Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

Voir toutes les pages du dictionnaire statistique du Cantal

  La commune de Coltines aujourd'hui

  Ces pages ayant été numérisées nous ne pouvons garantir une fidélité exacte à 100% du texte malgré le soin apporté à sa correction.

 

Coltines

 

La commune de Coltines est comprise dans le canton do St-Flour et fait partie de cet arrondissement. Elle est bornée au nord par les communes de Moissac et de Talisat ; au midi, par la commune de Roffiac; à l'est, par la commune d'Andelat, et à l'ouest, par la commune de Celles. Sa forme est arrondie. L'étendue de son territoire est de 1 ,900 hectares, dont 1,200 h. en terres labourables, 600 en prés et pacages; mais sans bois. Elle est arrosée par les ruisseaux de Boutarel et de la Prades. Ce dernier va se jeter dans le ruisseau de Saillans.

Sa population ne dépasse pas le chiffre de 734 habitants ; il y a 8 villages et 196 maisons.

Coltines, chef-lieu, est un bourg considérable situé dans la plaine, à 1 myriamètre de St-Flour ; il dépendait de la commanderie de Celles et faisait partie du pays du droit écrit, moins les villages de Tools et de la Chassagne, quoiqu'il ressortit du bailliage de St-Flour.

Son église est fort ancienne, et sous le patronage de saint Vincent. On la voit mentionnée dans des titres du XIII° siècle. Olivier, prêtre de Coltines, fut témoin de l'acte d'union que fit le pape Paschal II pendant son séjour à Brioude, en 1117, de l'église de Valuéjols à l'abbaye de Moissac. Le clocher, qui était en ruines, a été reconstruit depuis peu d'années. La cure était à la présentation du doyen de Brioude.

Le château de Coltines comptait comme place forte. En 1435, à cause de la peste qui régnait à St-Flour, les états de cette prévôté furent assemblés dans ce château. L'abbé Teillard dit qu'ils octroyèrent une somme de 3,000 écus du coing de Toulouse, pour la tuition et défense du pays, outre laquelle somme il fut ordonné que l’on paierait à Mme la comtesse de Pardiac, 100 écus ; à Mondol de Latour-St-Vidal, son maître d'hôtel, 60 écus; au receveur des aydes, 120 écus; à Mgr l'évêque de St-Flour, 70 écus; à M. de Montal, bailli des montagnes, 60 écus; à M. de Dienne, 70 écus; à MM. les collateurs et vicaires de St-Flour, 40 écus; au seigneur de Lescure, 5 écus; à Guillaume de Brezons, 20 écus; à M. Gaspar de Neuvéglise, bayle de St-Flour, 10 écus; à M. Mathieu de Mentières, 3 écus; au Sr de Chazelles, 7 écus; à Gaspard de Neuvéglise, serviteur de M. de Pardiac, 20 écus; au secrétaire de l'évéque, 5 écus; au lieutenant du bailli pour le roi, 5 écus.

Ce château fut pris et repris plusieurs fois dans les guerres de religion. Les royalistes s'en étaient emparés en 1591, et François de Dienne y commandait. Après la mort du comte de Randan, M. le duc de Nemours étant devenu gouverneur d'Auvergne, un traité fut passé entre les parties belligérantes, et M. de Dienne se vit contraint par le duc de Nemours à faire raser le château de Coltines.

La terre de Coltines a appartenu en partie au chapitre de Brioude. Gabriel de Sévérac y résidait en 1586, et Pierre de Sévérac en 1599. Antoine de Freydevialle, doyen de Brioude, en fit échange avec le chapitre, pour la seigneurie de Muret, en 1635. L'évêque de Baveux était seigneur de Coltines en 1718.

Les villages et hameaux de cette commune sont:

Bardon, village. On remarque auprès de ce village, dans une prairie et près de la route de Coltines à Talizat, un dolmen (ancien autel druidique) parfaitement conservé. Ses dimensions moyennes sont : longueur, 2 m. 70 c.; largeur, 1 m. 80 c.; épaisseur, 0 m. 55 c.; sa surface a 4 m. 86 c.; son volume, 2 m. 67 c. ; son poids peut être évalué à 5,723 kilog. Cette pierre repose sur trois autres plus petites placées de champ, laissant entr'elles une cavité de forme cubique où les bergers se réfugient pour éviter la pluie.

Le Bousquet, village.

Chauagnette, village au nord de Coltines.

Chassagne, village avec un château et une seigneurie qui appartenait anciennement à la famille de Meynade. Hugues Meynade vivait en 1285- Philippe Meynade était seigneur de la Chassagne et de Colonges, près de Dienne, en 1474. François Meynade était possesseur du château de la Chassagne en 1540. Ce fief passa alors dans la famille de Sévérac. Pons de Sévérac en jouissait en 1621. Jean de Chambeuil était seigneur de la Chassagne en 1631. Ce château et cette seigneurie devinrent, en 1694, la propriété de Jean Tassy de Montluc, conseiller du roi. Charles Tassy de Montluc, trésorier de France, habitait le château de la Chassagne en 1787.

La Frayssinet, village. Il y avait jadis un bénéfice à la collation de l'abbé de Bonneval.

Touls, gros village, prieuré qui dépendait jadis de l'abbaye de Comps. Sa chapelle fut réunie plus tard à la mense du chapitre de St-Flour. Son château était un membre de l'abbaye de la Vaudieu. Anne de Polignac était, en 1503, abbesse de Touls et de la Vaudieu, et y percevait des rentes; elle payait le chapelain. Marthe de Guérin de Lugeat, religieuse de la Vaudieu, fut prieure de St-Blaise de Touls en 1764. On voit près de Touls un dolmen moins bien conservé que celui de Bardon, mais de belles dimensions et très-reconnaissable.

Veaux, village; il y avait en 1573 une riche métairie qui appartenait â Pierre de Brugières, prieur de Ségur et chanoine de St-Flour.

Coltines fut compris pour la somme de 3,050 liv. dans le chiffre de la taille imposée à l'élection de St-Flour en 1695.

On trouve sous un rocher des environs du bourg un sable doré propre à nettoyer le cuivre et le fer.

Cette commune étant située dans la Planèze, son terrain produit en abondance le seigle et l'orge; mais elle est pauvre en fourrages et manque entièrement de bois à brûler.

 

Autres pages à voir