Tour du Cantal pédestre

Samedi 4 juillet 2009 Marchastel

marchastel1

 

marchastel2

Dès dix heures, Odile inscrit les trois premières personnes : Marie-Claude Buffet, Geneviève Chantome et Daniel Baronviennent du Cher. Geneviève a gardé un très bon souvenir des Tours du Cantal Pédestre auxquels elle a participé pendant une dizaine d’années. Dès qu’elle a vu la renaissance des balades sur Internet, elle a convaincu ses amis de l’accompagner. Ils seront présents toute la semaine, regagnant chaque soir leur hôtel de Collandres.

marchastel3

 

 

Catherine et Jérôme offrent du café et des gâteaux aux vingt deux participants réunis pour cette première journée du renouveau.

Les marcheurs partent à la découverte du parcours de dix kilomètres, balisé petite randonnée (PR).

Le pique-nique les rassemble dans l’écrin de l’ancienne carrière des Trois Pierres. De cette coulée de basalte avaient été extraites les pierres taillées pour le viaduc de Barazol (Lune).

Catherine apporte des boissons. Jean-Yves arrive à son tour pour ajouter des images à celles du matin. Dès neuf heures, il a suivi son guide, Claude Flagel, pour filmer la traite des vaches et la fabrication de fromages fermiers.

 

 

 

 

Le quinze avril, Odile, Jean-Yves et Jean-Claude étaient venus projeter la cassette des années 90 dans la salle de la mairie. Les nombreux souvenirs, rappelés alors aux spectateurs, avaient souligné l’importance du film pour l’avenir. Les élus et responsables associatifs des communes voisines avaient été invités pour préparer le Tour 2009. Ceux de Ségur les Villas, Apchon, Saint Hippolyte, Saint Saturnin, le Claux et Marchastel avaient annoncé leur intention de participer. Ils avaient aussi souhaité que les balades se fassent sur une seule commune, avec une boucle de dix kilomètres et une de vingt. Ils insistaient sur le fait que ces tracés permettraient de découvrir les plus beaux endroits. Ce choix sera entériné dans toutes les réunions suivantes.

 

marchastel4
Les huit participants qui ont annoncé le matin vouloir parcourir vingt kilomètres arrivent les premiers dans la cour de l’école. Après avoir apprécié les boissons et les gâteaux offerts, ils repartent pour la deuxième partie de leur parcours, complétant la forme en huit du circuit. Elle emprunte un chemin balisé VTT. Un bénévole ouvre la marche pour vérifier le balisage, un autre la ferme pour aider les retardataires.


Un marcheur, venu de la Châtaigneraie, a renoncé à un séjour randonnée quand il a appris l’existence du Tour. Il a promis de rester toute la semaine. Il sera présent pour vingt huit étapes.

 

 

Les conversations vont bon train à l’heure du pot offert par le Comité des fêtes. Chacun tient à décrire les superbes paysages découverts, ainsi que la rudesse de quelques montées, heureusement tempérée par les sentiers ombragés suivant les ruisseaux. Á l’arrivée, la visite de l’église, une exposition de chapeaux et des documents sur la vie et l’œuvre du poète local Léon Boyer sont proposés aux visiteurs.

Neuf marcheurs participent au repas servi à vingt heures, en compagnie de quarante trois personnes de la commune. Melon, saucisses et lentilles de la Planèze, fromages, gâteau quatre quarts accompagné de chocolat à croquer et de glaces régalent les gourmands. Le tout est accompagné de vin rosé, de vin rouge et de café. Le service est fait par les bénévoles qui ont aussi préparé le repas.

marchastel5La doyenne de la commune (94 ans !) est de la fête, avec son humour permanent et ses histoires pleines de gaîté. Á vingt-deux heures, elle regagne sa maison proche d’un pas alerte de jeune fille.

Le premier film de l’été 2009, réalisé par Jean Yves, est projeté en plein air. C’est en 1989 et 1990, que Jean Yves et son ami Franck avaient découvert cette activité. Jour après jour, ils s’étaient perfectionnés en voyant les réactions des acteurs et en entendant leurs remarques. Les applaudissements sont accompagnés par les éclairs et les grondements de l’orage.

 

 

marchastel6

Á minuit, le rangement des tables, bancs et tentes est à peine terminé quand une averse s’abat. Odile et Jean Claude regagnent la caravane du Tour stationnée près de la mairie. Jean-Yves emmène son camion au-dessus du bourg pour dormir au calme. Les toilettes et le lavabo publics sont laissés ouverts pour eux. Pour la vraie douche il faudra attendre… demain peut-être ? Ils vivront de cette manière les 46 journées… de « vacances ».

 

marchastel7

 

Tout près du bourg, au pied du rocher qui surplombe la rivière Graule, un site d’escalade accueille les grimpeurs

 

Le 24 juillet 1989, Marchastel accueillait les marcheurs partis le matin   de Valette pour la deuxième année du Tour. Le lendemain, à onze heures trente, ils repartaient vers Trémouille.  Le correspondant pour la commune était Alain Sautou.

Le 11 juillet 1990, c’était l’étape La Crégut-Marchastel.

Le président du comité des fêtes, Joseph Escourolle était associé à Alain Sautou comme correspondant.

Le 7 août 1991, la promenade s’inversait, faisant découvrir les sentiers de Valette à Marchastel.

L’historien Deribier du Chatelet, qui consacre en 1820 quatre pages à Marchastel, annonce 1 278 habitants. Il y a vingt ans, la commune en comptait encore 310. Ils ne sont plus que 169 au dernier recensement.