Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

Voir toutes les pages du dictionnaire statistique du Cantal

La commune de Barriac aujourd'hui

Document tiré  du Dictionnaire Statistique du Cantal de Déribier-du-Chatelet  Edition de MDCCCLII  (1852). Volume 1/5.

Ces pages ayant été numérisées nous ne pouvons garantir une fidélité exacte à 100% du texte malgré le soin apporté à sa correction.

 

BARRIAC

La commune de Barriac fait partie du canton de Pleaux et de l'arrondissement de Mauriac.

Elle est bornée au nord parcelle de Chaussenac; au sud par celles de Pleaux et de St-Christophe; à l'est par celle d'Ally, et à l'ouest encore par la commune de Pleaux.

Les ruisseaux du Breuil, de La Ganne , d'Escladines e.t d'Incon , ce dernier le plus considérable de tous, arrosent cette commune.

Le sol qu'elle comprend est généralement assez uni, légèrement ondulé et de nature volcanique. 11 produit beaucoup de grains, de fruits et de fourrages. On y élève de beaux bestiaux.

La population est dénombrée au chiffre de 486 habitants; ils occupent 9 villages, 7 hameaux et 76 maisons.

Barriac, chef-lieu, est un petit bourg à 6 kilom. de Pleaux et a 1 myriam. 4 kil. de Mauriac , situé à mi-coteau sur le ruisseau d'Escladines; il y a une maison de quelque apparence. L'église, dédiée à saint Martin, est ainsi mentionnée dans la charte de Clovis : « In villa Beriacq est ecclesia dicata sancto Martino indomini cata est colonise 2, manent Dodomarus et Mandrampnus solvunt in anno vervices 4. »

L'église d'aujourd'hui n'a rien de remarquable.

Jean de Guichard en était recteur en 1324; Pierre Vigier, dit Mont-Doré, curé en 1504; Annet de Miramon en 1548; Jean Conort en 1685; N. d'Olivier, prieur, curé en 1784.

Barriac a donné son nom à une très-ancienne famille, distinguée par ses services militaires. Elle abandonna le lieu de son origine au milieu du XIV° siècle , pour aller habiter dans la paroisse de St-Illide.

Les villages et hameaux de la commune sont:

1° Le Bac, village.

2° Boutais, gros village sur la route de Pleaux à Mauriac.

3° Bure et Pommiers, hameau et château qui se tiennent. Bure était une seigneurie anciennement appelée Biore ou Biorc, et qui a donné son nom à une famille distinguée, portant également le nom générique de Bardet. Elle est distincte de celle de Biorc, qui vivait au XIII° siècle, dans le même lieu. En 1328 N.-Jacques de Biorc fit construire un autre château de Biorc près de celui de Pouls. Cette maison s'est fondue dans celle de Vayrac, par le mariage de Bertrand de Vayrac avec Yolande de Biorc, fille de Jacques, ci-dessous nommé.

Le plus ancien membre connu de la famille de Bure est Guillaume Bardet, qui vivait en 1230. Il jouissait du bien de Las-Bardeties , paroisse de St-Martin-Cantalès. Son fils, Durand, clerc, fit son hommage à Jacques de Pleaux, chevalier.

En 1260 un Pierre Bardet épousa Esclarmonde d'Albars, héritière de la maison d'Albars.

En 1310 Guillaume Bardet s'allia à Jeanne de Beaufort, parente du baron de Charlus. Jean, duc de Berri, pour récompenser ses services, lui fit, en 1369, une pension sur les biens confisqués de Raymond Dornhac, écuyer rebelle, laquelle il percevait sur les hommes de Guy de Salers, en la paroisse de St-Paul.

En 1402 Beraud de Bardot acquiert, de Rigal de St-Christophe, le village de Pommiers , aujourd'hui de Bure. Trois ans plus tard Antoine de St-Christophe donne, au même Beraud de Bardet, l'hommage et tous les droits dus à la maison d’Albars, dans le village de Moneval (St-Martin). En 1 42 i il y eut échange entre N.-Jean de Veyrac, seigneur de Cussac et coseigneur de Merle, et Beraud de Bardet, seigneur des Bardeties, des villages de Courbiac, Cros-de-Favars, Le Mont, Crorien, . Malartiges. Beraud lui acheta en outre, pour 100 écus, les droits, cens et le fort de Biorc , confinant au village qui relevait de La Tour. Depuis cette époque , ce fort fut nommé Bure. On croit le nom de Bure anglais, à cause de sa ressemblance avec celui de Burke.

Un Jean de Bardet obtint indulgence plénière du pape Eugène au synode général de Baie en 1437. Il fonda des rentes à l'église de St-Martiu-Cantalès.

Guillaume Bardet, troisième du nom, se maria avec Louise de Tournemire-deMarse en 1460. Il servit en 1479, appelé par le ban, et reçut de Beraud, dauphin de St-llpize, un certificat honorable pour sa conduite dans les campagnes de Franche-Comté et de Bourgogne.

En 1501 Guillaume Bardet était au service dans la compagnie des sieurs do Marges et de Bergone. Son frère, .Guillaume , fit pour lui l'hommage à Maffre do Voisins, commissaire pour le duc de Bourbonnais. Guillaume le fit lui-même, en 1504, à Jeanne de Bourbon, comtesse de Boulogne.

