Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

Voir toutes les pages du dictionnaire statistique du Cantal

  La commune de Mentières aujourd'hui

  Ces pages ayant été numérisées nous ne pouvons garantir une fidélité exacte à 100% du texte malgré le soin apporté à sa correction.

Mentières. — Cette commune fait partie du canton nord et de l'arrondissement de St-Flour. Sa configuration est fort allongée du nord au sud. Elle est bornée au nord par la commune de Vieillespesse; au sud, par celle de St-Georges; à l'est, par Tiviers, et à l'ouest, par la commune de Coren.

L'étendue de son territoire est de 1,300 hectares, dont 500 h. en terres cultivées; 350 h. en prés et pacages; 100 h. en bois, et 350 h. en bruyères et terres vaines.

Elle est arrosée par le ruisseau de Bulliergues, qui la traverse dans sa longueur; par celui de l'Etang, qui semble en faire le tour, et celui du Bouchet.

Sa population est de 327 habitants, dans 4 villages, 4 hameaux et 73 maisons.

Mentières, le chef-lieu, a 6 kilomètres de St-Flour, est un petit bourg sur le ruisseau de Bulliergues, aussi désigné du nom de Vuliergues. On y voit quelques jolies maisons.

L'église est fort ancienne et dédiée à sainte Madeleine. Elle fut donnée, en 1180, par Ponce, évêque de Clermont, à Foulques, abbé du monastère de St-Flour. Cette donation fut renouvelée, en 1298, par Etienne de St-Poncy, en faveur de Guadefried, prieur du même monastère. Le prieuré de Mentières fut uni, en 1326, à l'office de chantre, de l'avis du chapitre cathédral. On y prélevait pour dîme la quatorzième gerbe et une part des légumes qu'on y cultivait. Frère Girard Vaissière fut prieur de Mentières en 1385; Jacques Clavières, chantre et prieur, en 1484; Jean Roddier, curé, en 1592; Antoine Cher, en 1620; Vital Croizet, en 1687; il fut aussi prieur de Rochefort en 1691.

Le clocher de l'église, qui avait été réparé seulement en 1636, fut refait en 1665 par les soins de Mgr de La Mothe, évêque de St-Flour.

On lit dans Audigier que les maisons de Langeac, de Lastic, de Broussadols et du Loup-Beauvoir ont possédé cette seigneurie. Elle vint ensuite, en 1539. a N.Jean de Leotoing-Montgon. Elle passa, l'année suivante, à Jean de Goutelas, qui en fit sa reconnaissance au duc de Mercœur. La famille de Brugier la posséda ensuite et la garda fort longtemps. Jean Beaufils, bourgeois de St-Flour, en fit l'acquisition, en 1760, de,Joseph de Brugier; mais ce dernier se trouva peu de temps après dans la nécessité de la revendre.

Il a existé une famille de Mentières : Mathieu de Mentières fut juge de la ville de St-Flour en 1650, et gouverneur pour l'évêque Mgr de Montrouge.

On a construit récemment une belle maison qui renferme la mairie et les salles de l'école.

Les villages et hameaux de cette commune sont:

Aubax, hameau, anciennement village. Guillaume de Verdezun possédait cette seigneurie en 1537.

Bouchet, gros village au nord du bourg, près d'un puy. On y trouve une carrière de marbre

Etang (L’) ou le Penchier, hameau.

4* Fayet (le), village.

Montagnac, hameau.

Montagnaguet, village sur le ruisseau de Bulliergues, vers sa source. En 1504, Héracle Polhier, seigneur de Vareillette, était aussi seigneur de Montagnac et en partie de Montagnaguet. Ce fief dépendait du monastère de la Voûte. Dans la rente qu'il y prélevait, était comprise une quarte de raves. César de Murat, seigneur de Vareillette, jouissait de Montagnaguet en 1745, et le vendit l'année suivante au marquis de Lastic de Sieujeac, qui revendit cette terre, en 1772, à Amable Gillet.

Termengros, village.

Mentières était régi par la coutume et ressortissait de Riom, à l'exception du village d'Aubax qui dépendait de St-Flour. Cette commune relevait en fief du duché de Mercœur, d'après la reconnaissance faite en 1540 par Jean de Goutelas. L'abbé d'Aurillac réclamait le fief d'Aubax.

Cette commune fut comprise pour 1,050 livres dans la répartition de l'impôt de l'élection de St-Flour en 1696.

 

P. De C.

 

Autres pages à voir