Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

Full premium theme for CMS

Archives matchs 2009/2010

Блогът Web EKM Blog очаквайте скоро..

Archives matchs 2009/2010

Stade Aurillacois 25 - Oyonnax 16

Ouverture du championnat 2009/2010 à Jean-Alric. Pour ce premier match de la saison les Cantaliens étaient gâtés. Ils accueillaient tout simplement le club malchanceux de la saison précédente. Un peu d'historique avant de parler de la rencontre du jour. Tous les amateurs du rugby se souviennent du brillant parcours effectué par les joueurs de l'Ain la saison passée. Qualifiés pour les phases finales, les hommes de Christophe Urios allaient s'imposer de belle manière, en demi-finale, chez les Agenais . En finale, ils étaient opposés à Albi sur la pelouse des Tarnais. C'était le match de la montée en "Top 14". La place de promu direct étant prise par le Racing-Métro. Les Oyonnaxiens sortirent un gros match face aux Albigeaois. A la dernière minute de la rencontre, menés de 2 petits points l'équipe de l'Ain bénéficiait d'une pénalité. Le public Albigeois retenait son souffle, car si la pénalité était réussie les Albigeois restaient en rade et Oyonnax rejoignat l'élite du rugby Français. La balle s'élevait en direction des perches, le suspense était à son comble. Il aura manqué 10 petits centimètres pour que le ballon passe derrière la barre et change totalement la donne. Albi respire et Oyonnax pleure.
Les Stadistes Aurillacois avaient donc l'honneur de se frotter au malheureux club de l'Ain pour l'ouverture du championnat. Ce jour là les "rouge et bleu" du Cantal firent honneur à leur maillot en sortant un des favoris de ce championnat. Une belle victoire, au terme d'un match d'hommes, qui mettait du baume au coeur du vieux club Cantalien. Les stadistes ne pouvaient pas mieux commencer leur saison.

Stade Aurillacois 12 - Section Paloise 16

Les Cantaliens bénéficiaient,à priori, d'un calendrier favorable en débutant la saison par deux réceptions. Le moins que l'on puisse dire c'est qu'ils ne surent pas profiter de cet avantage. Face à des Palois qui réalisèrent le match parfait à l'extérieur, les locaux ne réussirent pas la passe de deux. Il arrive assez fréquament que l'équipe se relâche, de manière inconsciente bien entendu, après une performance. Cette performance, les "bleu et rouge" du Stade Aurillacois Cantal Auvergne, l'avaient réalisée lors du week-end précédant en faisant chuter le club de la "Plastic-Vallée". Quoi qu'il en soit ce fut une réelle déception pour l'environnement stadiste.

Agen 21 - Stade Aurillacois 6

Un des déplacements, sans doute, parmi les plus périlleux de ce championnat 2009/2010. Agen reste une place forte du rugby Français. De plus lors d'un sondage auprès de l'ensemble des clubs de "Pro D2", la quasi totalité des entraîneurs désignait le club du Périgord-Agenais comme le grand favori de la compétition. Pourtant les Auvergnats allaient se montrer sans complexe et faire douter, durant toute une première période, les hommes de Christian Lanta et Christophe Deylaud. Mais, dés que la puissante machine Agenaise est passée à la vitesse supérieure, les Cantaliens ont du céder. Sans pour autant subir une vraie "déculottée", les Aurillacois ont concédé trois essais et donné le bonnus offensif aux Agenais.

Bordeaux-Bègles 22 - Stade Aurillacois 9

Après un déplacement chez le grand favoris Agen, les Aurillacois rendaient visite aux Girondins. On pensait que cette équipe était plus à portée des joueurs du Cantal. Oui mais pour cela il aurait fallu faire preuve de combativité, d'envie et de plus de talent. On peut dire que, ce jour là, les Cantaliens n'y étaient pas vraiment. Dans ce cas point de salut et les stadistes allaient s'incliner le plus logiquement du monde face à une belle équipe Girondine.

Stade Aurillacois 22 - Colomiers 12

Pour sa troisième réception à "Jean-Alric" les stadistes se devaient, pour leur fidèle public, de gagner ce match et si possible avec la manière. Si la victoire fut au rendez-vous, pour la manière il faudra attendre. Un seul essai à l'actif des Auvergnats et une équipe de Colomiers pas facile à mettre à la raison. On est en droit de penser qu'il n'y aura pas de matchs simples cette saison. Une fois de plus les buteurs ont meublé le tableau d'Affichage.

Grenoble 12 - Stade Aurillacois 6

Ce déplacement dans les Alpes s'annonçait difficile. Les Grenoblois avaient débuté leur saison de la plus belle des manières et occupaient la tête du groupe de "Pro D2". De leur côté les Cantaliens avaient réalisés de bon matchs si l'on excepte la défaite,surprise, à domicile face à la Section Paloise. Confiants de leurs valeurs les visiteurs n'avaient pas l'intention de s'en laisser conter. Réalisant un match sérieux, solides en défense, les Aurillacois ont donné du fil à retordre à leurs hotes. En s'inclinant sur un score faible et en gardant leur ligne inviolée, ils ont obtenu le point de bonus défensif. S'ils continuent de se comporter de la sorte les protégés de Broncan et Peuchlestrade pourraient réaliser leur objectif qui reste toujours la qualification. Tout peut effectivement se passer car il reste 24 rencontres à disputer.

