Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

Voir toutes les pages du dictionnaire statistique du Cantal

  Ces pages ayant été numérisées nous ne pouvons garantir une fidélité exacte à 100% du texte malgré le soin apporté à sa correction.

Roumegoux. — Cette commune dépend du canton de St-Mamet et de l'arrondissement d'Aurillac. Sa forme est très-allongée du nord-ouest au sud est. Elle confine au nord avec la commune de Glenat; au sud, avec celle de Parlan; à l'est, avec Pers et St-Mamet, et à l'ouest, avec St-Saury et Glenat. La surface de son territoire est de 1,500 hectares, dont 250 h. en terres cultivées; 400 h. .«n prairies et pacages; 60 h. en châtaigneraies; 150 h. en bois de toute nature, et 400 h. en bruyères et rochers.

Elle est arrosée par les ruisseaux de l'Etang, de Besseyre, de Pers, des Moulés, de Maligre, etc.

Sa population est de 564 habitants, répartis dans 9 villages, 16 hameaux et 71 maisons. ,

Roumegoux, le chef-lieu, à 1 myr. de St-Mamet et à 2 myr. 9 kil. d'Aurillac, est un petit bourg situé entre deux vallons, sur un ruisseau.

L'église, fort ancienne, est sous l'invocation de saint Paul; elle a la forme d'une croix, avec une chapelle de chaque coté. Celle du midi appartenait à la maison de Fargues. Le marquis de Merville, baron de Laroquebrou, avait aussi une chapelle particulière en 1690; elle lui venait de la maison des Montai, anciens seigneurs de ce lieu. Plusieurs autres chapelles avaient été construites en outre des deux indiquées, car nous trouvons le marquis de Cornusson La Valette et une dame de Roumegoux en ayant une chacun en leur possession. Le clocher surmonte la porte principale.

N. Delort fut recteur de Roumegoux en 1297 ; autre Jean Delort l'était en 1555; Robert La Griffai, en 1577 ; Bernard Lacombe, en 1421 ; Gabriel Estorgue, en 1490; Antoine Combe, en 1540. Antoine Madelhos fut curé en 1643. Antoine Esquirou, prieur, en 1742; Barriac St-Martin, en 1752 ; Jean Prax, en 1768 ; Louis Mandet, en 1774.

Il existait à Roumegoux une communauté de prêtres qui y possédait des rentes acquises de divers seigneurs. En 1540 ils en rendirent hommage au roi.

La seigneurie de Roumegoux était un fief assez considérable, avec un château vaste et un bel étang. En 1668 il y avait deux corps de logis et une grande tour ruinée en partie. Les restaurations que l'on y fit l'avaient rendue une place forte, qui subsistait encore en 1754. Le château renfermait un grand nombre d'appartements; dans la cour, on trouvait un pavillon carré; mais la grande tour n'était plus habitée. Ce qui reste de ce château est en état de délabrement ; il appartenait, en 1789, à la famille de Fargues, ainsi que le domaine qui en dépendait et celui de la Durantie.

Roumegoux avait donné son nom à une famille éteinte depuis longtemps. Le plus anciennement connu est Hugon de Roumegoux, qui vivait en 1171. Durand de Montai, devenu seigneur, fit hommage, en 1261, de son château fort, comme le tenant en arrière-fief, au vicomte de Carlat. Peu d'années après, il passa dans la maison de Durban, qui a joui longtemps de cette seigneurie. Bernard de Durban vivait en 1287. Il acheta, en 1298, des rentes à Roumegoux, qui lui furent cédées par Guillemine de Méallet. Son frère, Rigal, et Antoine, son fils, passèrent un traité, en toi9, avec Adhémar, abbé de Maurs.

Géraud de la Malaplanhes était coseigneur de Roumegoux en 1365. Pierre de Durban avait épousé Yolande de La Garde. Avec Bertrand, son fils, il fut obligé de plaider contre Guillaume de La Garde, et son fils, Antoine, au sujet de la dot d'Yolande. Il acheta, en 1396, la seigneurie de Pers de N. Chatard de La Roche d'Agoux ou d'Yolet. Pierre vivait encore en 1406.

Bertrand de Durban, seigneur de Roumegoux en 1410, rendit hommage au vicomte de Carlat. On voit par cet acte que le château avait été considérablement agrandi depuis 1350.

Pierre de Durban, son fils, maria, en 1460, Marguerite, sa fille, avec N. Pierre de Méallet de Fargues. Jean et Rigal, frères de Marguerite, ayant quitté l'Auvergne pour se fixer dans le Rouergue, où ils avaient des propriétés considérables, la terre do Roumegoux fut portée en dot à Pierre de Méallet. Cette seigneurie fut encore augmentée par la donation que fit plus tard Jean de Durban a Louis de Méallet, son neveu, de tout ce qu'il possédait encore à Roumegoux.

