Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

 

Voir toutes les pages du dictionnaire statistique du Cantal

La commune de Glénat aujourd'hui

Document tiré  du Dictionnaire Statistique du Cantal de Déribier-du-Chatelet  Edition de MDCCCLII  (1852) Volume 1/5.

Ces pages ayant été numérisées nous ne pouvons garantir une fidélité exacte à 100% du texte malgré le soin apporté à sa correction. 

 

Glénat.

  — Glénat est compris dans le canton de Laroquebrou et dans l'arrondissement d'Aurillac. Il s'allonge en forme de poire vers le sud; il est limité au nord par les communes de Siran et de St-Gerons ; au sud et à l'est, par celles de Roumegoux et de 1a Ségalassière, et à l'ouest, par St Saury. Sa surface territoriale est de 2.400 hectares, dont 450 hect. en terres cultivées; 700 hect. en prés et pacages; 300 hect. en bois taillis et en futaies; 100 bect. en châtaigneraies, et 750 hect. en terres vaines et bruyères.

Elle est arrosée par les ruisseaux de Montal, de Boumatel, de la Ressègue, qui la séparent de St-Saury et de la Ségalassière, etc.

La population est de 677 habitants, dans 16 villages, 15 hameaux et 165 maisons.

Glénat, le chef-lieu, est un bourg assez grand, situé dans le vallon de Montal et entouré de vergers. Il est à 7 kilom. de Laroquebrou et a 3 myr. 1 kil. d'Aurillac. Il est bien bâti, et l'on voit sur sa place une belle fontaine.

L'église, dédiée à St-Blaise, est à trois nefs et remonte à une assez haute antiquité. Restaurée depuis peu d'années par un plâtrier sans goût, il y a fait un bariolage de mauvais effet dans ses imitations de marbre. C'était un prieuré à la nomination de l'évêque de St-Flour. Il s'y trouvait aussi une communauté de prêtres richement dotée, jouissant de beaucoup de rentes; ils en firent l'hommage au roi en 1540. Quant aux revenus du prieuré, ils appartenaient anciennement à l'archidiacre d'Aurillac, qui était vicaire alors de l'évêque de Clermont.

Hugues de Frédevialle fut nommé recteur de Glenat par cet évêque, en 1238. Géraud de Crazimond, en 1256; Jean de Laurentis, en 1293; Jean Les Bordes, en 1349; Bertrand Durban, en 1369; Guy de La Panouse, en 1541; André de Brezons, chanoine de St-Flour et protonotaire du pape, était prieur de Glenat en 1550; Charles de Dienne l'était en 1703; Pierre Redon, en 1742; Géraud de Grignols, en 1756; Antoine Redon, en 1775; N. Jallinques, en 1789.

La châtellenie de Glenat anciennement était considérable. Le château consistait en une grosse tour et des constructions avec des créneaux, des mâchicoulis, ce qui en faisait comme une forteresse entourée de fossés, que l'on désignait sous le nom de Château supérieur. Durand de Montal en fit hommage au comte de Rodez en 1251. Géraud de la Roque, chevalier, le possédait en arrière-fief en 1269; il en fit hommage, en 1269, à Géraud de Montal. Plusieurs seigneurs, dans la suite, eurent des droits sur cette seigneurie. Guillaume de Cayrac, Bernard et Rigaud de Durban; Richarde, leur mère, et Gallienne de Durban en étaient coseigneurs en 1302. Cette famille conserva cette châtellenie jusqu'en 1403. Pierre de Teillet fut aussi coseigneur de Glenat et de Recoules. Cette partie fut vendue, en 1460, à Bertrand de Rilhac, Sr de Brives. Philippe de la Grillière en était seigneur en 1502. Cette famille se fondit dans celle de Beauclair, qui en a joui jusqu'à la révolution. Cette dernière famille a fait construire à la moderne le château actuel, l'ancien étant tombé en ruines.

En 1562, M. de Brezons, gouverneur d'Aurillac, fit garder par des soldats le château de Glenat. Sa tour et sa forteresse existaient encore en 1650, et ils furent au nombre des châteaux considérés comme importants à la défense du. pays. Il appartenait alors en commun à plusieurs seigneurs qui coopéraient à son entretien.

On lit dans M. de Sistrières : « Jean Pons de Beauclair, Sr de Messac et de la Grillière, résidant en la paroisse de Glenat, tient en arrière-fief du comte de Carladès, suivant son hommage du 16 novembre 1668, et la nommée de messire Charles d'Escars, marquis de Merenville, à cause de sa terre de Laroquebrou, du 20 mai 1670, son château, domaine, cens et rentes dépendant de la paroisse de Glenat. » 

Les villages et hameaux de cette commune sont:

Baccalou, hameau.

La Borne, village.

La Bouygues, village au sud-ouest du bourg, sur un petit plateau.

Bro, village au nord de Glenat, près du chemin de Laroquebrou.

5° La Brousse, hameau avec moulin.

Le Cassan, village sur un monticule, près du ruisseau. Il y a un moulin.

Cassier, village près de Glenat.

Las Cazes, hameau.

Clamagirand, village au nord, vers Siran.

10° Espinadel, village sur le chemin de Laroquebrou et le petit ruisseau de Pompidou. Autrefois il formait une paroisse avec Clamagirand. Le tout a été réuni à Glenat. Il s'y trouvait alors un petit prieuré. Géraud Redon fut curé d'Espinadel en 1746; Antoine Esquirou, en 1723; noble Jean de Beauclair était seigneur d'Espinadel en 1603.

11° L'Estreps, village sur un mamelon, à l'ouest du bourg.

12° Ginestoux, hameau.

13° Glenadel, hameau.

14* L'Herm, hameau.

15° Les Huttes. hameau.

16° Les Mestries, village sur un monticule, au sud de Glenat, et dans la pointe formée dans cette partie par le canton de Laroquebrou, au bord du ruisseau d'Escaumeils.

17° Moulin-de-Glenat, hameau.

18° La Paulie, hameau.

19° Pitou, village.

20° Pompidou, village au nord du bourg, vers Laroquebrou. Pierre de Boisse habitait le château de Pompidou en 1698. 21° Puy . Bonhomme, hameau.

22° Recoules-Basses, et 23° Recoules-Hautes, hameaux appartenant à Pierre de Teillet en 1403.

24° Savoie, hameau sur le ruisseau de Noël.

25° La Serre, village sur le plateau, au nord de Glenat.

26° La Serre-Basse , hameau.

27° La Vaissière , hameau.

28° La Vaysse, village.

29» Le Verdier, village. .

30° Le Vern, village près d'un mamelon, a l'ouest du bourg.

Glenat est mentionné dans la charte de Clovis; il y est dit : « à Glenat, sont deux métairies occupées par les serfs Imbert et Dodon, qui font des charrois, donnant une mesure de blé et deux sous. »

Suivant M. Bouillet. La terre végétale est peu abondante dans cette commune. Une grande étendue est couverte de bruyère. Nous ajouterons que les pacages sont de qualité médiocre. Quant aux bruyères, pendant l'été on y fait paître de nombreux troupeaux de moutons. Comme la température de cette commune est assez douce, on y voit un grand nombre d'arbres fruitiers. Le sol repose généralement sur une base granitique et schisteuse, mêlée d'argile et de beaucoup de sable.

Glenat a, le 4 mai, une foire très-renommée pour les moutons.

Cette commune était de droit écrit et ressortissait du bailliage d'Aurillac. Sa justice appartenait a M. de Beauclair.

Cette commune fut comprise pour 2,000 livres dans la répartition de l'impôt de 1696.