Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

Voir toutes les pages du dictionnaire statistique du Cantal

  La commune de St Mary le Plain aujourd'hui

  Ces pages ayant été numérisées nous ne pouvons garantir une fidélité exacte à 100% du texte malgré le soin apporté à sa correction.

Mary-le-plain (st).

 La commune de St-Mary-le-Plain dépend du canton de Massiac, arrondissement de St-Flour.

Elle s'allonge beaucoup du sud-ouest an nord-est. et est bornée au nord par celle de Bonnac; au sud, par celle de Vieillespesse; à l'est, par celle de St-Poncy, et à l'ouest, par les communes de Bonnac et de St-Mary-le-Cros. Elle est arrosée par la petite rivière d'Arcueil et les ruisseaux de Cunnaget, d'Auzolles, de Bousselergues ou de St-Mary, et autres.

La surface de son territoire est de 2,180 hectares, dont 859 h. en terres cultivées; 493 h. en prés et pacages; 404 h. en bois, et 424 h. en terres vaines et bruyères. Le sol schisteux, maigre et fortement coupé de ravins et petits vallons, est d'un médiocre produit en grains, mais meilleur en fourrages.

La population de cette commune est de 695 habitants, répartis dans 9 villages. 5 hameaux et 145 maisons.

St-Mary, chef-lieu, à 1 myr. S kil; de Massiac, et à 1 myr. 9 kil. de St-Flour, est un bourg d'une trentaine de maisons, très-rapproché de la route impériale n° 9, et situé dans la plaine. Il y a une ou deux maisons bourgeoises remarquables. Il se nommait anciennement Maruejols, et l'on croit que saint Mary y mourut et que saint Austremoine y fit construire une chapelle, de même qu'à St-Mary-le-Cros où il fut enterrée L'église, qui semble fort ancienne, est sous l'invocation du saint et possède de ses reliques dans un très-beau reliquaire. Elle avait le titre de prieuré, qui dépendait en partie de l'abbaye de Moissac et du prieuré de Bredon ; mais il y eut une bulle d'union au monastère de St-Flour, qui en avait déjà l'autre partie. Elle fut fulminée, en 1219, par le pape Honorius III Durand de St-Mary, prieur de la Besseyre ou de St-Mary-le-Plain, reconnaît tenir son église du prieur de Bredon, en 1289. C'était alors Pons de Ville-Vialle, pour un pré attenant aux terres d'Hugues d'Ally, damoiseau, et en présence de Guillaume de St-Mary, ancien chapelain, qui avait occupé la place pendant 40 ans. Pons del Chier fut prieur de St-Mary en 1400. Jean Conques, qui s'intitulait archiprêtre de St-Mary-le-Plain, fit, en 1430, sa reconnaissance au prieur de Bredon, pour une rente d'un septier de seigle. Augustin de Molen, chanoine de St-Flour et prieur de St-Mary, en 1773, fit réparer le clocher qui menaçait ruine. N. Pagès en était curé en 1789.

La seigneurie de St-Mary avait titre de baronnie dépendant du duché de Mercœur. Elle appartenait à N. Antoine de Bouille du Chariol, au XVI° siècle. Mithel de la Salle en fit hommage, en 1640, à César de Vendôme, duc de Mercœur. Plus tard, cette baronnie a passé dans la famille de Molen de la Vernède. Jean de Molen fut baron de St-Mary et de Luzers en 1711. Il habitait le château de Bonnac.

Les villages et hameaux de cette commune sont:

Anval, hameau et château à l'ouest du chef-lieu, vers la rivière d'AIlagnon. Louis de Combort était seigneur d'Anval en 1475. Ce fief passa à la famille do Lastic au xvp siècle. Germaine d'Espagne, veuve d'Hector de Lastic et dame d'Anval, le vendit à Jeanne de Joyeuse, épouse d'Antoine de Bouillé, chevalier, baron d'Aurouse, et à Jacques, son fils. La famille de Miremont en a joui plus tard. Un Jean Alinard fut seigneur de la Tour-d'Anval en 1557.

Jean de Miremont acheta Anval en 1580, et son fils, François, en était seigneur en 1605. Cette acquisition s'était faite en paiement d'une créance due par dame Rose-Rachel de Lignerac, veuve de François de Bou1lié. Le château d'Anval était en bon état en 1629. Pierre de Miremont fut seigneur de St Etienne et d'Anval en 1689; il y faisait sa résidence. Le sieur Vaissière, de St-Flour, devint possesseur de ce fief au XVIII° siècle.

Auzoles, village qui a donné son nom à une famille dont il est parlé à l'article de St-Poncy.

Barraque-du-Maréchal, hameau.

Courcoulès, village à l'ouest et rapproché du bourg.

Cuminget, village près de la route impériale de Massiac. M. d'Antil de Ligonnez était seigneur de Cuminget eu 1672.

Espezolles, village vers Fournols.

7° Fons, village rapproché de St-Mary-le-Cros.

Jammaniargues, village dans la plaine.

Luzers, village et fief à la famille de Molen, et qui était jadis de la paroisse de Bonnac.

10° Moulin-de-Barrés, hameau.

11° Moulin-de-Font. hameau.

12° Nozerolles, village et fief habité, on 16-24, par noble Pierre de Las, seigneur dudit lieu.

13° St-Jean Baptiste, hameau.

Audigier dit que St-Mary-le-Plain é tait jadis appelé Marojol ; qu'il doit son nom à Marius, qu'Austremoine envoya prêcher le christianisme dans ces montagnes, et celui de Plain, à la plaine sur laquelle il a été construit. L'auteur de la vie de saint Austremoine dit que la mort de Marins lui fut révélée, et qu'il fit bâtir en ce lieu une chapelle en son honneur.

St-Mary-le Plain était de droit écrit relevant d'Aurillac.

La commune a fait depuis peu l'acquisition d'une belle maison pour y établir son école.

 

Autres pages à voir