Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

Full premium theme for CMS

Archives matchs 2010/2011

Блогът Web EKM Blog очаквайте скоро..

archives matchs 2010/2011

Aurillac 35 - Tarbes 21

Fiche technique :
Aurillac:  Stade "Jean-Alric"
2000 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Bernard Dal Maso (Comité Midi-Pyrénées)
Stade Aurillacois 4 essais Albert Valentin (12e) Jean-Philippe Cassan (31e) Rassie Jansen van Vuuren (36e) Graydon Staniforth(69e) - 3 transformations (12e, 31e, 69e) 3 pénalités (5e, 17e, 20e) Jérémy Bourlon
Tarbes: 3 essais Sébastien Caujolle (24e) - Alexandre Ricaud (52e) - de pénalité (73e) - 3 transformations Anthony Bourgeois
Exclusion temporaire: Irakli Magrakvelidze (26e / 36e), Caillet (37e / 47e) pour Tarbes
La composition du XV de départ, pour le Stade Aurillacois, était la suivante:
Roman Suster, Rassie Jansen van VuurenDaniel KodzeStephan Gerber,  Julien MarechalMathieu LescureJacques Nieuwenhuis, Pétrus HaumanMickaël Gracia, Jérémy Bourlon, Albert ValentinJakobus Kemp (cap), Jean-Philippe CassanFrançois Herry, Graydon Staniforth
Sont entrés en cours de jeu: Antoine Fournier, Vito Manukula, Franck MembradoDuncan NaudeSaïd Hireche, Peio Rousarie, Fero Lasagavibau, Arno Coetzee
Joueurs absents à Aurillac: - BoulyLaffon - Ostrikov - Hodge - Roca - Boisset - Maya - Ratu - Portero - Baleinadogo 
Joueurs blessés lors de cette rencontre: Mickaël Gracia

Un baisser de rideau plein d'émotions avec le départ de TROP nombreux joueurs. Des joueurs que l'on va beaucoup regretter, pour leur talent bien sur, mais aussi pour leurs qualités humaines. Ils auraient mérités un public beaucoup plus nombreux pour les applaudir, une dernière fois, et les remercier pour les bons moments qu'ils nous ont fait passer. Nous n'avons pas pour habitude de citer des noms. Aujourd'hui nous allons faire une exception pour un jouer qui a marqué le club, durant 5 années. Son énorme talent, son élégance hors du commun, sa simplicité, sa gentillesse vont beaucoup nous manquer. Il s'agit, tout le monde l'avait deviné, de Graydon Staniforth. Nous allons regretter le joueur mais aussi cette famille formidable. Arrivés en 2006, alors que le club venait d'être rélégué en Fédérale 1, Kate & Graydon posaient leur valise à Aurillac dans un monde inconnu pour eux. Dans quelques jours ils vont quiter le Cantal pour leur Australie natale . Cette fois ci  leurs valises seront pleines de souvenirs, mais aussi de 3 beaux bébés"Made in Cantal". Nous aurions aimé les garder une année supplémentaire, ce qui semblait être leur souhait également. C'est la vie, diront certains, n'empèche qu'ils vont énormément manquer aux afficionados de "Jean-Alric". Au nom de tous ceux qui les ont connus et appréciés, nous leurs souhaitons bonne chance dans leur nouvelle vie. Ils nous ont promis de revenir, un jour, à Aurillac pour montrer à leurs 3 enfants l'endroit ou ils sont nés.

Quelques chiffres au passage: Graydon a joué 132 matchs officiels avec le Stade Aurillacois. Il a marqué 390 points

 


Aurillac 21 - Mt de Marsan 28

Fiche technique :
Aurillac:  Stade "Jean-Alric"
3000 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Cyril Lafon (Comité du Lyonnais)
Stade Aurillacois 2 essais Dan Baleinadogo (40e) - Albert Valentin (52e) - 1 transformation (40e) 2 pénalités Maxime Petitjean 
(8e & 18e) 1 pénalité Jérémy Bourlon (70e)
Mt de Marsan: 3 essais Dov Kosse (17e) - Johannès Britz (24e) - Timoci Matanavou (61e) - 2 transformations (24e & 61e) & 3 pénalités (21e, 50e & 64e), Thibault Duvallet
Exclusion temporaire: Jacques Nieuwenhuis (16e / 26e), pour Aurillac
La composition du XV de départ, pour le Stade Aurillacois, était la suivante:
Antoine Fournier, Vitolio ManukulaDaniel KodzeStephan Gerber,  Andreï OstrikovSaïd HirecheJacques Nieuwenhuis, Pétrus HaumanLee AdriaanseMaxime Petitjean, Albert ValentinJakobus Kemp (cap), Dan BaleinadogoFrançois HerryArno Coetzee

Sont entrés en cours de jeu: Roman Suster, Rassie Jansen van Vuuren, Franck MembradoDuncan NaudeMathieu Lescure,  Mickaël Gracia, Jérémy Bourlon, Germain Portero
Joueurs absents à Aurillac: - BoulyLaffon - Marechal - Hodge - Roca - Roussarie - Boisset - Maya - Ratu- Lasagavibau - Cassan - Staniforth
Joueurs blessés lors de cette rencontre: Ostrikov, Valentin, Baleinadogo

Certes ces Montois font partie des équipes en forme du moment. 4 victoires récentes à l'extérieur (St Etienne, Pau, Dax, Aurillac). N'oublions pas, non plus, celle de la première journée sur la pelouse de Grenoble. Cette équipe pratique un jeu complet et agréable à regarder. Face aux Landais, nos "rouge & bleu" ont prouvé qu'ils n'avaient rien à envier aux meilleurs. Le public a assisté à une rencontre plaisante avec beaucoup d'intentions de part et d'autre et très peu de fautes. Il n'aura manqué que les quatre points de la victoire, aux Cantaliens, pour que la fête soit belle .
Par contre ce qui aura  moins plu au public, c'est la prestation du corps arbitrale. Tout au long de la rencontre, la grande majorité des spectateurs le lui a fait savoir, en scandant: "Chabal a raison...." Sans vouloir entretenir la moindre polémique, sur le sujet, nous dirons que: Supporters, staff et joueurs stadistes ont ressenti un sentiment de frustation et d'injustice durant cette rencontre. L'arbitrage de Monsieur Lafon n'a pas semblé cohérent y compris pour les plus avisés. Son arbitrage a conditionné, en grande partie, le résultat de la rencontre. Durant près de cinq minutes l'arbitre a fait refaire 5 à 6 mêlées en redonnant systématiquement l'introduction aux visiteurs. Côté tribune d'honneur on a pû voir le pilier droit Montois  poser main et genoux au sol à deux reprises au moins.Malgré cela l'introduction était toujours Montoise. Sur la dernière mêlée le pack Aurillacois s'impose et fait reculer son adversaire. C'est alors que Monsieur Lafon sort le c"carton jaune" à l'encontre du troisième ligne cantalien. Une double sanction difficile à accepter, résutat: 15 points au passif des cantaliens. Franchement sur cette rencontre les cantaliens méritaient autre chose. Après cela on est en droit de se poser des questions sur l'impartialité des Directeurs de jeu. Même s'il n'y avait plus rien à espérer, au niveau de la qualification, une victoire aurait propulsé les Cantaliens à la 7e place à égalité de points avec la Section Paloise. Figurer dans la première moitié du tableau aurait été mérité. Il reste une rencontre à jouer. Le baisser de rideau aura lieu à "Jean-Alric" avec la reception des Pyrénéens de Tarbes. Comme pour les stadistes, il n'y a plus d'enjeu pour les visiteurs. Espérons que nos joueurs (ceux qui partent comme ceux qui restent) vont vouloir terminer la saison par un feu d'artifice pour se faire plaisir, d'abord, mais aussi pour remercier leurs fidèles supporters. Les stadistes peuvent encore gagner deux places au classement général. Pour cela une victoire est nécessaire avec une défaite de Carcassonne à Colomiers et d'Oyonnax à Mt de Marsan.

 



Grenoble 13 -
Aurillac 10

Fiche technique :
Grenoble:  "Stade Lesdiguières"
5 500 Spectateurs environ 
Arbitre : Monsieur Jean-Marie Piraveau (Comité Côte d'Argent) 
Stade Aurillacois 1 essai Kobus Kemp (75e) - 1 transformation Jérémy Bourlon, 1 pénalité Maxime Petitjean (17e)
Grenoble: 1 essai Kietaka Talasinga, (8e) - 1 transformations & 2 pénalités Blair Stiwart (3e), Johan Dalla-Riva (44e)
Exclusion temporaire: Rasie Jansen van Vuuren (43e / 53e) - Atrno Coetzee (76e) pour Aurillac
La composition du XV de départ, pour le Stade Aurillacois, était la suivante:
Antoine FournierVitolio Manukula Daniel KodzeAndreï OstrikovDuncan NaudeSaïd HirècheMathieu Lescure, Pétrus HaumanLee Adriaanse , Maxime PetitjeanAlbert Vaentin, Jakobus Kemp (cap), Ropate Ratu, Fero LasagavibauArno Coetzee
Sont entrés en cours de jeu: Roman SusterRassie Jansen van Vuuren Franck Membrado, Stephan GerberJérmy Bourlon,Daniel Balenadogo
Joueurs absents à Aurillac: - BoulyLaffon - Marechal - HodgeNieuwenhuis - Boisset - Rousarie - Portero - Cassan - Herry -
Staniforth

Le Stade Auillacois ramène un point de bonus défensif et ne concède qu'un seul essai face à l'équipe la plus offensive de ce championnat. Avant cette rencontre l'annonce d'un tel résultat aurait, sans aucun doute, satisfait le plus grand nombre. Mais, sur la physionomie de ce match les Cantaliens peuvent nourrir quelques regrets, car aujourd'hui ces Grenoblois étaient prenables. D'abord les stadistes évoluèrent, à deux reprises, en infériorité numérique. Ensuite ils se crérent au moins trois occasions d'essai très nettes. Par ailleurs deux tentatives de pénalités, relativement faciles, furent manquées. Il faut dire que, dans ce domaine, le buteur local ne fût pas plus heureux. Encore une fois les Aurillacois se montrèrent intraitables en défense. 
Sur les trois dernières rencontres les cantaliens ont marqué 7 points, dont 5 engrangés sur terrain adverse (Narbonne et Grenoble). Comme l'O.M. nos stadiste semblent plus à l'aise à l'extérieur. La saison va se terminer.  Les deux derniers matchs se dérouleront à "Jean-Alric". D'abord Mt de Marsan (samedi 30 avril à 18h30) puis Tarbes, en baisser de rideau, (dimanche 8 mai à 15 heures). Il y a longtemps que cela ne s'était pas produit. On espère que le public sera nombreux pour saluer, comme il se doit,  joueurs, entraîneurs, dirigeants et tous ceux qui oeuvrent pour ce magnifique sport. L'occasion, également, de dire au revoir à ceux qui ne porteront plus le maillot stadiste la saison prochaine. On leur doit bien celà, car ils ont fait preuve, durant toute la saison, de sérieux et d'abnégation.  L'objectif fixé en début de saison, une place dans les cinq premiers, ne sera pas atteint. Le stade devrait terminer dans la première moitié de tableau. Ce classement est toutefois fort honorable pour une ville et un club dont le budget reste parmi les plus bas des clubs professionnels. C'est vrai  le public cantalien est exigeant, il ne pardonne pas grand chose. Avec un peu de recul et d'avantage d'objectivité et de réalisme, reconnaissons que maintenir le club à ce niveau , à Aurillac, n'est pas une affaire facile.



Aurillac 06 - Albi 06

Fiche technique :
Aurillac:  Stade "Jean-Alric"
3000 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Salem Attalah (Comité Franche-Comté)
Stade Aurillacois : 2 pénalités (16e) Jérémy Bourlon - (63e) - Maxime Petitjean 
Albi: 2 pénalités  (14e & 55e), Frédéric Manca -
Exclusion temporaire: Jacques Nieuwenhuis (14e / 24e), pour Aurillac
La composition du XV de départ, pour le Stade Aurillacois, était la suivante:
Roman SusterRassie Jansen van VuurenFranck MembradoStephan GerberJulien MarechalSaïd HirecheJacques Nieuwenuis, Pétrus HaumanMickaël Gracia, Jérémy Bourlon, Ropate Ratu, Jakobus Kemp (cap), Dan BaleinadogoAlbert Valentin, Graydon Staniforth 
Sont entrés en cours de jeu: Vitolio ManukulaDaniel KodzeAndreï Ostrikov,  Mathieu Lescure, Maxime Petitjean
Joueurs absents à Aurillac: - BoulyNaude - Hodge - Roussarie Maya - Portero - Herry - Cassan

Devant les caméras de "Sport +", Aurillacois et Albigeois ont livré, il faut bien le dire, un match de qualité médiocre. Avec des conditions climatiques inattendues, alors que le Cantal avait connu, les jours précédents, des températures estivales on ne saura jamais si les nombreuses maladresses, constatées dans les deux camps, furent causées par une balle devenue très glissante ou bien pour d'autres raisons. Peu importe mais le public de "Jean-Alric" n'a pas eu beaucoup d'occasions de s'emflammer lors de cette rencontre. Les téléspectateurs ne garderont pas, non plus, la meilleure image du Cantal ni celle du StadeAurillacois. Voilà c'est comme ça il y a des jours ou les choses ne se passent pas comme on l'aurait souhaité.
Concernant le résultat purement sportif, on ne peut pas dire qu'il soit favorable aux Cantaliens qui ont perdu 2 points précieux. Avec 9 points de retard sur le 5e et 3 matchs à disputer la situation devient compliquée. Mathématiquement tout est encore possible (il faudrait 3 victoires aux Stadistes et quasiment 3 défaites pour Mt de Marsan et Bordeaux-Bègles pour espérer se qualifier). Par ailleurs Auch et Pau sont également mieux classés qu'Aurillac. Ce que l'on peut souhaiter c'est que nos "rouge & bleu" donnent le maximum d'eux même pour garder le meilleur souvenir possible de cette saison 2010/2011. Samedi prochain ils iront "ferrailler", en Isère, chez le meilleur réalisateur de la saison (701 points et 72 essais) et probablement l'une des meilleures équipes de ce championnat si ce n'est la meilleure. Cantalpassion en fait son favoris pour la montée en "Top 14" avec Lyon.

