Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

GENERALITES

Le département du Cantal fait partie de l'ancienne province d'Auvergne dont il est la région méridionale. On le désignait autrefois sous le nom de Haute-Auvergne. Le niveau général de son territoire est en effet supérieur à celui du Puy-de-Dôme, qui formait la Basse-Auvergne; mais ce dernier département renferme des sommets plus élevés, le Puy-de-Sancy ou Mont-d'Or, par exemple. Le Cantal emprunte son nom à la plus haute de ses montagnes.

Position. — Dans la division géographique du territoire français, le département du Cantal n'occupe pas une position absolument centrale. Il est, à la vérité, presqu'à égale distance des frontières de l'Est et de l'Océan; mais il s'éloigne beaucoup moins de la frontière sud que de la frontière nord da la France.

La latitude moyenne de cette contrée étant le 46° 26', le Cantal se trouve compris entre le 45° 40' 36" et le 44° 36' 48". Ses longitudes extrêmes sont 0° 43' 12" longitude Est, et 0° 10' 48" longitude Ouest.

La ville d'Aurillac, chef-lieu, est située à 0° 6' 22" longitude Est du méridien de l'Observatoire de Paris, par 44° 55' 41" de latitude Nord; cette ville est séparée de Paris par un trajet de 158 lieues. Le point maritime et en même temps le point frontière le moins éloigné d'elle est Cette, (Sète) port de la Méditerranée. Aurillac se trouve d'ailleurs à une distance à-peu-près égale de l'Océan, de l'Espagne, de la Savoie et de la Suisse. ,

Forme. — La forme générale que présente le département du Cantal est celle d'un polygone irrégulier, oblong de l'Est à l'Ouest, et dont les côtés sont extrêmement dentelés. Au midi, ce polygone dessine un angle rentrant et très-profond. Le département de l'Aveyron pénètre dans cet angle, et, par la commune de Thérondel, qui en forme le sommet, il touche presque au centre du Cantal.

Des deux côtés de l'angle se prolongent deux fragments considérables du territoire cantalien, comprenant plusieurs cantons qui ne peuvent commodément communiquer entre eux qu'à travers le département voisin. Le fragmentdental est celui des deux qui s'avance davantage vers le Sud , et l'on doit ainsi considérer la commune de Montmurat, située à l'extrémité de cette partie du territoire, comme la plus méridionale du département.

Etendue, Superficie. — Le.Cantal occupe une superficie totale de 577,768 hect. 95 ares, ainsi distribuée:

Arrondissement d'Aurillac 194,237 h. 94 a.

Sa plus grande largeur du Nord au Sud-Ouest, depuis les limites de la commune de Beaulieu jusqu'à celles de la commune de Montmurat, est de 124 kil. (31 l.) Dans sa plus grande longueur de l'Est à l'Ouest, depuis le point où la rivière de Cère quitte le département, près de Longuetire, commune de Siran , jusqu'aux environs de Gastier, commune de Clavières, on compte 128 kil. (32 l.); de Challet, commune de Massiac, aux environs de Lavalon, commune de Montmurat, il y a 132 kil (33 l.), distance la plus grande qui sépare deux points du département.

Limites. — Le Cantal confronte au Nord avec, le département du Puy-deDôme, à l'Est avec le département de la Haute-Loire, au Sud-Est avec le département de la Lozère, au Sud avec l'Aveyron, à l'Ouest avec le Lot et la Corrèze.

La limite du Puy-de-Dôme s'étend sur une longueur d'environ 100 kil., depuis le point où la Dordogne vient effleurer la commune de Beaulieu, canton de Champs, jusqu'à la commune de Leyvaux, canton de Massiac; cette limite est déterminée par quelques ruisseaux, la petite rivière de Tarentaine ou de Lavassin, et des lignes arbitraires décrites au travers de grands plateaux.

La Haute-Loire borne le Cantal depuis la commune de Leyvaux jusqu'à celle de St-Just, canton de Ruines, sur un parcours de 125 kil. à-peu-près.