Stade Aurillacois 23 - Dax 6

L'union Sportive Dacquoise venait dans le Cantal pour faire quelque chose. Pensionnaire du "Top 14" la saison précédente, leur ambition était de retrouver, au plus vite, le haut niveau. L' objectif était crédible car, pour cela, ils s'étaient donné les moyens en conservant la quasi totaité de leur effectif. Par ailleurs les résultats obtenus lors des matchs précédents en faisaient un des favoris pour la montée. Mais voila il n'est jamais facile de s'imposer à "Jean-Alric". La bote de Rory Teague et la volonté des Cantalous en ont décidé autrement. Les visiteurs ont regagné les Landes avec un score net en leur défaveur et des ambitions revues à la baisse.

Stade Aurillacois 15 - Narbonne 3

L'équipe de l'Aude a débuté sa saison de belle manière. Elle se présente dans le Cantal avec le "maillot jaune" sur les épaules. Depuis que les Narbonnais ont quitté le "Top 14" ils n'ont jamais réussi à vaincre les Cantalous. Cette saison sera t-elle la bonne? On peut le penser compte tenu de leur statut actuel. Et bien non ce ne sera pas encore pour cette fois-ci. Les Aurillacois vont dominer cette rencontre et renvoyer les Méditéranéens à leurs chères études. L'équipe Cantalienne va s'imposer 15 à 3. C'est la quatrième victoire des "rouge et bleu" en trois saisons plus un match nul ,l'an dernier, sur la pelouse du parc des Sports et de l'Amitié.

Auch 34 - Stade Aurillacois 23

Voila un match qui va laisser beaucoup de regrêts dans le camp Cantalien. Après un début de rencontre catastrophique, les "rouge et bleu" du Cantal avaient quasiment refait leur retard. En tout cas ils étaient revenus dans les points du bonus défnsif. C'est alors qu'une faute de jeunesse d'un joueur Auvergnat allait lui coûter l'exclusion définitive. Il laissait ainsi ses camarades en infériorité numérique. Alors ce qui pouvait arriver arriva. Une sortie de mêlée était bien exploitée par l'adversaire qui profitait du couloir laissé vide par le joueur exclu pour s'en aller inscrire l'essai qui privait les Cantaliens du bonus défensif.

Stade Aurillacois 38 - Aix 19

Les Aurillacois ont marqué trois essais face au promu Provençal. Hélas, un fois de plus, ils n'ont pas su conserver le bébéfice du point du bonus offensif. On s'acheminait vers la fin de la rencontre lorsque une relâchement coupable a permis au rapide ailier visiteur de marquer leur seul essai de la partie. Voila comment on perd bêtement un point qui risque de manquer au moment de faire les comptes. Le week-end prochain les Cantaliens rendront visite aux Tarbais qui leur avaient joué un vilain tour, la saison précédente, en venant,contre toute attente, s'imposer au "Jean-Alric".

Tarbes 11 - Stade Aurillacois 13

Belle performance des Cantaliens qui ramènent 4 points de leur déplacement dans les Pyrénées. Les stadistes consolident,ainsi, leur place en milieu de tableau. C'est de bon augure avant de recevoir les solides et ambitieux Rochelais.

Stade Aurillacois 25 - La Rochelle 22

Les Cantaliens se sont imposés devant une très solide équipe Rochelaise. Encore une fois la bote du jeune demi d'ouverture Jérémy Bourlon a fait la différence. Rentré dans les dernières minutes de la rencontre, pour suppléer Rory Teague blessé, il a fait preuve d'une grande maîtrise. A ce moment du match les deux équipes étaient à égalité 22 partout. Il restait une poignée de seconde à jouer lorsque les Maritimes se mirent une nouvelle fois à la faute. Des 40 mètres en coin Jérémy n'a pas tremblé lorsqu'il a tenté et réussi la pénalité de la gagne.

Lyon 22 - Stade Aurillacois 10

A quelques minutes du terme de la rencontre les "rouge & bleu" du Cantal avaient le point de bonus défensif en poche. Ce point avait son importance face à un concurent pour la qualification.

Lannemezan 9 - Stade Aurillacois 19

La victoire était impérative puisque toutes les équipes s'étaient imposés sur le plateau Pyrénéens.

