Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

 Jean Fay (1914-2012)

Un promoteur et défenseur passionné de la langue d'oc
Poète et écrivain

prix
Jean Fay, reçoit une de ses nombreuses récompense

-        Naissance : 18 mars 1914 à Argenteuil. De père tourangeau 

-        Pendant la période de la Grande guerre, pour le mettre à l'abri des bombardements, ses parents le confient aux grands-parents maternels au Cheynier de Menet. Cela va probablement changer sa vie; à l'âge de 14 ans il s'essaie à écrire en dialecte auvergnat du Haut Cantal.

-        Après l'école primaire à Menet, ce fut le cours complémentaire en banlieue parisienne, puis la préparation aux Arts & Métiers à Nantes ( où il ressentit une profonde nostalgie du Cantal).

-        Après avoir quitté Nantes, il revient dans "son" Cantal où il prépare seul le concours d'entrée à l'École Normale d'instituteurs d'Aurillac (tout en gardant les chèvres du grand-père Monteil et en écrivant des poésies en auvergnat).

-        En 1934, étant normalien, c'est la découverte de "Toustous" (Tartines) recueil du poète félibréen vicois Eugène Pagès (qui le familiarisa avec le dialecte d'Aurillac),, suivie de celle de "Mirèio", l'immense chef-d'œuvre de Frédéric Mistral qui sera son premier contact avec la grande littérature d'ôc, en même temps qu'une révélation !

-        Ses 3 années (1933 à 36) d'études de Normalien passées, et déjà connu pour ses poésies, il entre à l'Éscolo oubernhato" du Capiscol (chef) Henri Domergues et fraternise avec le poète J.M. Gaston, les chanteurs P. Cardou et CH. Tissandier, le musicien-compositeur P. Redon (avec qui il organisera de nombreuses séances récréatives durant l'Occupation) et bien d'autres… La revue félibréenne "Lo Cobreto" publie ses premières œuvres.

-        Après son mariage (août 1936) à Menet, avec Antoinette Malguy, il débute son métier d'instituteur à l'École Professionnelle de Murat.

-        Puis c'est le service militaire, dans la météorologie, au Fort de Saint-Cyr (Paris) en 37, puis au postemétéo du Larzac (38 à 39); suivi de la mobilisation à St Cyr (39) et de la guerre (affecté au service des "radio-gonio-sondages" météorologiques de Lyon-Bron). Démobilisation à Valence en 1940.

-        De 41 à 43, de nouveau instituteur à Embort (de Champs-sur-Tarentaine), puis à Ayrens (en 44) et enfin à Roannes-Saint-Mary de 1944 à 1961.

-        C'est à Embort, en 41 qu'il lance le théâtre d'ôc, pour lequel il écrit ses premières pièces.

-        Sa collaboration à Lo Cobreto" et autres revues méridionales se poursuit. Il est lauréat des jeux Floraux de l'École des Pyrénées. L'abbé Joseph Salvat, Majoral du Fébrilige, demande sa collaboration au "Gaï Saber" de Toulouse. C'est à cette occasion qu'il reconsidère le problème de la graphie, comprenant que Vermenouze n'était pas allé assez loin. Il se range donc sur celle de l'École de Toulouse , reprise plus tard par Alibert et l'Institut d'Etudes Occitanes.

-        Il lance la revue "La Respelido del Naut-Mièjourn" destnée à favoriser la résurrection de "Lo Cobreto" (disparue entre 1939 et 1945)

-        La "nouvelle Cobreto" est relancée par J. Fay, avec l'aide du poète français Alfred Prody (A.Pebret). Elle s'arrêtera faute de moyen- au bout de 11 n° !

-        En 1958, J. Fay réorganise l'Ecole Félibréenne d'Aurillac qui reprend son titre originel, celui donné par Arsène Vermenouse: "Éscolo Felibrenco de la Nauto-Auvèrnha e del Naut-Mièjourn". Il en est élu Capiscol. Il redonne aussi un nouvel essort à sa revue "Lo Cobreto" qui paraît depuis, sans interruption; avec à l'époque, le plus fort tirage des revues méridionales d'ôccc ! En 1997 J. Fay adopte définitivement la graphie occitane "classique" et, au grand dam des anciens lecteurs, elle devient "La Cabreta".

