Archives Matchs 2011/2012 phase aller

Archives Matchs Saison 2011/2012 phase aller

 

La Rochelle 26 - Aurillac 16

lescure ratu petitjean

Mathieu Lescure: l'homme du match: Ropate Ratu & Maxime Petitjean: les réalisateurs

vu par guy.bati@orange.f

Fiche technique 
La Rochelle: Stade Marcel-Deflandre (samedi 7 Janvier 2012 à 18h45) sur "Eurosport"
Spectateurs: 10 500 environ
Arbitre : Monsieur Laurent Millotte (Comité Ile de France) 
Stade Aurillacois : 1 essai Ropaté Ratu (60e) 1 transformation  & 3 pénalités (6e, 30e & 53e) Maxime Petitjean
La Rochelle: 2 essais Romain Sazy (40e) Maxime Le Bourhis (62e) 2 transformations & 4 pénalités (10e, 15e, 36e & 50e) Sébastien Fauqué 
Exclusions temporaires: Néant

La composition du XV de départ, pour le StadeAurillacois, était la suivante:
(1) Antoine Fournier (2) Jo Clark (3) Jason Marshall (4) Simon Pinet (5) Levan Datunashvili (6) Saïd Hirèche (7) Stéphan Gerber (8) Utu Maninoa (9) Paul Boisset (10) Delkheith Pottas (11) Arno Coetzee (12) Kobus Kemp (cap) (13) Ropaté Ratu (14) Albert Valentin (15) Maxime Petitjean
Sont entrés en cours de jeu: 
(16) Roman Suster (23) Nicolas Basile (17) Gorgi Natsarashvili (18) Julien Maréchal (19) Mathieu Lescure (20) Péio Roussarie (21) Jimmy Yobo (22) Marika Vakacegu

 

Le Stade Aurillacois mal récompensé des ses efforts

A ce niveau, le moindre relâchement, la moindre approximation se payent cash. Deux petites minutes d'absence et le résultat bascule. Lors de cette rencontre les cantaliens l'ont appris à leur dépend. En dehors de ces minuscules périodes, on peut dire que les "rouge & bleu", du Cantal, ont tenu la dragée haute à leur prestigieux adversaire.
Devant 10 500 spectateurs plus quelques centaines de milliers de téléspectateurs (la rencontre était retransmise en direct sur "Eurosport"), les Aurillacois n'ont surtout pas à rougir de leur défaite, face à ce qui se fait de mieux dans la catégorie. N'oublions pas que les maritimes évoluaient, la saison dernière, dans le "Top 14" et que nous devrions les revoir à ce niveau la saison prochaine. En tout cas ils sont les favoris, avec les Grenoblois, pour l'accession.
Lors de cette rencontre, les cantaliens ont été courageux, performants en conquête (au moins 3 ballons gagnés sur lancer adverse) et ils ont plutôt bien résisté à la puissante mêlée Rochelaise. Par ailleurs ils ont produit du jeu et leur défense (en dehors des périodes citées précédemment) a plutôt bien fontionnée. Si ces performances n'ont pas eu d'effet sur le plan comptable, elles sont néanmoins encourageantes pour les rencontres à venir.

