Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

 L'habitat d'autrefois

IMG_0008_small

Aquarelle de Jean Lacalmontie

Le Cantal, bien qu'ayant une ouverture vers le sud, est un pays rude de par son relief montagneux (altitude variant entre 215 m.au bord du Lot à 1855 m au sommet du Plomb du Cantal). Le travail sur les terres souvent pentues n'était pas très aisé et les habitants n'avaient guère le loisir de se lancer dans des conceptions de mobilier très "travaillé".

Il en résulte un mobilier rustique, pratique, fonctionnel et sans trop de fioritures.

La pièce commune

La pièce commune, séparée de l'étage par un simple plancher de bois clouté sur des poutres noircies par la fumée de l'âtre comportait à elle seule tout l'indispensable.

Les principales activités domestiques étaient autrefois réunies dans la salle commune, dont la vaste cheminée, appelée cantou, appuyée au mur-pignon qu'elle occupe sur presque toute sa largeur, allumée chaque jour de l'année, est le coeur symbolique.

Le cantou s'ouvre sous un lourd linteau de granite ou sous une poutre maîtresse. Il est toujours très encombré : coffre à sel (archaban) d'un côté, fauteuil de l'aïeul de l'autre, dans un angle, la potence en bois ou en fer (l'amaina), qui approche ou éloigne du feu la marmite où cuisent les aliments, dans l'autre angle, parfois, le cuvier, en granite ou en terre cuite, où l'on fait la lessive avec les cendres refroidies ; devant, les chaudrons aux multiples usages culinaires, les landiers massifs pour maintenir le bois.

Une étagère fixée au manteau de cheminée, à la fois bric-à-brac et petit autel de dévotion, aligne ses objets hétéroclites : lampe à huile, petits pot de terre, bénitier portatif avec son brin de buis béni, image de la Vierge.

Bien souvent, de chaque côté du "cantou", on disposait deux bancs à dossiers où l'on tenait le sel à l'abri de l'humidité.

C'était là que l'on préparait le manger sur le feu de bois (pour les gens mais aussi pour les bêtes) et que l'on tenait une petite réserve d'eau chaude dans une marmite suspendue à la crémaillère. C'est aussi près de l'âtre que la famille et les amis se réunissaient le soir, pour écouter les anciens raconter des histoires ...

La souillarde

La souillarde était l'espace réservé de la cuisinière dans lequel elle rangeait tous ses ustensiles de cuisine, pots, bassines, et où, bien souvent, elle faisait la vaisselle sur une large pierre plate. Les eaux usées s'écoulaient à l'extérieur de la maison. Cet espace, le plus souvent voûté était d'ailleurs construit extérieurement à la pièce commune et séparé de celle ci par une arcade en pierre.

Fontaine


Une fontaine, souvent en cuivre, servait de lavabo. On remplissait le réservoir supérieur, et 2 robinets permettaient d'obtenir l'eau qui était alors stockée dans le récipient du bas avant d'être jettée. Il y avait aussi des seaux en cuivre (les ferrats) que l'on utilisait pour aller chercher l'eau au puits. 

Les alcoves

Nierveze_alcove

Perpendiculairement au cantou se trouvaient les alcoves. Lits que l'on pouvait isoler de la pièce commune par des rideaux. Devant chaque lit, un long coffre, dans lequel on pouvait disposer vêtements ou literie servait aussi de banc.  

Le mobilier

Horloge2

  • Dans chaque pièce commune, il y avait une pendule, généralement décorée.

Maie2

  • Un coffre ou bahut, un vaisselier ainsi qu'une grande table et ses deux bancs complétaient le mobilier. La table comptait un  grand tiroir à chaque extrémité et bien souvent un ou deux plus étroits de chaque côté.
  • Suspendues au plafond, on disposait d'étagères pour le pain que l'on faisait périodiquement cuire au four. Sur d'autres on plaçait des fromages de chèvre (les cabecous), et suspendus au plafond, des saucisses, saucissons...
  • Pour l'éclairage, au dessus de la table ou près de la cheminée, on suspendait une lampe en cuivre qui brûlait généralement de l'huile de noix.
  • Le vaisselier se composait d'un bas avec 2 portes et d'un haut composé de plusieurs étagères surmontées d'un liteau de bois. Cet agencement permettait de ranger les assièttes et plats en faënces mais aussi les fourchettes et cuillères en étain grâce à d'astucieuses petites encoches.