Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

 

Voir toutes les pages du dictionnaire statistique du Cantal

La commune de Girgols aujourd'hui

Document tiré  du Dictionnaire Statistique du Cantal de Déribier-du-Chatelet  Edition de MDCCCLII  (1852) Volume 1/5.

Ces pages ayant été numérisées nous ne pouvons garantir une fidélité exacte à 100% du texte malgré le soin apporté à sa correction. 

GIRGOLS. — Cette commune fait partie du canton de St-Cernin et de l'arrondissement d'Aurillac. Elle est bornée au nord par celle de Tournemire ; au sud, par celles de Marmanhac et de Laroquevieille; à l'est, par St-Projet et Lascelle, et à l'ouest, encore, par Tournemire et St-Cernin.

La superficie de son territoire est de 1,200 hectares, dont 150 hect. seulement en terres cultivées; 900 hect. en prés et pacages; 50 hect. en bois, et 50 hect. en terres vaines.

Elle est arrosée par la petite rivière de Do ire, les ruisseaux de Cautrunes, de Broussette et autres.

Sa population est de 450 habitants pour o villages, 4 hameaux et 76 maisons.

Girgols, chef-lieu, est un petit bourg à 5 kil. de Saint-Cernin et à 2 myr. d'Aurillac. 11 est situé à mi-coteau et légèrement abrité contre les vents du nord. Il est auprès du ruisseau de Cautrunes. On y voit une jolie maison.

L'église appartient au genre gothique et ne présente rien de remarquable. Elle fut unie à l'archidiaconat d'Aurillac, en 1252, par l'évêque de Clermont, avec le titre de prieuré; il était à la présentation de l'archidiacre d'Aurillac et à la collation de l'évêque. Cette église est consacrée a Notre-Dame, et la Nativité en est la fête patronale. Jean del Solier fut recteur en 1444; Giraud Solier, curé en 1511; Louis Solier l'était en 1528; Jacques Delzol, en 1595; Antoine Dclzol, en 1626; Jean de Tournemire, en 1641; Annet Verdier, en 1676; de Gognat, en 1706; François Chapel, en 1742; Louis Delpeuch, en 1747, et N. de Tringuier, en 1789.

La seigneurie de Girgols appartenait de toute ancienneté aux Srs de Tournemire, qui avaient droit de patronage sur l'église, parce que sa construction était laite sur un terrain qui leur appartenait. Elle avait été comprise dans le testament de saint Géraud.

Girgols a appartenu ensuite à la famille de Mayenhobe, d'origine allemande On la trouve ensuite dans la maison de la Chassignole; elle est habitée aujourd'hui par une branche de la famille de Chambaron, descendant de celle de Chambaron, commune de Chaliers.

Les villages et hameaux de cette commune sont:

Auviol, hameau. On y voit une jolie maison qu'habitait le Sr Mayenhobe en 1781.

La Bastide, village au levant du bourg. En 1258, Rigal de Tournemine donna en dot à sa fille ses droits sur ce village et sur Mortesagne, qui n'existe plus.

Le Bruel. village avec un moulin.

Eybre, hameau au sud de la Bastide qui appartenait, en 1706, à noble Jean Chapel de la Sale, seigneur du Martinet.

Le Preix, village.

6° Le Puech, hameau.

Rangouse, hameau qui appartenait, en 1445, à Jean Marion, damoiseau de St-Martin-Valmeroux; il a appartenu récemment à la famille de Leygonies, dont les membres prennent le titre de comtes de Rangouse.

Le Riou, village.

Soulages, village à l'est du bourg.

Il existait un village du nom de Mortesagne, ainsi que nous venons de le dire. En 1256, il fut vendu 205 liv. clermontois à Rigal de Tournemine, par Guilhelmette d’ Aymeri de Fontanges, conjointement avec ses enfants, en présence de Guy de Beauclair, de Pierre de Neyrestang, recteur de Tournemire, etc.

« Girgols, dit M. Bouillet, est bâti sur du conglomérat. On y observe plusieurs filons de trachyte et d'autres de basalte, mais qui sont peu apparents. Au bas du village, au sud-est, de beaux prismes de basalte se voient à jour au milieu d'un tuf trachytique. »

Les terres cultivées sont assez productives, quoique froides et séjournant très-longtemps sous la neige, ce qui fait pourrir quelquefois les céréales. On y trouve de nombreuses vacheries.

Cette commune n'est point abritée contre le nord. Comme elle se rapproche des plus hautes montagnes, son climat est très-froid.

Girgols suivait la coutume de Salers, avec appel à Riom.

Il fut compris pour 2,100 livres dans l'impôt de 1696.

Autres pages à voir