 


Narbonne 23 - Aurillac 26

Fiche technique :
Narbonne:  "Parc des Sports et de l'Amitié"
5 100 Spectateurs environ source "La Dépèche du Midi "
Arbitre : Monsieur Romain Poite (Comité Midi-Pyrénées) 
Stade Aurillacois 1 essai (30e) Stephan Gerber 7 pénalités (5e, 19e, 23e, 26e, 38e, 40e, & 52e) - Jérémy Bourlon
Narbonne : 2 essais (56e) Guillaume Borwin, (73e) Sionasa Vunisa - 2 transformations & 3  pénalités (15e, 28e, 37e,) - Christopher Ruiz
Exclusion temporaire: Jérémy Castex (38e / 48e) pour NarbonneJacques Nieuwenhuis (54e / 64e) pour Aurillac
La composition du XV de départ, pour le Stade Aurillacois, était la suivante:
Vitolio ManukulaRassie Jansen van VuurenFranck MembradoJulien MarechalStephan GerberSaïd IrècheJacques Nieuwenhuis, Pétrus HaumanMickaël Gracia, Jérmy Bourlo, Ropate Ratu, Jakobus Kemp (cap), Daniel BalenadogoAlbert Vaentin, Graydon Staniforth 
Sont entrés en cours de jeu: Roman SusterDaniel KodzeMathieu Lescure
Joueurs absents à Aurillac: - BoulyFournier - Ostrikov - HodgeMaya - Boisset - Rousarie - Lasagavibau - Cassan - Herry -

Ce Parc des Sports réussit plutôt bien aux "rouge & bleu" du Cantal. Victoire en 2007/2008, match nul en 2008/2009 et nouvelle victoire ce dernier week-end. Il réussit pas mal, non plus, à Jérémy Bourlon qui avait scoré il a deux ans en inscrivant, par ailleurs, un bel essai. Samedi dernier il a quasiment fait du 100 % avec une transformation renvoyée par le poteau. Cette victoire relance le Stade Aurillacois pour une éventuelle 5e place, même si la victoire de Mont de Marsan, sur la pelouse de Pau, n'est pas une très bonne affaire pour les Cantaliens. Il reste 4 rencontres à disputer dont 3 à Jean-Alric et mathématiquement les stadistes ne sont pas éliminés des phases finales. Le premier de ces rendez-vous aura lieu dimanche prochain avec la réception des Albigeois d' Henry Broncan.

 

 

 



Aurillac 21 - St Etienne 18

Fiche technique :
Aurillac:  Stade "Jean-Alric"

2000 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Christophe Labaune (Comité Ile deFrance)
Stade Aurillacois : 2 essais Jacques Nieuwenhuis (32e), Stephan Gerber (72e)- 1 transformation (32e) - 3 pénalités (18e, 26e, 40e)- Maxime Petitjean 
Saint-Etienne: 2essais Simon Sarthou (4e & 58e), 1 transformation (4e) , 2 pénalités Julien Baron (43e), Alexandre Péclier (75e) -
Exclusion temporaire: Julien Baron(28e / 38e), Fataféhi (36e / 46e) pour Saint-Etienne
La composition du XV de départ, pour le Stade Aurillacois, était la suivante:
Antoine Fournier, Rassie Jansen van Vuuren, Daniel Kotze, Stephan Gerber, Duncan Naude , Mathieu Lescure , Jacques Nieuwenuis, Pétrus Hauman, Mickaël Gracia, Maxime Petitjean, Ropate Ratu, Jakobus Kemp (cap), Dan Baleinadogo, Arno Coetzee, Graydon Staniforth 
Sont entrés en cours de jeu: Vitolio Manukula, Roman Suster, Franck Membrado, Oliver Hodge, Saïd Hireche, Lee Adriaanse, Jérémy Bourlon
Joueurs absents à Aurillac: - BoulyOstrikov - Marechal - Roussarie Maya - Valentin - Lasagavibau - Herry - Cassan

En préambule, nous voudrions dire qu'il est inadmissible et inexcusable de s'en prendre à tel ou tel joueur (chacun a sa "tête de Turc"). Le rugby est un sport collectif et lorsque ça va moins bien c'est l'ensemble du groupe qui est concerné. Ceci dit revenons sur la rencontre. La première remarque c'est que l'on doit toujours respecter l'adversaire. Lorsque les points se présentent il faut les prendre. Les stadistes avaient bien commencé la rencontre en mettant la pression sur les visiteurs. Ces derniers se mettaient à la faute, dans leurs 22 mètres, à plusieurs reprises. Au lieu de prendre les points, sur des pénalités relativement faciles, on tentait les pénal-touches ou l'on jouait à la main. Ce qui devait arriver ne tarda pas, avec une interception pour un essai de 90 mètres. Ce type de situation a pour conséquences de mettre en confiance l'adversaire et de faire douter l'autre équipe. A partir de là les "rouge & bleu" durent courrir après le score. On se précipite, on commet des maladresses, on devient fébrile, on ne gère plus, le temps passe, on y arrive pas. L'adversaire s'accroche la rencontre devient brouillonne et même en supériorité numérique on arrive pas à prendre le jeu à son compte. On pourrait résumer la rencontre ainsi.
Lorsque l'on reçoit le dernier de la classe, il est légitime de penser que l'on peut engranger le maximum de point. Ce que l'on oubli, par contre, c'est que le rugby est un sport exigeant qui ne laisse aucune place à l'approximation. Sur la pelouse il y a 15 joueurs de chaque côté. Ces joueurs sont des hommes avec des qualités, des faiblesses, mais aussi de l'orgueil. C'est pour celà qu'une équipe, réputée plus faible, peut poser des problèmes et mettre en difficultés un adversaiire quelque peu supérieur sur le "papier". 
Les cantaliens étaient pourtant supérieurs en mêlée comme en touches. Les "verts" de Saint-Etienne ne se  créèrent que peu d'occasions. Mais cette équipe Stéphanoise avait du coeur, avec des joueurs très habiles pour exploiter les erreurs de l'adversaire par des contres meurtriers.
En dehors du domaine purement sportif, nous pensons que toutes les rumeurs qui circulent, à cette période de la saison, ne sont pas bonnes pour la sérénité des joueurs. Les cantaliens se rendent à Narbonne (une équipe quelque peu déstabilisée actuellement), le week-end prochain, avant de recevoir Albi la semaine suivante. Le public  de "Jean-Alric" et de l'ensemble du Cantal attend un rachat de son équipe préférée.

 


Auch 18 - Aurillac 06

Fiche technique :
Auch:  Stade "Jacques Fouroux"
2 500 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Eric Soulan (Comité Midi-Pyrénées) 
Stade Aurillacois : 2 pénalités (7e & 62e) - Maxime Petitjean
Auch: 6 pénalités (4e, 17e, 23e, 33e, 54e, 59e) - Pierre-Alexandre Dut
Exclusion temporaire: Mathieu Acebès(72e)
La composition du XV de départ, pour le Stade Aurillacois, était la suivante:
Vitolio Manukula, Rassie Jansen van Vuuren, Daniel Kodze, Duncan Naude, Andreï Ostrikov, Saïd Irèche, Jacques Nieuwenhuis, Pétrus Hauman, Mickaël Gracia, Maxime Petitjean, Ropate Ratu, Jakobus Kemp (cap), Daniel Balenadogo, Arno Coetzee, Graydon Staniforth 
Sont entrés en cours de jeu: Antoine Fournier, Franck Membrado, Julien Marechal, Peio Roussarie, Germain Portero
Joueurs absents à Aurillac: - BoulySuster - Gerber - HodgeMaya - Adriaanse - Valentin - Cassan - Herry -

Si les Cantaliens subirent la domination des Gersois, en première période, la seconde fût plutot à leur avantage. S'ils se créèrent de belles opportunités, durant ces quarante dernières minutes, (2 ou 3 occasions franches de marquer) cela ne se concrétisa pas au panneau d'affichage. Une passe mal ajustée, un partenaire oublié ou 4 ou 5 avants propulsés dans l'en-but, mais sans le ballon, ruinèrent les bonnes intentions stadistes. Cette incapacité chronique, à scorer durant les temps forts, nous semble assez inquiétante. Les Auvergnats auraient pu être les premiers à fanchir la ligne Auscitaine, inviolée depuis 670 minutes (8 matchs sans concéder le moindre essai). Hélas ce ne fût pas le cas. Résultat: une débauche d'énergie pour rien et un compteur bloqué à 54 points. Nous l'avons déja dit, cette 5e place qualificative risque de se jouer sur les points bonus. Le Stade Aurillacois en compte  seulement 6 pour 24 rencontres jouées. Ces points sont le résultat de 2 bonus offensifs (Aix et Carcassonne) pour 4 défensifs. Les stadistes comptent 12 défaites, dont 2 à Jean-Alric. Sur ces 12 défaites, ils ont pris 2 points à la maison (Narbonne et Grenoble) et deux à l'extérieur àBordeaux-Bègles durant la période euphorique et à Tarbes grace à un final exceptionnel. Bilan 8 rencontres perdues à 0 points. Dans le même temps les concurents, pour la 5e place qualificative, ont acquis un bon "matelas" dans ce domaine. Mont de Marsan 24 matchs, 65 points (13 points bonus). Carcassonne 24 matchs 57 points (13 points bonus) Oyonnax 24 matchs 55 points (9 points bonus). Auch 24 matchs 60 points (8 points bonus). Il reste 6 rencontres à disputer pour le Stade Aurillacois ( 4 à domicile: Saint-Etienne, Albi, Mont de Marsan et Tarbes) pour deux déplacements ( Narbonne et Grenoble). Une bonne vingtaine de points, au minimum, sera nécessaire pour espérer dépasser les principaux candidats. Ces chiffres ne représentent pas, pour autant, une certitude (les résultats des adversaires ne sont pas maitrisables) mais ils semblent indispensables pour espérer encore.

 


Aurillac 37 - Colomiers 24

Fiche technique :
Aurillac:  Stade "Jean-Alric"
3 000 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Arnaud Blondel (Comité du Languedoc)
Stade Aurillacois : 5 essais Ropate Ratu (4e), Roman Suster (18e) Arno Coetzee (55e & 58e) Daniele Baleinadogo (70e)3transformations (5e, 18e, 70e) - 2 pénalités (10e, 42e) - Maxime Petitjean 
Colomiers: 4 essais Benjamin Martin (2e), Hugo Hernandez (34e), Fabrice Culinat (60e), Malakai Bakaniceva (72e) 2 transformations Hugo Hernandez ( 34e), Yannick Lafforgue (72e) -
Exclusion temporaire:
La composition du XV de départ, pour le Stade Aurillacois, était la suivante:
Roman SusterRassie Jansen van VuurenDaniel KotzeStephan GerberAndréï OstrikovSaïd HirecheJacques Nieuwenuis, Pétrus HaumanMickaël Gracia, Maxime Petitjean, Ropate Ratu, Jakobus Kemp (cap), Daniel BaleinadogoArno Coetzee, Graydon Staniforth 
Sont entrés en cours de jeu: Vitolio ManukulaMarc LaffonFranck MembradoDuncan NaudeMathieu Lescure, Lee Adriaanse, Germain Portero
Joueurs absents à Aurillac: - BoulyFournier- Marechal - HodgeMaya - Roussarie - Valentin - Lasagavibau - Herry - Cassan

Neuf essais dans une même rencontre de quoi ravir les spectateurs , les plus frileux, de "Jean-Alric". En quelques rencontres, les Aurillacois ont nettement amélioré leur capital essais. Dans le même temps, si l'on peut se réjouir d'un tel festival offensif, on doit tout de même avoir un regard sur le côté défensif. Dans ce domaine il a du travail pour les entraîneurs des deux camps. Ce type de rencontre laisse tout de même un regrêt, pour le Stade Aurillacois, celui de ne pas avoir pris le point de bonus offensif. Ces points vont inévitablement manquer lors du décompte final. Alors que certaines équipes pointent à plus 13 points dans ce domaine, les stadistes doivent se contenter de 6 seulement. Il manque certes des bonus offensifs mais c'est surtout le nombre de défaites à 0 points (7 avant de se rendre à Auch) qui vont faire la difference à l'arrivée. On ne va pas pleurer pour autant, mais on doit reconnaître que le stade effectue une saison moyenne qui est ni meilleure, ni pire que les trois précédentes.

