Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

Voir toutes les pages du dictionnaire statistique du Cantal

 

 Ces pages ayant été numérisées nous ne pouvons garantir une fidélité exacte à 100% du texte malgré le soin apporté à sa correction.

 

Chastagnal ou Castagnal (La chataigneraie)

 

— Dans la langue patoise du pays on a donné ce nom à la partie basse du département, formée du canton de Maurs et d’une petite portion des cantons de Montsalvy et de St-Mamet, à cause de la grande quantité de châtaignes qu'on y trouve.

La culture du châtaignier est la principale de ce pays, qui est coupé de nombreuses gorges et n'a qu'un sol peu fertile. Ce sol, de nature schisteuse et granitique, ne contient qu'une faible couche de terre végétale, et n'est pas susceptible de se couvrir de gazon comme la partie montagneuse du département. Les habitants oui du chercher un arbre a produit alimentaire peu délicat sur la qualité du terrain, et en ont couvert les pentes de leurs coteaux pour que les eaux pluviales n'enlevassent pas le peu de terre qui recouvre le roc ou le tuf. Le châtaignier réunit ces avantages divers.

Le seul canton de Maurs a plus de 6,000 hectares de châtaigneraie. Le produit n'en doit pas être évalué à moins de 150,000 fr.

En général, les châtaigniers sont greffés. Ceux qu'on plante aujourd'hui sont greffés trois ou quatre ans après qu'ils ont été replantés.

Dans les coteaux où les pentes sont les plus roides et d'une mauvaise exposition, on voit quelques bois de châtaigniers sauvages : ils portent le nom de pezaliers, du mot patois pezal, qui veut dire échalas. On n'en retire aucun fruit; mais on y coupe régulièrement des baliveaux qui sont transformés en merrains ou en échalas, et vendus au Port-d'Agres.

La châtaigne est, durant six mois de l'année, la nourriture presque exclusive des gens pauvres du pays, et c'est pour eux la meilleure saison que celle où ils ont cet excellent fruit, dont la préparation est aussi facile que peu coûteuse, et que le riche lui-même voit toujours avec plaisir figurer sur sa table. On en emploie aussi une grande quantité à l'engrais des porcs, et c'est à cette nourriture savoureuse qu'il faut attribuer la bonne qualité des porcs gras de ce pays; aussi les jambons de Maurs ont-ils acquis une réputation méritée.

De tout temps, le Castagnal a approvisionné de châtaignes le marché d'Aurillac, où les habitants de la Planèze viennent les enlever; mais, depuis quelques années, l'exploitation commence à s'étendre beaucoup plus loin : il y a des rouliers qui en portent jusqu'à Toulouse, où ils les vendent avec avantage; il y a lieu de croire que lorsqu'un chemin de fer traversera le Cantal, cette denrée fera la richesse du pays qui la produit.

Plus on s'éloigne des montagnes du Cantal, plus la qualité de la châtaigne s'améliore et plus le produit de l'arbre est certain. Aussi est-ce dans la commune de Maurs, limitrophe du département du Lot, qu'on trouve les meilleures châtaignes. On y récolte aussi des marrons qui, quoique plus petits que la châtaigne, ont la pâte bien plus fine et plus savoureuse. Dans la partie nord de la Castagnal, les arbres deviennent en général plus beaux; mais le fruit y est moins bon et le froid l'emporte quelquefois.

Pour conserver les châtaignes, qui se gâteraient si on les gardait vertes pendant longtemps, à moins de les étendre dans un grenier bien aéré, on est dans l'usage de les faire sécher. Dans ce but, chaque propriétaire a son petit bâtiment, appelé séchoir, de deux ou trois mètres en carré, portant vers le milieu de sa hauteur une claie en bois, sur laquelle on met une couche épaisse de châtaignes. Au-dessous, on entretient, pendant vingt-cinq à trente jours, un feu continuel, mais très-faible. Il faut avoir soin de ne pas faire trop de feu, tout en conservant à peu près une chaleur uniforme. et retourner de temps en temps les châtaignes. C'est une opération facile, mais très-fatigante , et, si elle est mal faite, les châtaignes sont recuites ou brûlées. Aussi serait-il à désirer que le perfectionnement apporté par deux ou trois riches propriétaires, dans cette branche d'industrie, s'étendit dans tout le pays. On a fait des séchoirs chauffés par un calorifère, qui ont l'avantage de sécher Ies châtaignes plus vite et beaucoup mieux. Les châtaignes n'y étant pas exposées à une fumée constante, sont plus blanches et meilleures.

Il y a, dans le Castagnal, beaucoup de bois appartenant à des propriétaires de cantons éloignés. Ces forains envoient tous les ans, au mois d'octobre, ramasser les châtaignes. Leurs gens sont logés et hébergés chez un voisin du bois qui, en échange de son hospitalité, prend la feuille et le bois mort, et profite du pacage.

Autres pages à voir