Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

Voir toutes les pages du dictionnaire statistique du Cantal

  La commune de S t Bonnet de Salers aujourd'hui

  Ces pages ayant été numérisées nous ne pouvons garantir une fidélité exacte à 100% du texte malgré le soin apporté à sa correction.

 

SAINT-BONNET-DE-SALERS

 

La commune de St-Bonnet, qui est comprise dans le canton de Salers et l'arrondissement de Mauriac, s'allonge beaucoup de l'est à l'ouest.

Elle est bornée au nord par la commune d'Anglars; au sud par celles de Salers et de St-Martin-Valmeroux; à l'est par la commune de St-Paul, et à l'ouest par Drugeac.

Elle est arrosée par la rivière d'Auze, le ruisseau du Fayet qui commence à St-Bonnet celui de Pailhers qui naît dans les montagnes de St-Bonnet et se jette dans l'Auze, ceux de l’Eclause, de Montzelat et de La Vaissière.

Cette commune est assez fertile en grains, quoique dans la montagne et rafraîchie par un air très-vif. Ses prés et pacages sont renommés par leur excellente qualité, surtout les pacages de l'est, où sont de nombreuses vacheries. On en compte quarante-deux dans la commune. Il y a peu de bois et de terres vagues.

Quoique la température de St-Bonnet soit froide et que les villages aient peu d'abri, cependant on y voit dans les endroits bien exposés quelques arbres fruitiers. Le sol est généralement basé sur le trachite et le phonolite; les terres sont rougeâtres et onctueuses, mais fort pierreuses.

La population de la commune est de 1,153 habitants pour 5 villages, 15hameaux et 165 maisons.

Le chef-lieu de St-Bonnet, à 6 kilom. de Salers et 1 myriam. 6 kilom de Mauriac, est situé au bord d'un plateau qui présente une légère pente à l'aspect du nord. Il n'a rien de remarquable, si l'on en excepte l'église et le presbytère, qui est vaste et bien bâti. L'église a pour patron saint Bonnet. C'était anciennement un prieuré uni à l'archiprêtré de Rochefort. Elle est ancienne, mais réparée depuis quelques années.

La charte de Clovis contient un passage relatif à St-Bonnet: 3 Est ecclesia in dominicata sancto Bonito dicata coloniae 2, manent servi Amabertus, Wintrandus. Solvunt caropera, vaccas 2 pingues, annon. mod. 2, denarios 23. »

 

 

En 1239 noble Hugues de Carbonnières et Rigal, son fils, ravagèrent la paroisse de St-Bonnet, et l'église fut gravement endommagée; aussi le Sr de Carbonnière fut-il condamné à une forte indemnité en faveur d'Algayette d'Escorailles, comtesse de Rodez, par Archambaud de Bourbon, maître de la milice du Temple.

Les anciens prieurs et curés de St-Bonnet sont : Egide de Chalencon , chanoine de Clermont, recteur de St-Bonnet en 1337; Jean de Bertrand , recteur de St Bonnet eu 1448 et archiprêtre de Rochefort; Hugues de Mont Journal en 1510; . Hugues de Valens, aussi chanoine de Clermont, en 1551 ; Antoine Vidal oncle, curé de St-Bonnet et archiprêtre de Rochefort en 1626; Antoine Guy Vidal neveu en 1656; Jean Vidal, archiprêtre et curé en 1674; Pierre de Mazuer en 1695; N. Delort en 1701; Pierre-Ange Fumel en 1756; N. Ternat en 1787; Chabaud après lui -, N. Delzons en 1788, et N. Ternat en 1789.

Il a existé autrefois une famille de St-Bonnet. Esclarmonde, veuve de N.-Eustache de St-Bonnet, vendit des rentes en 1309 au doyen de Mauriac.

En 1311 Etienne de Neyre.tang, bailli dos montagnes, fut seigneur en partie de St-Bonnet.

Les seigneurs de Leybros, dont il sera parlé plus bas, étaient aussi seigneurs de St-Bonnet en partie, comme le prieur ou curé.

En 1570 les habitants de St-Bonnet furent sommés par noble Jean La Roche, enseigne de la compagnie du capitaine Crozet, qui se rendit dans le bourg avec 7 soldats, de se cotiser, afin de payer les frais de garnison de la compagnie dans la ville de Salers ; mais ils s'y refusèrent formellement.

 

VILLAGES ET HAMEAUX 

Les villages et hameaux de cette commune sont:

1° Bournazel, hameau près du ruisseau de Jarrige.

2° Boussac, village près du ruisseau de ce nom , à l'ouest de St-Bonnet. Il y a quelques jolies maisons, entre autres celle où réside l'ancienne famille de Baron de Layat, originaire de Champeix, et dont une branche habitait le Limousin.