 


Lyon 33 - Aurillac 08

Fiche technique :
Lyon:  Stade "Vuillermet"
4 200 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Bruno Bessot (Comité Limousin) 
Stade Aurillacois 1 essai Julien Marechal (70e)1 pénalités (30e) - Jérémy Bourlon
Lyon: 3essais  Remi Grosso (5e), Nicolas Bontinck (44e), James Bailey (64e) - 3 transformations, Romain Loursac (2) Lee Thomas(1) - 4 pénalités Romain Loursac (17e, 32e, 35e) - Lee Thomas (40e)
Exclusion temporaire: Philemon Toleafoa (20e / 30e), Romain Loursac (36e / 46e), Brice Salobert (75e) pour Lyon - Jacques Nieuwenhuis (42e / 52e), Franck Membrado (50e / 60e) pour Aurillac
La composition du XV de départ, pour le Stade Aurillacois, était la suivante:
Roman SusterRassie Jansen van VuurenGregoric BoulyDuncan NaudeJulien MarechalMathieu LescureJacques Nieuwenuis, Pétrus HaumanMickaël Gracia, Jérémy Bourlon, Féro Lasagavibau, Jakobus Kemp (cap), Jean-Philippe Cassan,Germain Portero, Graydon Staniforth 
Sont entrés en cours de jeu: Antoine FournierVitolio ManukulaFranck MembradoStephan GerberSaïd Hirèche, Lee Adriaanse
Joueurs absents à Aurillac: - KotzeLaffon - Ostrikov - HodgeMaya - Roussarie - Valentin - Baleinadogo - Herry - Ratu

Cela peu sembler paradoxal, mais le score est sévère, pour les cantaliens, compte tenu de la physionomie de cette rencontre. En résumé, une réussite totale pour les Lyonnais et tout l'inverse pour les Cantaliens. Disons, au passage, que cette équipe du "LOU" est très méthodique, produit  peu de déchets, ne laisse pas grand chose au hasard; en somme elle est super efficace. En première période les "Gonès" marquent un essai et réussissent quatre pénalités. Dans le même temps les Auvergnats manquent trois pénalités, pour une seule réussite, et se voient refuser un essai (justifié ou non). Le "LOU" commet quelques fautes avec, pour sanction, une double exclusion temporaire. La question est : comment cela est-il possible? Nous dirons que, malheureusement, les cantaliens n'arrivent pas à concrétiser durant leurs temps forts. Si l'on fait l'impasse sur la réussite du buteur, (on sait qu'il y a des jours sans), depuis le début de la saison cette équipe a très peu de réussite lorsqu'elle décide de jouer des pénal-touches. Soit le ballon est rendu à l'adversaire, soit elle se met à la faute, soit elle n'arrive pas à perforer la défense adverse et lorsqu'elle y parvient il y a toujours un petit détail qui fait que l'arbitre ne valide pas l'essai. Au repos, les "rouge & bleu" du Cantal pouvaient, sans qu'il n'y ait rien à redire, se trouver à égalité de points avec leur adversaire du jour. En seconde période ce fût au tour des cantaliens de subir les foudres de Monsieur Bessot, avec deux exclusions consécutives. Durant cette période, d'infériorité numérique, les joueurs du Cantal résistèrent plutôt assez bien. Certes ils encaissèrent un essai et une pénalité, mais rien de plus que lorsque l'équipe jouait à XV. Alors que les cantaliens se trouvaient à deux doigts de marquer, une interception du rapide ailier Lyonnais, James Bailey, voyait ce dernier parcourir près de 100 mètres pour aller déposer le ballon derrière la ligne. Ce coût du sort ne décourage pas les Aurillacois. Ils font mieux que se défendre,  partagent largement les ballons et les initiatives. L'essai de Julien Marechal, à quelques minutes de la fin, est une belle récompense même s'il ne change rien au résultat. En fait s' il change quelque chose c'est au passif du LOU puisqu' il lui enlève le point de bonus offensif. Les dernières minutes ne changeront rien. Avec la même réussite, au pied, que leur adversaire et sans l'interception Lyonnaise les cantaliens pouvaient ramener un point dans leur valise. Face au leader incontesté, qui a quasiment un pied en "Top 14", les "rouge & bleu" n'ont pas à rougir de leur défaite. Il reste huit rencontres, dont cinq à la maison. Sept équipes sont au coude à coude pour obtenir la cinquième place qualificative, dont le Stade Aurillacois.

 


Aurillac 30 - Oyonnax 25

Fiche technique :
Aurillac:  Stade "Jean-Alric"
3 500 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Eric Gonthier (Comité Charente-Poitou) 
Stade Aurillacois 2 essais Stephan Gerber (15e), Mickaël Gracia (65e) - 1 transformation  (15e) - 6 pénalités (3e, 32e, 37e, 48e, 54e, 58e) - Maxime Petitjean 
Oyonnax: 1 essai  Adrien N' Goma (1ere) - 1 transformation  -  5 pénalités (20e, 43e, 50e, 74e, 77e), Jonathan Bousquet1 drop-goal (39e) Bertrand Guilloux
Exclusion temporaire: Lukas Rapant (54e / 64e) pour Oyonnax
La composition du XV de départ, pour le Stade Aurillacois, était la suivante:
Roman SusterRassie Jansen van VuurenDaniel KotzeStephan GerberAndréï OstrikovSaïd HirecheJacques Nieuwenuis, Pétrus HaumanMickaël Gracia, Maxime Petitjean, Ropate Ratu, Jakobus Kemp (cap), Daniel BaleinadogoArno Coetzee, Graydon Staniforth 
Sont entrés en cours de jeu: Antoine FournierMarc LaffonFranck MembradoJulien MarechalMathieu Lescure, Fero Lasagavibau
Joueurs absents à Aurillac: - BoulyManukula - Naude - HodgeMaya - Roussarie - Valentin - Portero - Herry, Cassan

Cette rencontre avait débuté de la plus mauvaise façon qui soit. Un en - avant d'un joueur de l'Ain, non sifflé par Monsieur Gonthier, un dégagement de Graydon Staniforth contré, essai pour Oyonnax. On jouait depuis à peine une minute et les Aurillacois avaient déja un handicap de sept points à remonter. Les "rouge et bleu" n'avaient pas l'intention de se laisser déstabiliser par ce coup du sort. Deux minutes plus tard, Maxime Petitjean réduisait le score en réussissant une première pénalité. Les avants cantaliens prenaient les choses en main et sur un groupé pénétrant le seconde ligne Stéphan Gerber, poussé par tout son pack, s'écroulait derrière la ligne visiteuse. Après avoir consulté son juge d'enbut, Monsieur Gonthier validait l'essai. Avec la transformation de Maxime Petitjean, les recevants passaient devant au score. Franck Membrado faisait sa rentrée (certainement un peu plus tôt que prévu) après une absence de près de quatre mois, afin de suppléer Daniel Kotze sorti sur blessure au mollet. Durant toute la rencontre, l'évolution du score était confiée aux deux canonniers de service. Maxime Petitjean d'un côté, avec un taux de réussite plus que correct, et le jeune Jonathan Bousquet de l'autre, non moins prolifique. Dans ce duel de buteurs, les stadites ne furent jamais dépassés au score, même si les visiteurs égalisèrent à plusieurs reprises. La mi temps survenait avec un maigre avantage en faveur des cantaliens (16 à 13). En seconde période, un superbe mouvement des cantaliens permettait au troisième ligne stadiste, Saïd Hirèche, de déborder sur l'aile droite pour aller applatir en moyenne position. Hélas l'arbitre ne validait pas l'essai, sur les conseils de son juge de touche, pour un soi disant en avant bien moins évident que celui qui avait amené l'essai des Oyonnaxiens. Disons au passage, une fois n'est pas coutume, que le corps arbitrale ne réalisa pas une prestation exempte de tous reproches. Les avants Auvergnats continuaient à secouer le cocotier d'en face, pourtant solide sur ses bases. Un petit coup de pied de Mickaël Gracia allait permettre à ce dernier d'inscire le deuxième essai stadiste. La transformation relativement facile était manquée par le buteur local, mais les joueurs du Cantal venaient de prendre une option sérieuse sur la victoire (30 à 19). Le bonus défensif semblait devoir échapper aux visiteurs. Réalistes et très opportunistes ils allaient réduire le score sur deux nouvelles pénalités qui leur permettaient de ramener un point précieux qui risque d'avoir son importance au moment du décompte final.
Le week-end prochain les protégés de Pierre Broncan et Thierry Peuchlestrade se rendront chez le leader Lyonnais avec l'espoir de ramener quelque chose de positif.

 


Aurillac 41 - Carcassonne 21

Fiche technique :
Aurillac:  Stade "Jean-Alric"
2 500 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Sébastien Cloute(Comité duBéarn) 
Stade Aurillacois : 5 essais Rassie van Vuuren (5e), Arnau Coetzee (26e), Saïd Hirèche (32e & 50e), Fero Lasagavibau (74e) - 2 transformations  (6e & 74e) - 4 pénalités (8e, 17e, 44e, 46e) - Maxime Petitjean 
Carcassonne: 2 essais  Yannick N' Gog (15e),  Joël Koffi (57e) - 1 transformation (15e) -  3 pénalités (11e, 23e, 30e), Guillaume Garcia 
Exclusion temporaire: Mathieu Siro (32e / 42e), Pierre Klur (43e / 53e) pour Carcassonne
La composition du XV de départ, pour le Stade Aurillacois, était la suivante:
Roman Suster, Rassie Jansen van Vuuren, Daniel Kotze, Stephan Gerber, Julien Maréchal, Saïd Hireche, Jacques Nieuwenuis, Pétrus Hauman, Lee Adriaanse, Maxime Petitjean, Ropate Ratu, Jakobus Kemp (cap), Daniel Baleinadogo, Arno Coetzee, Graydon Staniforth 
Sont entrés en cours de jeu: Antoine Fournier, Marc Laffon, Grégoric Bouly, Duncan Naude, Mathieu Lescure, Mickaël Gracia, Jean-Philippe Cassan, Fero Lasagavibau
Joueurs absents à Aurillac: - MembradoManukula - Ostrikov - HodgeMaya - Bourlon - Roussarie - ValentinPortero - Herry

Le soleil printanier, le public de "Jean-Alric", semblent être des ingrédients indispensables à la recette made in Cantal. Hormis l'excellent match remporté face à Bordeaux-Bègles, les stadistes Aurillacois n'avaient plus gagné ,à domicile, depuis le 30 octobre 2010 devant Auch. La venue des surprenants Carcassonnais était l'occasion de redonner le goût de la victoire. Personne, ici, n'a oublié les 30 points et les 4 essais encaissés chez le promu Audois lors du match aller.
Toutes les conditions étaient réunies pour offrir au public (pas suffisamment nombreux) un match de qualité. Disons de suite que nous n'avons pas été déçus.
La rencontre était tout juste entâmée que, déja, la première occasion de scorer au pied, était transformée en penal-touche. Ceci démontrait l'envie et la confiance dont les joueurs faisaient preuve. Le choix s'avérait judiceux puisque le puissant talonneur, Rassi Jansen van Vuuren, s'écroulait derrière la ligne. Quelque minutes plus tard Maxime Petitjean qui avait réussi la transformation difficile, récidivait par une pénalité, non moins facile. On jouait depuis moins de 8 minutes et le panneau d'affichage indiquait 10 à 0 pour les Cantaliens. Les visiteurs, n'étant pas venu dans le Cantal pour faire du tourisme, allaient nous montrer que leur 5e place n'était nullement usurpée. Au quart d'heure de jeu ils étaient revenu au niveau de leur adversaire. Une pénalité de l'ouvreur Guillaume Garcia, suivi d'un essai de l'ailier Yannick N' Gog, prenant à défaut la défense Aurllacoise, et tout était à refaire. Il état dit que les stadistes ne lâcheraient rien. Maxime Petitjean redonnait 3 points d'avance aux siens, avant que l'ailier Arno Coetzee ne vienne concrétiser une superbe action des locaux. Le troisième essai stadiste était l'oeuvre du troisième ligne Saïd Hirèche qui applatissait poussé par tout son pack. Les Audois venaient de payer, au prix fort, leur indiscipline (carton jaune au remuant demi de mélêe Mathieu Siro). Entre temps les Audois avaient réduit le score par deux pénalités et la pause survenait sur le score de 23 à 16 en faveur des Stadistes.
Rien n'était fait, mais Maxime Petitjean, avec deux nouvelles pénalités, allait donner un peu plus de consistance au score. Les Carcassonnais, réduits à 14 une nouvelle fois (exclusion de l'arrière Pierre Klur pour faute technique) allaient à nouveau faire les frais de cette indiscipline. Saïd Hirèche, encore lui, débordait sur l'aile gauche pour le 4e essai synonyme de bonus. C'était sans compter sur la qualité des visiteurs. L'ex Montalbannais et troisième ligne Joël Koffi, prenait une nouvelle fois la défense cantalienne à défaut en enlevant le point de bonus aux "rouge & bleu". Avec le  retour à la compétition de Mickaël Gracia, éloigné des terrains durant de longs mois suite à une grave blessure, c'était aussi celui de Féro Lasagavibau qui allait se rappeler aux bons souvenirs du public Cantalien en inscrivant le 5e essai du jour qui redonnait le point de bonus aux Aurillacois.
Pour la première fois de la saison, le stade marquait 5 essais et  faisait subir à son adversaire sa plus lourde défaite depuis qu'il évolue dans le rugby professionnel. Cette belle victoire acquise aux dépens d'une  bonne équipe qui s'est évertuée à produire du jeu est très encourageante. Les joueurs vont bénéficier d'une semaine de repos avant de recevoir le samedi 19 Février une équipe d'Oyonnax revancharde.

