cp

  • 1

Il est possible de se rendre avec grand intérêt à l'Eglise du Rouget-Pers dont est natif Jean Labellie pour y admirer les vitraux de l'église dont il a fait les cartons ainsi qu'à l'Eglise Sainte-Anne de Cayrols. Les deux communes ne sont distantes que de 3 km. A quelques kilomètres de là, d'autres vitraux de Jean Labellie sont également visibles à l'église Sainte-Barbes de Roannes Saint-Mary.

SteThereseLeRougetEglise Sainte-Thérèse au Rouget

 

SteAnneCayrolsEglise Sainte-Anne à Cayrols

Labellie Jean

Artiste Peintre d'hier et d'aujourd'hui  :   http://www.jeanlabellie.com

Artiste peintre né dans le Cantal en 1920 de parents instituteurs, c'est le professeur Henri Mondor qui, appréciant son jeune talent, va convaincre la famille de l'envoyer à Paris pour présenter le concours d'entrée à l'École Normale Supérieure des Arts décoratifs, rue d'Ulm. Il intègre la prestigieuse école en 1939 et suit les cours de François Desnoyer jusqu'en 1942. On peut distinguer cinq grandes périodes dans son oeuvre.

LABELLIE 218

Autoportrait ( 1955 )
46X38. Huile

  • Premières peintures: 1940-1950.
    Portraits - huiles - paysages. ( Les buttes-Chaumont - les marchands de ballons - la conversation)

  • Premières oeuvres abstraites: 1950-1960. La Corrida (1952) huile. Femme assise-Femme allongée.

 

  • Période des Pays verts: 1960-1970. Jean Labellie traduit la région tourmentée du Cantal par une peinture violente dominée par les verts et les bleus. Une peinture "gestuelle". Le peintre se souvient de son enfance, des paysages qui sont pour lui inoubliables. Le chemin de ma mère (1962).


  • Les oliviers: 1970-1990. L'olivier du matin ( 1972) tapisserie d'Aubusson. L'olivier transparent (1979). Gouaches - Acryliques - Huiles sur papier. Autoportrait (1990) huile. Pendant cette période , la feuille d'olivier devient la "forme", ce qui informe, ce qui structure, ce qui dynamise (P.Pierron)

 

  • Les "carrers": chemins de vie.1990-1998. Huiles sur bâches. "Les calades inoubliables qui forment le tissu conjonctif du village d'Eus, ces rues abruptes... sont faites de grosses pierres rondes sorties d'un impeccable réseau de ciment. Il les épelle et les scrute... Ces toiles sont faites pour bouger, tourner au courant d'air..."

Sa première exposition a eu lieu du 14 octobre au 31 octobre 1960 à la galerie Simone Heller, rue de Seine à Paris. Il a attendu la quarantaine pour se manifester au public.
Des toiles anciennes aux oeuvres récentes, on sent la filiation directe: "transposition sur le plan de la non-figuration d'une nature toujours prompte à émouvoir la sensibilité de l'artiste"

Arts visuels

  • All
  • Illustrations
  • Peinture
  • Sculpture
voir plus... et appuyez sur la touche SHIFT pour voir tout voir tout

Culture | Articles récents

  • Manuel Rispal, passeur de mémoire

    Manuel Rispal, passeur de mémoire

    La résistance en Auvergne et dans le Massif Central Manuel Rispal en conférence à Laroquebrou en 2014 Ayant eu l’opportunité d’assister à plusieurs conférences de Manuel Rispal, j’ai pris la mesure de la somme de savoirs accumulés au fil du temps sur son thème de prédilection, la résistance en Auvergne et dans le Massif Central. Bien sûr, des ouvrages existent ici et là sur ce sujet, mais personne n’est allé aussi loin dans le recoupement, dans l’identification et dans l’organisation de l’information disponible. Aussi, bien qu’il soit né quelques années après la fin du conflit, c’est le plus légitimement du Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10