Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

jean_fay

Jean Fay dans une de ses harangues

Jean Fay est né le 18 mars 1914 à Argenteuil d'un père tourangeau et d'une mère auvergnate. Décédé en 2012.

jean_fay_maison_cheyrier

 

Mais c'est dans le Cantal que s'est déroulée toute savie: en effet ses parents qui travaillaient à Paris, pour le protéger de la guerre l'ont confié à ses grands-parents maternels au Cheyrier, petit hameau de la commune de Menet près de Riom-es-Montagnes. Mis à part quelques périodes passées auprès de ses parents, c'est au Cheyrier qu'il a laissé son coeur et qu'il a appris à aimer la nature, en particulier grâce à son grand-père, qu'i a été nourri de contes et poésies au coin du feu de la cheminée, qu'il a partagé la vie simple des gens du Cherier et entendu parler le "patois", à proprement parler la langue d'oc, cette langue qu'il aime tant, qu'il a tant défendue, sa passion de toujours.

 

 

Sa maison du Cherier (Commune de Menet)

 

Revenons aux moments importants de savie: alors qu'ila commencé des études d'ingénieur aux Arts et Métiers à Nantes, l'appel du pays est plus fort que tout. Il décde alors de passer le concours d'Ecole Normale d'instituteurs. S'étant inscrit trop tard, il prépare une première année tout en gardant les chèvres au Cheyrier. En même temps il vient de découvrir le grand poète provençal Frédéric Mistral dans son oeuvre de "Mireille" et c'est la révélation: A partir de là il mène de front le programme du concours et l'étude de la langue d'oc, appelée aussi occitan.

Il est d'abord reçu sur la liste supplémentaire et c'est la deuxième année qu'il réussira second de sa promotion.

C'est en juin 1936 qu'il débute dans l'enseignement et en août  de la même année il se marie avec Antoinette Malguy originaire de Lascourtines (près de Riom es Montagnes. De cette union naissent 4 enfants: 3 filles et 1 fils.

Il enseigne successivement au collège de Murat, à Embert, à Ayrens, à Roannes Saint Mary '17 ans) poste qu'il quittera pour le cours complémentaire d'Aurillac.

jean_fay_teradour_flouricatIl consacre toute son énérgie à la défense de la langue et de la culture occitanes: ainsi en 1950 il fonde, avec son ami Jean Aubert le groupe Terradour Flouricat, d'abord groupe de théâtred'oc, puis groupe de chants et danses, toujours actif.

En 1954 il devient le plus jeune Majoral du Fébrilige.

Le Fébrilige est un mouvement culturel initié par F.Mistral et six de ses amis poètes provençaux, en 1854.

 

 

 

Jean Fay avec quelques membres de Teradour Flouricat
et sa présidente Mme Raymonde Boutonnet

 

Être élu majoral du félibrige est une reconnaissance faite à ceux et celles qui par leurs écrits et leur engagement défendent cette culture.

Jean Fay a écrit de nombreux poèmes, contes, articles polémistes et pièces de théâtre publiés principalement dans la revue "La Cabreta" qu'il a dirigée jusqu'en 2005.

En 1963 il devient le premier professeur de langue occitane en France méridionale,langue qu'il enseignera dans tous les établissements secondaires d'Aurillac et ceci jusqu'à la retraite en 1974.

Mais son engagement ne s'arrête pas pour autant. Chaque semaine avec ses amis Jean Vezole puis Michel Bonnet et Georges Maurice Maury il anime une émission à Radio Jordanne.

Dernièrement à Ytrac le 6 mars 2010 Jean Fay assiste à la remise de la cigale d'or félibréenne à Noël Lafont, élu majoral du félibrige à la "Santa Estella" 2009 de Salon de Provence: grande fête félibréenne annuelle qui pendant quatre jours accueille les défenseurs de la langue occitane.

La Maintenance d'Auvergne compte trois majoraux: Jean Fay, Clément Besombes (de Mauriac) et Noël Lafont.

Jean Fay a reçu les Palmes Académiques le 26 juin 2006 (Chevalier des Palmes Académiques).

Article de Jean Fay: Qui est-ce un félibre ?

Article de Jean Fay sur Vermenouze