La limite de la Lozère n'a pas plus de 60 kil. de longueur, depuis la commune de St-Just jusqu'à celle de St-Urcize, canton de Chaudesaigues. Elle est presque entièrement dessinée par la rivière du Bex et l'un de ses affluents.

L'Aveyron borde au contraire le département du Cantal sur une étendue de 168 kil. environ , depuis la commune de St-Urcize jusqu'à celle de Montmurat canton de Maurs. Les rivières de Trueyre, du Goul et du Lot forment la majeure partie de cette délimitation. ,

Le département du Lot ne touche celui du Cantal que sur une lisière de 67 kil de longueur, depuis la commune de Montmurat jusqu'à celle de Siran, canton de Laroquebrou. Deux faibles cours d'eau, la rivière d'Escalmels et la Veyre, tracent la ligne séparative dans presque toute cette étendue. Enfin les limites du Cantal se prolongent depuis la commune de Siran jusqu'à 'celle de Beaulieu, c'est-à-dire, sur un développement de 136 kil., en regard du département de la Corrèze; de grandes rivières, telles que la Maronne, la Cère et surtout la Dordogne, creusent leurs profonds abîmes entre les deux départements.

Le périmètre du territoire cantalien présente ainsi une longueur totale de 656 kil. ou de 164 1. environ.

Hauteur Du Territoire. — La moyenne de la hauteur de ce territoire peut être évaluée a 800 m.; mais on trouve les niveaux les plus différents suivant les points mesurés. Si, en effet, les sommets les plus élevés du département atteignent une élévation de 1,858 m., les bords de quelques rivières , du Lot, par exemple, n'ont plus que 200 à 220 m. au-dessus de la mer. En considérant ces différences de niveau, on observe que la pente générale du département est dirigée du Nord-Est ou Sud-Ouest, ce qui s'explique facilement par un fait, savoir: que les coulées volcaniques couvrent la partie Nord et Est du département, tandis qu'elles disparaissent au Sud-Ouest. (Voyez Géologie).

Montagnes. — Le département du Cantal est traversé par la grande chaîne des montagnes qui, se détachant des Pyrénées-Orientales, parcourt l'intérieur de la France, du Sud au Nord-Ouest, et va mourir, avec les hauteurs de Gatines, dans les Deux-Sèvres et dans la Vendée. Cette chaîne, que les géographes appellent système Gallo-Francique ou Cevenno-Pyrénéen, mérite par son importance d'être rangée immédiatement après les Alpes et les Pyrénées. Elle forme le groupe des Cévennes dans la Lozère, prend vers les sources de l'Allier le nom de montagnes de la Margeride (Mark, frontière), entre dans la Haute-Loire et pénètre dans le Cantal, sous le même nom de Margeride, par les communes de Lorcières et de Clavières, canton de Ruines. Après y avoir dessiné pendant quelque temps une croupe continue et dirigée du Sud-Est au Nord-Ouest, elle se replie vers l'Ouest, aux environs de Talizat, s'incline et se fond dans le grand plateau de la Planèze; elle remonte ensuite jusqu'au Plomb-du-Cantal, situé dans la région centrale du département, tourne brusquement au Nord Nord-Ouest, va d'un pic à l'autre former les escarpements du Puy-de-Bataillouze, se brise de nouveau, court du côté du Nord-Est pour sortir du département, descend vers de longues et hautes plaines qui appartiennent aux cantons de Murat et d'Allanche, conrbe légèrement ces plaines en ondulant dans la direction du Nord, se relève près de Marcenat, et, par une gradation lente, détermine les hauteurs du Cézalier.