 


Pau 28 - Aurillac 13

Fiche technique :
Pau:  Stade "du Hameau"
5 400 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Luke Pearce (Angleterre) 
Stade Aurillacois 1 essai (75e) Marc Laffon, une transformation Maxime Petitjean, 2 pénalités (5e, 33e) Jérémy Bourlon
Section Paloise: 3 essais (15e) Séti Filo, (23e) Jacobus Du Toit, (70e) Akuila Nawerecagi -2 transformations (23e & 70e), 3pénalités (8e, 42e,  60e), André Hough
Exclusion temporaire: Andréï Ostrikov (22e / 32e), Duncan Naude (71e) -  pour Aurillac
La composition du XV de départ, pour le Stade Aurillacois, était la suivante:
Roman SusterRassie Jansen van VuurenDaniel KotzeStephan GerberAndréï OstrikovMathieu RocaSaïd Hirèche , Pétrus HaumanLee Adriaanse, Jérémy Bourlon, Ropate Ratu, Jakobus Kemp (cap), Danièle BaleinadogoArno Coetzee, Graydon Staniforth
Sont entrés en cours de jeu: Antoine FournierMarc LaffonGrégoric BoulyDuncan NaudeJacques Nieuwenhuis, Maxime Petitjean, Jean Philippe Cassan
Joueurs absents à Aurillac: - MembradoManukula - HodgeMaréchal - Lescure - Gracia - RoussarieLasagavibau, Valentin -Portero

Encore une défaite (la 8e en 9 rencontres) encore de l'indiscipline (2 exclusions temporaires), encore des points laissés en route, encore des fautes, encore, encore....... C'est le premier constat que l'on peut faire après cette 19e journée de championnat. Pourtant il y a eu du mieux lors de cette rencontre. Plus de présence dans le combat, des intentions, une bonne conquête, mais cela n'aura pas suffit pour ramener quelque chose de ce déplacement. Les Cantaliens reviennent avec un gros sentiment de frustation. Si les fautes sifflées contre les visiteurs ne semblent pas vraiment contestables, celles commises par les Palois on été occultées par le jeune arbitre Anglais (22 ans seulement). Les Britaniques l'on probablement envoyé en France pour s'aguerrir au contact du difficile championnat de "Pro D2". Il faut dire, aussi, qu'il ne fût pas aidé par ses assesseurs. Les deux exclusions furent signalés par les juges de touche sur des fautes qui auraient très bien pû être sifflées contre l'aderversaire. La faute sur Jérémy Bourlon(blessure qui risque de l'éloigner des terrains durant plusieurs semaines) est restée totalement impunie. Monsieur Pearce a semblé fébrile et très influancé par les réactions du public local. Il est sans doute préférable d'avoir ce type d'arbitrage à la maison. Il reste 11 rencontres à disputer, dont 7 à domicile. Le stade doit gagner, impérativement toutes les rencontres à "Jean-Alric" et ramener quelques points de l'extérieur s'il veut sauver sa saison. Croisons les doigts en espérant des jours meilleurs.
Après cette rencontre, Thiérry Peuchlestrade déclarait: "La victoire de Pau est indiscutable. Par contre les joueurs ont fait preuve d'un plus grand investissement que lors du week-end précédant à Aix. Ils ont montré un autre visage dans le combat et les intentions de jeu. Des fautes il y en a eu encore beaucoup trop, mais l'état d'esprit affiché par l'équipe a été remarquable. L'essai marqué en infériorité numérique en est la preuve. Un petit mot sur l'arbitre Anglais de la rencontre: "Nous avons commis des fautes, certes, mais Monsieur Pearce a été beaucoup plus indulgent sur les fautes Paloises. Par ailleurs les deux cartons jaunes, à l'adresse de nos joueurs, n'étaient pas justifiés. D'autre part, en seconde période, il a sifflé neuf pénalités contre nous pour une seule à l'encontre des Béarnais, alors que les Cantaliens avaient le monopole du ballon. Tout cela ressemble,à s'y méprendre, à un arbitrage "maison".


Aix 31 - Aurillac 12

Fiche technique :
Aurillac:  Stade "Maurice-David"
1 500 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur
David Rosich (Comité Armagnac-Bigore) 
Stade Aurillacois 4 pénalités (45e, 63e) Jérémy Bourlon - (30e, 70e) Maxime Petitjean
Aix "Le Parc": 1 essai (75e) Franck Montanella, 1 transformation, 7 pénalités (12e, 18e, 42e, 48e, 54e, 60e, 65e), Antoine Lescalmel -1 drop-goal (1ere)
Bruno Lancelle
Exclusion temporaire: Saïd Hirèche (60e / 70e) -  pour Aurillac
La composition du XV de départ, pour le Stade Aurillacois, était la suivante:
Roman SusterRassie Jansen van VuurenDaniel KotzeStephan GerberAndréï OstrikovMathieu LescureJacques Nieuwenhuis, Pétrus HaumanPaul Boisset, Jérémy Bourlon, Ropate Ratu, Jakobus Kemp (cap), François HerryArno Coetzee,
Maxime Petitjean
Sont entrés en cours de jeu:
Antoine FournierMarc LaffonGrégoric BoulyJulien MaréchalSaïd Hirèche, Lee Adriaanse
Joueurs absents à Aurillac: - MembradoManukula - Hodge - Gracia - RoussarieLasagavibau, ValentinPortero,  Cassan

Même les supporters les plus inconditionnels ne peuvent rester insensibles à un tel résultat. Perdre n'est jamais déshonorant lorsque chacun a donné le maximum de lui même. Face aux Provençaux, nous pensons que ce ne fût pas le cas. Prendre plus de 30 points chez l'avant dernier, qui venait d'en encaisser 50, le week-end précédent et s'était incliné nettement sur sa pelouse il y a deux semaines, c'est tout simplement inacceptable. Il ne faut plus parler de qualification après une telle prestation. Oui les cantaliens sont très déçus par le comportement de leur équipe. Des fautes, encore des fautes toujours des fautes. C'est impensable à ce niveau. On a l'impression que cette équipe ne peut pas faire 2 passes sans lâcher le ballon. Dés qu'elle le possède elle est sanctionnée pour l'avoir gardé au sol. Par ailleurs le ressort semble cassé. Franchement on ne sait plus quoi  penser.......On était en droit d'espérer que la victoire face à Bordeaux-Bègles aurait remis l'équipe dans le bon sens. Il n'en a rien été.  Le minimum attendu, lors de ce déplacement en Provence, était le point de bonus défensif. Le rugby est construit sur des valeurs incontournables que sont les fondamentaux. L'équipe qui les respectent le mieux prend une option sérieuse sur les chances de victoire. On ne peut pas demander au public de payer sa place et se satisfaire de ce type de résultat. Nos propos peuvent sembler très durs, mais ils reflètent la pensée de tous les gens qui aiment et soutiennent le Stade Aurillacois. Le public cantalien sait faire la part des choses, il peut pardonner un faux pas mais il y a des limites.....
Par ailleurs les Stadistes marquent de moins en moins d'essais. Après 18 journées les chiffres sont les suivants : 2010/2011 (16) - 2009/2010 (21) - 2008/2009 (32) - 2007/2008 (30) voir dans la rubrique "STATISTIQUES" Pour mémoire, cette saison, Grenoble en a déjà marqué (43)


Aurillac 25 - Bordeaux-Bègles 16

Fiche technique :
Aurillac:  Stade "Jean-Alric"
2 500 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Eric Soulan (Comité Midi-Pyrénées) 
Stade Aurillacois 3 essais (10e) Rassie van Vuuren , (26e) Stephan Gerber, (68e) Saïd Hirèche - 2 transformations  (10e, 26e) - 2 pénalités (18e, 43e) - Jérémy Bourlon 
Bordeaux-Bègles: 1 essai (23e) Gauthier Gibouin , 1 transformation, 2 pénalités (3e, 66e), 1 drop-goal (59e) -
Camille Lopez
Exclusion temporaire: Nicolas Decamps (43e / 53e), Grégory Bernard (48e / 58e) pour Bordeaux - Saïd Hirèche (48e / 58e) -  pour Aurillac
La composition du XV de départ, pour le Stade Aurillacois, était la suivante:
Roman SusterRassie Jansen van VuurenDaniel KotzeStephan GerberJulien MaréchalSaïd HirecheJacques Nieuwenuis, Pétrus HaumanPaul Boisset, Jérémy Bourlon, Ropate Ratu, Jakobus Kemp (cap), Daniel BaleinadogoArno Coetzee,
Graydon Staniforth 
Sont entrés en cours de jeu:
Antoine FournierMarc LaffonGrégoric BoulyMathieu Lescure, François Herry,  Maxime Petitjean
oueurs absents à Aurillac: - MembradoManukula - Naude - Ostrikov - Hodge - Gracia - Roussarie - ValentinPortero,  Cassan

Après six revers consécutifs, les stadistes ont retrouvé la saveur de la victoire. Celle-ci était attendue par l'ensemble des parties prenantes du club phare du  département. La joie était perceptible au niveau des joueurs mais aussi des supporters. Parmi ces derniers, quelques uns regrettaient que le quatrième essai ne soit pas venu récompenser le belle partie des cantaliens. En effet il n'aura manqué qu'une vingtaine de centimètres pour obtenir ce point supplémentaire. Face à une équipe en pleine confiance cela aurait été un véritable exploit nullement immérité d' ailleurs. Pour la majorité des acteurs et spectateurs les quatre points de la victoire suffisaient à leur bonheur.
Si les visiteurs défloraient le panneau d'affichage, les locaux ne tardaient pas à montrer leurs bonnes intentions. Les "rouge & bleu" allaient appliquer, à la lettre, la nouvelle stratégie mise en place par le staff. Bien en conquête, les avants cantaliens se mettaient en place pour une marche en avant qui allait les conduire dans l'en-but visiteur, avec le talonneur Rassie van Vuuren à la conclusion du premier essai transformé par le buteur local. Quelques minutes plus tard Jérémy Bourlon passait une pénalité qui donnait sept points d'avance aux Auvergnats. Les Girondins n'ayant nullement l'intention de subir allaient réagir par leurs avants, également, en envoyant leur troisième ligne Gauthier Gibouin à dame. Tout était à refaire. Les joueurs du Cantal ne voulaient pas revoir le film de Narbonne ou Grenoble. Trois minutes, à peine, après avoir encaissé l'essai ils repartaient, plus soudés que jamais, pour la seconde réalisation stadiste signée Stéphan Gerber. En résussite Jérémy Bourlon rajoutait les deux points de la transformation. Au retour des vestiaires les visiteurs semblaient quelque peu nerveux. De ce fait ils se mettaient à la faute ce qui allait leur valoir de jouer 10 minutes en infériorité numérique avec le carton à l'encontre de leur talonneur  du jour Nicolas Decamps. Les stadistes cantaliens augmentaient leur avance avec une pénalité réussie par Jérémy Bourlon. Une petite chamaillerie entre le seconde ligne visiteur Grégory Bernard et le cantalien Saïd Hirèchedonnait l'occasion à Monsieur Soulan de sortir à nouveau le jaune en direction des deux protagonistes. Les visiteurs n'avaient pas dit leur dernier mot. Avec un drop-goal et une pénalité de Camille Lopez, ils revenaient à quatre points des locaux. Rien ne pouvait freiner les ardeurs cantaliennes. En cet agréable après midi de janvier, les cantaliens avaient enfilé le "bleu de chauffe".  Les avants reprenaient leur marche en avant pour le troisième essai marqué par Saïd Hirèche. Il restait un petit quart d'heure, les visiteurs accumulaient les fautes. Avec neuf points d'avance et trois essais, les Aurillacois pensaient au point de bonus offensif. Ils allaient multiplier les pénal-touches pour se rapprocher de la ligne adverse. Finalement il ne leur aura manqué qu'une vingtaine de centimètres pour rajouter la cerise sur le gâteau. Cette victoire obtenue face à l'une des meilleurs formation de "Pro D2" avec la mise en place d'un jeu plus simple ou l'on insiste sur les fondamentaux du rugby devraient permettre, à cette équipe, d'aborder les prochains rendez-vous avec quelques certitudes supplémentaires. Les deux prochaines rencontres vont se dérouler sur des terrains plus hostiles. Aix en Provence le week-end prochain puis Pau dans quinze jours. La prochaine rencontre à "Jean-Alric" se fera avec la réception du surprenant promu Carcassonne le 5 ou 6 février prochain.

