cp

  • 1

Anjony allee

Le site du château d'Anjony sur la commune de Tournemire bénéficie de deux étoiles dans le Guide Vert Michelin. Habité par la même famille depuis l'origine (vers 1430) et ouvert au public depuis plus de 70 ans, c'est l'un des lieux incontournable du Cantal à cumuler avec la visite du village de Tournemire, plus beau village de France. 

Anjony abreuvoirL'eau coule de source au pied de la colline du château

"Sur la Montagne de Tournemire, il existait autrefois, dit-on, cinq châteaux possédés par cinq seigneurs différents, et ces châteaux sont autant, sinon plus rapprochés que ceux de Chauvigny. Celui d'Anjony seul reste debout ... Il est situé sur une hauteur abrupte détachée de la chaîne du Cantal, sur une espèce de cap escarpé, séparant deux vallées profondes. On y monte par une pente fort raide qui serpente longtemps au milieu des rochers. Au sommet de la montagne est un plateau de forme triangulaire, et c'est à la pointe du triangle que s'élève le château d'Anjony. Son plan très régulier représente un petit carré flanqué à chaque angle d'une grosse tour ronde. Ses courtines sont très étroites et, de même que les tours couronnées de machicoulis... Deux grandes salles , l'une au dessus de l'autre, occupent le carré compris entre les  courtines; dans trois tours il y a des chambres en communication avec ces grandes salles, la quatrième tour sert de cage à un escalier. Au rez-de-chaussée, dans l'intérieur d'une tour, est une petite chapelle, dont toutes les parois sont couvertes de fresques reprèsentant les différentes scènes de la Passion... Tout l'édifice est fondé sur des caves profondes, qui s'étendent même sous un préau devant la  porte d'entrée. Ces souterrains immenses servaient, je le suppose, de magasin à la garnison du château. Autant que j'ai pu en juger par le système général de la construction, par quelques ornements  des voûtes, par l'appareil et le cournnement des murs, le château d'Anjony doit remonter  au moins au XIVe siècle."

Prosper Mérimée
Notes d'un voyage en Auvergne, 1838.
Calman Lévy,  édition.

Anjony TournemireRue principale de Tournemire

* * *

Présentation sommaire :

XV° et XVIII°. Guère plus qu'un donjon jeté comme un trait fin sur le ciel du Cantal, flanqué de quatre tours de gué,  Anjony est un joyau, sans doute la plus remarquable des forteresses d'Auvergne, par la grandeur de son cadre, par la pureté de son architecture, par la richesse de son ornementation. Construit au XV° siècle, sur ordre royal par Loynot d'Anjony - un compagnon de Jeanne d'Arc, à dessein de protéger la vallée de la Doire, Anjony se pose dès cette époque en rival de Tournemire. Une sanglante vendetta va opposer les deux familles deux siècles durant, jusqu'à l'anéantissement des Tournemire dont le château sera finalement rayé de la carte. A l'inverse, le Donjon des Anjony prospère, s'enrichit d'une chapelle castrale aux fresques sublimes- La passion du christ en multiples tableaux magistraux- d'une salle des Preux aux murs peints de portraits en pied de Michel d'Anjony et de sa femme, germaine de Foix. Loyaux serviteurs du roi les Anjony - à l'origine une famille de pelletiers d'Aurillac se distinguent dans la carrière militaire. Ainsi l'increvable Claude qui sillonne les champs de bataille durant soixante deux ans, et qui adjoint au donjon une aile basse plus confortable. A l'âge de 89 ans, le valeureux guerrier, resté célibataire tente sans grand enthousiasme de prendre femme avant de léguer titre et château à son cousin Robert de Léoting en 1743. Depuis cette date les d'Anjony n'ont jamais déserté le donjon, cette fidélité étant le plus sûr garant de sa pérennité. Intact, solide, altier, le château semble défier le temps, comme une leçon d'histoire vivante."

Revue Massif Central

 

Les châteaux

  • 1
  • 2