Oyonnax 13 - Stade Aurillacois 10

Joué par un temps à ne pas mettre un rugbyman dehors, (chutes de neige durant toute la rencontre et température nettement négative) ce match s'est déroulé dans des conditions très difficiles. Monsieur Bonhoure, l 'arbitre de la rencontre, a longtemps hésité avant de prendre la décision de faire jouer le match.
Dans des conditions titanesques, les joueurs des deux camps ont livré un combat de titans sans qu'il y ait le moindre débordement. Monsieur Bonhoure a d'ailleurs tenu à féliciter l'ensemble des acteurs, à l'issue de la rencontre, pour leur courage et leur état d'esprit. Je pense qu'il faut, également, rendre hommage au directeur de jeu car pour lui ça n'était pas facile non plus.
Que doit-on penser de ce résultat ? N'oublions pas que l'adversaire du jour, n'était autre que le finaliste de "Pro D2"de la saison dernière. Que ce dernier à échoué pour l'accession au "Top 14" à cause d' une pénalité trop courte de 10 petits centimètres, sur le terrain des Albigeois. Que cette équipe est invaincue, sur sa pelouse, depuis maintenant 27 rencontres. Qu'il s'agit d'un adversaire réputé pour sa solidité et la maîtrise parfaite de ce type de rencontre. Aussi prendre le point de bonus défensif en s'inclinant de trois points, à seulement sept minutes du terme de la rencontre doit être considéré comme une excellente performance. Bien sur on peut émettre des regrets pour ne pas avoir su conserver le bénéfice de la victoire acquise à l'heure de jeu. On peut aussi regretter de ne pas avoir tenté la dernière pénalité qui pouvait donner les deux points du match nul. Des points qui manqueront peut-être au moment du bilan final. Mais encore une fois ramener un point d'un tel déplacement n'est pas négligeable.
Que manque t-il aux joueurs du Cantal pour glaner quelques points précieux? Par rapport à l'adversaire du jour, probablement un manque d'expérience et de maîtrise. A la 73e minute, lorsque les locaux bénéficient d'une pénalité et qu'ils sont menés de deux points, chacun peut légitimement penser qu'ils vont la tenter. Mais il est vrai aussi que l'on doit toujours rester vigilant, surtout lorsque l'on a en face de soi des joueurs talentueux et opportunistes de la trempe de l'arrière local Silvere Tian. Cette équipe Cantalienne est jeune et de ce fait elle manque quelque peu d'expérience. Nous sommes persuadés que ce genre de match aide les joueurs à mûrir et que dans d'autres circonstances ils saurant s'en souvenir.
Maintenant il faut penser au prochain déplacement chez des Palois qui semblent actuellement en super forme. De leurs côtés les Cantalous ne sont pas si mal non plus et surtout ils n'ont pas oublié la mésaventure du match aller. Il serait bien de ramener quelque chose de ce déplacement dans le Béarn.

Section Paloise 21 - Stade Aurillacois 14

Les cantaliens ont subi la pression Paloise durant toute la première mi-temps. Ils étaient menés 18 à 3 à la pause. En seconde période ils ont été plus dominateurs, se créant même quelques occasions franches d'essais. S'ils ont obtenu un bonus défensif, non négligeable, ils connurent des temps forts, durant lesquels ils pouvaient espérer obtenir le match nul, voir davantage. Une première occasion lorsque Roméo Gontinéac se coucha sur le ballon dans l'embut (l'essai fut refusé pour un léger en avant). Ensuite sur plusieurs penal-touches sur lesquels les Palois se mirent à la faute (l'arbitre aurait très bien pu accorder l'essai de pénalité). Ils pouvaient également perdre l'avantage du point de bonus, dans les dernières secondes de la partie, si la pénalité accordée aux Palois à la 79e minute était passé entre les perches. Ramener un point de chez les Béarnais qui venaient, ne l'oublions pas, d'étriller coup sur coup Colomiers et Narbonne, doit être considéré comme une bonne opération. Par ailleurs ils ont empêché les Palois de prendre le bonus offensif. Résultat, les stadistes ont concédé 3 points aux Palois au lieu de 5. Ceci peut avoir son importance lors du décompte final.

Stade Aurillacois 19 - Agen 17

Le leader et grand favori pour l'accession au "Top 14" a chuté dans le Cantal. La victoire fût obtenue grace à la formidable performance du pack ainsi qu'à la bote de Jérémy Bourlon. Après les deux essais Agenais à la 45e et 50 e minute (ce dernier sur interception de la flèche Fidjenne Rupeti Caucaunibuca) les Cantaliens ont fait preuve d'un énorme courage mais ausi de talent pour venir à bout du leader du championnat de "Pro D2". Cette victoire risque de compter dans le décompte final. Après les deux bonus défensifs ramenés de leurs derniers déplacements les "rouge et bleu" on plutôt bien commencé l'année 2010. Le prochain adversaire, Bordeaux-Bègles, devrait permettre de poursuivre la bonne série. Méfiance toutefois car les Girondins ne sont pas les premiers venus. De plus il est toujours difficile de conserver la bonne dynamique après un exploit comme celui que viennent de réaliser les hommes de Pierre-Henry Broncan et Thiérry Peuchlestrade.

