cp

  • 1

Situé à 20 kilomètres à l'ouest d'Aurillac, le barrage de Saint Etienne Cantalès a été érigé sur la rivière la Cère, affluent rive gauche de la Dordogne. L'aménagement hydroélectrique du barrage a été réalisé entre 1939 et 1946. La première mise en eau de la retenue a eu lieu en 1945, le barrage a été inauguré le 1er juillet de la même année par le Général de Gaulle accompagné du Sultan du Maroc, Mohamed V.

Ce barrage de type poids-voûte, haut de 70 m et long de 270 m, est ouvert à la circulation, en effet, il est couronné par la route départementale assurant la liaison entre Saint-Etienne-Cantalès et Saint-Gérons. Depuis 2017, l'été, un feu d'artifices géant est tiré depuis une barge au milieu du lac, le point de vue est imprenable depuis la route.

L'électricité du barrage, produite quasi-instantanément à la demande, pourrait fournir les besoins en énergie annuelle d'une ville d'environ 200 000 habitants.

"Sculpté sur la Cère, le barrage de Saint Etienne Cantalès mesure 270 mètres de long. Il fleure bon le Front Populaire, l'esprit de la Résistance, l'énergie propre et l'extraordinaire aventure intérieure d'une bande d'hommes que Jules Romains aurait appelés "les copains". J-Louis Rocher

 

barrage à la brumeLe barrage côté lac

En réalité l'histoire du barrage est indissociable de celle de la deuxième guerre mondiale et de la Résistance :

"Le barrage de Saint-Étienne-Cantalès était une base d’appui pour les résistants de l’Armée secrète, aidée et fournie en armes par les Forces françaises libres et le BCRA du général de Gaulle. René Grégoire, ingénieur responsable du chantier pour l’entreprise de génie civil Borie, était le chef départemental Cantal de l’Armée secrète." peut-on lire dans La Montagne du 20 avril 2017.

Huit hommes dont un adolescent de 15 ans, le jeune Antonio Lopez, y ont perdu la vie et l'ingénieur Gatellier, mort noyé lors d'un essai.

Il est possible de visiter l'intérieur de la centrale et d'accéder aux galeries de visite. S'adresser à l'Office de Tourisme de la Chataigneraie cantalienne

au pied de la voûte2La voûte du barrage telle qu'on la découvre lors des visites organisées par l'Office du Tourisme de la Châtaigneraie cantalienne

Le barrage est alimenté par les eaux de :

  • la Cère qui reçoit celles de la Jordanne au niveau d'Aurillac

  • l'Authre.

La Cère prend sa source au pied du Plomb du Cantal, tandis que l'Authre et la Jordanne viennent du Puy Mary.

L'accès aux rives du lac est possible de plusieurs manières, par le Ribeyres (Pers), la Plage de Rénac, le Pont de la Marie ou encore le Puech des Ouilhes.

Pour des raisons évidentes de sécurité, la navigation est règlementée sur le lac, zones voile, ski-nautique, baignade ...

Dans un écrin de verdure exceptionnellement protégé, le site du barrage inclut un plan d'eau de 600 hectares sur lequel il est possible de pratiquer dans des zones réglementées :

  • Cère, amont du barrage de Saint Étienne CantalèsLa Cère en amont du barrage de Saint Étienne Cantalèstous les sports nautiques
  • la baignade
  • la pêche
  • la randonnée à pied ou à VTT
  • Les jeux gonflables
  • l'accrobranche

Sur place un camping caravaning 3 étoiles avec piscine.

Location de huttes et de chalets.d'embarcation (bateaux électriques, pédalos, optismistes ...)

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Constructions

  • 1
  • 2
  • 3