Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

CANTAL MARIE MARVINGT Page réalisée à partir et avec avec l'autorisation de Cantal Magazine que cantalpassion remercie vivement.

MARIE
MARVINGT

CENT VIES EN UNE

LA FEMME LA PLUS DÉCORÉE DE FRANCE,
LA PLUS POLYVALENTE, LA PLUS ÉRUDITE
ET LA PLUS SPORTIVE QUI FUT,
EST NÉE À AURILLAC EN 1875.
PORTRAIT D'UNE FEMME TOURBILLON
OU D'UNE FEMME OISEAU.
PLACE AU MOUVEMENT...

La lecture de sa biographie laisse perplexe. Étourdie. Peu connue, comme beaucoup de femmes extra­ordinaires de cette époque, Marie Marvingt a, au-delà de toute métaphore, véritablement vécu cent vies en une. Entre sa naissance un 20 février 1875 dans le Cantal et son décès le 14 décembre 1963 en Lorraine, il n'est pas possible qu'elle perdît une seule minute au regard de son époustouflante existence. Tout à la fois infirmière et assistante en chirurgie, journaliste, parlant 5 langues, elle étudia aussi la tragédie, le chant, la peinture, la sculpture, la cuisine ! Et sans compter une spécialité hors du commun : le sport. Ou plutôt les sports.

Début des festivités dès 1890 avec un trajet Nancy-Coblence en canoë 400 km ! En 1899, elle obtient son brevet de chauffeur automobile, puis deux ans plus tard, c'est la voie des airs qui la séduit pour une aventure qui dura sa vie entière. La conquête du ciel est un rêve extraordinaire à ses yeux. Elle se rendra accessible par tous les moyens qui furent.

Quand aurai- je enfin des ailes pour monter plus haut encore et voler par­dessus ces panoramas splendides ? s'interroge t-elle lors d'ascensions multipliées en haute montagne. Elle apprend à conduire une locomotive et piloter des bateaux à vapeur. Mais c'est le ciel qui l'attire. En 1901, c'est une première ascension en ballon et l'obtention, la même année, de son brevet de pilote en ballon libre. Huit ans plus tard, elle traverse la Mer du Nord - 2 400 km entre Nancy et Suffolk en Angleterre - à bord de son ballon « L Etoile filante ». C'est évidemment une première performance de ce genre effectuée par une femme.

 

 

 

 


Au Maroc,
des essais sur skis métalliques

L'infirmière en 1914
(photo j.Scherbeck)

Le 8 novembre 1910, elle obtient le brevet de pilote n° 281. Seules, deux femmes au monde l'ont précédée. S'en suit le premier de ses 17 records de pilote : un vol de 45 km en 43 minutes. « Aucun sport n' offre à tel point l'intérêt de la lutte, de l'effort, de l'énergie dépensée pour une cause utile. Je suis persuadée que L'aviation va se modifier et devenir pratique. C'est la plus belle école de l'endurance et du courage... » confiera Marie, la visionnaire, débordante d'énergie et de saine vitalité. De générosité aussi.

FEMME DE COEUR ET D'HONNEUR

Pionnière de l'aviation sanitaire, elle fait fabriquer le premier avion ambulance français, peu avant la première guerre mondiale. Elle sera acceptée en tant qu'infirmière par l'état-major de l'armée française, mais refusée en qualité de soldat. Qu'à cela ne tienne ! En 1915, elle intègre un bataillon de chasseurs alpins en se faisant passer pour un homme. La supercherie sera découverte alors qu'elle se bat dans les tranchées aux côtés des Poilus... Marie Marvingt est la femme la plus décorée de France. Elle détient la Croix de Guerre 1914-1918 avec palmes, obtient le titre de Chevalier de la Légion d'Honneur en 1935, est nommée Chevalier dans l'Ordre de la Santé publique en 1937, promue Officier de la Légion d'Honneur en 1949... Elle détient un total de 34 médailles et décorations internationales. Son élan vital ne la quittera pas : à 85 ans, elle décroche son brevet de pilote d'hélicoptère. « La Fiancée du danger » n'a pas pris le temps de faire des enfants, mais elle a légué au monde un formidable parcours de vie. Hors du commun des mortels. L'auriez vous deviné ? Elle s'était inscrite sur les listes des candidats aux voyages lunaires !

A lire sans modération : «Marie Marvingt, la femme d'un siècle ». Marcel Cordier et Rosalie Maggio. Éditions Pierron.

PERSONNE N'A JAMAIS RELEVÉ LE PARI DE MARIE,
LA PLUS GRANDE SPORTIVE DU SIÈCLE.

C'est en 1922 que la Cantalienne, alors âgée de 47 ans, lance au monde u singulier pari. « La Fiancée du Danger » fait les titres des journaux : elle promet une récompense de 10 000 dollars à celui ou à celle qui relèvera son palmarès dans les domaines du sport, de l'art, des sciences et des voyages Elle réitère son audacieux pari dans les journaux en 1936 et à la télévision en 1948. Bien qu'elle ait vécu jusqu'à l'âge de 88 ans, Marie Marvingt n'eu jamais à débourser la somme proposée !

Pages Cantal Magazine et Monique Roque

Autres pages à voir