Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

Source : http://www.cantalexpansion.fr/ Décembre 2011

Un industriel clermontois, Olivier Bouttes, porte un projet de centrale géothermique dans l’Est du Cantal. Un projet inédit dans l’Hexagone !

olivier bouttes

Olivier Bouttes en est convaincu : le Cantal est une terre propice au développement de la géothermie peu profonde. Depuis près d’un an, cet industriel clermontois prospecte dans l’Est du département, de Coren à Chaudes-Aigues, en lien avec le BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières). Son projet : réaliser la première usine géothermique de France métropolitaine(1). Mais au préalable, il lui faut détecter le « moteur » de cette centrale : des nappes d’eau souterraines situées à environ 3000 mètres de profondeur, et à température idoine (entre 150° et 200°). A l’issue de cette phase de recherche et développement, longue et complexe, les premiers forages pourraient être réalisés courant 2013 avant un début d’exploitation en 2016.

Ancien directeur général délégué chez Cyclopharma, Olivier Bouttes est à la tête de la holding Chadasaygas, qui porte ce projet en lien avec sa filiale Electerre, basée à Saint-Flour. D’ici l’ouverture de la centrale géothermique, Chadasaygas aura investi 26 millions d’€, dont 6 millions d’€ consacrés à la seule R&D. Le financement est assuré en partie par les fonds propres de la société (800 000 €). Chadasaygas a également reçu l’appui d’Oséo au titre du soutien à l’innovation(2), et espère à présent le soutien du Conseil général du Cantal et du Fonds d’investissement pour une Auvergne durable (FIAD). Les banques seront sollicitées pour financer la partie industrielle du projet. « Nous ouvrirons le capital au fur et à mesure de l’avancement du projet pour faire face aux besoins de financement », souligne Olivier Bouttes. 

D’une puissance nominale de 5MW, la future centrale géothermique pourrait alimenter en électricité une ville de 10 000 habitants. Si le projet porté par Chadasaygas profite du développement des énergies renouvelables, il se distingue cependant grâce aux caractéristiques de la géothermie, « qui ne présente que des avantages », souligne Olivier Bouttes. « C’est une énergie propre, dont le carburant est inépuisable, et qui offre de surcroît un rendement permanent ! ». Avec un prix d’achat fixé par décret à 0,20 €/kW, le retour sur investissement a d’ores et déjà séduit les partenaires financiers du projet, parmi lesquels le groupe GreenAlliance. 

Fidèle à ses missions, Cantal Expansion a facilité les contacts de l’industriel dans le département, tant auprès des collectivités locales que des investisseurs potentiels. Le projet porté par Chadasaygas a ainsi séduit des partenaires privés originaires du Cantal. « Depuis un an, l’accompagnement de Cantal Expansion s’est révélé particulièrement efficace, aussi bien auprès des élus que des services du Conseil général », souligne Olivier Bouttes.

(1) En France, la seule centrale géothermique à dimension industrielle est située en Guadeloupe.

(2) Une demande de crédit d’impôt recherche a également été déposée auprès de l’administration fiscale.