En 1712 Martin-Gabriel de Baron, Sr de Layat et de Miégemont, était capitaine d'artillerie. Cette famille s'est alliée successivement avec celles de Courboulès, de Dienne, de Chapel, de La Salle, de Chazetles et-de Mathieu.

Les seigneurs de Leybros l'étaient de Boussac. Ce village est indiqué dans la charte de Clovis : « In villa Bociaco coloniœ 2, manent servi Othibertus, Esmundus. Solvunt frisingas 2, denarios 13, annon. Mod. 1. »

3° Chasternnac, village dans la plaine, près et à l'ouest de St-Bonnet. Il est ainsi indiqué dans la charte ci-dessus: « Il villà Castreniaco coloniœ 2, manent servi Wilhcrtus, Allmannus. Solvunt annon. mod. 2, frisingas 2, denarios 12. » Le Sr de St-Chamant était seigneur de Chasternac; il le vendit en 1534 à Jean de Tournemire, Sr de Leybros.

4° Chavarvière hameau et ancien château dans la plaine, composé d'une grosse tour carrée, sous laquelle était, dit-on, un souterrain qui communiquait avec le château de Salers. Il appartenait anciennement à la maison de Salers, dont un des membres, prenait le titre de seigneur de Chavarvière. Guy de Salers avait acheté Chavarvière en 1277. En 1666 N.-François d'Escorailles, baron de Salers, fut accusé devant la comission des Grands-Jours, à Clermont, de fabriquer de la fausse monnaie dans la tour de Chavarvière. On y lit une perquisition, et il parut en résulter que le seigneur d'Escorailles était dupe d'un Italien qui prétendait pouvoir faire de l'or. On trouva du charbon, des creusets et d'autres appareils propres au genre d'industrie dont on accusait le prévenu. Ces découvertes, jointes à plusieurs griefs d'un autre genre, provoquèrent une sentence de mort qui ne fut pas exécutée; mais le château fut démoli. On voit encore quelques ruines de la tour de Chavarvière.

5° Embrajoux, hameau.

6° Emmouriols.

7° Escouts, hameau avec un ancien château dont il reste à peine quelques vestiges et près du ruisseau de Pailhers.

Noble Hugues de St-Julien fut seigneur d'Escouts en loi G.

Pendant la vie de son fils, François de St-Julien, en 1576, le château d'Escouts fut pris par les huguenots après un assaut vigoureux; il fut démoli et incendié avec tous les objets précieux qu'il renfermait.

Antoine de St-Julien, fils de François, se maria avec demoiselle Jacqueline de Turenne. Sa fille unique épousa N.-Jean de Landrodie, Sr de Malpertuis et gentilhomme du prince de Condé, qui servit dans les troubles et guerres de religion comme lieutenant des gardes de Ventadour. Ses fils figurèrent aussi dans les armées du roi. Antoine, l'un d'eux, mourut en Guyenne aide-major au régiment de Rilhac. Il fit les campagnes d'Italie, de Hollande, et avait été appelé, en I633, par l'arrière ban, à la place de son père qui était fort vieux.

Son arrière-petite-fille, Jeanne-Louise de Landrodie, se maria avec François Tyssandier, conseiller du roi, lieutenant particulier au bailliage de Salers, et porta la seigneurie d'Escouts dans la famille dr Tyssandier, qui jouit encore de cette belle propriété, exploitée pendant quelques années suivant de nouveaux systèmes agronomiques.

8° Fau-Soubro et Fau-Soutro, qui sont deux hameaux assez voisins, dans la plaine, à l'est de St-Bonnet. Ils ont appartenu, en 1269, à noble Hugnes de Fontanges, chevalier, Sr de St-Christophe, qui en fit hommage à l'évêque de Clermont. En-1773 Géraud-François Pons avait les seigneuries de Fau, La Bastide, etc. Pierre de Pons était receveur des consignations en 1692, et Joseph Bayle-Pons viguier de Salers eu 1753.

9° Foyt, village voisin de Fau-Soubro, et qui a porté jadis le nom de Fayet, dégénéré par corruption en celui de Foyt. Il était d'abord au seigneur de Fontanges. En 1346 N .-Eymery de Tournemire, Sr de Leybros, posséda Foyt ou Fayet. Ce village est, plus tard, devenu la propriété de la famille de Pons.

10° Leybros hameau avec une grosse tour isolée, reste de l'ancien château, et qui domine toute la partie ouest de l'arrondissement. C'était une belle terre et qui produisait de bons retenus. Les plus anciens seigneurs de Leybros ont été de la maison de Drugeac. On voit qu'en 1330 Eymery de Tournemire avait épousé Marguerite de Drugeac, dont il eut Leybros.

