L. Maituku.

Fiche technique :
Oyonnax: Stade Charles-Mathon
Spectateurs: 3 000 environ
Arbitre: Monsieur Pierre Bru Comité Armagnac-Bigorre 

Mi-temps: 29 à 10 pour Oyonnax

Stade Aurillacois : 2 essais Gauthier Minguillon (14e), Latuka Maituku (47e) - 2 transformations Anderson Meisen (15e) Thomas Vincent (48e) 1 pénalité Anderson Neisen (35e)
Oyonnax : 6 essais Aurélien Callandret (1ere), Taylor Paris (24e & 29e), de pénalité (44e & 64e), Thomas Laclayat (68e) -  3 transformations et 2  pénalités ( 6e, 50e) Yohan  Le Bourhis
Exclusion temporaires :  Didier Tison (5e/15e), Gheorghe Gajion (40e/50e), Alexandre Plantier (57e/67e) pour Aurillac

Composition des équipes

 Logo aurillac

15. AJ COERTZEN 
14. G. GOGOLADZE 13. B. COLLIAT - 12. Th. DUBOURDEAU - 11. G. MINGUILLON
9 . B. REGGIARDO - 10 . A. NEISEN
7. L ROUQUETTE - 8. D. TISON - 6.  L. MAITUKU (cap)
5. S. MOUKETE . 4 - JB. SINGER
3 . G. GAJION - 2. P. RUDE - 1.  A. PLANTIER

ballon rugby 3

 1. A. BORDENAVE -  2. M. LEIATAUA - 3 . I. MIRTSKHULAVA
  4. P. BATTYE -  5. J. TYRELL
6 . E. HERJEAN - 8 . L. HAMILTON -  7. L. CREDOZ
9 . J. GONDRAND - 10 . Y. LE BOURHIS
11 . T. PARIS - 12 . G. LOVOBALAU - 13 . T. MILLET -  14 . A. CALLANDRET
15. T. ENSOR

Logo oyonnax

Remplaçants à Aurillac: 16.  B. RIEU > RUDE (70e) - 17. Q. GUIBERT > PLANTIER (70e) - 18. A. CORBEX > MOUKETE (41e) - 19. P. ROUSSEL > ROUQUETTE (50e) - 20.  M. ALANIA > REGGIARDO (41e)-  21. J. YOBO > GOGOLADZE (15e) - 22. .Th.  VINCENT > NEISEN (41e) - .23. J. SHATIRIRISHVILI > GAJION (50e) puis SHATIRISHVILI (70e) - MAITUKU > MOUKETE (70e)
Remplaçants à Oyonnax: 16. T DURAND - 17. T. RAYNAUD - 18. Th. LASSALLE - 19. S. ZEGUEUR - 20. . EL KHATTABI - 21. A. ZEGHDAR - 22. A. SANDAY - 23.Th. LACLAYAT

Staff technique:
Entraîneurs à Aurillac: Romeo GONTINEAC
Entraîneurs adjoints: David BANQUET - Mathieu LESCURE - Maxime PETITJEAN

Préparateur physique: Sébastien DELPIROU
Entraîneurs à Oyonnax: Joël EL ABD - Manny EDMONDS - Vincent DEBATY
Préparateur physique: Bruno MONNET - Hubert DEBEDDE - Morgan DEFLERS - Romain ROLLIER

Infirmerie Aurillac:
Première ligne : Jarod Levèque -Youssef Amrouni - Adrian Smith
Seconde ligne : Martial Rolland
Troisième ligne : Giorgi Tsutskiridze - Maxime Profit 
Demis : Paul Boisset - Hugo Bouyssou
Trois quarts/arrières : Simeli Yabaki - Christa Powel -Jean Philippe Cassan - Jack Mc Phee - Albert Valentin - Thomas Salles 

Sélection:
Beqa Saginadze - Giorgi Javakhia (Géorgie)

Aurillac victime de la double peine !

