Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

Voir toutes les pages du dictionnaire statistique du Cantal

  La commune de Lieutadès aujourd'hui

  Ces pages ayant été numérisées nous ne pouvons garantir une fidélité exacte à 100% du texte malgré le soin apporté à sa correction.

Lieutadès

Cette commune dépend du canton de Chaudesaigues et de l'arrondissement de St-Flour. Elle est bornée au nord par la rivière de Truyère, qui la sépare de celle de Ste-Marie, et par le ruisseau d'Ironde; au sud , par le ruisseau de Bot, qui la sépare du département de l'Aveyron; à l'est, par relie de Jabrun ; à l'ouest, par le ruisseau de Bot, nommé aussi la Truelle. Sa superficie est de 4,100 hectares, dont 1,200 h. en terres cultivées; 1,200 h. en prés et pacages, bien arrosés; 600 h. en bois , à l'est de la commune, principalement en taillis, et 950 h. en terres vaines et bruyères.

Elle est arrosée par la rivière de Truyère, les ruisseaux d'Ironde , d'Yrisson, de Bot ou la Truelle, des Monts et autres petits ruisseaux.

Sa population est de 932 habitants, dans 21 villages, 8 hameaux et 257 maisons, Lieutadès, chef-lieu, à 9 kil. de Chaudesaigues et 4 myr. de St-Flour, est un bourg où l'on remarque de jolies maisons et situé dans un fond, près du ruisseau de Bot. L'église est sous l'invocation de saint Martin. C'était un prieuré qui dépendait de l'abbaye de la Chaise-Dieu , au xi* siècle. Postérieurement, il fut donné à l'évêché de St-Flour. L'église a 24 mètres de longueur sur 6 mètres de largeur. Sa construction est du XIV° siècle; mais elle a subi dans la suite des restaurations, et le chœur a dû être refait. Les voûtes sont ogivales et les arêtes sans ornements.

Pierre Rongier était prieur de Lieutadès en 1536; Claude Robert, en 1566; Pierre Brisson, prévôt de la collégiale de St-Flour , était prieur en 1B73 ; Pierre de Brugiers, seigneur d'Andelat, le fut en 1601.

Les évêques de St-Flour eurent des démêlés pour leurs droits avec les seigneurs du lieu. En 1609, les gens du Rouergue, sous la conduite du capitaine La Grange, vinrent à main armée lever les dîmes du prieuré. L'année suivante, François de Sévérac, seigneur de Lieuîadès, en fit autant, et le prieur en porta plainte au roi.

Durand Valette fut prieur et chanoine de Chaudesaigues en 1701. N. Chanet, en 1731, et N. Barlier, en 1761.

« La seigneurie de Lieutadès, dit Audigier, est située sur une petite rivière qui se jette dans la Truyère et relève du château de Sévérac, qui en est proche, dans une plaine qu'on nomme lu Viadène. Ce lieu est mouvant des évêques de Mende et des barons de Peyre; il ressort en pariage du roi. »

Pierre de Lieutadès vivait en 1230; François de Sévérac, seigneur de Lieutadès, vivait en 1595. Jacques de Sévérac épousa Jeanne de Lastic en 1619; il reçut une dot de 30,000 liv.

La famille de Sévérac a toujours possédé la seigneurie de Lieutadès, dont une partie était autrefois dans le Rouergue, et a été réunie au Cantal lors de la division de la France en départements.

Les villages et hameaux de cette commune sont:

L'Arbre, village.

L'Auzardie, village.

La Borie, village dans la plaine, à l'est et auprès du bourg. Il y existait un château; on en voit encore une partie.

Buffiérette, village à la limite du département, sur le ruisseau de Bot. Il y avait jadis une chapelle.

Burgreyrette, village sur le même ruisseau.
Cabrillade, village.
Les Clauzels, village

Espeyrac, hameau. Un château à la moderne a remplacé celui qui y existait.

L'Estourniès, village au nord du chef-lieu, sur le ruisseau d'Yronde et près de son embouchure dans la Truyère.

10° Le Ferrand, hameau et moulin. Il s'y trouve un pont sur la Truyère qui sert à communiquer avec SteMarie et Pierrefort.

11° La Garde-Roussillon, gros village sur un plateau qui domine le cours de l'Yronde. Il y a une chapelle. C'était un fief dont une partie était aux seigneurs de Sévérac, et l'autre partie au commandeur de Montchamp. Il échut, en 1508, à N. Louis de Foix, seigneur de Mardogne, qui le vendit, en 1550, à N. Raymond de Jouvenroux. Frère Claude Obéry de Vatans, bailli de l'ordre de St-Jean-de-Jérusalem, possédait La Garde-Roussillon en 1730; il était qualifié de chef d'escadre des armées navales du roi. En 1762 , Alexis de Boulinard de Margon, commandeur de Montchamp , possédait aussi La Garde-Roussillon. On voit les ruines du château de La Garde près de la chapelle.

12° Le Gruyère, village près la route impériale n° 121.

13° Gudet. moulin.

14° L'Hermet, village au sud du bourg et sur le ruisseau de Bot. 15° Le Laussier, village.

16° Les Mazes, village. Claude Brun en était seigneur en 1625.

17° Monteil, village.

18° Montgros, village sur le Bot.

19° Les Monts, hameau.

20° Moussy, hameau.

21° Prend-te-Garde, hameau. .

22° Puech-Blanc, hameau.

23° Richardes, village sur le Bot et près d'un puy élevé.

24° La Sauvetat. gros village sur un plateau, au nord du bourg.

25° Succaud, village près de l'Yronde.

26° Les Tourniez, hameau.

27° Les Vaissières-Basses, village sur le ruisseau de Bot.

28° Les Vaissières-Hautes, village dans la plaine, près du chef-lieu.

29° Le Verdier, village en amont, sur le ruisseau de Bot.

30° L’Yrisson, village à l'embouchure de l'Yronde, dans la Truyère.

On a construit récemment à Lieutadès une belle maison d'école, au moyen de l'acquisition d'un bâtiment qui a été approprié à cette destination.

La route impériale n° 121 traverse une partie de cette commune. On rencontre dans sa superficie un certain nombre de puys, surmontés quelquefois de hameaux, et des rochers isolés à forme bizarre.

Lieutadès était de droit écrit.

Le sol de cette commune est plat et granitique. Les terres cultivées sont d'assez bonne qualité ; mais le quart environ est en bruyères et terres vaines. Aussi, pendant l'été, on y engraisse une quantité de moutons.

 P. DE C.

 

Autres pages à voir