Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

Voir un document tiré  du Dictionnaire Statistique du Cantal de Déribier-du-Chatelet  Edition de MDCCCLII  (1852) Volume 1/5.

 Voir toutes les pages du dictionnaire statistique du Cantal


Marie (Ste).

— Cette commune fait partie du canton de Pierrefort et de l'arrondissement de St-Flour. Sa forme est allongée du nord au sud et rétrécie vers le centre. Elle est bornée au nord par celles d'Oradour et de Gourdiéges; au sud, par la rivière de Truyère, qui la sépare de celles d'Espinasse et de Iieutadès; à l'est encore, par celle d'Oradour, et à l'ouest, par Pierrefort et Paulhenc.

Sa surface territoriale est de 1,800 hectares, dont 600 h. en terres labourables; 000 h. en prés et pacages; 250 h. en bois taillis et futaies qui s'étendent sur le versants des montagnes, au nord, et tapissent les gorges profondes de la Truyère, et 200 h. en terres vaines et rochers.

Elle est arrosée par la Truyère, le ruisseau de Chantal, le ruisseau de Montjallon, qui naît à Clavières, le ruisseau de Pierrefiche, etc.

Sa population est de 568 habitants, répartis dans 9 villages, 4 hameaux et 117 maisons.

Le chef-lieu, Ste-Marie, est un joli bourg bien bâti, situé dans une plaine qui domine le cours de la Truyère, à 7 kil. de Pierrefort et 2 myr. 6 kil. de St-Flour. L'église, dont la construction remonte à une assez grande ancienneté, est bien entretenue; elle est dédiée à sainte Agathe. On voit dans le cimetière des tombes séculaires L'évêque de St-Flour était curé primitif de Ste-Marie, en percevait les revenus qui s'élevaient, en 1777, à la somme de 1,100 liv. ; mais il payait un curé et un vicaire.

Le bourg de Ste-Marie fut, en 1885, le rendez-vous des 150 arquebusiers et des hommes levés dans le pays pour reprendre le château de Montvallat, occupé par les huguenots.

Les villages et hameaux de cette commune sont:

La Belle, village dans la plaine.

Bernadet. village sur la Truyère, avec une barque de passage pour communiquer avec Espinasse.

Chanis, hameau.

Claveyrette, hameau.

Clavières, village au nord du bourg sur le ruisseau de Montjallon.

La Fage, village. Antoine de Laroque était seigneur de la Fage vers 1625. Catherine, sa fille, épousa Claude Cusset, du moulin de l'Arbre, et habitait la Fage; ils eurent une fille, mariée à François de Lastic de Rochegonde. Pierre de Laroque, écuyer, possédait ce fief en 1763.

Falitoux, village.

Montesclop, hameau.

9e Mornadet, hameau.

10° Rissergues, village dominant le cours de la Truyère.

11° Roubelet, village le plus rapproché de la source minérale. Une jolie chapelle y a été construite. (Voir, sur les deux sources minérales de Ste-Marie, l'article plein d'intérêt du docteur Nivet, 1er vol.)

12° La Terrisse, village, ancien fief appartenant, en 1749, à N. de Brugier, lieutenant-général à St-Flour.

13° Trévoux, village avec un pont sur la Truyère, renommé dans le pays et qui parait avoir existé dès les temps les plus reculés. Le pont actuel est à deux arches et aurait remplacé celui dont parle Sidoine-Apollinaire sous le nom de Triorbes. A la clé de la voûte, en dessous de l'une des arches, est une inscription gothique que nous n'avons pu nous procurer. On croit que ce pont fut reconstruit par les Anglais, au XIV° siècle. En 1634, le chapitre d'Oradour y percevait un péage.

On trouve dans cette commune, et au milieu des bois, les ruines d'un château connu dans le pays sous le nom de Malabec, et dont on reconnaît encore facilement l'enceinte et l'emplacement des tours. On y trouve aussi les ruines du château de Bennet, qui aurait été détruit lors des guerres avec les Anglais; il appartenait à la commune d'Oradour.

Le basalte et le granit constituent en général la base du sol de cette commune. Ses terres sont d'un assez bon produit en céréales.

Ste-Marie fut comprise pour une somme de 1,600 liv. dans la répartition de l'impôt de l'année 1696.

Cette commune était en entier de droit écrit et dépendait de Riom, suivant le procès-verbal Veny.

 

 

Autres pages à voir