Les montagnes du Cézalier se prolongent dans le Puy-de-Dôme; elles sont dominées, sur la lisière de ce département, par le Puy-Chamaroux, le Puy-dela-Perche et quelques autres pics. Au-delà des collines qui s'y rattachent, la chaîne Cevenno-Pyrénéenne disparaît pour ainsi dire dans le grand plateau de Vassivière, aux bords des lacs Pavin et Chauvet; mais un peu plus loin surgit le massif grandiose du Mont-d'Or qui détermine un nouveau redressement de cette chaîne. Elle s'efface ensuite, en déclinant du côté de Bourg-Lastic, et remontant de nouveau, fuit en se ramifiant dans la Creuse et dans le Limousin.

Pour ne nous occuper que du Cantal, nous donnerons à la chaîne que nous venons de suivre, dans cette région géographique, désignation de Celto-Arverniqne, justifiée par le nom même du Cantal qui signifie Mont des Celtes. On a pu reconnaître que cette chaîne Celto-Arvernique se divisait en trois massifs : celui de la Margeride, celui du Cézalier et le groupe du Cantal, entre l'un et l'autre. Ce groupe est le plus remarquable du département; il donne naissance à plusieurs chaînes qui se ramifient dans les sens les plus divers, et couvrent par leurs prolongements tout le territoire cantalicn. Les sommets les plus élevés qui en dépendent sont, par ordre de hauteur:  (Nous devons prévenir nos lecteurs que tes chiffres indiquant les hauteurs dans cet article, ont été relevés sur la carte du département dressée par MM. les Officiers de l'Etat-Major.)

Les Pics-de-Peyroi'x, du Rocher; la Roche-d'Ouzières; le Puy-Gros; le PuyPeirache; ceux de Bellecombe, Bataillouze, etc., etc.

Le groupe du Cézalier vient en second ordre; le Chamaroux, qui en est le point culminant dans le Puy-de-Dôme, a une hauteur de 1478m. ,

On doit attribuer à ce massif:

1° Les montagnes du Luguet, qui s'étendent du Nord au Sud vers les cantons d'Allanche et de Massiac, et dans le Puy-de-Dôme; leur hauteur varie entre 1250 et 1350m.

2° Les mamelons de l'Artense, qui se ramifient de l'Est à l'Ouest sur la lisière nord du Cantal, et dont l'élévation moyenne est de 1000m.

Le massif de la Margeride n'engendre pas de chaînons considérables; il laisse traîner seulement du Sud au Nord quelques croupes aplaties qui vont se terminer dans le canton de Massiac. Le point culminant de ce massif a 1431m de hauteur.

Cols. — La chaîne Celto-Arvernique présente, ainsi qu'on l'a vu, deux grandes dépressions:

La première, en Planèze , entre le groupe du Cantal et les dernières collines dépendant de la Margeride. Cet affaissement peut avoir une étendue de 16 kil. environ , depuis les racines du Puy-Niermont jusqu'auprès de Talizat. Les passages les plus bas de cette partie de la montagne sont au Col-de-Mallet, près de la côte de Sévérac, par 973m de hauteur.

La seconde dépression se manifeste entre le groupe du Cantal et le Cézalier; elle comprend les plateaux des communes de Chavagnac, Dienne, Vernols et Landeyrat, développés sur une longueur approximative de 25 à 30 kil. La montagne descend ici jusqu'au niveau de 1010m vers Apcheix, commune de Landeyrat.

Dans le groupe même du Cantal, la chaîne Celto-Arvernique présente trois cols remarquables:

Le col des Sagnes, entre le Plomb-du-Cantal et le Lioran; il a 1250m do hauteur.

Le Col-du-Lioran, entre cette montagne et celle de Combe-Negre; haut.: 1295M. Enfin, le Col-de-Cabre, entre le Puy-de-Bataillouze et le Puy-Peirache; haut.: 1539m.

Les autres cols les plus importants de ce groupe sont:

La Combe-de-la-Roche-Noire, les Escaliers, la Combe-Negre, le Col-de-Ia Font

dès-Vachers, le Col-du-GIeiziou, le Col-du-Pertus, le Col-de-Bellecombe, le Col-de-Vassivière, le Col-d'Entremont, le Col-de-Prat-du-Bouc, etc.

 

Autres pages à voir