Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

Voir toutes les pages du dictionnaire statistique du Cantal

  La commune de La Vaissenet aujourd'hui

  Ces pages ayant été numérisées nous ne pouvons garantir une fidélité exacte à 100% du texte malgré le soin apporté à sa correction.

Vaissenet (La). — La commune de La Vaissenet fait partie du canton et de l'arrondissement de Murat.

Elle limite au nord celles de Bredon et de La Chapelle-Allagnon; à l'ouest, encore la commune de Bredon; au sud, celle de Valuéjols, et à l'est, celle d'Ussel.

La superficie du territoire de cette commune est, comme on peut le voir dans les tableaux de l'ouvrage, de 1,062 hectares 12 ares 15 centiares, dont 373 h. de terres productives en céréales diverses, mais principalement en blé seigle, et 198 h. de prairies en partie arrosées, et produisant d'excellent fourrage. Il y existe un petit bois taillis (essence de hêtre), un lac où l'on pêche des sangsues fort appréciées des médecins et supérieures à celles de Hongrie, des pâturages et bruyères où l'on engraisse des moutons; enfin, une montagne à vaches laitières donnant un produit annuel de 55 quintaux métriques de fromage. , La base du sol est formée par des tufs volcaniques fortement chauffés, dans lesquels on trouve des fossiles végétaux.

L'unique ruisseau de La Vaissenet, qui coule de l'ouest à l'est, arrose la commune sur une grande étendue.

La population est de 582 habitants, répartis dans 4 villages, 2 hameaux et 83 maisons.

La Vaissenet, chef-lieu, a 5 kilom. de Murat, est un bourg situé à la base d'une petite colline et au pied des premières montagnes du Cantal. C'était jadis une châtellenie qui appartenait à Marquèse de l1eyre. Elle comprenait, d'après Chabrol, les villages de La Vaissenet, Entefaille (détruit), Cheylanne, le Moulindu-Champ, La Garde, Moulèdes et Toursou.

L'église, sous l'invocation de saint Cyr, est construite sur le mamelon qui domine le village. Son architecture ogivale parait appartenir au XIV° siècle. Sa longueur, dans œuvre , est de 18 mètres sur 5 mètres 65 cent, de largeur; les deux chapelles latérales ont 4 mètres 65 cent, de longueur sur 3 mètres de largeur; elle est très-bien voûtée. Le retable du maître-autel est orné d'un tableau très-estimé des connaisseurs; il représente Jésus sur la croix; on remarque dans un angle du tableau des armoiries un peu effacées, ce qui ne permet pas de reconnaître le nom de la famille à qui elles appartenaient. Cependant , tout ferait présumer qu'elles sont de quelque seigneur de la maison de Cheylanne.

Le clocher est dans le genre campanille. On arrive sur la plate-forme au moyen d'un escalier à hélice, logé dans une tour ronde dont la toiture à aiguille produit un très-bel effet. Au-dessus du porche, également voûté en ogive avec nervures et claveau sur l'entablement ou corniche, on remarque des animaux allégoriques sculptés en ronde bosse. Les desservants et curés connus de La Vaissenet ont été : MM. Manenc, en 1617 ; Roussilhe, en 1617 ; Chappe, en 1665; Manenc, en 1687 ; Bastide, en 1687; Henris. en 1691 ; Salgues. en 1693; Chiniard, en 1802; Viallard, en 1823; Martin, en 1828; Rigal, en 1838; Salvage, en 1854.

Les villages et hameaux de la commune sont:

Borie (la), hameau.

Cheylanne, village bâti sur un plateau, ancienne vicomte fort considérable. Elle appartenait, en 1215, à Amblard de Murat; elle passa, en 1284, dans la maison dePeyre. et, en 1349, dans celle de d'Estaing; puis dans la famille de l'Etrange, en 1550, et dans celle de Si-Nectaire en 1604; ensuite dans la maison de Crussol, en 1688; puis encore au marquis de Garlande, qui fit des réparations au château, en 1729, et enfin dans la famille de La Faige en 1750.

Cette terre se régissait par la coutume de Riom.

Le château était bâti sur le point culminant du plateau el dominait le village; les ruines, encore très-apparentes, permettent d'en donner la description la plus précise.

Le plan était un parallélogramme de 16 mèt. de longueur sur 8 de largeur. Le château était flanqué de deux tours sur les angles de la façade principale, a l'aspect de l'Orient; il y avait encore une autre aile de bâtiment ayant façade au sud et flanquée d'une grosse tour au couchant ; elle était voûtée en ogive avec nervures et claveaux , et couronnée par un mâchicoulis à meurtrières. La porte d'entrée était en ogive, et l'escalier en pierres de taille, menait dans les appartements supérieurs et avait une rampe très-douce.

Le château fut pris et rasé par les Anglais en 1560; saccagé en 1409 par Renaud II, vicomte de Murat, et enfin complètement détruit par un incendie en 1789. Il avait des fossés qui existent encore, une chapelle, de vastes et belles écuries, et surtout une fontaine très-remarquable, mais totalement détruite, qu'alimentait une source nommée Fontaine de las Corps, distante de 2 k. et située au nord du village de Toursou. Les eaux en étaient amenées au moyen de conduits en argile fort bien cimentés entre eux. En labourant les terres, on en a trouvé une grande quantité.

Garde (la), hameau.

Moulèdes, village situé près de la route de St-Flour à Murat. On y pêche des anguilles et du poisson blanc.

5° Toursou. village.

On remarque sur le territoire de La Vaissenet les vestiges apparents de plusieurs autres villages et habitations aujourd'hui détruits, savoir:

Entefaille, situé au sud-est de La Vaissenet, près du chemin de Murat à Valuéjols , non loin du pont de Loubezargues. La tradition rapporte que cet endroit fut ravagé par la peste de 1435 qui sévissait en Auvergne.

Estival (L’), bâti au couchant du village de Toursou, sur le chemin qui conduit au Cher. En 18ô8, on y trouva des monnaies de cuivre en petit bronze. Il est dit que l'Estival fut aussi décimé par la peste, et qu'une vieille femme, dernière victime de l'épidémie, rendit le dernier soupir sous une grosse pierre peu éloignée de l'endroit.

3° Soucheire (la), située derrière le Boi» de Cheylannes, aspect d Orient, et près

de l'ancienne route de St-Flour à Murat, qui passait par le pont de Cheylanne. Les murs de ses habitations, tout couverts de lichen, étaient formés de gros blocs de basalte et sans aucun ciment, ce qui ferait présumer que leur existence remontait à des temps reculés.

4° Enfin la Glaïjoune situé dans la partie de la Devèze-de-Cheylanne nommée le Content. On rapporte que la Soucheire dépendait de ce lieu pour le culte.

Seguy,

Architecte de la ville de Murat

 

Autres pages à voir