Jean de Méallet, propriétaire de cette seigneurie, la vendit, en 1601, à N. Jean de Barriac, au prix de 18,500 livres. Il possédait déjà une grande partie de la terre et le château de Roumegoux. Jean de Barriac revendit une partie de cette terre, en 162i, au prix de 20,600 livres, à François d'Escorailles, seigneur du Favars. Il ne laissa qu'une fille du nom d'Antoinette, qui épousa en premières noces N. de St-Martial, baron de Drugeac, et en secondes noces, en 1643, François de La Valette, seigneur de Cornusson, sénéchal de Toulouse et gouverneur de l'Albigeois. Elle était veuve en 1684.

En 1651, Marguerite de Barriac, fille de Pierre et sœur de Jean, conservait le titre de dame de Roumegoux, par suite de l'héritage qu'elle avait eu de son père en 1614. Ce qu'elle avait revint au marquis de Cornusson.

Après la mort d'Antoinette de Scorailles et de Margueiite de Barriac, la terre de Roumegoux rentra, en partie, dans la famille de Méallet. Louis de Méallet en jouissait en 1696.

Guyon de Barriac, fils de Jean, fut héritier de François et de Jean-Baptiste de La Valette, et fut coseigneur de Roumegoux. Il mourut en 1743. Son fils, Joseph-François de Barriac, marquis de La Valette, était coseigneur de Roumegoux en 1752. Jean de La Valette, grand-maître de l'ordre de St-Jean de-Jérusalem, était de cette famille.

En 1740, une des parties de la terre de Roumegoux passa, par acquisition, dans la famille «l'Acier.

Barthélemy d'Acier, chevalier de Tannes, était seigneur de Roumegoux, en partie, en 1757, conjointement avec la famille de Méallet, qui possédait l'autre partie et la conserva jusqu'en 1789.

Les villages et hameaux de cette commune sont:

Barrerie (la), hameau.

2° Borie (la), hameau près des étangs, au sud du bourg.

Bruéjouls, hameau.

Chapelle-du-Bourniou (la), hameau. Elle est dédiée à N.-D.-de-Graces. Elle est sur le chemin de la Capelle-Marival à Aurillac. Près de cette chapelle on voit une jolie fontaine désignée sous le nom de St-Géraud. La tradition rapporte que lorsqu'on transféra le corps de saint Géraud, de Cézenne en (Quercy) à Aurillac, les porteurs altérés déposèrent le corps pour aller chercher de l'eau. Ils n'en trouvèrent pas; mais lorsqu'ils vinrent reprendre leur précieux fardeau, une source jaillit au-dessous des reliques. Depuis lors cette source a continué de fluer, et la chapelle de N.-D. est restée très-fréquentée; Elle fut fondée, en 1690, par Marguerite de Barriac. Elle a été construite sur un plateau, à l'ouest du bourg.

Ctaux (le), hameau.

Croix-de-la-Borie (la), hameau.

Durantie (la), hameau. Ancien repaire ou petit chateau appartenant, en 1335, à N. Géraud de Champlaine, ainsi que Cayrols et St-Mamet.

Ginestou (le), hameau.

Goutte-Longue, hameau à l'est du bourg.

10° Guat (la), village entre la Durantie et le chef-lieu.

11° Junesi (les), hameau près de la Durantie.

12° Lallig. hameau près de ce dernier.

13° Longue (la), hameau.

14° Madalbos, village à la source du ruisseau de l'étang.

15° Moulin-du-Château, hameau.

16° Moutès, village sur le ruisseau qui descend à Glenat. Jean-Baptiste de Beauclair possédait Moutès en 1735.

17° Pendarie (la), village.

18° Proufol. hameau.

19° Puech (le), village à l'ouest du bourg.

20° Puech-Moussoux, village

21° Refaux (le), hameau près Moutès et sur le ruisseau de ce nom.

22° Sylvestre, village vers St-Saury. près de la Chapelle et sur le ruisseau de ce nom.

23° Vatadour, village au nord du chef-lieu.

Les terres cultivées de la commune ne rapportent qu’un médiocre produit. Les prairies et pacages sont trop ombragés et marécageux sur certaines parties. Le sol est schisteux, granitique et souvent sablonneux.

On trouve dans M. de Sistrières: « Messire François de La Valette tient en franc fief et noble la seigneurie de Roumegoux, avec réservation expresse du droit de ressort et de supériorité au seigneur de Carlat.

Le Sr curé de Roumegoux rend hommage au comte de Carladès pour plusieurs rentes qu'il possède dans ladite paroisse "

Il paraîtrait, d'après Chabrol, que la partie possédée par Barthélemy d'Acier provenait de la maison de Bourbon-Malause, car on lit dans la Coutume:

« La terre de Roumegoux a appartenu aux Bourbon-Malause. Louis de Bourbon, marquis de Malause, mort en 1667, et Guy-Henri, décédé le 18 août 1706, en ont été successivement seigneurs et en avaient transmis la propriété à Marie Gertrude de Bourbon-Malause, mariée avec Ferdinand-Joseph de Poitiers, morte sans postérité. »

La commune de Roumegoux se régissait par le droit écrit; son ressort était contesté entre Aurillac et Vic.

L'archidiacre d'Aurillac présentait au chapitre de Roumegoux.

Roumegoux fut imposé à 1,350 livres dans la répartition de l'impôt de l'élection d'Aurillac pour l'année 1696.

P. de C.

Autres pages à voir