Stade Aurillacois 12 - Bordeaux-Bègles 7

Une victoire difficile à obtenir mais tellement importante pour la suite du championnat. Il fallut attendre l'heure de jeu pour voir les stadistes prendre le score à leur compte. Les avant cantaliens et la botte de Jérémy Bourlon ont fait la différence. Les girondins repartent néanmoins avec le point de bonus défensif qu'ils n'ont pas volé. Cette équipe, complète dans toutes ses lignes, aura laissé une excellente impression au public du "Jean-Alric".

Colomiers 13 - Stade Aurillacois 9

Le Stade Aurillacois n'a pas réalisé complètement ses objectifs. Si le point du bonus defensif n'est pas anodin il ne fait pas décoler le club de la 9e place. Si la qualification reste toujours l'objectif principal il va falloir faire le plein lors des prochaines rencontres.

Stade Aurillacois 36 - Mt de Marsan 12

Le Stade Aurillacois tient t-il son match référence à "Jean-Alric" ? Compte tenu du résultat et de la qualité de la rencontre on peut penser que oui. Jusqu'à ce jour le secteur offensif n'avait pas complétement statisfait les spectateurs. Avec 5 essais marqués, lors de cette rencontre, les stadistes ont partiellement comblé leur retard dans ce domaine. Face au Stade Montois qui n'est pas le premier venu (il évoluait encore la saison dernière en "Top 14") les Cantaliens ont réalisé un match complet. Les Landais qui sont à la recherche des points perdus, (ils viennent d'être sanctionnés sévèrement par les instances Nationales qui leur ont retiré 5 points au classement) étaient venus dans le Cantal avec des ambitions légitimes. N'oublions pas qu'ils se sont imposés, le week-end dernier, sur la pelouse d'Auch sur le score sans appel de 19 à 3. La nette victoire des Cantaliens n'en est que plus significative.
Autre satisfaction pour le club phare Cantalien, c'est le comportement des jeunes issus du Centre de Formation, incorporés pour la circonstance. On pense plus précisément au pilier Antoine Fournier (pur produit de l'école Aurillacoise), mais aussi à l'ouvreur Jérémy Bourlon, que l'on ne présente plus. Germain Portero, jeune trois quart aile qui a marqué un essai, pas fait d'avance, c'est sa 3e réalisation depuis le début du championnat de "Pro D2". François Herry, titulaire à "Jean-Alric" pour la première fois de la saison, n'a pas fait les choses à moitié puisqu'il a réussi un doublé. L'espoir au talonnage, Fabien Delage, entré en cours de partie a démontré, lui aussi, de belles qualités.
Les deux autres essais sont l'oeuvre du 3e ligne Namibien Jacques Nieuwenhuis et du talonneur du jour Vitolio Manukula. Toute l'équipe est à féliciter pour cette très belle performance. Ce résultat, bonifié, permet au Stade Aurillacois de gagner une place dans la hiérarchie. Ils ne sont plus qu'à 3 ou 4 points de la dernière place qualificative. Le week-end prochain ce sera au tour de Grenoble de fouler la pelouse Aurillacoise. Le club de l'Isère compte 4 points d'avance sur les Stadistes. On imagine l'importance que revêt ce prochain rendez-vous

Stade Aurillacois 24 - Grenoble 21

Tous les spectateurs, présents à "Jean-Alric", se souviendront des 4 dernières minutes de ce match. A la 70e minute, lorsque l'ancien stadiste Danie De Beer donnait trois points d'avance à son équipe, alors que les Cantaliens allaient devoir terminer la rencontre en infériorité numérique, on ne donnait pas cher des chances Aurillacoises. C'était méconnaître les valeurs morales et physiques de cette équipe Auvergnate. A cinq minutes du temps réglementaire Jérémy Bourlon mettait les deux équipes à égalité: 21 partout. Il reste moins d'une minute à jouer, Aurillac récupère son joueur puni, un maul s'organise avec le ballon pour les Cantaliens. La sirène retentit, les Cantaliens progressent, légèrement à l'intérieur du camp Isérois, le ballon toujours bien au chaud. Ils ne doivent pas perdre le précieux "objet" et si possible obliger l'adversaire à commettre faute. Les minutes s'égrènent, les tribunes encouragent leurs protégés, l'atmosphère devient irrespirable (cardiaques s'abstenir). Nous avons dépassé le temps réglementaire de près de 4 minutes. Les Grenoblois écroulent le maul à 40 mètres de leur ligne de but. Monsieur Dal Maso n'hésite pas et accorde la pénalité, parfaitement justifiée, au profit des stadistes cantaliens. Jérémy Bourlon (comme face aux Rochelais) ne tremble pas et donne une victoire, quasi inespérée mais tellement importante pour la suite de la compétition. Les joueurs, d'abord, le staff technique et le public peuvent savourer un succès qui semblait ne plus devoir sourire aux Aurillacois.
Il ne faut pas oublier cette très solide équipe Grenobloise qui aura énormément fait souffrir les "rouge et bleu" du Cantal. La déception était grande, chez eux, et on les comprend. Ils marquent deux essais (même si l'un d'eux semblait entâché de plusieurs en-avants), ils mènent au score durant la quasi totalité du match et doivent s'incliner dans le temps additionnel. Ils prennent le point du bonus défensif ce qui est, pour eux, une moindre consolation.
Ceci dit les Cantalous n'ont pas volé le match tant ils ont fait preuve de courage, d'abnégation mais aussi de patience et de talent. Le jeune Jérémy ayant fait le reste, comme souvent cette saison, en réussissant 8 pénalités sur 10 tentées. Un excellent pourcentage.  Maintenant direction les Landes et le stade "Maurice-Boyau" pour tenter de poursuivre la bonne série.

