cp

  • 1

Les chants d'Auvergne   

 Joseph Canteloube (de Malaret)

Joseph Canteloube

 

C'est en raison des arrangements des Chants d'Auvergne qu'il a collectés, harmonisés, orchestrés et assemblés en cinq recueils, publiés entre 1924 et 193, que le compositeur Joseph Canteloube (1879 - 1957) figure ici.

En effet, Chants d’Auvergne est un recueil de chants traditionnels collectés en Auvergne, puis harmonisés et orchestrés par Joseph Canteloube entre 1923 et 1930. Le compositeur a conçu sa partition pour une voix de soprano, avec orchestre symphonique. Il n'a pas cherché à rester du côté de l'authentiqu ou de la lettre de cette musique. Il n'y a pas d'aspect directement folklorisant dans son travail. Il a plutôt cherché à donner son interprétation de ces mélodies d'origine populaire, un peu à la manière d'un Béla Bartók français, ou comme l'aurait fait un peintre face à un paysage, par exemple (source : Wilipedia)

 Jean-Bernard Cahours d'Aspry, auteur d'une monographie consacrée à Canteloube (Séguier, 2000), narre les circonstances de la naissance de ce tube que fut Baïlero :

"C'était un soir de 1903, à la nuit tombante, dans la montagne qui domine Vic sur Cère dans le Cantal. Il contemplait le majestueux paysage qui s'offrait à ses yeux, quand tout à coup s'éleva le chant d'une bergère qui lançait ses phrases à toute volée. Se gardant bien de se montrer, il commença à noter la mélodie, lorsque de très loin, comme portée par la brise qui se lèvre le soir sur la montagne, il perçut à peine perceptible, la voix lointaine d'un autre berger qui répétait le thème, à six kilomètres de là".

Quand on écoute Baïlero, le plus célèbre des Chants d'Auvergne, on n'est pas loin de se croire en pleine nature au coeur d'une vallée, cantalienne, bien sûr. Baïlero a été interprétée par les plus grandes à travers le monde parmi lesquelles Kiri Te Kanawa, Frederica von Stade, Sarah Brightman, Victoria de Los Angelès, etc.

 

Musique

  • All
  • Artistes
  • Traditionnelle

Culture | Articles récents

  • Jean Civiale, père de la lithotritie moderne

    Jean Civiale, père de la lithotritie moderne

    né le 5 juin 1792 (Salhiles, Cantal) - décédé le 13 juin1867 (Paris) Bien que les ultrasons aient remplacé la pince à broyer du Docteur Jean Civiale, le patient du XXIè siècle qui pénètre, non sans quelque légitime appréhension, dans l’impressionnante salle hi-tech du Centre Médico-chirurgical de Tronquières n’imagine pas le moins du monde que c’est un de ses compatriotes du XVIIIè siècle qui, le premier, a broyé avec succès un calcul sur le vivant. Jean Civiale est né le 5 juillet 1792 dans une ferme de Salilhès, un hameau situé à 900 m d’altitude. Il fréquenta les bancs de l’école, Lire la suite
  • 1
  • 2
  • 3