Pour revenir, avec un peu plus en détail sur cette rencontre, nous dirons qu'elle fût assez équilibrée. Il n'a tenu à rien que les deux équipes rentrent au vestiaire sur un score de parité de 9 partout. En effet à la 38e minute Maxime Petitjean avait la pénalité de l'égalisation au bout du "soulier". Hélas on connaît la suite....La contre-attaque Rochelaise, partie de ses propres 22, ammenait le premier essai des "jaune & noir" signé par le 3e ligne Romain Sazy, malgré le bon plaquage d' Antoine Fournier, à quelques centimètres de la ligne. Premier coût de "massue" pour les stadistes cantaliens. Les visiteurs ne se découragent pas pour autant, bien au contraire. Sur une superbe attaque générée par Ropaté Ratu, dans son propre camp, il transperce la défense Rochelaise, passe à son compère Arno Coetzee qui fixe le dernier défenseur avant de lui redonner la balle pour une superbe réalisation. Signalons au passage un vilain geste de l'ailier Rochelais, Maxime Lebourhis, sur Ropaté Ratu après l'essai marqué par ce dernier. Le carton jaune n'aurait pas été immérité!!!  La minute suivante allait s'avérer fatale pour les cantaliens. Revenus à 3 points des maritimes (19 à 16) ils allaient encaisser un essai "casquette" qui a, en partie, été occulté par les caméras d "Eurosport". On ne voit pas trop ce qui se passe à ce moment là. Il semblerait qu'un cantalien ait commis une faute, en tout cas elle sera sifflée par Monsieur Millotte. Le ballon roule dans le camp Aurillacois, il est ramassé par un joueur local, remis entre les mains d'un de ses partenaires, Maxime Lebourhis en l'occurence (qui n'aurait peut-être pas dû être sur la pelouse s'il avait été sanctionné une minute plus tôt), ce dernier s'en va sans opposition aplatir le deuxième essai Rochelais. Si les joueurs du Cantal n'y ont vu que du feu, il en a été de même pour les téléspectateurs. Cette pénalité a telle été jouée réglementairement, par le N° 14 local, si oui a telle été jouée au bon endroit ? Quoi qu'il en soit l'essai est validé et les cantaliens se retrouvent avec un passif de 10 points. Deuxième coup de "massue" pour les visiteurs. Par contre nous n'avons pas très bien compris la raison de la sanction sur le demi de mêlée Paul Boisset, alors qu'il s'opposait à la progression du seconde ligne Rochelais, debout en essayant de lui arracher le ballon. Quelqu'un pourrait-il nous éclairer sur cette phase de jeu ??  Par ailleurs la prestation de Monsieur Millotte nous a semblé satisfaisante dans son ensemble. Il reste une vingtaine de minutes et le score en restera là. Pourtant à la dernière minute de la rencontre Maxime Petitjean, en moyenne position, a l'occasion de donner le point de bonus aux siens. Hélas le ballon passe à quelques centimètres du poteau droit. Les cantaliens se sont bien battus mais ils reviennent bredouilles de leur voyage. Certes ils auraient mérité un point (c'était d'ailleurs l'objectif fixé par le staff) mais ces petits moments d'absence ont été cher payé.

Le week-end prochain un nouveau déplacement à risque, chez l'autre favori, attend les cantaliens. On leur souhaite de réaliser la même performance en gommant, si possible, les petites fautes Rochelaises. Une leçon à retenir. 

 


 

 

Aurillac 19 - Béziers 13

valentin petitjean

 

Albert Valentin & Maxime Petitjean: les réalisateurs

 

vu par guy.bati@orange.fr 

 

Fiche technique :
Aurillac: Stade Jean-Alric (samedi 17 décembre 2011 à 18h30)

 

2 500 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Nicolas Datas (Comité Armagnac Bigorre) 
Stade Aurillacois : 1 essai Albert Valentin (36e)  1 transformation  & 4 pénalités (28e, 30e, 35e, & 56e) Maxime Petitjean 

 

Béziers: 1 essai Sabri Gmir (50e) 1 transformation & 2 pénalités Bastien Vialaret (25e & 48e) 

 

Exclusions temporaires: Mathieu Lescure 75e

 

La composition du XV de départ, pour le Stade Aurillacois, était la suivante:

 

(1) Karlen Asieshvili (2) Nicolas Catanzano (3) Giorgi Natsarashvili (4) Simon Pinet (5) Levan Datunashvili (6) Saïd Hirèche (7) Mathieu Lescure (8) Utu Maninoa (9) Paul Boisset (10) Delkeith Pottas (11) Arno Coetzee  (12) Kobus Kemp (cap) (13) Ropate Ratu (14) Albert Valentin (15) Maxime Petitjean

 

Sont entrés en cours de jeu:(16) Joe Clark (17) Roman Suster (23) Jason Marshall (18) Julien Marechal (19) Mathieu Roca (20) Marika Vakacegu 
Ne sont pas entrés: (21) Jean-Philippe Cassan (22) Jimmy Yobo -

 

Les quatre points de la victoire....