 



Dax 24 -
Aurillac 15

Fiche technique :
Dax:  Stade "Maurice-Boyau"
3 200 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Bernard Dal Maso (Comité Midi-Pyrénées)
Stade Aurillacois :   5 pénalités (6e, 27e, 37e, 55e, 61e) - Maxime Petitjean
Dax: 8 pénalités (7e, 11e, 16e, 28e, 35e, 40e, 50e, 77e) -
Anthonny Lagardère (7) Richard Apanui (1)
Exclusion temporaire: Stéphan Gerber (15e / 25e) - Daniel Kotze (50e / 60e) pour Aurillac Christophe Béal (54e / 64e) pour Dax
La composition du XV de départ, pour le Stade Aurillacois, était la suivante:
Roman SusterRassie Jansen van VuurenDaniel KotzeStephan GerberAndreï OstrikovSaïd HirecheJacques Nieuwenuis (cap), Mathieu LescureLee AdriaanseMaxime PetitjeanRopate Ratu, Jakobus KempDaniel Baleinadogo ,Féro Lasagavibau ,
Graydon Staniforth 
Sont entrés en cours de jeu:
Antoine FournierMarc LaffonGrégoric BoulyOliver Hodge, Viliame MayaFrançois Herry, Arno Coetzee, Paul Boisset.
Joueurs absents à Aurillac: - MembradoManukula - Naude - Hauman - Gracia - Roussarie - ValentinPortero Cassan

Le Stade Aurillacois serait-il atteint d'une maladie chronique ? En effet depuis plusieurs années le même syndrome se reproduit. Il faudrait sans doute se poser des questions sur les causes de ce phénomène. Toutes les équipes connaissent, un jour ou l'autre, des baisses de régime. Mais, rares sont celles qui sont capables de produire une longue série de victoires suivie d'une même série de défaite. Depuis plusieurs saisons, maintenant, cette période de l'année est un vrai cauchemard pour nos "rouge & bleu" cantaliens. Des chercheurs ont constaté que durant cette période, ou les jours sont les plus courts, plus de 20% de nos compatriotes sont déprimés. Le déficit de luminosité aurait-il un effet sur nos joueurs ?
Nos propos n'ont rien de fantasque ni de farfelu. Le constat est, malheureusement, bien réel . Tout le monde en souffre (joueurs, entraîneurs, dirigeants et supporters).
Pour revenir, plus concrètement, sur cette rencontre nous dirons qu'elle ne fût pas d'un très haut niveau. Concernant l'équipe cantalienne il faut bien reconnaître qu'elle fit preuve de beaucoup d'indiscipline (encore vingt minutes à 14). Par ailleurs il y eu de nombreuses fautes (de main ou autres). La conquête laissa, également, beaucoup à désirer. Cette équipe cantalienne semble s'enliser. Il faut vite s'arracher de ce bourbier qui rend les jambes lourdes et les têtes fragiles. Comment ? En éssayant de faire le vide, se dire que c'est un nouveau championnat qui commence. Face à Bordeaux-Bègles, le prochain adversaire des stadites, il va falloir rentrer dedans, faire douter l'adversaire, se faire mal et lui faire mal durant 80 minutes. Il n'y a qu'à ce prix que les joueurs pourront retrouver confiance et sérénité. Une victoite est impérative afin de remettre les corps et les têtes en place. Ce mois de janvier sera décisif pour le reste de la saison. Aprés les Girondins il faudra se déplacer deux fois consécutivement. A Aix en Provence d'abord puis à Pau. En six rencontres, les "rouge & bleu" se seront déplacé cinq fois. Ne brulons pas les étapes, la seule qui compte pour l'instant c'est la réception de Bordeaux-Bègles.


Tarbes 28 - Aurillac 21

Fiche technique :
Tarbes:
Stade "Maurice-Trélut"
3 000 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Stéphane Boyer (Comité Midi-Pyrénées) 
Stade Aurillacois : 2 essais Grégoric Bouly (75e), Daniel Baleinadogo (80e) - 1 transformation (80e) - 2 pénalités (10e, 56e)1 drop goal(24e) Maxime Petitjean
Tarbes: 3 essais Fabien Dupuy (38e), Sébastien Caujolle (48e), Chris Siale (68e) - 2 transformations (48e, 68e) 2 pénalités (8e, 31e) - 1 dropp-goal (54e)
Pieter Terblanche 
Exclusion temporaire: Petrus Hauman (34e / 44e) - Lee Adriaanse (46e / 56e) pour Aurillac Thomas Lasserre (64e / 74e) - Thiérry Lacrampe (65e / 75e) pour Tarbes
La composition du XV de départ, pour le Stade Aurillacois, était la suivante:
Roman SusterRassie Jansen van VuurenDaniel KotzeStephan GerberAndreï OstrikovSaïd HirecheJacques Nieuwenuis (cap), Petrus HaumanLee AdriaanseMaxime PetitjeanGermain Portero, Arno CoetzeeDaniel Baleinadogo François Herry , Graydon Staniforth 
Sont entrés en cours de jeu:  Antoine FournierMarc LaffonGrégoric BoulyJulien Marechal, Mathieu Lescure, Jakobus Kemp, Paul Boisset.
Joueurs absents à Aurillac: - MembradoManukula - Naude - Gracia - ValentinRatuLasagavibau - Cassan

A la 34e minute, les deux équipes étaient à égalité. Les stadistes avaient fait mieux que se défendre. Compte tenu de la physionomie de la rencontre, on pouvait penser que les deux équipes allaient rentrer au vestiaire sur un score de parité. C'est alors que les choses allaient se gâter pour les Cantaliens. Premier carton jaune à l'encontre de Petrus Hauman. Si le buteur local ratait la pénalité, quelques minutes plus tard les Bigourdans profitaient de leur supériorité numérique en marquant le premier essai par leur talonneur Fabien Dupuy . Ca ne pouvait pas tomber plus mal à deux minutes du repos. Les malheurs des "rouge et bleu" n'allaient pas s'arrêter là. Petrus Hauman, à peine rentré, c'était le demi de mêlée Lee Adriaanse qui était prié, par Monsieur l'arbitre, d'aller se reposer 10 minutes. Même punition mêmes effets .Nouvelle penal-touche et deuxième essai Tarbais réussi par l'ailierSébastien Caujolle. L'ouvreur local ayant réussi le drop-goal les Cantaliens étaient menés 21 à 6 et le point de bonus défensif semblait s'éloigner. Il restait alors un quart d'heure à jouer. Coup sur coup les Tarbais allaient subir les foudres du référé avec deux cartons jaunes. Le premier pour le troisième ligne Thomas Lasserre, suivi du demi de mêlée Thiérry Lacrampe une minute plus tard. On pensait, alors, que les Cantaliens à 15 contre 13 étaient en mesure de refaire leur retard. Ils choisissaient, logiquement,  la pénal-touche mais ils étaient pénalisés. Belle opportunité pour lesTarbais de sortir d' un sale pétrin. Alors que les Pyrénéens étaient toujours réduits à 13, ils profitaient d'une maladresse d'un joueur Auvergnat pour aller marquer leur troisième essai synonyme de bonus offensif. Triste constat durant la période de supériorité numérique. En effet, si les Cantaliens encaissèrent 15 points en infériorité numérique, le plus grave c'est qu'ils en concédèrent 7 lorsqu'ils jouaient à 15 contre 13. Il restait cinq minutes à jouer, les Bigourdans avaient récupéré leurs punis et le score était de 28 à 9. Autant dire que la messe semblait dite. Paradoxalement c'est le moment que choisirent les "rouge et bleu" du Cantal pour aller chercher le bonus défensif et priver les recevants du point de bonus offensif. C'est d'abord le pilierGrégoric Bouly, rentré quelques minutes plus tôt, qui inscrivait le premier essai pour son équipe. On était encore loin du compte. C'est dans la dernière minute de jeu que Daniel Baleinadogo inscrivait le second. Il fallait la transformation pour mamener un point dans la musette. Maxime Petitjean allait faire le reste. Comme quoi, une fois de plus, il faut y croire jusqu'au bout. Néanmoins ce fût une rencontre quelque peudéconcertante. Les joueurs vont bénéficier de quelques jours de repos durant les fêtes de fin d'année. La reprise du championnat aura lieu le 8 janvier avec un troisième déplacement consécutif. Les joueurs du Cantal rendront visite à des Dacquois, plutôt mal en point jusqu'à ce jour, mais qui viennent de remporter leur premier match à l'extérieur aux dépend des Narbonnais. Peut-on parler d'électrochoc après de départ d'Olivier Roumat ?


Mt de Marsan 17 - Aurillac 06

Fiche technique :
Mt de Marsan:
Stade Guy-Boniface
4 500 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Jérome Lamirand (Comité du Béarn) 
Stade Aurillacois : 2 pénalités Jérémy Bourlon (40e)Maxime Petitjean (43e) 
Mt de Marsan : 1 essai Timoci Matanavou (47e) - 4 pénalités
Antoine Vignau-Tuquet (4e, 19e, 29e, 62e)
Exclusion temporaire: NEANT
La composition du XV de départ, pour le Stade Aurillacois, était la suivante:
Vitolio Manukula Fabien DelageDaniel KotzeStephan GerberAndreï OstrikovSaïd HirecheJacques NieuwenuisLatuka MaitukuPaul BoissetJérémy BourlonArno CoetzeeJakobus Kemp (cap)François HerryGermain Portero, Maxime Petitjean
Sont entrés en cours de jeu:  Roman Suster, Rassie van VuurenGrégoric BoulyPetrus Hauman, Peio Roussarie, Wiliam Maya,Daniel Baleinadogo.
Joueurs absents à Aurillac: - Membrado - Naude - Gracia - ValentinRatuLasagavibauCassanStaniforth

Le stade Aurillacois est redescendu de son nuage. Si les séries, de cinq rencontres, se suivent elles n'ont pas la même saveur pour les "rouge & bleu" du Cantal.  3 victoires pour 2 défaites lors de la première et 14 points. 5 victoires pour la seconde et 20 points .  4 défaites pour autant de rencontres pour la troisième et 2 petits points seulement. Le dernier match de la 3e série va conduire nos joueurs chez les Pyrénéens de Tarbes. Rien de très réjouissant , donc, avant la trêve de Noël. Si les Landais ont enfoncé un peu plus les joueurs du Cantal, en les faisant reculer d'une place, au classement, les représentants de la Bigorre pourraient bien les faire descendre d' une marche supplémentaire. Que faire, pour l'instant, si ce n'est de constater les dégats en attendant des jours meilleurs?????
Le match disputé chez les Montois pourrait être classé parmi les bonnes rencontres de "Pro D2". Ceci, seulement, si l'on se place dans la peau de l'observateur neutre. Des intentions de part et d'autre, de longs temps de jeu, du dynamisme. Tous ces ingrédiants font partie des bonnes recettes d'un match de rugby. On ne peut pas, non plus, reprocher aux  joueurs du Stade Aurillacois un manque de motivation, d'investissement ou de sérieux. Par contre si l'on se place dans la peau du supporter Cantalien, on comprend qu'il peut y avoir de la déception pour ne pas avoir ramené le moindre point de ce déplacement. Toutefois une défaite, avec 11 points d'écart sur la pelouse d'un club aussi prestigieux, n'a  rien de déshonorant. Le problème est que les joueurs du Cantal ont commis trop de fautes pour espérer ramener quelque chose de positif.  Des fautes d' indiscipline ou fautes techniques (voir le nombre de pénalités à l'encontre des Auvergnats), des fautes de main et autant de ballons rendus à l'adversaire (nous serions curieux de connaître le nombre d'en-avant commis par les joueurs Cantaliens lors de cette partie). Les stadistes ne marquent plus d'essais. Ils sont bon derniers dans ce secteur avec 11 réalisations, seulement, depuis le début de la saison (2 lors des six dernières rencontres). Par contre la défense reste solide, dans le cas contraire la note pourrait s'avérer plus salée. Lors de cette rencontre, dans les Landes, la conquête n'a, semble t-il, pas trop mal fonctionnée. Le problème reste que ces munitions sont assez mal utilisées dans la finition . Nous arrivons bientôt à mi-championnat. Si les deux premières places devraient revenir, logiquement, à Albi & Lyon, tous les autres clubs, ou presque, peuvent aspirer aux trois places suivantes. La qualification, qui reste l'objectif de la saison, est donc encore possible. Il faut continuer à encourager les "rouge & bleu". Il y aura des jours meilleurs et pourquoi pas dés samedi prochain en Bigorre. Pour la petite histoire, signalons que lesTarbais sont , avec les Aurillacois, les meilleurs marqueurs au pied avec 221 points.


Aurillac 15 - Grenoble 16

Fiche technique :
Aurillac:
Stade Jean-Alric
3 000 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Sébastien Cloute (Comité du Béarn) 
Stade Aurillacois : 5 pénalités Maxime Petitjean (7e, 14e, 48e, 52e, 68e) 
Grenoble : 1 essai Nigel Hunt (44e) - 1 tansformation, 3 pénalités
Johan Dalla-Riva (36e, 40e, 58e)
Exclusion temporaire: Talasinga Kietaka ( 50e / 60e) pour Grenoble
La composition du XV de départ, pour le Stade Aurillacois, était la suivante:
Roman SusterRassie van VuurenGrégoric BoulyStephan GerberJulien MaréchalMathieu LescureJacques NieuwenuisPetrus HaumanPaul BoissetMaxime PetitjeanArno CoetzeeJakobus Kemp (cap)Daniel BaleinadogoGermain PorteroGraydon Staniforth.
Sont entrés en cours de jeu:  Berny TokotuuVitolio ManukulaAndeï Ostrikov, Saïd HirècheFrançois Herry.
Joueurs absents à Aurillac: KotzeMembrado - Naude - Gracia - ValentinRatuLasagavibauCassanMaya

Les Stadistes Cantaliens enregistrent leur troisième défaite consécutive, dont deux à "Jean-Alric". Les années se suivent et, malheureusement, elles se ressemblent pour les "rouge et bleue" du Cantal . Un bon premier tiers de championnat, un second plus poussif et, en général, un troisième plus favorable. Avec trois déplacements, à venir, les choses risquent de devenir très compliquées. Il faudra attendre Février pour retrouver un calendrier plus favorable, avec sept réceptions pour quatre déplacements.
Que peut-on dire de cette rencontre ? Par rapport au match perdu face à Narbonne, nous dirons que l'entame fut meilleure. Avec un peu plus de réussite, dans les tirs au but, les statistes auraient pu virer en tête à la pause. Durant la seconde période, après l'essai "assassin", les Cantaliens semblèrent vouloir mettre un peu plus de dynamisme dans leur jeu. Ils bénéficiairent de quelques fautes des Grenoblois, dont un carton jaune, sans pouvoir concrétiser au tableau d'affichage. Par deux fois ils recollèrent au score, mais ils ne purent jamais repasser devant. La dernière chance se situe à quelques minutes de la fin de la rencontre. Une pénalité est accordée sur la ligne médiane. Jérémy Bourlon, rentré quelques secondes plus tôt, va tenter de donner la victoire aux siens. Avec un vent défavorable le ballon prend la bonne direction mais il manquera quelques mètres pour que la victoire change de camp. Durant les dernières secondes les "rouge et bleu" du Cantal vont conserver le ballon, sans pouvoir gagner du terrain. Un dernier contact, entre deux joueurs, va sonner la fin des espoirs Aurillacois qui s'inclinent pour la troisième fois consécutive.
Sans trop vouloir rentrer dans la partie technique, nous dirons que l'équipe n'avance plus lorsqu'elle est en possession de la balle. Les Isérois, par contre, nous ont semblé plus efficaces dans leur progression. Comme nous l'avons déja dit, après la défaite face aux Audois, le groupe nous a semblé quelque peu émoussé. Comme il s'agit d'un sport collectif il est très difficile de faire supporter la responsabilité de l'échec sur un seul homme, même si le buteur joue un rôle prépondérant dans le résultat d'un match de rugby.
Si le Stade Aurillacois ne veut pas tomber dans le ventre mou, il sera impératif de ramener des points de l'extérieur. A commencer par le premier déplacement dans les Landes, chez un adversaire qui ne réussit guère aux Cantaliens.