Néanmoins en 1245 vivait un Béraud de Leybros, chevalier.

Eymery de Tournemire, seigneur de Leybros et de Uuzoles, acheta de Finès Ribicr d'Angline, sa sœur, et de Pierre Ribier, les rentes de Bournazel. Jean, sou fils, lui succéda. Il était, en 1341, seigneur de Leybros et de Bournazel.

En 1540 on voit un autre Jean de Tournemire à la fois Sr de Leybros, de Roussy, St-Bonnet et Tournemire en partie, et qui épousa Gabrielle de Nozières.

En 1573 le château de Leybros avait grand besoin de réparations. Il se composait alors d'un corps de logis flanqué d'une tour carrée appelée le corps de garde, et renfermant toutes sortes d'armes, et en outre d'une grosse tour. La première fut réparée, ainsi que la grosse tour, qui menaçait ruine et qui n'existe plus.

En 1595 Leybros passa par héritage à Annet de Tournemire, fils de Pétronille de Nozières et d'une branche cadette. — Alliances de cette maison avec celles de Salers et de St-Chamand. — En 1508 Louise de Tournemire fut placée sous la tutelle d'Henri de Noailles, gouverneur de la Haute-Auvergne et bailli des montagnes, avec qui elle fut obligée de plaider pour ses droits. Cette même Louise épousa en 1625 noble Charles de Rilhac, fils de Jean, bailli des montagnes, Sr de St-Martin-Valmeroux en partie, Nozières, St-Paul, Le Borgnon,ctc.

La terre de Leybros passa, par succession, de Louise à Claude de Ferrières, comte de Sauvebeuf, fils de son second mari, et qui fut baron de Leybros en 1666. Celui-ci épousa en 1671 Gabrielle-Thérèse d’Apchon, fille de Jacques Artaud, baron d'Apchon, Sr du Vaulmier, dotée de 30,000 liv. Son fils, Jean de Ferrières, comte de Sauvebeuf, Sr de St-Bonnet, Leybros, St-Martin-Valmeroux, coseigneur de Salers, fut, de plus, grand sénéchal d'Auvergne.

La terre de Leybros ayant été saisie en 1718 sur Claude de Ferrières, fut rachetée par le grand sénéchal.

N.-François de Ferrières, marquis de Sauvebeuf, seigneur de St-Bonnet, capitaine dans le régiment d'Artois cavalerie, etc., fut seigneur de Leybros en 1781. Il vendit alors plusieurs domaines.

Avant la Révolution M. Tyssandier était seigneur de Leybros.

11° Masdamomt. village près de Pailhers, à l'est de St-Bonnet.

12° Moutin-de-Chevalier, hameau.

13° Moulin-de-Bouhet, hameau.

14° Moulin-de-Roche, hameau.

15° Moulin-de-Sarrotte, hameau.

16° Moulin-de-Vellut. hameau.

17° Navaste, village au nord-est de St-Bonnet, vers la montagne. Ce village a été successivement possédé par les familles de Salers, de Fontanges, de Dienne, de Valens, de Nozières, de Jarrige. M. Tyssandier y possède une belle propriété.

18° Pailhers, village sur le ruisseau du même nom, à l'est de St-Bonnet. Il est mentionné dans la charte de Clovis: « In villa Paliers manent servi Eldus Eldoradus. Solvunt solidos 2, annon. mod. 1, vervices 2. » En 1288 N.-Eymery de Fontanges fit son hommage à Guillaume, comptor d'Apchon, pour son fief de Pailhers. Jean de Valens en était seigneur en 1504; N.-François de Chavialle en 1624 ; M. de Leige en 1789.

19° Roche-Soubro, hameau.

20° Roche-Soutro , petit château et jolie campagne à M. Tyssandier. Elle est située sur la rive droite du ruisseau de Pailhers et non loin d'Escouts.

21° Ruzoles. Ce village a donné son nom à une famille maintenant éteinte, et qui possédait anciennement la terre de La Roche-Loupiac et en partie celle de Branzac. Jean de Ruzoles acquit à Ruzoles des rentes de N.-Pierre de Marlat en 1350. La famille de Tournemire a longtemps joui de la propriété de Ruzoles, et en prenait le titre au XVI° siècle.

22° Tougouse, gros village non loin du ruisseau de Pailhers et à l'est de Saint-Bonnet. Le mas de Tougouse était à N.-Maurin de Fontanges en 1277. Il en fit l'hommage à l'évêque de Clermont.

En 1595, lors des guerres de religion, ce malheureux village fut brûlé par le capitaine Jaffre et sa compagnie, qui commit de si grands excès dans les environs de Salers. En 1781 Ignace de Douhet était seigneur de Tougouse.

 

Autres pages à voir