Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

GENERALITES

Antoine (St). — La commune de St-Antoine, qui forme un angle rentrant dans le canton de St-Mamet, fait partie de celui de Maurs et de l'arrondissement d'Aurillac. Elle a été composée de parcelles des communes de Marcolès et de Leinhac.

Bornée au nord et à l'est par la commune de Marcolès, au sud par celles de Calvinet et de Mourjou, et à l'ouest par Leinhac; les ruisseaux de Coussols et de la Besseyre l'arrosent et la limitent sur divers points.

Le sol, généralement composé d'un schiste micacé, est élevé, froid et maîgre.

La population est de 540 habitants. On compté, dans la commune, 12 villages, et 17 hameaux.

Le chef-lieu de St-Antoine, assez élevé, est un gros bourg à 1 myriam. 1 kilom. de Maurs et à 2 myriam. 5 kilom. d'Aurillac. On y remarque quelques jolies maisons. Les foires de St-Antoine sont renommées, pour les moutons surtout. Elles se tiennent le 17 janvier et du 6 au 11 juin , et durent plusieurs jours, à cause des troupeaux qui y arrivent du Quercy et du Rouergue pour se répartir dans toute la Haute-Auvergne, et les pays voisins.

L'église est dédiée à saint Antoine et n'a rien de remarquable. Elle a 22 m. de longueur sur 5 m. de largeur, avec deux chapelles voutées.

C'était jadis une dépendance de l'ordre de Malte, sous le titre de St-Antoinede-la-Charité. Les barons de Calvinet avaient le droit de nommer les prieurs de St-Antoine, d'après un titre de 1464.

N. D'Orde de Bédouer, abbé de Vézelay, était commandeur de St-Antoine en 1525. François André l'était en 1576. François de Senecterre, son successeur, lit rétablir une partie des bâtiments de la commanderie, qui avaient été ruinés et saccagés par les huguenots en 1644.

N.-Jean Dubourg fut aussi commandeur de St-Antoine. En 1703 la préceptoirie fut unie au monastère de Montsalvy et donnée à Jean de Pluche, qui en était alors prévôt.

N.-Jean de Méallet fut prieur de St-Antoine en 1523.

Le S' de Brezons, gouverneur dela Haute-Auvergne et d'Aurillac, craignant que les huguenots se portassent vers cette ville , rallia ses forces, en septembre 1562, au lieu de St-Antoine, pour surveiller le Sr de Durfort-de-Duras, chef des protes- tants, qui manifestait l'intention de se jeter sur l'Auvergne.

Une famille Dubourg habitait St-Antoine. N. Dubourg épousa demoiselle de La Tour-de-la-Placette, qui était veuve en 1706. Elle eut une fille nommée Jeanne, qui se maria avec N.-Guillaume de Romagnol, Sr de Combret, qui fit sa résidence à St-Antoine. Son fils, Charles, épousa en 1757 Thérèse des Guillots, fille de M.François de St-Sylvestre , écuyer, chevalier de St-Louis, capitaine au régiment d'Avignon, et de Christine de Cébié, nièce de Pierre de Cébié, vicaire-général de St-Flour et curé d'Arpajon.