-        En 1951, à Roannes-Saint-Mary (près d'Aurillac il fonde, avec son ami Jean Aubert, le groupe de théâtre d'ôc "Terradour Flouricat" (Terroir fleuri), auquel ils adjoignent bientôt un groupe de chants régionaux.

-        Toujours en 1951, J Fay organise ensuite le grand rassemblement annuel des Félibres : "La Santo Estello" d'Aurillac, présidée par le Capoulièr Frédéric Mistral neuveu.

-        En 1954, étant déjà depuis longtemps Mèstre d'Obro, il est élu par le Consistoire (Assemblée des Majoraux), sur proposition de F Mistral, Majoral du Féblibrige (titulaire de la Cigale de Roussillon), en Avignon, pour le centenaire de la fondation du fébrilige.

-        En 1961, ayant été admis, après examen, aux fonctions de professeur d'espagnol, il quitte Roannes, pour exercer en Aurillac.

-        En 1962, avec l'appui de M. Amanieu (Inspecteur d'Académie), ses nombreux efforts en ce sens aboutissent à la création d'une chaire de langue d'ôc à temps complet à Aurillaac (la première en France !) Il donne pendant onze ans cet enseignement dans divers collèges et lycées ainsi qu'à l'Ecole Normale.

-        En 1968 J. Fay prépare une nouvelle Santa Estella à Saint Flour. Elle sera annulée, en raison des "Évènements".

-        Qu'à cela ne tienne ! Elle sera organisée en 1969, toujours à Saint-Flour (où sa fille Mireille sera élue Reine du Fébrilige).

-        En 1971, cet enseignement sera valorisé par la création de l'éreuve de langue d'ôc au baccaloréat (pour le jury de laquelle il sera souvent fait appel à son ami le Majoral périgourdin Marcel Fournier.) Il ouvre, avec l'appui de l'Inspecteur d'Académie de l'époque,, M. Edmond Pastre, un cours de formation des Maîtres d'occitan à l'École Normale d'Aurillac. Ses élèves, et, tout particulièrement , l'écrivain d'ôc Félix Daval, donneront à sa suite cet enseignement dans les établissements de la préfecture cantalienne et ailleurs.

-        Retraîté de l'Education Nationale en 1973, Jean Fay n'en a pas moins continué, sans relâche et consacrant une grande partie de son temps, son œuvre de défense et de promotion des langue et culture d'ôc

  • Il fut durant de longues années l'initiateur et la "cheville ouvrière" du "Concours National de Cabrette "d'Aurillac (aujourd'hui en sommeil).
  • Au début des années 1980, deux grandes cantatrices internationales : Frédéric avon Stade et son amie Kiri Kanawa le choisirent répétiteur linguistique, afin de réaliser, avec la meilleure prononciation souhaitée par elles, leurs enregistrements respectifs des "Chants d'Auvergne" de Joseph Canteloube. Un bel exemple de conscience professionnelle… et de modestie !
  • En 1988 il mit sur pied sa 3ème et dernière Santa Estella à Vic-en Carladès (sur Cère)
  • 1983 voit le lancement des ondes locales de Radio Jordane (avec un seul N, il y tenait !) devenue depuis Jordane FM., de l'émission"culte" : "Occitania". Il la tint à bout de bras pendant une bonne vingtaine d'années, avec l'aide de son comparse et ami conteur Jean Vezole. Une tâche ô passionnante, mais éreintante ! Actuellement , d'autres amis fidèles, le Capistol Michel Bonnet et le Mèstre en Gaï Saber Georges Maurice Maury ont repris le flambeau.
  • Jean Fay créa ou anima plusieurs associations d'enseignants d'occitan..
  • En mars 2004, une journée entière d'hommage lui fut consacrée, pour le 50ème anniversaire de son Majoralat. Cette cérémonie eut lieu en présence de M. Amanieu, Inspecteur d'Académie honoraire; du Capoulier M. Pierre Fabre, de plusieurs de ses collègues Majoraux et Mèstres en Gaï Saber ainsi que de nombreux Mèstres d'Obra,Félibres, d'anciens élèves et amis. Après les discours, la place fut faite au théâtre d'ôc de Cahors, aux danses et chants régionaux. Jean Fay fit une conférence (de mémoire) qui fit l'admiration de ses auditeurs. (A 90 ans et presque aveugle !)
  • Jean Fay décède à Aurillac le 4 février 2012.