Dax 22 - Stade Aurillacois 13

Les Cantaliens sont quelque peu pasé à côté lors de cette rencontre. Ils n'ont pas ramené le moindre point de ce déplacement dans les Landes. Ce résultat est assez dommageable dans l'objectif d'une place qualificative.

Narbonne 25 - Stade Aurillacois 9

Second déplacement consécutif pour les Cantaliens et deuxième revers. Comme dans les Landes les "rouge & bleu" n'ont pas ramené le minimum espéré, c'est à dire le point de bonus défensif. Contrairement à la semaine précédente les 5000 spectateurs présents au "Parc des Sports et de l'Amitié" ont assisté à une rencontre très engagée. Les Audois, comme les Cantaliens se devaient de l'emporter s'ils voulaient encore espérer figurer dans le peloton des qualifiables. Le public a pu assister à un vrai match d'hommes dans un combat ou personne ne voulait lacher quoi que ce soit. Si les contacts furent musclés ils restèrent toujours dans la limite permise. Néanmoins l'arbitre distribua, de façon assez généreuse à notre gôut, quatre cartons jaunes dont 3 à l'adresse des visiteurs. Dans ce genre de rencontres les défenses prennent toujours le pas sur les attaques. Contrairement à ce que pourrait laisser supposer le score, la rencontre fût équilibrée avec un seconde période plutôt à l'avantage des Cantaliens. Paradoxallement, durant cette période de domination, le tableau resta vierge pour les Auvergnats. A la décharge de l'équipe Cantalienne, il faut tout de même signaler que les avants s'écroulèrent à trois reprises dans l'en-but adverse pour autant d'essais refusés par le référé. Sur ces actions Monsieur Boyer aurait du en accorder au moins un, parfaitement valable au dire des joueurs. A ce moment de la partie les Aurillacois pouvaient revenir à trois points des Narbonnais ce qui pouvait changer le cours du match. La différence est venue de "l'insolente" réussite au pied du canonnier Audois, Christopher Ruiz, avec vingt points à son actif, soit du cent pour cent. Dans le même temps, Jérémy Bourlon, le buteur Auvergnat ne semblait pas dans son meilleur jour avec 3 réussites sur 7 tentatives. Personne ne lui en voudra tellement il fut précieux, pour le club, dans un passé récent.

Stade Aurillacois 24 - Auch 15

Un manque de rythme en début de rencontre, de fraîcheur physique et de lucidité, à certains moments de la partie, auront empêché les Cantaliens de signer une victoire à cinq points. Les Auscitains ne sont pas étranger, non plus, à ce résultat. Combatifs, solides, vexés par leur deux dernières contre-performances, à domicile, ils ont réussi à perturber les intentions Cantaliennes. Très indisciplinés (quatre cartons dont un rouge) ils ont détruit plus que construit lors de cette confrontation. Ceci n'aurait peut être pas eu trop de conséquences si les Aurillacois avaient réussi à mieux maîtriser cette rencontre. S'ils se sont créé de nombreuses occasions ils n'ont pu aller jusqu'au bout de leurs intentions. Au delà des deux essais marqués, lors du premier carton Auscitain, ils n'on pas su profiter de leur supériorité numérique y compris lorsqu'ils se sont retrouvé à quinze contre treize. Les énormes percés de Baleinadogo, Gerber ou Herry auraient du se terminer derrière la ligne adverse. Ce ne fût, hélas pas le cas et les "rouge et bleu" devront se contenter d'une victoire ordinaire.
Si les regrêts ne servent à rien, on peut néanmoins déplorer la perte de points qui auraient certainement permis aux Aurillacois d'assurer la qualification. Quelques rappels: Match perdu à domicile face à Pau, point de bonus offensif échappé à la dernière minute devant Aix, point de bonus défensif perdu à Auch, lors du match aller, défaite à Colomiers et le dernier en date samedi face aux Gersois. Tout cela fait beaucoup.
Il reste six rencontres avant de connaître le nom des cinq qualifiés. Mathématiquement une dizaine de clubs peuvent, encore, espérer faire partie du lot. Le Stade Aurillacois malgré ses six points de retard,sur le cinquième, n'est pas définitivement éliminé. Il faut y croire jusqu'au bout, car personne n'est à l'abri d'un faux pas.
En attendant les joueurs vont bénéficier d'une semaine de vacances qui sera la bienvenue. Ils doivent en profiter pour se refaire une santé afin d'entamer la dernière ligne droite avec toutes les chances de leur côté.