Que peut-on réellement reprocher à cette équipe cantalienne ? Certainement pas de manquer de courage ni de bonnes intentions. Le principal reproche que l'on peut adresser, aux joueurs du Cantal, est un manque de vigilance, en défense, sur au moins 3 essais. Si nous avions parlé d'indiscipline lors de leur précédente sortie, à Béziers, nous n'utiliserons pas les mêmes attributs, pour cette rencontre. Certes les Cantaliens ont, une fois de plus, subi les foudres du directeur de jeu avec trois cartons jaunes et deux essais de pénalité. A ce sujet nous nous posons un certain nombre de questions ? Lorsque une équipe, quel quelle soit, se voit privée d'un joueur de première ligne elle est fatalement amoindrie. Le risque de se mettre à la faute, sur l'action suivante, est plus évident surtout si la faute se situe à proximité de sa ligne d'en-but. Cette faute est souvent sanctionnée par un essai de pénalité. C'est ce que nous appelons la "double peine" ce qui est arrivé ce soir, à deux reprises, aux Aurillacois. Dans de telles conditions il est difficile de luter à armes égales avec l'adversaire. La mêlée est une phase de jeu complexe et les fautes sifflées dans ce secteur sont souvent subjectives. C'est pour cette raison que, personnellement, j'ai quelques difficultés à les assimiler à de l'indiscipline, même si dans ce secteur de jeu il existe quelques "roublardises".
Disons d'abord que cette rencontre avait très mal commencé, pour les cantaliens. Encaisser un essai après quarante secondes de jeu est assez cruel ! Ensuite, se trouver en infériorité numérique, dès la quatrième minute de jeu, ressemble à un coup de massue. Malgré ces coups du sort les cantaliens ne lâchent rien. Paradoxalement, c'est réduit à 14 qu'ils inscrivent leur premier essai. Une superbe action, partie du milieu de terrain, avec une énorme percée de AJ Coertzen qui sert son ailier Gauthier Minguillon pour une réalisation en moyenne position. Anderson Neisen transforme. Les cantaliens reviennent à trois points d'Oyonnax. Dix minutes plus tard l'ailier Canadien, Taylor Paris, déborde sur l'aile droite, profitant du manque de vigilance des défenseurs. 15 à 10 pour Oyonnax. Ce même joueur fait enfler le score, à la demi heure de jeu, même causes mêmes effets. 22 à 7, puis 22 à 10 avec la pénalité réussie par Anderson Neisen. La sirène a retenti, Monsieur Bru ne renvoie pas les joueurs aux vestiaires, mais inflige une nouvelle sanction, carton jaune pour le pilier droit Aurillacois, G. Gajion et essai de pénalité à la 40e, plus 4 minutes, pour un 29 à 10 à la pause.
La reprise se fait avec 14 cantaliens. Pour la seconde fois c'est en infériorité numérique que les stadistes inscrivent leur deuxième essai (47e), par la capitaine Latuka Maituku, bien servi par son demi demêlée Micheil Alania, près un superbe travail de ses avants. Transformation de Thomas Vincent, entré en seconde période. 29 à 17 pour Oyonnax. Les cantaliens ne marqueront plus, laissant le soin à leurs adversaires de faire enfler le score avec un nouvel essai de pénalité et un troisième carton contre les pauvres cantaliens, qui ne méritaient sans doute pas une telle punition.
S'en prendre à l'arbitre ne fait pas vraiment partie de nos méthodes ni de notre culture. Néanmoins nous pouvons nous interroger sur le déroulé d'une rencontre. Il n'est pas question de contester les décisions ou de dire que les fautes n'y étaient pas. Simplement, et cette remarque ne concerne pas seulement le Stade Aurillacois, se dire que peut-être un arbitre pourrait inconsciemment ou en raison de la complexité de ce jeu avoir tendance à surveiller, d'un peu plus près, l' équipe semblant la plus faible, donc susceptible de commettre plus de fautes ?
Face à cette équipe d'Oyonnax, seule à ne compter que des victoires, il était difficile d'espérer un résultat positif. Nous dirons que, compte tenu de l'engagement et des intentions, les joueurs du Cantal ne méritaient pas un score aussi lourd.
Le week-end prochain ils recevront les Biarrots, à Jean-Alric". L'enjeu sera autre ! 

Guy Batifoulier "Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser."