Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

Voir toutes les pages du dictionnaire statistique du Cantal

   Ces pages ayant été numérisées nous ne pouvons garantir une fidélité exacte à 100% du texte malgré le soin apporté à sa correction.

Remy-de-chaudesaigues (st).

— Cette commune dépend du canton de Chaudesaigues et de. l'arrondissement de Saint-Flour. Sa forme est oblongue dans lu direction du nord au sud; elle est bornée au nord par la commune d'Anterrieux et par celle de Deux-Verges ; an sudf par celle de St-Urcize; à l'est, par la rivière du Bex et le département de la Lozère, et à l'ouest, par les communes de Jabrun et de Deux-Verges. Ad point de jonction des trois communes de St-Remy, Anterrieux et Deux-Verges, est une croix en pierre, dite des Trois-Seigneurs.

La superficie de son territoire est de 1 ,500 hectares, dent 400 h. en terres cultivées; 500 h. en prés et pacages; 250 h. en bois taillis et quelques hautes futaies, et 350 h. en terres vaines et bruyères.

Elle est arrosée 1° par la rivière du Bex, qui prend sa source dans les montagnes de la Lozère et longe la commune de Saint-Remy dans toute sa longueur. La rive opposée est comprise dans la Lozère;

2° Le ruisseau de St-Remy, qui prend sa source au-dessus du chef-lieu, dans un pacage appelé la Sagne-de-l’Ours. Il traverse St-Remy de l'est à l'ouest, et va se jeter dans le Bex;

3° Le ruisseau de Longevialle, qui prend sa source dans le territoire- de Finiols, traverse Longevialle de l'ouest à l'est, et va se perdre dans le Bex;

4° Et quelques autres petits cours d'eau insignifiants.

Sa population est de 392 habitants, répartis dans 5 villages, 5 hameaux et 109 maisons.

St-Remy, le chef-lieu, à 1 myr. de Chaudesaigucs et à 4 myr. de St-Flour, est situé dans le vallon de la rivière du Bex, et presque sur la limite du département. Son église seule se fait remarquer par son ancienneté. Elle est sous l'invocation de St-Remy. C'était un prieuré qui fut uni au monastère de St-Flour, en 1219, par l’évêque de Clermont. Cette donation fut confirmée par le pape.

Antoine de la Roche, prieur de St-Remy, donna, en 1095, au monastère de St-Flour. Les moines lui comptèrent une once d'or, et souscrivirent a une rente de 70 sols en faveur de son église.

En 1090, il y avait à St-Remy une communauté de prêtres. Bernard de Beylet était curé en 1675. Il avait d'abord été marié avec Catherine de Montvallat; devenu veuf, il se fit prêtre.

Les seigneurs de la Roche-Canilhac l'étaient de St-Remy et avaient le patronage de son église.

Il existe au sud-ouest de St-Remy, dans la direction de Finiols, un champ dans lequel on a découvert, avec le soc de la charrue, des tombes qui contiennent des squelettes parfaitement conservés. Des fouilles ont été faites à plusieurs reprises, et elles ont amené chaque fois la découverte de nouveaux squelettes. Ces tombes sont faites avec des pierres plates disposées de manière que la terre ne pénètre pas au travers. A côté de chaque squelette est un bâton qui tombe en poussière dès qu'on le touche. On n'a gardé dans le pays aucune tradition se rapportant à l'origine de ces tombes.

On remarquait, il y a peu d'années, à une petite distance du rocher sur lequel avait été construit le château de la Roche, une pierre sur laquelle était gravée une inscription dont nous n'avons pas eu la reproduction. Les villages et hameaux de cette commune sont:

Farreyrolles, hameau avec un ancien château aujourd'hui détruit. Il est au nord du chef-lieu, sur le Bex, et à la limite du département. Ce fief appartenait, en 1545, à Pierre de Rigal, écuyer. Il devint, en 1684, la propriété de Maximilien de la Revel et celle de son frère, François de la Revel, en 1686. Antoine-Gabriel d'Apchier lui succéda en 1698.

2° Finiols, village qui domine le vallon du Bex.

Fonds (les), hameau au sud-ouest du bourg, dominant le vallou.

Fourches (les), village au nord du chef-lieu.

Longevialle, village au sud et dans la vallée du Bex.

Roche (la), gros village au sud de St-Remy, assez rapproché de la rivière. C'était une seigneurie considérable, connue aussi sous le nom de la Roche-Canilhac, avec un château très-fort. Elle avait donné son nom à une famille qui s'est fondue dans celle de Beaufort. Alhoin de la Roche vivait en 1095. Bertrand de la Roche devint seigneur de la Mothe en 1250. Louis de la Roche, vicomte de la Mothe, eut, en 1342, son château pris par les Anglais.

La terre de la Roche fut vendue, en 1732, par décret, a un avocat de Paris, qui en prit possession. On voyait encore à cette époque les ruines du château de la Roche.

7° Roche (la), moulin.

Rolland, hameau situé vers le sud de la commune.

Sailhans au nord-est du chef-lieu

Le terrain de cette commune repose sur le granit, produit des récoltes en seigle assez médiocres, et de l'avoine. Ses bruyères, pendant l'été, sont pacagées par des troupeaux de moutons. On les défriche à de longs intervalles, et on obtient ainsi quelques faibles récoltes de seigle.

Le prieuré de St-Remy était séculier et se trouvait à la collation de l'évêque.

Cette commune fut comprise pour une somme de 1,900 livres dans la répartition de l'impôt de l'année 1696 dans l'élection de St-Flour.

 

Autres pages à voir