Son œuvre littéraire comporte des :

-        Saynettes : "Promessa tenuda" Lo vine lo café (1942)

-        Comédies : Cass réservada (3 actres) 1963. In lo cobreto N° 20. Non éditées :" Femmas a maridar (1 acte) Tot derroca" 1959 : 1er prix théâtre antique d'Arles

-        Poésies: nombreuses mais hélas ! jamais éditées. Cf à ce sujet l'Anthologie des "Ecrits occitans cantaliens" de Noël Lafon. (Edition Lo convise) On peut en retrouver beaucoup au fil des pages de la revue "La Cabreta". Citons

  • "S'en anava coma una Reïna" (déclaration d'amour à son épouse Antoinette. (Jeux floraux d'Agen).
  • "Diferents sem".
  • "Aquel aland que nos donères"
  • I Anarem. (Chanson, paroles et musique)
  • "Nostras clochas" 1965
  • "Noël montagnard" ( Une rareté, en français.) écrit en 1936, année de son mariage) Mis en musique par Pierre Redon.
  • "Forma e Masucs" (Fourmes et burons) livre bilingue (français-ôc) en collaboration avec Jean Fau. 1974.

-        Une multitude d'études (grammaticales, sémantiques,historiques,patronymiques sur les expressions, les dictons et proverbes

-        De nombreux articles parus dans diverses revues 'La Cabreta, lou Felibrige, lo Gaï Saber, Lo Grelh Roergat, la France latine, la Haute Auvergne… et journaux: (La Montagne, Centre-Presse, la voix du Cantal, l'Auvernat de Paris…)

Enregistrements :

-        Il est l'auteur du texte/scenario d'un disque (pathé) qui eut un immense succès régional : "Gatinel se marida" qui évoque avec tendresse et humour une journée de noces en Haute Auvergne. Cet enregistrement fut réalisé avec le concours artistique de l'accordéoniste André Thivet, du chanteur lyrique Charles Tyssandier et du compositeur Pierre Redon ainsi que des groupes "Terradour Flouricat" et les "Chanteurs et Danseurs de l'École auvergnate" ; Marcel Defarges à la cabrette et quelques solistes. Jean Fay tenait lui-même un petit rôle parlé. (1960)

-        Il a aussi enregistré avec le politicien-conteur de Montsalvy Germain Guibert un petit vynile consacré à 2 poésies célèbres d'Arsène Vermenouse. ( San Josèp/Lai Doss Menetas 1966 (Disque D.M.F)

Prix décorations : (tous en poésie d'ôc)

Lauréat :

  • de l'École Félibréenne des Pyrénées
  • de l'Éscôla de la limanha de Clermont Ferrand
  • de l'Éscôla Jansemin d' Agin
  • de l'Académie Provençale des Jeux floraux de Tarascon/Rhône ( 1975)
  • des Grands jeux Floraux de Toulouse

Il a été fait chevalier des Palmes Académiques en 2006.

Biographie établie d'après ses notes,
mises à jour et complétées
en février 2012 par son fils Michel.




Au micro

Un orateur intarrissable en langue d'oc

terrradour

Assemblée générale de Terradour Floricat. 1977

avec aubert

En compagnie de son ami Aubert 1979

avec gaston andreau

Avec JM Gaston et A Andreau

avec clemenc

Avec son ami Clemenc Besombes

Autres pages à voir