Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

Equustur s’installe en Carladès  

Dans le cadre du premier réseau équestre européen, le Carladès vient de se doter d’un nouvel atout pour son offre touristique : 87 km et une multitude de combinaisons tracées entre Cère et Goul.

On pourrait évoquer des traversées de hameaux au patrimoine remarquable, des passages à gué en sous-bois, des forêts de hêtres et de châtaigniers, l’arrivée sur le plateau basaltique de Ronesque, où se dressent une chapelle et un petit cimetière avec vue imprenable sur les monts du Cantal, ou bien encore la montée escarpée jusqu’au château de Messilhac.

Assurément, l’itinéraire équestre du Carladès a de quoi séduire(1). Avec lui, le territoire de Cère et Goul poursuit sa politique de développement touristique. “Ici, la randonnée, au sens large, est un de nos atouts”, explique Michel Albisson, vice-président en charge du tourisme au sein de la communauté de communes, puis de se tourner vers Jean Madamour, responsable du centre équestre C h e v a l d é c o u v e r t e à Polminhac. “Lui a su trouver les tracés intéressants”, précise l’élu.

equustur
Chevauchées sur le plateau basaltique de Ronesque.

Un programme européen avec le Portugal et l’Espagne.

De son côté, le professionnel rappelle qu’il existait déjà le Tour des volcans, mais que l’idée était de créer une boucle sur le sud-ouest du massif pour pouvoir proposer des produits d’intersaison. C’est ainsi que dans le cadre du projet européen Equustur, le circuit du Carladès s’est concrétisé.

Long de 87 kilomètres, il est jalonné de près d’une dizaine d’hébergements (hôtels, chambres d’hôtes, camping ou gîtes d’étape et de séjour). Plusieurs jonctions permettent d’élargir l’offre avec tout un maillage de sentiers, de boucles de quelques heures à quelques jours, pour une multitude de publics. Les marques de peinture orange, répondant aux normes du Comité national de tourisme équestre, se combinent ainsi aux itinéraires de grandes randonnées pédestres et aux circuits du plan départemental des itinéraires de petites randonnées.

L’ensemble de ces combinaisons a été géoréférencé et sera téléchargeable sur le site internet de la communauté de communes et sur equustur.net.

D o m i n i q u e D u f a y e t, conseillère tourisme à la Chambre d’agriculture et animatrice du réseau Bienvenue à la ferme, explique que, dans le cadre d’Equustur, elle a joué un rôle de passerelle entre les élus et les professionnels puisque ce premier réseau équestre européen est le fruit d’un partenariat entre dix organismes publics et sans but lucratif : quatre en Espagne, un au Portugal et trois chambres d’agriculture françaises (Ariège, Dordogne et Cantal). Dominique Dufayet note que ce programme européen est né d’une volonté de stimuler le tourisme et de la certitude que la pratique de la randonnée équestre représente une réelle opportunité. Elle ajoute enfin qu’il a donné l’occasion à la Chambre d’agriculture de se rapprocher de la filière équine.

 Contrairement à l’Espagne où tout était à construire en deux ans, le Carladès disposait déjà d’un maillage de sentiers qu’il a fallu relier. À ce titre, Michel Albisson souligne le travail qui s’est fait en bonne intelligence avec les agriculteurs.

“Maintenant, ça se passe très bien”, précise-t-il en rappelant que le territoire se préoccupe des sentiers de randonnée depuis une vingtaine d’années et que les résultats se sont concrétisés. Il évoque ainsi les nombreux efforts de réhabilitation et de mise en valeur du patrimoine bâti à l’image du four de Cros-de-Ronesque.

De son côté, Dominique Dufayet précise qu’Equustur entre dans sa deuxième phase avec, en perspective, la commercialisation de ces circuits.

Durant le week-end des 14 et 15 mai 2011, la ferme équestre Cheval Découverte accueillait une épreuve internationale de Trec (technique de randonnée équestre de compétition).

L’occasion pour près d’une cinquantaine de cavaliers d’emprunter quelques portions du circuit du Carladès.

F.PIGOT/PAP

(1) Ce circuit a été inauguré le vendredi 13 mai 2011.

Vers un label Equustur

N’EST PAS EQUUSTUR qui veut. Les partenaires de ce projet ont mis en place un protocole européen de tourisme équestre en rappelant la nécessité de développer l’activité dans le respect de l’environnement. Les parcours doivent être de qualité (1,5 m de largeur, 20 à 40 % de pente maximum, 2 m minimum de hauteur, pas plus de 50 cm de hauteur d’eau pour les franchissements de rivières, moins de 20 % d’asphalte…) au même titre que les infrastructures et services qui y sont associés. L’hébergement du cavalier et de sa monture, la restauration, la proximité des sentiers et le matériel équestre entrent en compte. La notion de sécurité est également déterminante ainsi que le professionnalisme des accompagnateurs. À plus long terme, ce protocole pourrait donner lieu à la création d’un label Equustur qui serait accordé aux circuits offrant les meilleures conditions de randonnée équestre.

A voir : Randonnées à cheval en Auvergne