Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

Au milieu du XIX siècle, la misère était grande dans les campagnes et plus spécialement en Auvergne. Rester au pays et vivre dans  la misère ? Les plus courageux faisaient leur valise en espérant trouver ailleurs des conditions de vie acceptables et .... qui sait . .. la fortune ?

Gare de Lyon étant leur terminus, les cantalous se sont regroupés autour de la Bastille ! Sans qualifications, les métiers les plus ingrats leurs furent réservés.

Porteurs d'eau bougnat02

 

Porteurs d'eau, frotteurs de parquet, ferrailleurs, ramoneurs, porteurs de charbon, limonadiers, tels furent les premiers emplois qui permirent à nos compatriotes de survivre, de vivre, de bien vivre et quelquefois de faire fortune et de retourner fièrement au pays.

La rue de Lappe, d'abord consacrée à la ferraille, change d'orientation et devient peu à peu un lieu d'activités festives. Troquets "Bois et charbon" font leur apparition et cette zone tranquille devient le repère des "apaches". Après de nombreuses "altercations" et "surinades", Auvergnats et Italiens associèrent les cabrettes et accordéons diatoniques pour former les premiers bals musette.

 

Paris XI rue de Lappe 01 Balajo

 

Issus du sud-est Cantal, on montait à Paris, jeune, avec comme rêve  de s'établir dans la limonade. Les anciens, ayant souvent réussis, possédaient les cafés les plus célèbres. Loufiat d'abord puis  garçon de cave, de salle,  gérant chez un ami (après avoir fait preuve de sérieux et de son sens du commerce) et enfin le rêve : s'installer à son compte, à l'aide d'une tontine chez un "Pays" grossiste en boisson ...

Nombreux de ces "expatriés" reviennent pour la retraite, rénovent la maison familiale, tandis que fiston prend la relève et gère le ou les bars, restaurants, brasseries ...

Vous qui montez à la capitale allez leur rendre une petite visite, parler du pays leur fait toujours plaisir.