Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

Voir toutes les pages du dictionnaire statistique du Cantal

  La commune de Pailherols aujourd'hui

  Ces pages ayant été numérisées nous ne pouvons garantir une fidélité exacte à 100% du texte malgré le soin apporté à sa correction.

PAILHEROLS. — Pailherols est une commune comprise dans le canton de Vic et l'arrondissement d'Aurillac. Sa configuration est allongée du nord au sud. Elle est bornée au nord pur les communes de St-Jacques-des-Blats et Brezons ; au sud, par le département de l'Aveyron (Broumet et Thérondels); à l'est, par la commune de la Capelle-Barrès et le département de l'Aveyron (Thérondels), et à l'ouest, par Malbo, St-CIément, Jou-sous-Montjou et Raulhac.

La surface de cette commune est de 2,600 hectares, savoir : 600 h. en terres cultivées; 1,800 h. en prés et pacages à vacherie, et 200 h. en bois et terres vaines.

Elle est arrosée par le Goul; le ruisseau de Pleaux, qui naît dans les monts Cantal et se jette dans celui de Siniq , et par ceux de Beauté, de la Vèze, etc.

Sa population est de 655 habitants, répartis dans 10 villages, 5 hameaux et 136 maisons

Le chef-lieu de Pailherols, distant de 1 myr. 2 kil. de Vic et de 2 myr. 7 kil. d'Aurillac. est un petit bourg situé sur un plateau des montagnes du Cantal, au nord de Jou-sous-Montjou. Ses maisons sont environnées d'arbres.

L'église est dédiée à Notre-Dame-de-l'Assomption; elle est belle et fort bien entretenue, par suite des revenus que lui procure le pèlerinage qui s'y trouve et auquel on se rend de fort loin. C'était autrefois une succursale de Raulhac. Sa construction est du milieu du XVIII° siècle et se fit malgré l'opposition du curé de Raulhac.

En ce qui concerne son pèlerinage, on lit dans Jacques Branche: C'est depuis environ l'an 1527 que la chapelle de Notre-Dame fut bâtie et dédiée par les paroissiens de Rouilhac, dans le village de Pailherols, à deux lieues de la montagne du Cantal, à main gauche en tirant vers Aurillac, du consentement du chapitre cathédral de St-Flour, du curé et du seigneur de l'endroit. Il y manquait le meilleur, qui est le portrait de celle à qui on l'avait dédiée; d'où un marchand de ce lieu, qui faisait Le plus grand trafic du coté de Fighac , prit occasion, dix ans après la bâtisse de ce sainct oratoire, d'en acheter un de plâtre de la hauteur d'une coudée, tenant son petit poupon sur les genoux, qu'il fit bénir au révérend évêque de Cahors, et le porta à Pailherols sur son cheval qui estait, aveugle. Estant arrivé , il s'arresta tout contre la chapelle , sous un grand fresne creusé, et n'en voulut point partir qu'on ne l'eût déchargé de ce saint dépost, qu'on déposa dans le fresne comme dans une niche , et, à l'instant, Dieu, pour récompenser le maistre , rendit la veue au cheval. Cette image demeura dans ce vieux arbre jusqu'à ce que la chapelle fut parvenue à sa perfection, où quelques signes des merveilles que Dieu y voulait faire à l'advenir, en l'honneur de sa saincte Mère, commencèrent à paroistre; et ce fut dès-lors un miracle qui a duré jusqu'à nous, que cette saincte image n'a jamais pu souffrir la peinture qu'on a plusieurs fois voulu lui appliquer, pour signifier que celle qu'elle représente a tiré tout son lustre de son bel intérieur et de la plénitude des grâces qu'elle a reçues de Dieu, et non de l'artifice des hommes. ...

La saincte image, enfin, fut logée sur l'autel de la chapelle, où l'on voyait toujours arriver quelques traicts de vertu de celle qu'elle représente jusques au temps des hérésies qui empêchèrent, pour quelque temps, l'abord de ces lieux par les ravages que leurs partisans ont exercés par toutes ces contrées, dont même les bonnes villes n'étaient pas exemptes.

