DECOUVERTE  ET LEGENDE AU PAYS DE MASSIAC

     Le Pays de Massiac, c'est bien sûr la vallée de l'Alagnon, porte d'entrée au nord est du département par l'autoroute A 75 et la RN 122, mais aussi un territoire qui recouvre 15 communes réparties dans la vallée mais aussi en bordure du Cézallier et sur une zone de plateaux entaillée de vallées profondes et encaissées jusqu'en limite de la Haute Loire.

     Partons à la découverte de lieux perdus où l'histoire mais aussi la légende ont laissé des traces.

     Tout d'abord une courte visite s'impose à l'église de Massiac pour admirer :

* Une vierge ouvrante en bois polychrome, pièce très rare.

* Une vierge en majesté également en bois polychrome qui provient de la chapelle voisine de Chalet.

 

massiac vierge ouvrante massiac eglise massiac majeste

Quittons Massiac pour atteindre le petit village de Bonnac dans la vallée de l'Arcueil où l'on remarque en arrivant une belle croix biface dite "des templiers", un château, un prieuré et l'église.

Bonnac croix 1

Bonnac 1

Château et croix de Bonnac

Bonnac croix 2

     Demi tour sur une courte distance pour entamer sur la gauche une longue montée vers le hameau de Chazeloux (914 m.) Continuer sur la D 344 puis au hameau de Videt tourner à droite et partir à la recherche de Saint Mary le Cros pour y découvrir presque au milieu des bois une petite église romane qui domine de deux cents mètres Ferrières Saint Mary au fond de la vallée de l'Alagnon.  Pourquoi cette église en ce lieu perdu ? Il faut remonter bien loin pour en connaître l'origine.

 

saint mary le cros eglise 2 saint mary le cros eglise 3

      Vers l'an 250, Austremoine, premier évêque de Clermont, fut l'initiateur d'un grand mouvement d'évangélisation de l'Auvergne. Pour convertir les païens, il envoya ses confesseurs Mary et Mamet dans la région de Brioude et de Massiac.

    Mary s'installa au Mont Journal autour duquel existait un centre important du paganisme qu'il s'efforça de transformer en sanctuaire chrétien. Mary mourut en 289 sans avoir mené l'évangélisation à son terme.

     Austremoine fit alors édifier une chapelle à Saint Mary le Cros pour recevoir sa dépouille. Plus tard ses reliques furent placées dans un coffre en bois taillé dans un tronc qui fut suspendu à la voûte au dessus de l'autel.

    En 1050, Ermengarde, femme du seigneur de Massiac Emblard d’Apchon, fit subtiliser les reliques un jour où les habitants du village étaient partis à la foire. Avec ses complices elle les transféra sur son fief, dans la chapelle Notre Dame des Miracles à Mauriac.

     Lors du transport, à dos de mule, les reliques empruntèrent une ancienne voie passant par le village de Dienne. C'est en souvenir de ce passage à proximité du plus fameux sommet des monts du Cantal qu'il porte le nom de Puy Mary. La légende raconte que de nombreux miracles se produisirent tout au long du trajet, en particulier lorsque la mule fit une chute dans un ravin et sortit indemne de ce fâcheux faux pas.

     Les reliques sont maintenant placées à l’intérieur du « Cercueil de saint Mary » réalisé au XVIème siècle et formant l'autel. Les autres reliques du saint sont une statue et un bras reliquaire en cuivre argenté daté du XVème, classé monument historique depuis 1898.

     Au XIIe siècle on construisit à Mauriac une basilique à la place de la chapelle. Notre Dame des Miracles est aujourd’hui un des sanctuaires romans les plus réputés d’Auvergne.

     Pour atteindre le Mont Journal il faut retourner au hameau de Videt puis tourner à droite, à peu de distance un panneau indique ce sommet où est plantée un croix de bois et d'où l'on jouit d'un magnifique panorama. Une table d'orientation permet de situer le Cézallier, les Monts du Cantal, la planèze de Saint Flour et la Margeride.

    Au pied du Mont Journal se trouve la Chaire de St Mary, c'est un gros bloc de pierre en forme grossière de siège, avec un peu d'imagination  on devine des accoudoirs et des traces de doigts. Ce siège aurait des vertus apaisantes pour le mal de dos et les rhumatismes!

     Autre élément intéressant, la fontaine de Saint Austremoine où le prélat se serait désaltéré en se rendant à  Saint Mary Le Cros en 289 pour assister aux obsèques de St Mary, cette eau soignerait certaines maladies.

     Sur chacun de ces lieux, des panneaux donnent des explications sur l'histoire de Saint Mary le Cros et les légendes qui ont fleuri.

saint mary le cros fontaine

Fontaine d'Austremoine

saint mary le cros mt journal

Sommet du Mont Journal 1183 m

saint mary le cros chaire

Chaire de Saint Mary

      Depuis 1888 St Mary le Cros a perdu son statut de commune au profit de Ferrières St Mary, le village est pratiquement  déserté en raison de difficultés d'accessibilité.

        

Autres pages à voir