Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

Voir toutes les pages du dictionnaire statistique du Cantal

  Ces pages ayant été numérisées nous ne pouvons garantir une fidélité exacte à 100% du texte malgré le soin apporté à sa correction.

Santoire (la). — Deux ruisseaux qui s'échappent, l'un du Col-de-Cabre {le ruisseau de Pradines), et l'autre du Puy-Mary, viennent se réunir, après avoir quitté la région alpestre, en face de la Vigerie, et forment la rivière de Santoire; elle coule d'abord vers le nord-est jusqu'au dessous de Colanges, dans un vallon étroit, embelli néanmoins par des prairies fertiles, dessinées avec symétrie, sur l'un et l'autre versant, par des haies presque rectangulaires. Sur la rive gauche, on remarque l'antique château des seigneurs de Dienne, qui n'est plus qu'une ruine, l'église romane de Dienne, et, sur la rive droite, le rocher de la Queille, sur lequel était bâti un temple consacré à Diane, qui fut démoli sous le règne de Charlemagne Ensuite, la rivière décrivant une courbe au midi jusqu'au village du Monteil, prend sa direction vers le nord; la croupe des monts s'affaisse alors par degrés, le vallon s'élargit, la rivière coule plus à l'aise, et bientôt elle atteint le pont de la Gazelle, en face de Ségur, où le chemin de grande communication de Bort à Murat doit se réunir à celui de Condat à Murat, par la vallée de la Santoire ; elle a reçu déjà les eaux de l'étang de Sauvage, qui s'échappent au moyen d'un canal taillé dans le roc, du ruisseau de la Gazelle, de celui de Vialat, et, continuant ses ondulations à travers les prairies qui bordent ses rives, elle arrive à St-Saturnin pour y recueillir la rivière de Londres venant du Limon, et, plus bas, à St-Bonnet, le ruisseau de la Pradier, qui lui arrive .des montagnes opposées. La chapelle de Notre-Dame-de-Valentine, sa position pittoresque sur la crête de la vallée, et là-haut, vers la montagne, la silhouette bistrée d'un manoir féodal, qui a nom Peyrelade, ont dû fixer votre attention, non moins que la forteresse démantelée de Lugarde, gardienne autrefois du défilé dans lequel s'engage la Santoire.

Ici, tout change d'aspect, le vallon se réduit à une étroite gorge au fond de laquelle la Santoire torture vainement ses ondes mugissantes pour miner les parois de son lit de Procuste; les basaltes qui dominent St-Bonnet, à l'est, se sont rapprochés de la rive droite; ceux de Lugarde, sur l'autre rive, orîl suivi la même impulsion; leur jonction était imminente si une main toute-puissante n'y eût mis obstacle, et, les eaux de la Santoire aidant, il s'est formé, au-dessous de St-Bonnet, une gorge profonde qui ne s'arrête qu'à la Rhue do Condat. Du milieu de la rivière s'élance à près de cent trente mètres de hauteur, semblable à l'obélisque de la place de la Concorde ou à la colonne Trajane, une pyramide effilée de basalte, qu'on nomme Roche-Pointue; non loin de là se trouve un rocher d'aragonite fibreuse, et, sur les deux versants, les bois de Combret et de Font-Sainte descendent jusqu'à la berge. Au-dessus du village de la Quairie, des masses de basaltes réunies en cônes énormes, forment, par leur retrait, de profondes crevasses qu'on appelle Tranchades, dans lesquelles ou ne pénètre pas sans danger; on y trouve de la glace pendant les plus fortes chaleurs de l'été. Les tufs basaltiques, au nord du village, sont à ciment calcaire, ce qui explique la fertilité remarquable des prairies arrosées par les sources abondantes qui naissent au pied de ces rochers d'origine ignée. On aperçoit en face les restes mutilés de l'ancienne abbaye de Feniers, et la Santoire, alors débouchant dans le bassin de Condat, vient, en perdant son nom, mêler ses eaux à celles de la Rhue, après avoir parcouru environ 43 kilomètres.

Louis Robin.