Dieu ne voulut pas que l'honneur de sa saincte Mère demeurast longtemps enseveli sous les pieds de cette haute montagne, et dans les ténesbres du mépris qui étaient aussi pernicieuses à l'Eglise de Dieu que les brouillars sont fascheux sur ces couteaux , que Fortunat appelle les Alpes d'Auvergne , et la remit en son jour l'an 1620.... »

Suit le détail des miracles opérés à Pailherols.

L'auteur termine en disant : « J'ai appris toutes ces merveilles de la bouche de messire Durand de Servières, curé de la paroisse, qui m'a asseuré qu'il en avait plusieurs autres escrits en son cabinet, à Roulhiac. MM. les ecclésiastiques qui étaient là présents m'ont asseuré le même, et que l'on a vu les miracles si fréquents depuis environ de vingt ans, qu'il faudrait bien du temps et un bien gros volume pour les escrire.

Le seigneur de Rigauld y a fait présent d'une lampe d'argent; le seigneur marquis de Langeat, d'une couronne d'argent doré; et l'on y porte tant d'offrandes d'argent, que le sieur curé avait donné un présent de cinq cents écus pour augmenter l'église, refaire le clocher, où l'on travaillait au mois de septembre 1646. La foule du peuple y est grande, et surtout les dimanches et festes, depuis Pasques jusques à la Toussaint. On y garde du lait et des cheveux de la bienheureuse Vierge, et du suaire de Notre-Seigneur. »

Pètre-Jean de Fontanges, seigneur de Cropières, avait un péage a Pailherols en 1610. Ce droit était perçu sur les denrées portées dans les montagnes à dos de mulets, et surtout sur les fruits que l'on allait vendre à Murat et à St-Flour. Ce droit était consacré à l'entretien du chemin. Alors les communications n'étaient pas faciles comme aujourd'hui : pour aller à Murat de Pailherols , les muletiers passaient au pied du Cantal, sur les vestiges de la voie romaine, par la Tombe-du-Père et la vallée d'Albepierre; pour St-Flour, ils suivaient la plaine, passaient à Vigouroux et dans la haute Planèze.

Les villages et hameaux de cette commune sont:

Barriac, village situé sur la limite du département. On vient d'y ériger une annexe de Raulhac. L'église est nouvelle, et un ecclésiastique est affecté spécialement à son service.

Brommet, village avec un moulin sur le ruisseau de Pleaux, dans le même vallon que Barriac.

3° Champs, village sur le même ruisseau.

Conque (le), hameau.

Fayprat, village.

Fayssergues, village au bord de la côte dominant le vallon de Pleaux.

Floirac, village sur le même vallon, à l'extrême limite du département.

Griffoul (le), village et moulin. N. Antoine Cat dé Rastignac était seigneur de Griffoul en 1626.

Paix, hameau.

10° Palliés, village.

11° Pouget, village à l'est du bourg, sur le ruisseau de ce nom. Noble François d'Ouvrier de Morèze , gouverneur de Carlat à l'époque des guerres de la Ligue, en était seigneur et en portait le nom. Nous avons vu à l'article Carlat, la belle défense faite par Marguerite d'Ouvrier , dame du Pouget, dans cette forteresse.

12° Redon, hameau.

13° Sistriéres, village. Sa seigneurie, en 1429, appartenait à Pierre de la Vaissière.

Pailherots a, dans l'été, deux foires très-suivies pour les bestiaux et les moutons, l'une le 1er juin, et l'autre le 22 juillet.

Cette commune repose sur un sol généralement fertile; mais les produits sont fort casuels à cause de la rigueur de la température. La roche qui y domine est de la même nature que celles qui forment le soubassement du Cantal. Ce conglomérat trachytique est traversé sur quelques points par des filons d'un trachyte grisâtre; l'argile sableuse paraît à découvert dans quelques ravins.

Celles des prairies qui sont situées à l'est et au nord de la commune sont de bonne qualité.

Pailherols était compris dans l'élection d'Aurillac.

Pailherols faisait partie de la paroisse de Raulhac; il en fut séparé lors de la création des communes, en 1789. Il était de droit écrit, relevant en partie de Vic et en partie d'Aurillac.