Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

 

Voir toutes les pages du dictionnaire statistique du Cantal

 

  La commune de Teissières de Cornet aujourd'hui

 

  Ces pages ayant été numérisées nous ne pouvons garantir une fidélité exacte à 100% du texte malgré le soin apporté à sa correction.

 

TEISSIERES-DE-CORNET.

— Cette commune fait partie du canton sud et de l'arrondissement d'Aurillac. Sa configuration est fort allongée de l'est à l'ouest. Ses confins sont : au nord. Ayrens; au sud, Crandelles; à l'est, Jussac ; à l'ouest, Saint-Paul.

La superficie de son territoire est de 900 hectares, dont 500 h. en terres cultivées; 330 h. en prés et pacages, et 50 h. en bois et vergers.

Elle est arrosée par les ruisseaux du moulin de Lavaur, par celui de Colin, qui naît à Sournac, et par celui de Meyrou.

Sa population est de 375 habitants , répartis dans 6 villages, 3 hameaux et 69 maisons.

Teissières, le chef-lieu, à 1 myriam. 2 kil. d'Aurillac, est un petit bourg situé sur le ruisseau de Sournac. Il ne présente rien de remarquable.

L'église , sous l'invocation de saint Men , est petite. Jadis, elle avait trois chapelles; mais, depuis cent ans environ, elle n'en a plus que deux, consacrées, l'une à saint Clair, et l'autre à Notre-Dame-de-la-Miséricorde. De médiocres bénéfices étaient attachés a ces chapelles , et les chapelains avaient chacun leur maison particulière.

L'église, en 1094, avait le titre de prieuré , au nom de saint Etienne-desCornets; elle dépendait, en 1246, de l'archidiacre d'Aurillac, suivant le don que lui en fit Guy de La Tour, évêque de Clermont. Ce prieuré resta à la collation de 1'évêque. En 1545, l'église était sous le vocable de Notre-Dame.

Pierre d'Escorolles était recteur de Teissières en 1389; Louis Bec, en 1622; Guillaume Guibal, en 1649; Louis Vermenouse, en 1093; il avait fait des dons considérables, en 1687, pour l'établissement d'un séminaire à Aurillac; mais ce projet ne fut pas réalisé dans cette ville. Louis Limarches fut prieur en 1740; Alexis Tr.enty, en 1742. ,

On voit dans le bourg les vestiges d'un ancien château.

Une famille de chevalerie a porté le nom de Teissières, en latin Taxeriis. Bertrand de Taxeras était chevalier de St-Jean-de-Jérusalem avant 1230, et succéda comme grand maître à Guérin de Montaigu , en 1232. Toutefois, ce nom de Taxeriis, que des historiens traduisent par celui de Texis, laisse quelque incertitude sur l'attribution qui en a été faite à la maison de Teissières. Le prénom de Bertrand est le même, et donne quelque créance à l'opinion qui regarde ce grand maître comme Auvergnat; de plus, le nom latin de Teissières étant Taxeriis, la confusion doit résulter d'une fausse traduction. N. de Teissières était général des galères de Malte; il fut tué en 1567; il était de la branche de Marfons, près de Polminhac. Antoine de Teissières vendit Marfons à N. de Fontanges, en 1581

Vers 1611 , Teissières appartenait à Jacques de Pestel. Géraud de Pestel n'eut qu'une fille qui devint son héritière, et porta Teissières en mariage à Claude de Montai. François de Castries, seigneur de Torsac , épousa Anne de Montai, héritière de Teissières. Jean-François de Castries, seigneur de Torsac, capitaine de carabiniers, était seigneur de Teissières en 1790. (Voir le Nobiliaire.)

Les villages et hameaux de cette commune sont:

Boissières, domaine considérable qui était un flef anciennement appartenant au sieur Fortet de Cavanhac- Il y avait une chapelle.

Bramapau, hameau.

Calmette (la), hameau et petit château à l'est du bourg. Il appartenait au sieur Vigier, d'Aurillac.

Combe (la), village prés et à l'ouest de Teissières.

Cornet, village à l'est du bourg. Son nom a été réuni à celui du chef-lieu. Il est bien bâti et situé-dans une position agréable. MM. Garnier, d'Aurillac, possèdent à Cornet une ferme d'un bon produit. Ils ont découvert dans leur propriété, il y a peu d'années, un vaste souterrain bien muré, et qui doit remonter à une haute antiquité. D'après des renseignements très-exacts que nous devons à la bienveillance de M. Félix Garnier, avoué, l'un des propriétaires, ce souterrain a été exploré sur une longueur de 43 mètres. Il est tortueux et se divise en plusieurs branches. La largeur de la galerie d'entrée est de 2 mètres en moyenne, la hauteur de 2 m. 20 c. à 2 m. 30 c. Les autres galeries, plus étroites et plus basses, ont à peu près la moitié de ces dimensions; cependant, l'une d'entre elles s'élargit et se relève vers le point où les travaux ont cessé par suite d'éboulements. Sur les deux côtés du souterrain, s'ouvrent plusieurs caveaux arrondis en forme de fours; ils ont un diamètre de 1 m. 50 c. à 2 m., et une hauteur de 1 m. 20 c. à 1 m. 50c. On ne peut indiquer d'une manière certaine la destination de cet ouvrage; cependant, tout porte a y reconnaître une crypte celtique.

Puéjac, village situé à mi coteau, entouré de vergers et de prairies. Il faisait jadis partie de la commune de Reilhac.

Quier (le), village sur le chemin d'Ayrens. Il domine un petit vallon.

Sournac, village de belle apparence, attenant à Puéjac, mais plus rapproché du chef-lieu.

Les terres de la commune sont en partie calcaires et donnent de bons produits; les prairies sont arrosées avec intelligence et de bonne qualité. Teissières-de Cornet était de droit écrit et relevait d'Aurillac. Cette commune fut imposée à l,400.Liv., en 1696, dans l'élection d'Aurillac.

P de C

 

Autres pages à voir