Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

L’EGLISE

L'église d'Apchon, bâtiment fort ancien, a trop de largeur pour sa longueur; elle a 17 mètres sur 8 , et, comme l'élévation des murs ne répond pas à cette proportion , elle paraît écrasée. Elle est sous I'invocation de saint Blaise, et a toujours été avant la Révolution sous-annexe de St-Hippolyte.

En 1539 Artaud d'Apchon demanda, avec les habitants du bourg, qu'il fut indépendant et formât une paroisse libre , prétendant qu'Apchon avait foires et marchés, et était plus considérable et plus important que St-Hippolyte. 4)es enquêtes furent faites et, tout ce que l'on pût obtenir de l'autorité supérieure ecclésiastique du diocèse , dont Guillaume Duprat était évêque, fut que le curé de St-Hippolyte prendrait les revenus de l'église d'Apchon, mais qu'il y tiendrait à ses frais un chapelain pour y faire le service paroissial, hormis lors des quatre grandes fêtes de l'année qui se célébreraient à St-Hippolyte. Le pape approuva cette ordonnance qui 4 été maintenue jusqu'en 1789.

Le retable et le tabernacle de l'église sont remarquables par le travail minutieux du sculpteur, qui a représenté l'Annonciation surmontée des statues de saint Joseph et de saint Hippolyte. Le tableau de l'Adoration des Mages est assez bien fait. Il y a deux chapelles de chaque côté de l'église; elles sont dédiées à Notre-Dame, saint Sébastien, saint Féréol, et la quatrième, réservée pour le seigneur d'Apchon, dont on voit les armes. En 1823 l'église ayant eu besoin d'un nouveau pavé, on exhuma, pour égaliser le terrain, plusieurs cercueils creusés dans la pierre; chacun d'eux laissait voir la place de la tête et des épaules. L'origine de ces cercueils remonte au IX° et Xe siècles, et témoignerait de l'antiquité du château, antérieure à celle de l'église.

Les anciens chapelains connus d'Apchon sont les suivants: Pierre Colandre en 1320; Jean de Guichard qui, d'abord recteur à Barrfac, vint chapelain à Apchon en 1424. Il avait la jouissance des prés dit de la Chapelle et de l'Eclache. Jean Perrin en 1470; Audrand Le Grand en 1508; François Le Grand, son neveu, lui succéda en 1519; Guillaume Durif était chapelain en 1559 , lorsque l'ordonnance de l'évêque fut rendue. M. de Ponsonnaiiles fut prieur d'Apchon et de St-Hippolyte en 1637; Jean Bonaygue en 1644; Claude Guinot en 1674; Philibert de Ponsonnaiiles en 1716.