Aix 18 - Stade Aurillacois 23

Cette équipe cantalienne possède, indéniablement, des vertus. Avec un déficit de 9 points, après cinquante minutes de jeu, les "bleu & rouge" ne se sont jamais affolés. Un premier essai signé Ropate Ratu leur permettait de réduire le score. Une nouvelle pénalité de Jérémy Bourlon suivie d'un essai du même joueur les projetait en tête (23 à 18). Il restait une dizaine de minutes avant que ne retentisse la corne de brume. Elles allaient être à l'avantage des visiteurs. Durant cette période ils n'allaient plus quitter les 22 adverses. On se demande encore comment les Provençaux évitèrent le troisième essai, synonyme de bonus offensif pour les joueurs du Cantal. En fait ils surent priver les visiteurs du précieux point en leur "chipant" le ballon sur la dernère pénale-touche. Il aura sans doute manqué un brin de maturité à cette jeune équipe Auvergnate pour engranger le maximum de point possible, sur une rencontre.

Stade Aurillacois 36 - Tarbes 18

A l'heure de jeu les stadistes Aurillacois se trouvaient dans une situation très inconfortable. Menés 18 à 6 ils étaient sur le point d'encaisser un troisième essai. Le pack visiteur campait sur la ligne cantalienne, mettant à mal les avants "Cantalous". Sans trop comprendre ce qui s'était passé, jusque là, on assista alors à une vraie rébellion des "rouge & bleu". Durant vingt minutes les visiteurs vécurent un véritable cauchemar. Il n'y avait plus plus qu'une équipe sur le terrain. Les vagues cantaliennes faisaient des ravages dans le camp adverse. Une vraie tempête s'abattait sur les Pyrénéens complètement déboussolés, ne sachant plus ce qui leur arrivait eux qui, quelques minutes plus tôt, étaient sur le point de tuer le match. Un premier groupé pénétrant envoyait le pilier, Vincent Caldayroux, derrière la ligne blanche. Entre temps, Jérémy Bourlon avait réduit le score en réussissant sa troisième pénalité. Les Tarbais, au bord de l'asphyxie, commettaient fautes sur fautes, sanctionnées par deux nouvelles réussites du jeune ouvreur stadiste. Les Aurillacois venaient de combler leur retard, et ce n'était pas fini.  La déferlante rouge & bleue continuait, balayant tout sur son passage. Le talonneur remplaçant Marc Laffon, à peine rentré, inscrivait le deuxième essai Auvergnat. Avec la transformation les stadites prenaient le large. On s'acheminait vers une victoire, inespérée dix minutes plus tôt, lorsqu'une nouvelle attaque des trois quarts, cette fois-ci, se terminait par un essai, en coin, de l'ailier Ropate Ratu. Jérémy Bourlon, en réussite, passait la transformation, difficile, au moment du gong. Trente points réussits en moins de vingt minutes, il fallait le faire. Comme quoi en rugby rien n'est acquis jusqu'au coup de sifflet final.

