cp

  • 1

Sirius, c'est l'étoile la plus lumineuse du ciel. Elle n'est pas la plus grosse, mais elle figure parmi les plus proches : 8,8 années-lumière.

Elle ne monte jamais très haut dans le ciel dans son parcours d'est en sud-ouest, mais elle est très belle à observer dès qu'elle est au sud-est (à 20 h - 22 h en décembre - janvier). Dès 19 h elle est bien visible sur l'horizon est où elle n'est alors que le seul astre visible.

Elle achève de se montrer le soir au mois de mai; il faut alors la chercher au-dessus de l'horizon sud-ouest.

Cette faible hauteur sur l'horizon impose à sa lumière de traverser une plus grande épaisseur d'atmosphère que celle des autres étoiles. Ce chemin et sa grande taille en font la plus scintillante de toutes, son éclat "tremblant "de l'orangé au bleu (dominant), en passant par le blanc (cf. nuits scintillantes). Même l'imposante planète Jupiter (visible plus haut à droite en décembre - janvier) parait tristounette avec sa grosse brillance figée.

Sirius dessine avec les étoiles qui sont sous elle la constellation du Grand Chien. Voyez-vous cet animal accroupi, tourné vers la droite, avec Sirius occupant sa tête ? Guette-t-il la constellation du lièvre placée à sa droite, sous le chasseur Orion (cf. le ciel se met sur son 31) ?

C'est bien parce que le grand chien était imbattable à la course que Zeus lui offrit cette place dans le ciel ... 

Responsable légendaire du " temps de chien " parce qu'elle se lève une fois le soleil couché dès la fin de l'été avec son cortège de pluies automnales, Sirius n'est magnifiquement scintillante que par temps clair et à l'atmosphère limpide ! 

G.S.

  • Généralités

     Faire de l’astronomie ne nécessite aucune connaissance scientifique. C’est tout simplement de la curiosité. On peut voir de belles choses comme des amas d’étoiles ou des galaxies comme Androméde.

    On débute par l’observation à l’œil nu. On découvre les constellations, qui certaines sont toujours visibles comme par exemple la grande ourse, la petite ourse… D’autres sont visibles en fonction de la saison à laquelle on se trouve. Il va sans dire que ce n’est pas aussi catégorisé que cela car le ciel parait tourner et les constellations d’une saison ne disparaissent pas au profit de la saison suivant mais cela se fait progressivement.

    Si l’on connait les constellations on pourra savoir où se trouve une planète.   On les observe toujours regardant vers le sud dans les constellations du zodiaque (cancer, poissons, verseau etc.). Si on connait bien une constellation on s’apercevra qu’il y a une « étoile » inhabituelle, ce sera sans doute une planète. On reconnait une planète car elle ne scintille pas à la différence d’une étoile.
    Les étoiles nous apparaissent sur le même plan mais en réalité elles sont à des distances différents.
    Voir image ci-dessous.

    En ce qui concerne sa lumière (puisque ce sont toutes des soleils comme le nôtre) , si l’étoile est située à 4 année lumière , les rayons que l’on voit à l’instant T sont partie depuis 4 année lumière , on peut supposer que cette étoile à l’instant ou on la regarde est morte ( ces astres , naissent , vivent et meurent )

    Lire la suite
  • Jean-Baptiste Rames est un pharmacien et un naturaliste français, géologue et archéologue.
    Lire la suite
  • Notre soleil qui se montre si genéreux l'été est une étoile comme celles que nous voyons la nuit. Tous ces
    Lire la suite
  • Bien que les ultrasons aient remplacé la pince à broyer du Docteur Jean Civiale, le patient du XXIè siècle qui
    Lire la suite
  • A la tombée des nuits d’automne un grand losange dessiné par 4 lumineuses étoiles se lève à l’est : c’est le
    Lire la suite
voir plus... et appuyez sur la touche SHIFT pour voir tout voir tout

Culture | Articles récents

  • Manuel Rispal, passeur de mémoire

    Manuel Rispal, passeur de mémoire

    La résistance en Auvergne et dans le Massif Central Manuel Rispal en conférence à Laroquebrou en 2014 Ayant eu l’opportunité d’assister à plusieurs conférences de Manuel Rispal, j’ai pris la mesure de la somme de savoirs accumulés au fil du temps sur son thème de prédilection, la résistance en Auvergne et dans le Massif Central. Bien sûr, des ouvrages existent ici et là sur ce sujet, mais personne n’est allé aussi loin dans le recoupement, dans l’identification et dans l’organisation de l’information disponible. Aussi, bien qu’il soit né quelques années après la fin du conflit, c’est le plus légitimement du Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10