Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

Voir toutes les pages du dictionnaire statistique du Cantal

La commune Labrousse aujourd'hui

Document tiré  du Dictionnaire Statistique du Cantal de Déribier-du-Chatelet  Edition de MDCCCLII  (1852) Volume 1/5.

Ces pages ayant été numérisées nous ne pouvons garantir une fidélité exacte à 100% du texte malgré le soin apporté à sa correction. 

Labrousse

 - Labrousse dépend du canton sud et de l'arrondissement d'Aurillac. Celle commune est allongée du nord-ouest eu sud-est ; elle est limitée au nord par celles de Vézac et de Carlat; au sud, par Roussy, Teissières-les-Bouliès et le ruisseau d'Embenne; à l'est, par Ronesque et Cros de-Montamat, et à l'ouest, parla commune d'Arpajon. L'étendue de son territoire est de 1,900 hectares, dont 500 hect. en terres cultivées; 600 bect. en prés et pacages; 300 hect. en bois taillis et châtaigneraies, et 350 hect. en terres vaines et bruyères.

Elle est arrosée par les ruisseaux d'Embenne, de Monroux, de Rimajoux, de Carlat, de la Rastine, de Cazeaux et de Maurs, qui naît à Combret.

La population est de 845 habitants, vivant dans 14 villages, 9 hameaux et 127 maisons.

Labrousse, le chef-lieu, est un petit bourg à 1 myr. 5 kil. d'Aurillac, situé sur la route départementale qui conduit au Mur-de-Barrès, et sur un plateau.

Son église, dédiée à St-Martin, est de style gothique; on y voit quelques vitraux. Elle fut donnée, en 923, au monastère de Conques, par Bernard, vicomte de Carlat. 11 s'y trouve deux chapelles dédiées : l'une, à Notre-Dame; l'autre,à saint Roch. C'était un ancien prieuré à la nomination de l'abbé d'Aurillac.

Bertrand de Rubaffa fut prieur en 1298; Hugues Angelvy, en 1695; Pierre Barsange, en 1667. Cette église fut visitée, en 1665, par Mgr de la Mothe-Houdancour, évêque de St-Flour. Antoine Revel fut curé en 1720; Trenty, curé, en 1711.

La seigneurie de Labrousse appartenait, en 1543, à noble Jean de la Grange; en 1677, à Jean de Beauclair, et en 1707, à François de Conquans. Les villages et hameaux de cette commune sont:

Combe-Maury , gros village.

Combou, hameau.

Combret, village et château sur le ruisseau.

Dowquet, moulin et hameau.

Le Dat, village avec un château situé sur un mamelon, dont le ruisseau de Maurs fait le tour. Ce fief appartenait, en 1459, à noble Bertrand de Griffeuille, qui y résidait. Au siècle suivant, il passa dans la famille des Laurens, de très-ancienne bourgeoisie d'Aurillac. Guillaume de Laurens fut seigneur du Dat en 1545. Il fut chargé, en 1519, de percevoir la somme de 7,200 liv., pris de 430 muids de sel destinés alors par le roi aux trois prévôtés d'Aurillac, Mauriac et Maurs. Il avait acquis le fief du Dat de N. de Griffeuille, après 1538. Philiberte de Laurens le porta en dot, en 1636, à François de Bonnafos, d'où il passa peu de temps après dans la famille de Boissieux. François de Boissieus de la Cam était seigneur du Dat en 1730.

Drulhes, village.

L’Escure, hameau sur le plateau, habité en 1666 par Claude de Conquans.

L'Estrade, hameau.

La Fage, hameau sur la route départementale, près de Moissac. 10° Fonrouge , hameau aussi sur la route.

11° La Forêt, hameau.

12° Fortet, hameau. M. de Sistrières dit que Mlle Marthe Sabatier, d'Aurillac, tient une petite rente au village de Fortet, en fief franc et noble, du vicomte de Carlat.

13° Garrie, hameau.

14° Inserre, hameau à la limite du canton.
15° Julhac, village sur le plateau.
16° Marso, hameau.
17° Moissac, le plus fort village de la commune, sur la route départementale. On y trouve quelques jolies maisons et une chapelle. Il fut habité, dans le xvn1 siècle, par la famille de l'Etang. Antoine de Seguy, seigneur de la Vernhe, y résidait en 1686. Sa fille unique épousa, en 1696, Bertrand d'Escaffre, seigneur de Pomeyrols. Cette famille habitait encore Moissac en 1757. M. de Sistrières rapporte qu'Antoine de Seguy , écuyer , S' de la Vergnhe , possédait quelques rentes à Moissac.

18° Prat, hameau et château où s'était fixée, depuis deux siècles, une branche de la famille de Boissieux, par suite du mariage fait, en 1 644, entre Jean-Philippe de Boissieux, seigneur de Bois-Redon, avec Catherine de Pojolat, dont la famille en était propriétaire. Catherine était nièce de Marguerite d'Ouvrier, dame de Carlat, si connue dans nos annales par le siége qu'elle y soutint. Quant à ce qui concerne cette maison de Boissieux, voir le Nobiliaire d'Auvergne. Toutefois, nous devons faire observer que nuns différons avec cet ouvrage important qui ne veut pas que ces Boissieux soient des membres de la famille de Salvaing, quoique Aymaud VI fut, ainsi que sa descendance, seigneur de Boissieux. Jean-Antoine Salvaing de Boissieux, fils de Guillaume et de Catherine Falery, fut seigneur du Dat et habitait le château de Prat en 1730. En ce qui concerne le château de Prat, M. de Sistrières dit que Philippe et François de Boissieux, père et fils, écuyers, sieurs do Bois-Redon et de la Camp, résidant dans ce château, paroisse de Labrousse, tiennent en franc fief et noble du comte de Carlat, suivant l'hommage de 1668, 45 septiers de renies sur le village de Prat, avec les suites de la rente, comme aussi la seigneurie du Dat, qu'ils ont acquise de nouveau par sentence du bailliage de Vic, avec les domaines en dépendants.

19° lallon, moulin et hameau.

20° La Vaisse, hameau.

21° La Vayssères, village sur un plateau, à l'ouest du Dat. 22° La Vergnhe, village sur la route, près de Moissac.

Les terres cultivées sont assez médiocres; les prés assez bons. L'on engraisse dans ses bruyères de nombreux troupeaux de moutons, qui sont vendus avant l'hiver avec avantage.

Labrousse était de droit écrit relevant d'Aurillac. Le bailliage de Vic réclamait quelques parties des villages de cette commune.

Labrousse fut imposée à 1,700 livres dans la répartition de 1696.

 

Autres pages à voir