La Rochelle 21 - Stade Aurillacois 22

Les Cantaliens réalisent un véritable exploit

En s'imposant sur la pelouse du stade "Marcel-Deflandre" les joueurs du duo Pierre-Henri Broncan &Thierry Peuchlestrade ont déjoué tous les pronostics. Le staff avait annoncé qu'il s'agissait d'une rencontre de phases finales et qu'il n'y avait pas d'autres issues que de la jouer comme telle. Sur la physionomie de la rencontre, on peut dire que cette victoire n'est nullement usurpée. Les Auvergnats ont donné beaucoup de fil à retordre à un adversaire qui ne s'attendait certainement pas à rencontrer une telle résistance. En imposant une grosse pression défensive ils ont tué, dans l'oeuf, toutes les véléités Rochelaises. Jamais vraiment distancés au score les "rouge & bleu" du Cantal n'ont rien lâché. Même lorsqu'ils furent réduit à 14 (comme les Rochelais d'ailleurs) et qu'ils encaissèrent deux essais en dix minutes, ils ne se découragèrent pas. Revenus à 6 points, suite à une nouvelle pénalité de Jérémy Bourlon, ils surent priver les Maritimes du bonnus offensif. Mieux, ils se lancèrent dans un mouvement de grande envergure qui se termina par un essai signé Graydon Staniforth. La transformation, en coin , réussie par le jeune ouvreur stadiste permettait aux Aurillacois de passer devant à 3 minutes de la fin du temps réglementaire. Il fallait tenir, ne pas commettre de faute, jouer si possible chez l'adversaire et surtout conserver le ballon. Ils le firent avec une belle maîtrise, durant de longues secondes, avant de taper en touche au coup de gong.
Durant cette partie, ils se créerent de nettes occasions avec des groupés pénétrants bien huilés. Les Rochelais auraient d'ailleurs mérités d'être sanctionnés plus souvent.  Plusieurs maules furent écroulés alors que les Cantaliens étaient sur le point d'aller à "dame". Le jeune Jérémy Bourlon a encore fait parler la poudre avec 6 réussites sur 7 tentatives( 86%) . D'ailleurs cette tentative, refusée par les juges d'enbut, est passée juste au dessus du poteau. Nous l'avons déja dit et répété, cette équipe d'Aurillac a du talent et représente les vrais valeurs de ce sport. Elle mérite surtout une grande reconnaissance de la part d'un public fidèle, mais pas suffisamment nombreux. Il faut cesser de dire que ce sont des joueurs étrangers. Ils font tous honneur au maillot rouge et bleu et méritent le plus grand respect.
Ils viennent d'enregistrer leur 4e victoire consécutive, la 16e de la saison. Ils possèdent plus de victoires que d'autres équipes classées devant eux. Il reste 3 rencontres à jouer: deux à la maison (Lyon & Lannemezan) et une à l'extérieur (Mont de Marsan). L'objectif de la 5e place est toujours d'actualité, même si les autres résultats de cette soirée ne sont pas particulièrement favorables. Il faut y croire jusqu'au bout et même si l'on doit échouer au pied de la dernière marche, cette saison restera exemplaire pour cette équipe et pour le club.

Stade Aurillacois 18 - Lyon 25

Bien évidemment que cette défaite peut être ressentie comme une déception. Néanmoins nous avons envie de relativiser et de positiver. A deux journées de la fin de ce difficile championnat, que représente la "Pro D2", il y avait encore de l'espoir même si Grenoble et Pau se trouvaient mieux placés pour obtenir cette 5e place qualificative. Les résultats de ces deux clubs, lors de la 28e journée (victoires avec bonus), rendaient la tâche des Cantaliens un peu plus difficile y compris dans l'hypothèse d'une victoire face à Lyon. D' ailleurs, mathématiquement, les joueurs du Cantal ne sont pas encore éliminés. Avec respectivement 7 et 5 points de retard et deux rencontres à jouer, soit un potentiel de 10 points, c'est encore possible. Ce calcul est en fait le même que celui que font les Agenais qui, avec 14 points d'avance sur le LOU à qui il reste 3 rencontres à disputer, dont une à Armandie, pensent qu'ils ne sont pas encore assurés de jouer en "Top 14" la saison prochaine. Voila la situation actuelle, rien n'est acquis et rien n'est perdu.
En fait nous souhaiterions revenir sur cette saison 2009/2010. Nous dirons que, même si on parle de déception tout n'a pas été négatif, loin de là. Sur 28 rencontres les stadistes en ont gagné 16, pour 12 défaites (4 victoires à l'extérieur et 2 défaites à la maison). Ils occupent la 7e position et figurent dans la première moitié du tableau. Cette 7e place ne devrait pas leur échapper, il est même possible de l'améliorer. La saison précédente les "rouge et bleu" avaient terminé à la 9e place avec 72 points. Il reste 2 rencontres dont une à la maison face au dernier. Il n'est pas interdit de penser que, lors de ce match, les Cantaliens pourraient enregistrer leur second bonus offensif de la saison. Pourquoi pas envisager, aussi, le bonus défensif lors de la dernière journée à Mt de Marsan (voire plus si affinité....). On peut donc penser que la saison 2009/2010 sera meilleure que la précédente. Autre satisfaction: la jeunesse du groupe. Sur 39 joueurs ayant évolués en équipe fanion, au cours de cette saison, une bonne moitié a moins de 25 ans.
Maintenant les joueurs et le staff se doivent de bien terminer la saison. Il serait inconcevable d'imaginer un échec face à la lanterne rouge. Tous les fidèles de "Jean-Alric" attendent un feu d'artifice pour cette dernière à la maison, d'autant que quelques joueurs, qui ont marqué la vie du club, vont raccrocher les crampons.
Que peut-on regrêter durant cette saison ? Probablement quelques points laissés en route, sans doute, par un manque d'expérience (nous l'avons dit le groupe est jeune). Des points de bonus, en particulier, lâchés trop facilement en fin de rencontre. Quelques essais manqués, d'un rien, pour une faute de main ou un partenaire oublié. Quelques fautes de défenses dues à un manque d'attention ou un relâchement prématuré. Bien sur le jeu est fait de fautes et il faut faire avec. Nous pensons simplement que le manque de maturité du groupe est la principale cause de ces quelques échecs. Les Lyonnais sont là pour confirmer nos dires. En faisant preuve de réalisme et de maturité ils ont fait la différence. Dans ce domaine, on est en droit d'espérer un mieux pour la saison prochaine avec une ossature conservée, l' arrivée de quelques joueurs d'expérience ainsi que le maintien du staff technique. La saison n'est pas tout à fait terminée et les supporters sont attendus nombreux pour le dernier match de la saison, à domicile, ne serais-ce pour rendre un vibrant hommage à quelques joueurs emblématiques. On leur doit au moins ça.