 

Albi 26 - Aurillac 16

Fiche technique :
Aurillac:  Stadium d'Albi:  7 000 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Romain Poite (Comité Midi-Pyrénées)
Stade Aurillacois : 1 essai Rassie van Vuuren (20e) - une transformation et 3 pénalités Maxime Petitjean (2e, 25e & 57e).
Albi:  2 essais Dave Vainqueur (39e) - Sofiane Guitoune (47e) deux transformations et 4 pénalités
Frédéric Manca (4e, 26e, 34e & 67e).
Exclusion temporaire: Daniel Kotze ( 30e / 40e) pour Aurillac - Benjamin Sore (30e / 40e) pour Albi
Exclusion définitive: Daniel Kotze ( 53e) second carton jaune, pour Aurillac
La composition du XV de départ, pour le Stade Aurillacois, était la suivante.
Roman SusterRassie van VuurenDaniel KotzeStephan GerberJulien MaréchalMathieu LescureAndreï OstrikovPetrus HaumanPaul BoissetMaxime PetitjeanArno CoetzeeJakobus Kemp (cap)Daniel BaleinadogoFrançois HerryGraydon Staniforth.
Sont entrés en cours de jeu:  Marc LaffonGrégoric BoulyVitolio ManukulaOliver HodgeMathieu RocaSaïd HirècheGermain Portero.

Les Cantaliens avaient pourtant bien entâmé cette rencontre puisqu'ils menaient sur le score de 13 à 3 à la 25e minute. Un essai de Rassie Jansen vanVuuren transformé par Maxime Petitjean plus deux pénalités de ce dernier donnaient l'avantage aux "rouge & bleu". La mauvaise période des Cantaliens se situe entre la 33e et la 47e minute. Durant ce petit quart d'heure ils encaissèrent 15 points. L'exclusion temporaire, puis définitive, deDaniel Koze, alors qu'il restait une demi heure à jouer, rendait la mission quasi impossible. Le point de bonus défensif semblait encore accessible lorsque Maxime petitjean ramenait son équipe à sept points à l'heure de jeu. Une seconde tentative,quelques minutes plus tard, aurait pu permettre aux visiteurs de revenir à quatre points des Albigeois. Hélas elle passait nettement à gauche des poteaux. Frédéric Manca, après un premier échec, enlevait tout espoir aux Cantaliens. Il est toutefois important de souligner que les joueurs du Cantal ont fait jeu égal avec les Tarnais, lorsqu'ils évoluèrent à 14 contre 15. En effet durant cette demi-heure, ils marquèrent autant de points que leur adversaire, soit une pénalité de part et d'autre mais il n'était plus possible de revenir dans la partie. Le point de bonus défensif n' aurait pas été immérité. Sur la rencontre précédente les Lyonnais l'avaient obtenu alors qu'ils semblaient avoir été plus dominés que le furent les Cantaliens. Personne n'y peut rien c'est la dure loi du sport.
Un problème toutefois, c'est le nombre de ballons perdus sur les lancers Cantaliens. Par ailleurs, lorsqu'ils avaient gagné l'objet précieux, ils étaient souvent sanctionnés pour touches pas droites. Certes, si les fautes étaient évidentes, on pourrait reprocher à Monsieur Poitel'arbitre International, d'avoir été un peu plus indulgent, dans le même secteur, avec les Albigeois .
Avant d'effectuer 3 déplacements consécutifs (Mt de Marsan, Tarbes et Dax) l'équipe Cantalienne devrait accueillir, si les conditions météorologiques le permettent, les Isérois de Grenoble.

 

Aurillac 18 - Narbonne 23

Fiche technique :
Aurillac:  Stade Jean-Alric
4 500 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Jean Luc Rebollal (Comité Midi-Pyrénées) 
Stade Aurillacois : 6 pénalités Jérémy Bourlon (8e, 18e, 30e, 36e), Maxime Petitjean (64e, 68e) 
Narbonne : 2 essais Sébastien Régy (5e), Koto Vuli-Sunia (51e) - 2 tansformations, 1 pénalité (2e) ,2 drops-goal,( 10e, 14e)
Christopher Ruiz
Exclusion temporaire: Jeandre Mynhardt ( 36e / 46e) pour Narbonne

Lorsque Pierre Henry Broncan disait: "Je me méfie de l'euphorie" il n'avait pas complétement tort. Il serait faux, toutefois, de penser que cet état de fait soit la seule raison de la défaite face aux Méditerranéens. Depuis quelques rencontres on constate une sorte de lassitude dans le comportement des joueurs. Si l'envie est toujours là, il semblerait que le mental mais aussi le physique ne suivent plus tout à fait. Ce phénomène n'est peut être pas anormal après un début de saison tonitruant. Aucune équipe au monde n'est capable de conserver un rythme soutenu durant une aussi longue période de marathon qu'est le championnat de "Pro D2. Oui notre équipe semble émoussée comme a semblé l'être l'équipe de France face à l'Argentine. Dans le même temps cette équipe de Narbonne, qui avait connu de grosses difficultés en début de saison (défaite à domicile face au promu Stéphanois), semble tourner à plein régime.
Le début de rencontre fût incontestablement à l'avantage des visiteurs. De plus tout semblait leur réussir. Au quart d'heure de jeu ils avaient déja marqué 16 points. Pénalité, essai, transformation, drop-goal, toute la panoblie de ce jeu y était passée. Il faut reconnaître que les stadistes s'en tiraient plutôt bien, car les visiteurs étaient à deux doigts d'alourdir le score sans cet en-avant à quelques centimètres de la ligne. Le 16 à 12 en faveur des visiteurs, à la pause, était un moindre mal pour des Cantaliens dépassés sauf peut-être en mêlée fermée.
Au retour des vestiaires on pensait que les stadistes allaient se rebiffer, d'autant qu'ils entamaient cette seconde période en supériorité numérique. A vouloir confondre vitesse et précipitation ils commirent de nombreuses fautes de main, perdant de nombreux balons aussitôt bonifiés par l'adversaire. Comme la défense cantalienne pointait aux abonnés absents, les Audois s'en donnaient à coeur-joie. Ce qui devait arriver arriva sur une incursion dans les 22 cantaliens les "orange et noir" enfonçaient le clou pour un nouvel essai transformé portant ainsi leur avance à 11 points. Non franchement ce n'était pas le bon jour pour les "bleu et rouge"du Cantal. 
Certes les dix dernières minutes furent à l'avantage des cantaliens. On jouait la 72e minute, le score était de 23 à 18 pour Narbonne, il fallait marquer un essai transformé pour obtenir le gain du match. De ce fait les Aurillacois choisissaient la mêlée (nul ne saura jamais si c'était la bonne solution). Durant 8 minutes, mêlée après mêlée, ils tentèrent, en vain, de franchir les quelques centimètres qui leur manquait pour obtenir les quatre points de la victoire. Les Narbonnais pliaient mais tenaient bon en attendant la corne de la délivrance.
Il faut savoir le reconnaître, les visiteurs ont largement mérité leur victoire. Plus rapides, plus entreprenants, moins maladroits leur victoire est incontestable. On aurait même pu parler de"hold-up" si les joueurs du Cantal avaient remporté ce match. 
Si la défaite ramenée de Carcassonne pouvait être considérée comme un mal pour un bien il n'en est pas de même pour celle-ci. Dans le contexte actuel on voit mal les Cantaliens aller s'imposer, le week-end prochain,  à Albi, . Ceci dit nous aimerions bien qu'ils nous fassent mentir!!!!!!!

 

St Etienne 15 - Aurillac 19

Fiche technique :
Aurillac:  Stade de l'Etivallière:  2 500 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Jean Marie Piraveau (Comité Côte d'Argent)
Stade Aurillacois : 1 essai Jakobus Kemp (18e) - une transformation et 4 pénalités Maxime Petitjean (40 & 51e),  Jérémy Bourlon (69e, 73e).
Saint-Etienne:  cinq pénalités Alexandre Péclier (2e, 8e, 54e, 70e, 74e)
Exclusion temporaire: Andrïe Ostrikov ( 14e / 24e) pour Aurillac - Robbie
Harris (17e / 27e) pour Saint-Etienne

Lorsque le 3e rend visite au 16e et dernier on est en droit d'attendre de lui qu'il se comporte en leader. On sait aussi que dans les têtes, inconsciemment sans doute, la motivation n'est jamais tout à fait la même que lorsque l'on rencontre une grosse écurie. Si les visiteurs enregistrent leur 8e victoire ( la 5e consécutive dont 3 sur terrain adverse) on ne peut pas dire qu'ils aient maîtrisé, pour autant, cette rencontre. Ils furent même à deux doigts de s'incliner à quelques secondes du coup de sifflet final. Ils se sont pourtant créés suffisamment d'occasions pour tuer le match à plusieurs reprises. Pour celà il aurait fallu faire preuve de beaucoup plus de concentration. Un partenaire oublié à plusieurs reprises, des ballons perdus sur ses propres lancer à cinq mètres de la ligne, des pénalités manquées (50% de réussite seulement), des fautes à répétition qui permettaient à l'adversaire de revenir à chaque fois dans les talons des Aurillacois. Le pire fût évité à la dernière seconde du match. On jouait la 80e minute lorsque les "verts", qui ne comptaient que quatre points de retard, commettaient un en avant (bonne défense des Cantaliens) à quelques centimètres de la ligne, les privant ainsi de leur première victoire à domicile. A Colomiers, par exemple, les Albigeois eurent plus de chance en inscrivant l'essai de la gagne à la dernière seconde de la partie.
Certains vont trouver nos propos quelque peu sévères, mais nous sommes là pour dire ce que l'on ressent et pas uniquement pour faire plaisir et parler uniquement de ce qui va bien. Celà n'enlève rien, bien évidemment, à l'excellent parcours que réalisent les Aurillacois depuis le début de la saison. Au tiers du championnat,  nos "rouge & bleu" sont largement dans les "clous" en occupant une seconde place que peu de gens auraient pronostiqué au début de la saison. Nous dirons même que ce que l'on peut considérer comme le seul faux pas de ce début de saison (la défaite à Carcassonne) est quelque peu atténué par les extraordinaires performances réalisées par le promu.
Pour revenir sur la rencontre du jour, en dehors du premier quart d'heure, les Cantaliens ont toujours mené au score, après l'essai marqué par le capitaine Jakobus KempMaxime Petitjean et Jérémy Bourlon ayant fait le reste pour meubler le tableau d'affichage.
Les joueurs vont bénéficier de quelques jours de repos bien mérités. Une exception toutefois pour Ropate Ratu retenu dans la sélection Fitjienne qui sera opposée à l'équipe de France, le Week-end prochain.

