Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

Jean Ferrat est le fils de Mnacha (dit Michel) Tenenbaum7, Juif russe naturalisé français en 1928, et d'Antoinette Malon, Française née à Paris d'une famille originaire du Cantal et du Puy-de-Dôme. Voir sa généalogie Auvergnate

Mnacha Tenenbaum est né en 1886 à Ekaterinodar (aujourd'hui Krasnodar) ; formé comme ouvrier joailler, il émigre de Russie en France en 1905.

Pendant la Première Guerre mondiale, Mnacha est engagé volontaire et affecté comme ajusteur dans un atelier d'aviation. Durant cette période, il rencontre Antoinette Malon, ouvrière dans une entreprise de fleurs artificielles, et ils se marient à la fin de 1917. Après son mariage, elle quitte son emploi pour élever les enfants du couple : Raymonde (née en 1916 à Paris11), André (né en 1918 à Draveil), Pierre (né en 1925 à Vaucresson) et Jean.

Peu après la fin de la guerre, la famille s'installe à Vaucresson dans une maison particulière. Mnacha est artisan joaillier et compose pièces et parures pour des commanditaires parisiens. À l'époque de sa naturalisation (24 juillet 1928), il est assez aisé pour régler la totalité des droits afférents, qui sont assez élevés.

En 1935, la famille quitte Vaucresson et s'installe à Versailles. Chez les Tenenbaum, on apprécie la musique et le chant. Jean Ferrat confiera : « Mon père et ma mère m'ont communiqué leur passion de la musique et du chant. Ils allaient souvent à l'Opéra-Comique et ma mère qui avait une jolie voix de soprano, chantait Lakmé et Manon. Je crois qu'elle aurait aimé être chanteuse. À la maison, les jeunes chantaient Trenet et les moins jeunes Tino Rossi et Jean Lumière. (...) C'était alors un peu la guerre. »

Jean est fortement marqué par l'occupation allemande.

Son père, qui est de nouveau engagé volontaire en 1939, est cependant touché par les Statuts des Juifs (1940 et 1941). En 1942, il est astreint au port de l'étoile jaune, mais se croit protégé par son statut de Français (et d'époux d'une non juive) : il refuse de partir en zone non occupée. Peu après, durant l'été 1942, il est enlevé et séquestré au camp de Drancy, puis déporté à Auschwitz où il sera assassiné (convoi 39 du 30 septembre 194216), dans le cadre de la Solution finale (plus tard, Ferrat évoquera la disparition de son père dans la chanson Nul ne guérit de son enfance - album Dans la jungle ou dans le zoo).

L'enfant est caché un moment par des militants communistes, puis la famille (Jean, sa mère, sa sœur et ses frères) se réfugie en zone libre, à Font-Romeu 17. Il y reste deux ans, et y fait sa sixième et sa cinquième, puis retourne vivre à Versailles avec sa tante. Il entre au collège Jules-Ferry (aujourd’hui lycée Jules-Ferry) le 1er décembre 1943 en cinquième moderne.

En juin 1944, la famille décide de les faire revenir en Cerdagne afin d'éviter les affrontements qui s'annoncent, liés à la Libération. Mais, arrivés à Perpignan, ils reçoivent l'instruction de ne pas terminer le trajet : sa sœur est retenue par la Gestapo à la citadelle de Perpignan, tandis que l'un de ses frères se cache dans la montagne et que sa mère est interrogée par la Gestapo. Jean et sa tante logent alors à l'hôtel pendant un peu plus d'un mois, jusqu'à ce que sa sœur soit libérée. La famille gagne alors Toulouse, où elle est hébergée un temps par les parents de la belle-sœur de Jean, puis par une famille de paysans dans l'Ariège, grâce aux réseaux de résistants dont fait partie le beau-père de Pierre Tenenbaum, Marcel Bureau.

Source : wikipedia