Stade Aurillacois 45 - Lannemezan 3

Le Match des Adieux

Cette rencontre, la dernière à "Jean-Alric" de la saison 2009/2010, aura fait le plein d'émotions. En effet ce match, à la saveur particulière, aura été marqué par l'adieux au rugby de haut niveau pour cinq joueurs emblématiques, qui ont marqué la vie du Stade Aurillacois Cantal Auvergne. Jean-François Viars, au Stade de puis son plus jeune age, avait déja coupé avec le rugby depuis la saison dernière. Sous le maillot Aurillacois, il aura connu plusieurs sélections Nationales. Equipe de France "juniors" aux côtés de Thomas Castaigniède, entre autres, mais également  l'équipe de France "A",  séléction avec les "Barbarians Français" aux côtés de son frère Sébastien. en 2000, il a été classé 2e meilleur arrière Français derrière Nicolas Brusque. Samedi il a donné le coup d'envoie ou plus exactement son fils Tome (6 ans) qui fait déja partie de l'école de rugby et qui devrait assurer la relève (bon sang ne saurait mentir) d'une famille (Viars & Bonal), qui aura marqué le rugby National et International durant plusieurs générations. Stéphane Borel qui depuis l'age de 6 ans portait les couleurs "rouge & bleu" du club Cantalien et qui à 34 ans met fin  une longue carrière. Durant cette période, il aura également connu la sélection avec l'équipe de France "Amateur". Vincent Caldayroux, qui après des débuts à l'école de rugby d'Arpajon sur Cère a rejoint le grand frère Cantalien. A 33 ans Vincent aurait aimé prolonger quelque peu sa carrière, au sein du club, hélas le rugby professionnel laisse peu de place aux sentiments.Lui aussi aura connu les honneurs de l'équipe de France "Amateur". Roméo Gontinéac (le plus Cantalou dse Roumains) qui est arrivé au Stade Aurillacois en 1998, il aura donc effectué 12 saisons sous les couleurs "rouge et bleu". Roméo aura tout connu. Avec le Stade Aurillacois, le plus haut niveau avec des victoires à Clermont et à Brive, la "Pro D2" bien sur, mais aussi une descente en Fédérale 1 et un titre de champion de France dans cette catégorie. Avec la Roumanie il aura disputé 4 coupes du monde (exceptionnel) , 76 fois International, capitaine de son équipe Nationale, et aujourd'hui co-entraîneur de cette même équipe. Fayçal Boukanoucha arrivé en 1998 également en provenance de Bourg en Bresse. Fayçal a connu les séléctions avec l'équipe Nationale du Maroc, son pays d'origine. Après un court passage à Agen, Montauban et Lyon il est revenu dans le Cantal pour y terminer sa carrière professionnelle.
D'autres joueurs vont quitter le club Cantalien. Ikapoté Fono (suite à un malentendu semble t-il), devrait rejoindre Oyonnax. Rory Teague qui aura peu joué, suite à une blessure, s'est engagé pour Grenoble. Ivan Datunashvili, David Connellan, Arnaud Jacquet ne devraient pas être conservés par le club.
C'est incontestablement une page de la vie du Stade Aurillacois qui se tourne. C'est toujours difficile, y compris pour les supporters, de voir des visages devenus familiers quitter l'arène. Certains resteront dans le giron du club, d'autres continueront à fréquenter "Jean-Alric, sans les crampons cette fois-ci, d'autres enfin vont partir sous d'autres cieux. C'est la vie, une nouvelle vie qui se prépare, mais la vie continue quand même. Allez "Salut les Artistes" et bonne chance. Les fidèles du club ne vont pas vous oublier de si tôt.

Mt de Marsan 42 - Stade Aurillacois 15

Quoi que l'on dise ou quoi que l'on pense ce dernier mach, de la saison, fera tâche dans le paysage du XV Cantalou. Même face aux grosses cylindrés, de ce championnat, les stadistes n'avaient jamais encaissé un tel score. Sans doute ne croyaient-ils guère à une chance de qualification, en abordant cette dernière rencontre. Les esprits étaient déja ailleurs. Il est vrai que la saison fût longue et difficile pour les organismes. Tout cela peut expliquer un relâchement prématuré.
Il faut dore et déja évacuer cette image,  remettre les organismes en place, c'est ce qui est prévu par le staff jusqu'à fin mai. Puis tout le monde pourra partir en  vacances et se préparer pour une nouvelle saison. Les entraînements devraient reprendre le lundi 12 juillet. Il n'y a plus qu'à souhaiter bonnes vacances à tout le monde et se donner rendez-vous fin août, probablement, pour la reprise.