Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

Voir toutes les pages du dictionnaire statistique du Cantal

 La commune de Rouziersc aujourd'hui

  Ces pages ayant été numérisées nous ne pouvons garantir une fidélité exacte à 100% du texte malgré le soin apporté à sa correction.

Rouziers. — Cette commune, qui dépend du canton de Maurs et de l'arrondissement d'Aurillac, est bornée au nord par celles de Parlan et de Cayrols, au sud et à l'ouest, par St-Julien-de-Toursac; enfin, à l'est, par la commune de Boisset.

Son étendue est de 850 hectares, dont 200 h. en terres cultivées; 200 h. en prés et pacages; 250 h. en châtaigneraies; 70 h. en bois, et 130 h. en terres vaines.

Elle est arrosée par les ruisseaux des Escouroux, de Toursac et d'Anes. Sa population est de 391 habitants, répartis dans 7 villages, 12 hameaux et 78 maisons.

Rouziers, le, Marc et Pierre de Rouziers, damoiseaux, étaient, en 1317, coseigneurs du château fort de Toursac. Cette famille se fondit plus tard dans celle de Reilhac.

Les villages et hameaux de la commune sont:
Anès. moulin sur le ruisseau de ce nom.
Berneille, hameau.
Boissolle ou la Boisse, hameau près de la route départementale.
Boudy, hameau.
5e Boutardy, hameau.
Cabanelle, hameau.
Carrals (las), hameau.
Carrières (las), village au nord de Rouziers et près de la route. C'était une châtellenie qui a donné son nom à une famille distinguée. Bernard La Carrière, damoiseau, acheta des propriétés, en 1317, de N. Pierre de La Roque. Bertrand, son fils, fut affranchi à la même époque, pour un affar qu'il possédait, par le seigneur de Reilhac. Bertrand succéda à son père dans la seigneurie et le château de las Carrières, en 1353. Rigal de La Carrière, écuyer, fut du nombre des vassaux nobles du Carladès qui prêtèrent, en 1470, serment au roi Louis XI. 11 fut vice-bailli en 1471. Jacques et Paul de La Carrière exercèrent la même charge de vice-bailli en 1604 et 1606. Antoine Raymond le fut aussi en 1684. François-Joseph de La Carrière, son fils, devint seigneur de Comblat par son mariage avec Marie-Françoise de Cabanes-Comblat, héritière de cette maison.

Quant à la seigneurie et au château de las Carrières, ils passèrent à la famille de Veyrières par suite d'une transaction faite, après 1500 , entre Rigal, époax d'Antonie de Veyrières, et Jacques et Antoine de Veyrières, qui lui donnèrent en échange le domaine de Bouissou. Bégon de Veyrières, fils de Jacques, fut seigneur de las Carrières en 1539. Jean de Veyrières n'eut qu'une fille, qui réunit par succession les deux châtellenies de Requiran et de las Carrières et les porta en dot à N. François de Peyrusse, en 1609. La famille de Caissac la posséda quelque temps; puis elle fut vendue, en 1660, à N. Claude de Naucase. Le marquis de Naucase possédait las Carrières en 1712. Le château se composait alors d'une grosse tour, d'un corps de logis et d'une tour ronde renfermant l'escalier. Antonie de Veyrières avait épousé, en secondes noces, Rigal de Conquans. Celui-ci vendit las Carrières à ses neveux.

Cayrou (le), village près du bourg, sur le ruisseau d'Anès.

10° Cornalie (la), hameau.

11° L'Encheval, village près de Reilhac.

12° Page (la), village sur la route.

13° Font-Bonne, hameau.

14° Prat (le), hameau à l'ouest du bourg.

15° Puech (le), village rapproché du chef-lieu. Il appartenait, en 1355, à Géraud Agnier, de Maurs, et à Cécile de Reilhac, sa femme.

16° Puech-Manié, village à la limite du département et à l'ouest du bourg.

17° Portail, hameau.

18° Reilhac, hameau où l’on voit les ruines du château de ce nom, qui l'a donné à une famille noble, différente de celle de Rilhac. Bernard de Reilhac vivait en 1312; Hugues était coseigneur du fort de Toursac en 1329; Bernard de Reilhac, archidiacre d'Aurillac, fit, en 1303, hommage à l'évêque de Clermont, pour certains villages qu'il possédait près de Rouziers; Richard habitait le repaire de Reilhac en 1350; Géraud de Reilhac habitait le château en 1424 ; Jean, en 1474; Pierre fit sa nommée au roi, en 1540, pour sa seigneurie, château, maisons et rentes qu'il avait dans la paroisse de Rouziers.

Quelques écrivains ont avancé que le château de Reilhac avait vu naitre saint Robert, fondateur de l'abbaye de la Chaise-Dieu, et que son frère, Guillaume, qui fit des dons à l'église de Brioude, était seigneur de Rouziers. Nous ignorons sur quelles bases ces suppositions ont été avancées.

19° Sartre (le), village au nord de Rouziers, près de la route.

20° Vigealort, village vers St-Julien.

21° Virade (la), hameau.

M. de Sistrière dit que « Messire Claude de Naucase tient en franc fief et noble dépendant du comte de Carladès, en toute justice, les cens et rentes qu'il possède sur Rouziers.

Jean Legrenier, écuyer, Sr de Pradelet, résidant au lieu de Rouziers, tient en fief franc et noble du comte de Carladès, sa maison et jardin et une châtaigneraie.

Guy d'Arses, résidant à Maurs, tient en franc fief et noble, relevant du comte de Carladès, 24 septiers blé seigle, froment ou avoine, pour des rentes qu'il perçoit sur la paroisse de Rouziers. »

On croit qu'il existe dans les rockers de la commune situés vers Boisset, des fiions de minerai d'argent et même d'or non exploités encore.

Le sol schisteux et sablonneux est d'un produit médiocre. Les châtaignes offrent la seule nourriture des habitants du pays pendant une partie de l'année.

L'église de Rouziers était à la collation de l'évêque. La paroisse se régissait par le droit écrit et relevait d'Aurillac.

Rouziers fut imposé à 810 livres dans la répartition de l'impôt de 1696 pour l'élection d'Aurillac.

P. de C.

Autres pages à voir