Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

Voir toutes les pages du dictionnaire statistique du Cantal

  La commune de Montchamp aujourd'hui

  Ces pages ayant été numérisées nous ne pouvons garantir une fidélité exacte à 100% du texte malgré le soin apporté à sa correction.

Montchamp. — Cette commune fait partie du canton nord et de l'arrondissement de Saint-Flour. Elle est limitée au nord parcelle de Lastic; au sud par celle de Vabres; à l'est, par celles de Vedrines-Saint-Loup et Soulages; à l'ouest, par celle de Tiviers.

L'étendue de son territoire est de 1,550 hectares, savoir : 450 h. en terres labourées; 550 h. en prés et pacages; 50 h. en bois, et 450 b. en terres vaines et bruyères.

Son territoire est arrosé par la petite rivière d'Areuil; par les ruisseaux de Livergne, de Mardarel, et par celui d'Iversan, qui la sépare de Tiviers.

Sa population est de 343 habitants, dans 1 village, 2 hameaux et 77 maisons.

Le chef-lieu, Montchamp, à 1 myr. 2 kil. de Saint-Flour, est un petit bourg qui a dû son existence à la commanderie de l'ordre de St-Jean-de-Jérusalem, à laquelle il avait donné son nom. Cette commanderie, dans le principe, avait appartenu aux templiers; elle était en possession de grands revenus et très-richement dotée. Langeac était un membre qui en dépendait.

On voyait encore, en 1745, près de l'église, les ruines du château, première résidence des commandeurs. Ce château avait été occupé pendant les guerres de la Ligue, en 1591 , par M. de Dienne, qui y exerçait l'autorité au nom du roi. Le duc de Nemours le reprit sur lui et ordonna qu'il fût rasé. Le changement des affaires et la mort du sieur de Dienne empêchèrent cette destruction en partie. Un nouveau château fut rétabli près de l’ancien, avec un mur d’enceinte, des fossés, un pont-levis, un grand portail à deux battants et une herse; des meurtrières régnaient sous les toits. Le corps de logis, attenant au vieux château, avait une tour et renfermait un grand nombre d'appartements.

L'église est sous l'invocation de saint Jean-Baptiste; elle était la chapelle de la commanderie; elle n'a rien de remarquable. M. Raynal, curé de Montchamp en 1 789, fut convoqué aux états généraux, tenus cette année-là à Saint-Flour.

Les commandeurs de Montchamp dont les noms nous sont parvenus sont Les. suivants:

1550. Etienne de Montaigu.
1362. Jean Achard.
1372. Pons de Lastic.
1379. Bernard de Dienne.
1400. Jean de Lastic.
1412. Guillaume de Lastic.
1501. François de Laye.
1519. De la Forest.
152
8. Désiré Chevrier.

1532. Jean de Rodde.
1546. De Chalus.
1555. Louis de Lastic.
1575. De Giou ou Jou.
1597. Antoine Viallard.
1605. De Blot de Charbonnier.

1616. Antoine de Fraguières.

1630. Raguin de Goutte.

1643. Philippe de Goutte

1661. De la Renaud ie.

1675. N. de Goutte.

1677. De Larochefoucaud.

1686. Paul de la Renaudie.

1687. Paul de Félines.
1702. De l'Espinasse.
1726. De Vaugué de Gourdon.

1731. Claude de Lobcry.

1760 De Margon.

Entre Montchamp et Vabres, sur le plateau, et traversant la Margeride, on trouve les vestiges d'une voie romaine. Elle se dirige vers le pont de l'Echelle, pont de construction romaine, à ce que l'on croit, au-dessous d'Anglards, arrondissement de St-Flour. La chaussée de cette voie est coupée par la route de grande communication de Ruines à Saugues, au delà du Pirou; on la retrouve dans les bois de la Gazelle, toujours dans la direction du pont de l'Echelle, sur la Truyère, pont aujourd'hui détruit en partie. On pense que de là elle était dirigée vers St-Juéry, Nabisnal et le couvent d'Aubrac. Cette route aurait servi a la communication entre les Gabales, le Gévaudan et le Midi, par Espalion. Les villages et hameaux de cette commune sont:

Cistrières, gros village à l'est de la commune et du chef-lieu ; il s'y trouvait jadis un péage royal, sur l'Areuil, qui appartenait, en 1539, à Etienne de Vissac, seigneur d'Arlam, chancelier de France; il lui provenait de son alliance avec les barons de Mercœur.

Loudières-Hautes, village qui appartenait à Antoine Olivier, seigneur du Barry, en 1654, et à Jean Coutel, seigneur de Séboujols, en 1694.

Le sol de cette commune est maigre et d'un faible produit; la qualité de ses prairies et pacages est médiocre.

Elle fut comprise pour une somme de 770 Iiv. dans la répartition de 1696.

Montchamp suivait la coutume avec appel à Riom. Le commandeur était le principal seigneur.

 

P. de C.

Autres pages à voir