 

Aurillac 15 - Auch 06

Fiche technique :
Aurillac:  Stade Jean-Alric:  6 000 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Christophe Labaune (Comité Ile de France) 
Stade Aurillacois : 4 pénalités (8, 36e, 50e, 55e) Maxime Petitjean, un drop-goal (39e) Graydon Staniforth.
Auch:  deux pénalités Pierre-Alexandre Dut (15e)Erwan Berot (72e)
Exclusion temporaire :  Vincent Campo (55e / 65e), pour Auch

Les nombreux supporters, présents à "Jan-Alric", n'ont certainement pas assisté à la meilleure prestation des stadistes mais bien à la quatrième victoire consécutive de leurs protégés. Victoire à l'arraché, certes, mais victoire tout de même. Si les "rouge & bleu" n'ont pas marqué d'essai, lors de cette rencontre, ils ont néanmoins conservé leur ligne inviolée pour la troisième fois consécutive, après Lyon et Colomiers. Avec 131 points encaissés, ils occupent la première place des meilleures défenses de la "¨Pro D2". Par ailleurs, parmi les équipes qui ont foulé la pelouse de "Jean-Alric", cette saison, pas une seule n'est repartie avec le moindre point. Cela n'est pas anodin.
On le sait depuis longtemps, les Auscitains ont toujours été difficiles à manoeuvrer. Comme les Columérins ils disposent d'un des packs les plus solides de ce championnat. Plusieurs cadres mis au repos, la semaine précédente à Lyon, avaient été réintégrés dans le groupe pour le match à Aurillac.
Ce que l'on peut déplorer, lors de cette rencontre, c'est le nombre incalculable de maladresses. Par ailleurs Maxime Petitjean a eu quelques difficultés à régler la mire. Son vis à vis et ex Grenoblois Pierre Alexandre Dut a connu lui aussi pas mal d'échecs. Heureusement l'un des temps forts des stadistes, à quelques secondes des"citrons", permettait à Graydon Staniforth de faire clacquer le drop et donner six points d'avance à son équipe. Au retour des vestiaires les Cantaliens semblèrent vouloir donner un peu plus de rythme à la rencontre. La défense Auscitaine veillait au grain empêchant les locaux de franchir un rideau hermétique. Les "rouge & bleu" retombaient dans leurs travers multipliant les fautes de main et maladresses de tout genre. Coup sur coupMaxime Petitjean réussissait deux nouvelles pénalités, redonnant un peu d'air à son équipe. Les visiteurs ne lâchaient rien, devenaient même dangereux avec l'espoir de ramener quelque chose de leur déplacement. La défense Auvergnate tenait bon et  la dernière pénalité réussie par l'ailier Erwan Berot n'allait rien changer au résultat de cette rencontre. Les Gersois allaient quitter le Cantal la "musette" vide.
Dimanche prochain les joueurs du Cantal vont aller défier le promu et lanterne rouge au pays des "manchots". Cette dernière sortie, avant le week-end de repos" n'aura rien d'une sinécure. Si les verts de l'ovalie n'ont pas encore remporté la moindre victoire sur leur pelouse ils ont  tenu la dragée haute à tous les visiteurs, n'hésitant pas à faire vivre tous les ballons qu'ils peuvent récupérer.


Colomiers 06 - Aurillac 19

Fiche technique :
Colomiers Stade Michel-Bendichou: 3 000 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Mathieu Raynal (Comité du Roussillon) remplaçant l'abitre Anglais Luc Pearce prévu initialement.

Stade Aurillacois : un essai (28e) Graydon Staniforth, une transformation , 2 pénalités (36e, 45e),  2 drop-goal (10e, 50e)  Maxime Petitjean .
Colomiers : deux pénalités (18e & 25e) Yannick Lafforgue.
Exclusion temporaire : Mathieu Lescure (16e / 26e), pour Aurillac

Troisième victoire consécutive, pour les Cantaliens, dont deux sur terrain adverse. Le plan de marche est, certainement, au delà des espérances les plus optimistes. On savait les Columérins en difficultés après, pourtant, un début de saison tonitruant. Vainqueurs  à Bordeaux , 20 à 15 lors de la première journée, puis à "Michel-Bendichou", face à Mt de Marsan 16 à 12 suivi d'une nette victoire, 33 à 19, sur la Section Paloise, ils avaient plutôt bien démarré la saison 2010/2011. Après un revers chez les Dacquois, qui n'avait rien de catastrophique, ils allaient connaitre leur première désilusion en concédant le match nul, sur leur pelouse, face au promu Stéphanois. On connait la suite. Le doute s'installe au sein du groupe avec en plus une liste de blessés assez conséquente.
Après s'être appesanti sur les malheurs de nos adversaires, parlons un peu des performances de nos Aurillacois. Après l'exploit réalisé à Oyonnax et la belle victoire obtenue face au grand favori Lyonnais, il fallait assumer ce nouveau statut d'équipe en forme du moment. Dans ce contexte le déplacement dans la banlieue Toulousaine ressemblait plus à un piège qu'à une sinécure. Le staff par choix ou contrainte avait  modifié une grande partie de l'équipe. Avec pas moins de quatre avants remplacés, une nouvelle charnière (même si cette dernière était plus expérimentée que la précédente) plus quelques petits changements dans la ligne de trois quarts on pouvait s'attendre à quelques grincements au niveau de la cohésion. Il n'en fût rien, même si la mêlée Aurillacoise connue quelques difficultées en début de rencontre. Comme sur la pelouse d'Oyonnax, les "rouge & bleu" du Cantal menèrent au score durant quasiment toute la partie. Avec deux superbes drop-goal, plus deux pénalités et un déplacement au pied milimétré, pour l'essai lumineux inscrit par Graydon StaniforthMaxime Petitjean semble avoir retrouvé toute la plénitude qui était la sienne lorsqu'il s'était fait remarquer par les plus grands clubs de l' hexagone alors qu'il avait tout juste 20 ans. Si la fin de rencontre fût quelque peu difficile, les Columérins tentant le tout pour le tout afin de réduire l'écart, les Cantaliens surent mettre les "barbelés" et garder la tête froide jusqu'au coup de sifflet final .A l'issu de cette rencontre ils occupent la première place en attendant le résultat des Albigeois à Grenoble. Il faut déjà penser au prochain match qui verra les Auscitains fouler la pelouse de "Jean-Alric". Une nouvelle victoire serait la bienvenue afin de ne pas gaspiller ce qui a été acquit jusque là.

 

 


Aurillac 22 - Lyon 09


Fiche technique :
Stade Jean-Alric: 6 000 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Salem Atthalah (Comité de Franche-Comté)

Stade Aurillacois : un essai (68e) Jacques Niuwenhuis, une transformation & 5 pénalités (6e, 30e, 40e, 45e, 76e) Jérémy Bourlon .
Lyon : un drop-goal  (18e) Xavier Sadourny - deux pénalités (28e & 53e) Pierre-Yves Montagnat.
Exclusion temporaire : Xavier Sadourny (41e / 51e), Christian Short (75e )  pour Lyon

Lorsque la mêlée avance, le rugby devient plus facile. Le pack cantalien en a encore fait la démonstration face à de pourtant ambitieux Rhodaniens. Avec une bonne conquête, un combat de tous les instants, en portant le jeu chez l'adversaire, avec une défense hermétique il ne peut pas vous arriver grand chose. C'est ce qui s'est passé ce week-end, à "Jean-Alric" face à l'un des favoris pour l'accession au "Top 14".
Devant près de 6000 supporters, enthousiastes et bruyants, les "rouge et bleu" du Cantal ont validé leur récent succés obtenu sur le terrain d'oyonnax. Avant cette rencontre la méfiance était de rigueure. Les télé-spectateurs qui ont vu le match réalisé par ces mêmes Lyonnais, le week-end dernier face aux Grenoblois devant 32000 spectateurs à "Gerland", pouvaient légitimement craindre pour leurs protégés.
La rencontre n'avait pas commencé de la meilleure façon avec une série de pénalité manquée par le jeune "canonnier "Auvergnat. Même si le pack cantalien avait nettement pris le dessus sur son vis à vis, il fallait concrétiser au tableau d'affichage. Jérémy Bourlon retrouvait enfin ses marques et les stadistes ouvraient le score. Au quart d'heure de jeu Xavier Sadourny faisait clacquer le drop pour l'égalisation. La botte de Pierre-Yves Montagnat donnait même un léger avantage aux visiteurs avant que Jérémy n'égalise, quelques secondes plus tard. Juste avant le repos, suite au carton jaune distribué au capitaine Xavier Sadourny , (pas cher payé car sans la faute de l'ouvreur Rhodanien les Aurillacois allaient à l'essai entre les poteaux). Le buteur maison permettait toutefois aux cantaliens de regagner les vestiaires avec un avantage de trois points.
Dés la reprise, Jérémy Bourlon sanctionnait l'indiscipline des "Gonnès", mais Pierre-Yves Montagnat réduisait l'écart, quelques minutes plus tard , pour un 12 à 9 en faveur des "rouge et bleu". Les stadistes poursuivaient leur domination. Une superbe combinaison entre Pétrus Hauman, relayé par François Herry envoyait Jacques Nieuwenhuis entre les perches. L'écart était fait et les Lyonnais laissaient filer le point de bonnus défensif. Durant les dix dernières minutes ils tentaient de mettre "le feu" à Jean-Alric mais la défense cantalienne, omniprésente, ne lachait rien. A la 75e minute, sur un faute en touche qui coûtait une seconde "biscotte" aux Rhodaniens, Jérémy Bourlon donnait un avantage substantiel et une belle victoire au Stade Aurillacois Cantal Auvergne.
Lors de cette rencontre, un évènement exceptionnel avec la présentation du Bouclier de Brennus gagné haut la main par nos voisins Clermontois était présenté au public Cantalien  par un ex Aurillacois et Asémistes Raphaël Chanal.
Après cette victoire le Stade Aurillacois se retrouve sur la seconde marche du podium. C'est superbe, mais maintenant il va falloir assumer ce nouveau statut et penser déjà à la prochaine rencontre face aux Columérins de Fabien Berneau.

 


Oyonnax 20 - Aurillac 25

Fiche technique :
Stade Charles-Mathon: 5 500 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Laurent Sclafer (Comité du Limousin)

Stade Aurillacois : I essai (24e) Graydon Staniforth - une transformation, 5 pénalités (8e, 39e, 48e, 62e, 76e) , un drop-goal (69e) Jérémy Bourlon .
Oyonnax : 3 essais  Christophe Marth (30e), Johann Authier (64e), Roimata Hansell Pune (73e) - une transformation (64e) Sébastien Bouillot - une pénalité ( 12e) Jonathan Bousquet
Exclusion temporaire :
Vitolio Manukula (23e / 33e)  pour Aurillac - Sébastien Bouillot (36e / 46e), Marco Pinto-Ferrer (48e / 58e) , Jérôme Naves (66e / 76e) pour Oyonnax

En s'imposant dans l'Ain, les joueurs du Cantal ont réalisé un véritable exploit. Il faut rappeler que lors des quatre dernières saisons l'équipe de la "Plastic-Vallée" ne s'était inclinée qu'à deux reprises sur sa pelouse. Une première fois face au Racing-Métro et l'an dernier face aux Rochelais. Pour la petite histoire ces deux équipes ont accédé, cette année là, au "Top 14".
Lors de cette sixième journée les Aurillacois ont mené au score du début à la fin de la rencontre. Face à des Oyonnaxiens trop indisciplinés et en manque de réussite dans les tirs au but les "rouge & blanc" ont pu scorer grace à l'interception et une course de 80 mètres de Graydon Staniforth, puis à la botte ( 7 réussites sur 8 tentatives) de Jérémy Bourlon . Ce résultat fait quelque peu oublier celui encaissé dans l'Aude, il y a deux semaines. Ce jour là les joueurs étaient passés à travers. Ce soir l' équipe avait envie de se racheter car les joueurs étaient  frustrés après leur dernière sortie. Ils ont été présents au combat, ont fait preuve d' envie, et celà a payé. Tout ne fût pas parfait pour autant. Ils ont encore eu du mal à conserver leurs ballons et même si leur déffense fût bonne ils ont encaissé 3 essais. La fin de rencontre fût très difficile, surtout lorsque l'adversaire est revenu à deux points. Une défaite aurait été mal vécue et certainement imméritée, après avoir menè au score durant toute la partie. Mais ce soir rien ne pouvait arriver à ces vaillants soldats qui surent conserver leur avance et même la conforter à quelques minutes du coup de sifflet final .
Attention toutefois à ne pas avoir la mémoire trop courte. Tous doivent se souvenir que la saison dernière, après s'être imposés à La Rochelle, les Aurillacois s'étaient inclinés, le week-end suivant, sur leur pelouse face au LOU.  Le prochain match à "Jean-Alric"ils recevront, justement, ces mêmes Lyonnais !!!!!!.

 


Carcassonne 30 - Aurillac 06

Fiche technique :
Stade Albert-Domec: 3500 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Stéphan Pomarède (Comité Côte d'Argent)

Stade Aurillacois : 2 pénalités (38e, 40e) Maxime Petitjean .
Carcassonne :
4 essais (9e, 14e, 20e, 62e) Benoit Lazzarotto - deux transformations (14e,  20e) Cédric Rosalen - 2 pénalités ( 42e, 68e) Robin Solana
Exclusion temporaire :
Jacques Nieuwenhuis (44e / 54e)  pour Aurillac - Guironnet Cédric (55e / 65e) pour Carcassonne

Lors de cette rencontre il faut souligner la blessure du seconde ligne Duncan Naude. Ce dernier, souffrant  du dos, a été transporté à l'hopital de Carcassonne ou il devra subir des examens approfondis afin d'établir un diagnostic sur la gravité de sa blessure. Nous souhaitons au grand seconde ligne Cantalien, ainsi qu'à Mickaël Gracia (opéré du tendon d' hachille la semaine dernière) un prompt rétablissement.
Que s'est-il passé sur la pelouse Albert-Domec, pour que les Cantaliens sombrent corps et âme face au promu ? Certes les Audois se sont sérieusement renforcés, durant  l'inter saison, mais tout de même !!!!!!!! Non seulement le score est lourd mais les "rouge & bleu" ont encaissé 4 essais contre 3, seulement, lors des 4 précédentes rencontres). Dominés dans les fondamentaux du jeu (combat & engagement physique), une défense aux abonnés absents, des fautes de main et des fautes tout court, il y avait un gouffre entre ces Aurillacois là et ceux qui avaient donné tant d'espoir, en ce début de saison.. Nous n'irons pas plus loin dans nos commentaires. Il faudra attendre l'analyse du staff pour tenter de comprendre ce qui a bien pu se passer lors de cette cinquième journée. Espérons qu'il ne s'agit là que d'un accident de parcours.

