Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

Voir toutes les pages du dictionnaire statistique du Cantal

La commune du Falgoux aujourd'hui

  Ces pages ayant été numérisées nous ne pouvons garantir une fidélité exacte à 100% du texte malgré le soin apporté à sa correction.

 

Falgoux (Le)

 

La commune du Falgoux, dont la direction est du nord au sud, fait partie de l'arrondissement de Mauriac et du canton de Salers. Elle comprend une grande partie de la vallée de Mars, et est bornée au nord par les communes de Colandre et du Vaulmier; à l'est, par celle de Cheylade; au sud, par celle de Mandailles, et à l'ouest, par celles de St-Paul et de Fontanges. Elle est arrosée par la Mars, rivière qui, dans tous les anciens titres, est désignée sous le nom de Mar, et dont la direction est de l'ouest à l'est, et par un grand nombre de ruisseaux qui se précipitent du sommet des montagnes dans la vallée.

Le terrain de cette commune est généralement d'origine ignée. Il est très accidenté et se compose en partie des montagnes les plus élevées du Cantal; on y remarque parmi elles le Roc-des-Ombres, qui est le point de contact des communes de St-Paul, de Fontanges et du Falgoux; le Puy-de-la-Tourte, et particulièrement le Puy-Mary, dont la hauteur, déterminée par les officiers d'état Major attachés au département de la guerre, est de 1,786 mètres. Son sol est fertile, autant du moins que la rigueur du climat qui règne dans ces hautes régions peut le permettre; ses terres sont de bonne qualité, mais le trop long séjour des neiges et les gelées tardives en détruisent souvent les récoltes; ses prairies et ses pacages à vacheries sont excellents; mais on est obligé d'abandonner ces derniers avant le 15 septembre, chassé qu'on est par le retour de l'hiver. Du reste, cette commune possède les éléments d'une grande richesse, qui ne demandent que des voies de communication praticables pour se développer dans le Bois-Mary, forêt de près de 700 hectares d'étendue, et qui est peuplée en grande partie de magnifiques sapins.

La surface de la commune du Falgoux est de 5,036 hect. 68 a. 13 c., dont 2,995 h. 31 a. 52 c. de propriétés imposables, qui se subdivisent ainsi : terres, 202 h. 08 a. 36 c. ; jardins, 8 h. 14 a. 40 c.; prés, 528 h. 06 a. 16 c. ; pacages, 1,085 h. 86 a. 46 c. ; forêts, 920 h. 04 a. 21 c. ; rochers et terres vaines, 237 h. 94 a.; superficies bâties, 4 h. 17 a. 33 c., et 42 h. 36 a. 61 c. d'objets non imposables. Sa population est de 764 habitants, répartis dans 1 bourg, 11 villages, 16 hameaux et 130 maisons. Cette population émigre en grande partie chaque année, et se répand dans toutes les provinces de la France pour y exercer des industries de tous genres.

La commune est traversée, dans un angle de son territoire, par le chemin de grande communication, n° 4, de Murat à Bort, et par la ligne de moyenne vicinalité de Cheylade à Apchon.

La Falgoux, chef-lieu, est un petit bourg éloigné de 34 kilomètres de Mauriac et de 12 de Salers. Il est situé dans la vallée et sur la rivière de Mars, qui n'y est encore qu'un faible ruisseau. L'église en a été reconstruite depuis quelques années; elle est dédiée à saint Germain, et était autrefois un prieuré bénéficiaire du monastère de Mauriac.

De nombreux vestiges d'habitations aujourd'hui détruites, prouvent que ce bourg a été plus considérable autrefois qu'il ne l'est à présent.

La terre du Falgoux était dépendante de celle du Vauxmier et appartenait à la maison d'Apchon; mais ses habitants avaient traité de leurs franchises avec cette maison à différentes époques, et notamment en 1295 et 1302. Aux termes de ces transactions, dont les actes sont restés, leurs consuls avaient droit de porter robes et chaperons et de chasser librement, avec l'obligation, toutefois, de remettre au seigneur la hure du sanglier, la patte de l'ours, le râble et le bois du cerf ou du chevreuil, et de veiller soigneusement à la conservation des aires d'oiseaux de chasse noble, dans toute la forêt, et particulièrement sur le Puy-de-la-Tourte.

On raconte qu'en 1265, un Guillaume Comptour-d'Apchon, ayant sans doute quelque vengeance a exercer contre les vicomtes de Carlat et de Murat, rassembla un certain nombre d'habitants du Falgoux et se livra avec eux au pillage de leurs terres; mais que sur les ordres du roi, Eustache de Beaumarchais, bailli des montagnes d'Auvergne, se mit à la poursuite de cette bande de pillards, la dispersa et fit condamner son chef à une indemnité de 3,000 écus d'or.

Les villages et hameaux de cette commune sont les suivants:

Besse, hameau.

Besse- Vieille, hameau.

3" La Cayre, village situé sur la rive droite de la Mars.
La Chaze, village.

Chier-Soubro, village.
6° Chier-Soatro, village; il appartenait, en 1458, à Géraud du Fayet, et son fils en fit cession à la maison d'Apchon.

Le Coi, hameau.

La Combe . hameau; il appartenait, en 1656, à une famille Combart.

Le Croupou, hameau.

10° Escousseyre, hameau.

Fontelive, hameau.

12° La Franconnèche, village.

13° LaJarrige, hameau.

14° La Marentie, village.

15° Le Meynial, hameau.

16° La Michie, village.

17° Miniou, hameau.

18° Neyrestan, village situé sur le ruisseau de Loudeyre, à l'ouest du bourg. Ce village a appartenu à une ancienne famille qui habitait le Falgoux dès le XII° siècle, et dont le nom reparaît jusqu'au XVI° Le 16 août 1665, Guillaume de Fontanges, seigneur de Velzic, vendit à Pierre Combart de la Combe, le lieu et domaine de Nerestang, tenant le tout en franc fief et hommage du seigneur comte d'Apchon, quitte de cens et rentes,si ce n'est pour le pré du Chaumeils, qui est de la censive du seigneur d'Apchon.

On remarque près de ce village une grotte faite de main d'homme, où on croit voir un autel grossièrement travaillé.

19° Le Peyrolet, village; il appartenait, en 1666, à un nommé Pierre Meynial.

20° La Picaudie, hameau.

21° La Renaudie, hameau.

22° Rochemonteix, hameau ; c'était le chef-lieu d'un fief fort ancien qui appartenait, dès le commencement du XV° siècle, à une famille distinguée, connue sous le nom de Chalvet de Rochemonteix.

23° Le Sailhans, hameau. Ce hameau était un ancien fief; la famille de Sailhans le possédait dans le XV° siècle; il entra dans la maison de Miramont par le mariage de Leonne ou Louise de Sailhans avec Jean de Miramont, seigneur de Pomeyrol, et passa plus tard en d'autres mains. On voit près de Sailhans une cascade fort remarquable.

24° Le Taoul, village.

25° Verdelon, hameau.

26° Vizat, village près du chef-lieu.