Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

Voir toutes les pages du dictionnaire statistique du Cantal

  La commune de Vieillevie aujourd'hui

  Ces pages ayant été numérisées nous ne pouvons garantir une fidélité exacte à 100% du texte malgré le soin apporté à sa correction.

Vieillevie.

— La commune de Vieillevie dépend du canton de Montsalvy et de l'arrondissement d'Aurillac. Elle est bornée au nord par celles de Cassaniouze et de Junhac; au sud , par la .rivière du Lot, qui la sépare du département de l'Aveyron (commune de Senergues); à l'est, par la commune de Montsalvy et le département de l'Aveyron (commune d'Entraigues), et à l'ouest, par le ruisseau du Soulou, qui la limite du côté de la commune de Cassaniouze. Elle est arrosée par le Lot et les ruisseaux du Soulou, de l'Espau , de la Bouriotte, de la Croie ou de Fournico, de Comberousse, etc.

L'étendue du territoire de la commune de Vieillevie est de 950 hectares , dont. 200 h. en terres cultivées; 50 h. en prés et pacages ; 40 h. en bois taillis et futaies ; 200 h. en châtaigneraies, donnant un excellent produit qui sert à la nourriture des habitants et fournit à l'exportation; 60 h. en vignes dont le vin est médiocre, mais qui utilisent des coteaux maigres et chauds; enfin , 500 b. en terres vagues, rochers et bruyères, ce qui fait le tiers de l'étendue de la commune. Le sol est rocailleux et très-accidenté. Il offre des pentes rapides et souvent fouillées par des torrents lors des grandes pluies. Le schiste (alqueux et l'argile dominent dans sa formation.

La population de la commune du Vieillevie est de 503 habitants. Il va 11 villages, 19 hameaux et 81 maisons.

Le chef-lieu, Vieillevie, à 1 myr. de Montsalvy et a 4 myr. 4 kil. d'Aurillac, est un petit bourg situé sur le Lot. Il est animé par la navigation de la rivière sur laquelle on embarque beaucoup de bois destinés à faire des tonneaux. On y voit quelques maisons bien bâties et un ancien château composé de quatre tours rondes sans créneaux et en ruines. Ce château, dominant le bourg et la rivière, a une physionomie pittoresque; on y remarque encore la prison et les caveaux; les fenêtres sont croisées, et les cheminées portent des écussons malheureusement dégradés. De pauvres gens l'habitent. L'église est sous l'invocation de saint Laurent. Beaucoup de personnes viennent invoquer son saint .patron pour être guéries des maux de dents. Une tour carrée sert de clocher. Vieillevie était un prieuré au XIII° siècle. Frère B. était recteur de Vieillevie en 1282; Zacharie Veyssier, en 1557; N. Raymond de Turlande, en 1371 ; Jean Lacrots, en 1599; Jean Fleys, en 1601 ; autre Jean Fleys, en 1742; Guillaume Castanié, en 1771.

L'église de Villedieu a été illustrée par la présence du père Bridaine, qui vint y prêcher une retraite.

La seigneurie de ce lieu était divisée entre les seigneurs proprement dits, le prévôt de Montsalvy, le chapitre de Conques, les religieuses de Saint-Projet, le seigneur de Junhac, etc.

Il a existé une famille de Vieillevie. Guillaume de Vieillevie, chevalier, servit en 1219 de témoin pour Henri I°, comte de Rodez. Pierre de Vieillevie fut bailli des montagnes d'Auvergne vers l'an 1224. N. Aymery de Vieillevie, damoiseau, garde-scel de la prévôté de Montsalvy, intervint en 1282 dans un arbitrage entre les consuls de la ville et le monastère de Montsalvy. Cibille de Vieillevie était dame de la Salle , prés Montsalvy, en 1405. Antoine de Vieillevie, coseigneur d'Auberoque, fui aussi seigneur de la Salle en 1450. Peu après, en 1477 , cette terre passa à Arnaud du Mouastier, seigneur dudit lieu, et fut plus tard transmise à la famille de Montarnal, Antoinette du Monastier ayant épousé, en 1487, N. Amaury de Mouret de Montarnal. Nous devons dire quelques mots sur la généalogie de cette dernière famille . qui est très-ancienne et distinguée. On trouve un Guillaume de Montarnal en 1200. Pins tard, le fief de Montarnal passa, par alliance, à la famille de Mouret qui en prit le nom. Amaury de Mouret devint, ainsi qtie nous l'avons dit, premier seigneur de Vieillevie par son mariage avec Antoinette du Monastier. Leur fils, Gaspard de Mouret, fut seigneur dudit lieu, de Montarnal, Châteauvieux, Montlausy et du château de Vieillevie, etc. Il vivait en 1527, et avait servi avec distinction , ainsi qu'Amaury , son père. N. Antoine de Mouret était gentilhomme de la chambre du roi et seigneur de Vieillevie en 15i0. Victor de Mouret, baron de Montarnal, seigneur de Vieillevie, Pagas, etc., fit ses preuves en 1666 devant M. de Fortia, intendant d'Auvergne. La famille de Mouret de Montarnal s'était alliée avec celles d'Escorailles, Murat, Merinhac, La Valette, (lardailhac de Groslée , etc. La terre de Vieillevie fut unie à celle de Junhac. En 1777 , François Figeagols de La Grange , trésorier de France à Montauban, portait le titre de baron de Montarnal et possédait les seigneuries de Vieillevie, Junhac, etc., Vieillevie relevait de la baronnie de Calvinet.

Les villages et hameaux de la commune sont:

Aynès, village sur le Lot, à l'est du bourg. Il a existé un prieuré sous le nom de Notre-Dame d'Aynès.

Blanadet, village sur les ruisseaux de Comberousse et de Las Garrigues, à leur jonction.

Borie (la), village sur un petit plateau.

Bouriotte (la), hameau.

Bruel (le), village.

Combe-du-Fabre (la), hameau.

Condamine (la), village dans un vallon, a l'est du chef-lieu.
Croux (la), hameau.
Esclouts, hameau.

10° Espaux, village sur le Lot, à l'ouest du bourg.

11° Fleys(\e), village situé au tiord de Vieillevie, sur une arête étroite ayant une gorge à l'ouest et plusieurs ravins à l'est.

12° Fontanelles (les), hameau.

15° Frons, village.

14° Galippe (la), village.

15° Garric (le), hameau.

16° Garrigue (la), hameau.

17° Malbert, village.

18° Mazet (le), hameau.

19° Pont (le), hameau.

20° Port (le), village sur le Lot, à l'est de Vieillevie.

21° Puech (le), village sur le ruisseau de Comberousse et au nord du bourg

22° Puech-Mege, village non loin de Port.
25" Riboutou, hameau.
24° Soulier (le), hameau.
25° Soulou (le), hameau.

26° Tensouses (les), château aujourd'hui inhabité , et ancien fief qui a appartenu à la famille de Tremouille, puis à la famille de Conquans. Noble Hugues de Conquansen était seigneur en 1580, et Guillaume en 1589. En 1636, Bernard de Conquans, seigneur des Tensouses, fut blessé à mort dans un duel avec Louis de Vielval, seigneur de Favars. Avant la révolution de 1789, la propriété des Tensouses appartenait au sieur de Pigeagol, qui en était seigneur en 1777.

27° Vidalie (la), hameau.