Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

 PORTES ET VESTIGES

L'antique et courageuse Allanche n'est plus garnie de ses portes et de ses remparts, qui consistaient en un double mur pratiqué dans le mur intérieur des maisons qui formaient l'enceinte de la ville. Il existe encore quelques vestiges de ces murailles élevées en 1438, et restaurées en vertu des lettres de Charles VII en 1444.

La porte principale était celle de St-Jean, située au sud de la cité. Elle était bâtie solidement, et formait deux arceaux en pierre. Un escalier conduisait au sommet de cette porte que dominait l'image sculptée du patron de la ville.. Elle a été détruite sous l'Empire.. Un des angles delà maison, située à l'ouest dans la rue, repose sur la base de L'un des jambages. On a ménagé dans cet angle une niche pour la statue de saint Jean-Baptiste, et tous les ans, à la procession de sa fête, cet endroit est un lieu de station.

La porte nord était dédiée à la Sainte-Vierge, dont la chapelle était au-dessus. Un arceau en fermait l'entrée extérieure. On y célébrait la messe de temps en temps. Plus tard elle était devenue la salle de la mairie. Elle était construite sur la ligne des maisons qui touchent au champ de foire. Lorsque l'on détruisit cette porte en 1820, on pratiqua aussi dans le mur voisin une niche pour recevoir la statue de la Vierge.

Quelques poternes existaient dans le mur qui enfermait la ville à l'est. L'une d'elles était placée à l'extrémité de la rue terminée par les maisons de Combe et de Feydit. L'autorisation d'ouvrir cette porte avait été donnée en 1537 par Antoine, duc de Calabre et de Lorraine, baron de Mercœur, sur l'exposition qui lui avait été faite par les habitants qu'elle leur était nécessaire pour aller quérir de l'eau en la fontaine qui est hors de ladite muraille, et laquelle serait nécessaire pour la conservation de la ville en cas d'incendie. Il est probable que c'est au même motif que les autres poternes durent leur origine.

La porte de l'ouest est encore existante en partie. Une seule issue avait été pratiquée de ce côté de la ville, naturellement défendue par des rochers au bas desquels coule la rivière.

Telle était l'enceinte de la ville primitive : les constructions faites en dehors sont évidemment postérieures à la création de cette antique bourgade. Une chapelle en l'honneur de saint Eloy avait été bâtie dans le faubourg de ce nom, sur la route de Maillargues. Cette chapelle existe en partie. On la distingue à se» deux petites croisées, à sa porte en ogive. Elle sert aujourd'hui à une exploitation rurale.