Par une transaction, en date de 1517, les Bardeties passèrent à la branche cadette des de Bure; elles advinrent ensuite, par mariage , à la maison de Turenne.

En 1540 Claude Bardet fit hommage au dauphin d'Auvergne , baron de SaintChristophe. Il servait comme homme d'armes dans la compagnie du marquis d'Escars.

François Bardet, son frère , qui lui succéda dans la seigneurie de Bure, épousa Marie de La Panouse. Il fut capitaine de cent hommes de chevau-légers, breveté par le roi Henri II, sous le duc d'Aumale, capitaine-général de tous les chevaulégers. Il fit, en 1355, son hommage à François de St-Amand. seigneur de Rilb.ir et coniptor d'Escoi ailles , pour les seigneurie et motte de Biorc ou do Bure. En 1562 une assemblée, tenue à Aurillac, le députa près du marquis de Lafayette pour le supplier de ne pas dégarnir le pays de ses nobles et gendarmes, par la levée du ban et de l'arrière-ban. Cette mission fut remplie avec dévouement et habileté.

On trouve après lui Guy Bardet, qui fit son hommage au dauphin, pour Barriac, en I669. M. de Noailles lo chargea, en 1617, de se porter au fort de St-Constant et de s'en saisir sur noble Jacques Dubreuil, seigneur de Merle, qui s'en était emparé ; mais , le seigneur de Merle ouvrit les portes de la place au sieur Bardet, et rendit le château.

Maurice de Bardet, seigneur de La Vaissière, porta les armes dans le régiment des gardes, compagnie de M. de Valence, depuis le siége de St-Jcan-d'Angely jusqu'à celui de St-Antonin. Il en fut de même de ses frères Maurice et Jean de Bardet. Guy, leur grand-père, fut employé sous M. de Missiliac. Il assistait au siége et à la bataille d'Issoire, en 1590, avec le Sr de Turenne-du-Bac.

Charles de Bardet, neveu du précédent, servit, lui aussi, avec trois chevaux, sous M. de M. do Polignac et dans la compagnie du Sr Pierre de Beiffie. En 1666 il fit ses preuves de noblesse, et, en 1669, rendit hommage au roi pour les château et masure de Biorc, maison et jardin de Pommiers, etc.

Son fils, Pierre de Bardet, deuxième du nom , seigneur de La Grillère et de Bure, épousa, en 1686, Marguerite de Chavaroche , fille d'Antoine , seigneur du Monteil, et de Marguerite de Dienne. Il marcha sous les ordres du marquis d'Apchon au ban de 1692. Son oncle, Antoine de Chavaroche, était lieutenant-colonel de cavalerie du régiment de Noailles, et donna à son neveu.

Charles de Bardet, deuxième du nom, lui succéda comme seigneur de Burc, Pommiers, et s’allia, en 1720, à Marguerite de Pougeol, fille de Marc-Antoine, Sr de Bournazels, Escladinos et de Toinette Duret. Charles était, en 1738, lieutenant de cavalerie et chevalier de Saint-Louis. Il laissa deux fils, Antoine ct Joachim.

Antoine de Bardet, Sr de Bure, épousa, en 1763, Marie Lafont de Meyssac. Comme ses aïeux, il avait pris jeune la profession des armes.

Bernard de Bardet, fils d'Antoine, se maria, en 1808, avec Henriette-Madeleine Melon, fille de l'ancien président au bailliage de Tulle et de Marie Morin de Letz. Chevalier de Saint-Louis, il a servi long-temps, et avait le grade de capitaine au régiment de La Fère. Son fils, Charles-Henri de Bardet de Burc, s'est marié, en 1^858, avec mademoiselle Gabrielle de Braquilange, de la ville de Tulle. Ils habitent quelquefois leur château de Pommiers, dans la commune de Barriac. Ce château renferme une chapelle qui fut bénite en 1782.

4° Chamayrac, village entre la route et Barriac, sous le ruisseau. On y élève de beaux moutons de race. Le village est orné de quelques jolies maisons. En 1653 ce lieu relevait de la terre de Carbonnières, propriété de M. Jules de Noailles, maréchal de France.

5° Courbiac, village au confluent du ruisseau d'Escladines et de celui d'Incon.

6° Favars, hameau et fief. En 1535 il appartenait à N.-Jean de Bouthole, qui avait épousé Delphine de Sarran , dame en partie de Chavaniac. Il vendit Favars pour acheter une autre partie de Chavaniac et de La Clidelle. Le chevalier de Favars était seigneur dudit lieu en 1789.

La Gane, hameau sur le ruisseau de ce nom.

8° Groussolles, hameau.

9e Incon, village sur le ruisseau du même nom, au confluent de plusieurs autres.

10° Masdurand, village dans la plaine.

11° Le Moutin - du-Bomquet, hameau.

12° Le Moulin-de-Fovars, hameau.

13° Le Moular, hameau.

14° La Vigne, hameau.

 

15° Vimenel, village dans la plaine, vers Ally. Le fief dit de La Salle était dans ce lieu en 1540.

 

Autres pages à voir