Après avoir visionné la rencontre, Pierre-Henry Broncan tire son analyse : Nous venons de prendre une grosse giffle.  Nous avons péché dans toutes les valeurs du rugby. Nous sommes passés à travers dans l'organisation collective. Les Audois se sont servi de nos ballons. Nous avons commis des erreurs grossières. Les joueurs sont responsables collectivement et individuellement. Nos bonnes intentions n'ont jamais pû aller à terme en raison de trop nombreuses maladresses.  Il va falloir revoir le problème des pénal-touches car nous perdons trop de ballons sur nos lancers. Par ailleurs nous avons été beaucoup trop indisciplinés. Je pense que nous n'étions pas suffisamment concentrés pour aborder cette rencontre. Tout celà demande une remise en question du staff et des joueurs.
De notre côté nous avons interrogé quelques joueurs. Ils sont terriblement vexés de leur prestation sur la pelouse "Albert Domec". Ils sont également très déçus pour leurs fidèles supporters. Le prochain week-end c'est repos. Espérons que ces quelques jours vont permettre de faire le vide dans les têtes afin de repartir sur les bases qui ont fait la force du groupe en ce début de saison. Après il faudra enchaîner avec deux rencontres difficiles (il y en aura t-il de faciles ? ) à Oyonnax d'abord puis Lyon à "Jean-Alric" le 16 octobre prochain.

 


Aurillac 28 - Pau 16

Fiche technique :
Stade Jean-Alric : 4 500 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Dal Maso (Comité Pyrénées)

Stade Aurillacois : 1 essai (75e) Ropate Ratu - une transformation,  4 pénalités (5e, 38e, 43e, 58e) Maxime Petitjean , 3 drop-goals ( 2e )Graydon Staniforth, (62e, 68e) Maxime Petitjean.
Section Paloise: 1 essai (55e) Julien Dumora - une transformation,  3 pénalités (7e, 22e, 72e) André Hough
Exclusion temporaire : Marlon Solofuti (75e) pour Pau

En recevant la Section Paloise, les Cantaliens savaient qu'ils s'attaquaient à un candidat sérieux à la qualification.  Forts de leurs deux succès, lors des précédentes saisons, les visiteurs avaient envie de ne pas faire mentir le dicton "jamais deux sans trois". Le match fût donc apre, engagé et obligatoirement fait de fautes d' indiscipline. Dans ce type de rencontre les buteurs ont généralement  la part belle. Dès la seconde minute, Graydon Staniforth faisait clacquer le drop-goal. Puis Maxime Petitjean d'un côté et André Hough de l'autre meublaient le tableau d'affichage. Au repos, les Cantaliens viraient en tête 9 à 6 et rien n'était joué. Entre temps Mickaël Graciaavait dû abandonner ses camarades victime d'une grave blessure (probablement une rupture du tendon d'Achille). Sur une nouvelle pénalité, Maxime petitjean donnait six points d'avance à son équipe. Dix minutes plus tard tout était à refaire. L'arrière Béarnais, Julien Dumora trompait la défense Auvergnate pour un essai que transformait le buteur de service.  Puis en neuf minutes, Maxime Petitjeanallait redonner de l'air aux siens en réussissant une pénalité suivie de deux drops-goals. 21 à 13 en faveur des "rouge & bleu". Les Béarnais revenaient dans le point de bonus déffensif en russissant une nouvelle pénalité. Deux minutes plus tard le précieux JacquesNieuwenhuis servait Ropate Ratu qui débordait ses adversaires pour l'unique essai Cantalien, transformé par le buteur maison. Les Palois quittaient "Jean-Alric" avec un zéro pointé.

 


Aurillac 36 - Aix 09

Fiche technique :
Stade Jean-Alric : 4 000 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Jérome Lamirand (Comité du Béarn)

Stade Aurillacois : 3 essais Duncan Naude (50e), François Herry (63e),  Vitolio Manukula (80e) - trois transformations & 5 pénalités (14e, 26e, 30e, 38e, 45e) Maxime Petitjean
Aix en Provence: trois pénalités  Danie De Beere (6e),  Antoine Lescamel ( 21e, 40e) .
Exclusion temporaire : Daniel Kotze (33 / 43) pour Aurillac

En réussissant trois magnifiques essais, face à de solides Provenceaux, les Cantaliens ont largement rempli leur contrat. En effet cette équipe d'Aix en Provence, reléguée en fin de saison et repêchée grace à la sanction infligée aux Montalbannais, n'a plus grand chose à voir avec celle de la saison dernière. Avec un recrutement de qualité (Finau Maka Toulouse, Danie De Beer, Pierre Rochette, Gwendal Ollivier Genoble, Ludovic Michaux Castres, Roger Ripol Chalons et bien d'autres encore) le PARC en fera souffrir beaucoup cette saison. Cette victoire bonifiée est donc un excellent résultat (n'oublions pas, que la saison passée, ce même bonus avait été perdu à la dernière minute de la rencontre).
IL aura toutefois fallu attendre la seconde période pour voir les Cantaliens franchir le ligne adverse. Le puissant seconde ligne DuncanNaude marquait en force à la 50e minute. Ce fût ensuite au tour du jeune et solide centre François Herry ,tout en puissance, comme un avant. A la dernière minute de la renconre, en force également, Vitolio Manukula donnait le point de bonus à son équipe. Si l'on y rajoute les 21 points au pied de Maxime Petitjean le Stade Aurillacois obtient le meilleur score du jour de la "Pro D2"

 


 

Bordeaux-Bègles 22 - Aurillac 15

Stade Aurillacois :
Première ligne :  1- Suster
2 - Jansen van Vuuren (cap)3 - Kotze 
Seconde ligne : 4 - Gerber5 -  Marechal
Troisième ligne : 6
- Hirèche- 8 - Hauman - 7- Ostrikov 
Mêlée :  9 -
Roussarie -
Ouverture: 10 - Petitjean

Trois quarts : 11 - Ratu - 12 -Coetzee  - 13 - Baleinadogo - 14 - Maya
Arrière : 15 - Staniforth
Remplaçants : 16 - Laffon -17 - Manukula -18 -  Naude 19 -   Roca - 20 - Gracia - 21 -  Kemp- 22 - Herry - 23 - Bouly

L'équipe de Bordeaux :
Première ligne :  1- Labbé
2Avei3Floréa
Seconde ligne : 4 - Leo5 - Bernard
Troisième ligne : 6Chalmers8Clarkin (cap) 7Ternissen
Mêlée :  9 - Adams
Ouverture: 10 Fraser
Trois quarts : 11Jagr 12Mailei13Vermis14Lilo
Arrière : 15 Ferrères
Remplaçants: 16Béthery -17 - Badel -18 -  Jaulhac 19Gibouin20Serron21Lopez 22Connor23Decamps
Fiche technique :
Stade André-Moga:  3 500 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Bruno Bessot (Comité du Limousin)

Stade Aurillacois : 5 pénalités (12e, 25e, 30e, 60e, 72e) Maxime Petitjean -
Bordeaux-Bègles : 1 essai Lilo (42e) - une transformation et 5 pénalités  ( 6e,  9e, 19e ) Fraser ( 58e, 74e) Lopez.
Exclusion temporaire : Baleinadogo (18 / 28) pour Aurillac - Florea (34e / 44e) pour Bordeaux - Kotze (34e / 44e) pour Aurillac

En préambule nous avons envie, une fois n'est pas coutume, de sortir un carton rouge en direction du commentateur de "Sud Radio". Ou bien ce garçon n'est pas compétant ou alors il manquait sérieusement de motivation et d'objectivité. Comparé à sa consoeur qui ,elle, commentait la rencontre Pau Auch on peut dire qu'il y avait un fossé plus profond que celui qui sépare le "Top 14" de la "Pro D2" comme aimait le souligner le préposé en question. Même les supporters du club Cantalien prenaient plus de plaisir à écouter les propos de la "demoiselle" que ceux concernant leur équipe. Certes le match en question n'a peut-être pas atteint les sommets rugbistiques en terme de qualité de jeu, mais passer son temps à rabacher que l'on avait plutôt l'impression d'assister à une médiocre rencontre de "Fédérale 1", c'est faire preuve d'une analyse quelque peu réductrice de la situation. Bon fermons la parenthèse.
Pour revenir à la rencontre, disons que les stadistes avaient perdu leur "new captain" Jacques Nieuwenhuis, forfait suite à une déchirure musculaire au niveau de la cuisse. Lorsque l'on connait l'importance de ce joueur,  dans le jeu Cantalien, on peut, sans faire injure à ses partenaires, dire qu'il s'agisait d'un coup dur. Ceci dit les "rouge et bleu" du Cantal se sont créés suffisamment d'occasions pour ramener un résultat positif de leur déplacement en Gironde. Certes le buteur maison Maxime Petitjean, n'a pas connu sa réussite habituelle. S'il a réussi cinq pénalités, il en a manqué quasiment autant. Il faut dire que son homologue Bordelais n'a pas connu  meilleure réussite. Finalement la différence s'est faite sur cet essai surprise, marqué à la 42e minute par l'ailier Lilo. Si les avants Cantaliens ont une nouvelle fois mis à rude épreuve leur adversaire, ils ont pêché dans l'alignement ou ils ont laissé aux Bordelais des ballons importants. Sur la physionomie de cette rencontre, sans vouloir faire la fine bouche, nous dirons que le point de bonus défensif reste le minimum "syndical". Les deux prochaines rencontres vont se dérouler à domicile. Attention de ne pas commettre le faux pas qui pourrait s'avérer préjudiciable face aux objectifs définis par le club.

 


Aurillac 36 - Dax 13

Stade Aurillacois :
Première ligne :  1- Suster
2 - Janse van Vuuren - 3 - Kotze 
Seconde ligne : 4 - Gerber5 -  Marechal
Troisième ligne : 6
- Nieuwenhuis - 8 - Hauman - 7- Ostrikov 
Mêlée :  9 -
Roussarie -
Ouverture: 10 - Petitjean

Trois quarts : 11 - Ratu - 12 -Kemp (cap)13 - Baleinadogo - 14 - Portero
Arrière : 15 - Staniforth
Remplaçants : 16 - Manukula -17 - Fournier -18 -  Naude 19 -   Hireche - 20 - Gracia - 21 -  Coetzee - 22 - Herry - 23 - Membrado

L'équipe de Dax :
Première ligne :  1- Synaeghel
2Bonet3Smith
Seconde ligne : 4 - Dry5 - Téwatha (cap)
Troisième ligne : 6Adrillon8Deen7Béal
Mêlée :  9 - Davies

Ouverture: 10 Apanui

Trois quarts : 11Bolavucu 12Turinui13Radidi14Nanuku

Arrière : 15 Bourret
Remplaçants: 16Ducasse -17 - Rameau -18 -  André 19Deniau 20Lopez21Lagardère 22Diaz23Hugue

Fiche technique :
Stade Jean-Alric :  5 000 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Stéphane Boyer (Comité des Pyrénées)

Stade Aurillacois : 2 essais Jacques Nieuwenhuis (56e) - Ropate Ratu (80e) - Une transformation (80e), 6 pénalités (20e, 40e, 54e, 60e, 70e, 72e) Maxime Petitjean - deux drop goals Graydon Staniforth (30e), Maxime Petitjean (33e)
U.S.Dacquoise : 1 essai Nanuku (12e) - une transformation et 2 pénalités  ( 24e, 29e ) Richard Apanui.
Exclusion temporaire : Davies (8e / 18e) pour Dax

La rencontre avait plutôt mal commencé pour les Cantaliens. Alors que les intentions de jeu étaient Aurillacoises et que ces derniers occupaient le camp Landais, une interception du rapide ailier Dacquois crucifiait les Cantaliens avec un essai "casquette" entre les perches. Paradoxallement, c'est lorsqu'ils étaient en infériorité numérique (exclusion de leur demi de mêlée pour mauvais geste) que les visiteurs ouvraient la marque. Il s'en suivi une période difficile pour les Cantaliens, alors que les joueurs d' Olivier Roumat, mis en confiance, faisaient feu de tout bois démontrant qu'ils disposaient d'un potentiel joueur digne du "Top 14" et qu'il faudrait compter sur eux cette saison. Menés 13 à 3 à la demi heure de jeu les Cantaliens allaient revenir dans le match avec deux superbes drops, coup sur coup, signés Graydon Staniforth et Maxime Petitjean. Ce dernier passait une nouvelle pénalité pour ramener son équipe à un point juste avant la pause (12 à 13). Mais 15 joueurs, même d'un excellent niveau, ne font pas obligatoirement une équipe.
La seconde période allait être à sens unique avec un 24 à 0 pointé au tableau d'affichage. Le pack Cantalien avait accompli son travail de sape et la défense donné des nausées aux attaquants adverses qui commençaient à montrer de sérieux signes de fatigue. Les visiteurs commettaient de nombreuses fautes, sanctionnées par Monsieur Boyer et par la botte de Maxime Petitjean. De 50 ou 60 mètres tout passait entre les perches. Le temps réglementaire était terminé, les stadistes disposaient d'une avance confortable et tout le monde attendait que le possesseur du ballon tape en touche. Pas du tout les Auvergnats avaient encore faim. Une dernière attaque, sur l'aile gauche, voyait l'intenable ailier Ropate Ratu déborder et s'écrouler dans l'en-but. Maxime Petitjean réussissait la transformation difficile pour un 36 à 13 inespéré à l'issue de la première période. Les stadistes ne pouvaient pas mieux démarrer la saison devant leurs fidèles supporters. Maintenant il va falloir poursuivre, sur la même voie, avec un prochain déplacement chez des Bordelais probablement vexés par leur défaite à domicile face aux Columérens.