 

Face à un adversaire direct, pour le maintien, le principal était d'inscrire les quatre points de la victoire. C'est chose faite. Pour la manière on verra plus tard.
Tout au long de cette rencontre, les cantaliens ont joué avec la peur au ventre. Le tableau d'affichage est resté vierge très longtemps. Les deux premières tentavives de tir au but ont échoué de part et d'autre. La troisième a été la bonne pour le jeune buteur bitérois, Bastien Vialaret 21 ans, imité quelques minutes plus tard par Maxime Petitjean. Suite à cette pénalité on pensait que les stadistes avaient pris les choses en main. Deux nouvelles réussites du buteur cantalien suivi d'un superbe essai signé Albert Valentin, après une magistrale percée de l'autre ailier Arno Coetzee, relayé par Saïd Hirèche, faisaient qu'en huit petites minutes les Aurillacois venaient d'inscrire seize points. Cette avance n'aura pas suffit à enlever la pression qui pesait sur les épaules des recevants. Les dernières secondes, précédant la pause, se sont déroulées sur la ligne de but cantalienne avec plusieurs mêlées à l'avantage des Héraultais. Finalement les stadistes s'en sortaient plutôt bien et rentraient aux vestiaires avec une avance substantielle de 13 points. La seconde période sera plus dure à vivre pour les "cantalous". En deux minutes les visiteurs inscrivaient dix points et revenaient quasiment à hauteur des Aurillacois. Bastien Vialaret réussissait sa seconde pénalité et dans la minute qui suivait une "bourde" cantalienne offrait (le cadeau de Noël) à l'ailier visiteur, Sabri Gmir ce que l'on appelle un "essai casquette".Juste avant l'heure de jeu, Maxime Petitjean redonnait six points d'avance à son équipe. Les vingt dernières minutes furent très laborieuses. Aurillac n'était pas à l'abri d'un essai transformé qui aurait donné la victoire aux visiteurs. Pour ne rien arranger les cantaliens devaient terminer la rencontre en infériorité numérique (voir fiche tehnique). A la dernière minute de la rencontre Aurillac bénéficiait d'un pénalité en bonne position. On ne sait trop pourquoi Arno Coetzee, auteur d'un très bon match par ailleurs, se proposait pour la tenter. Peut être parce que Maxime n'avait pas connu un excellent taux de réussite lors de cette rencontre? La seule remarque que nous ferons est que cette pénalité, située à droite en regardant les "perches", était plutôt destinée à un gaucher ce qui n'est pas le cas d' Arno. Si elle ne changeait rien au résultat des cantaliens, elle aurait enlevé le point de bonus défensif aux bitérois!!!! Un point qui comptera peut-être lors du bilan final.

 

La "Pro D2" va bénéficier d'une longue trêve et ne reprendra que le 7 janvier 2012, avec un déplacement chez des Rochelais, en forme ascendante, et ce devant les caméras d' Eurosport, suivi d'un second chez le leader Grenoblois. Un début d'année qui s'annonce, pour le moins, très compliqué pour les "rouge & bleu" du Cantal.

 


 

 

 Dax 24 - Aurillac 19

 

Joe Clarkpetitjean

Joe Clark & Maxime Petitjean: les réalisateurs

vu par guy.bati@orange.fr 

Fiche technique 
Dax: Stade Maurice-Boyau (samedi 10 décembre 2011 à 18h30) 

3 600 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Christophe Labaune (Comité Ile de France) 

Stade Aurillacois : 1 essai Jo Clark (74e) 1 transformation  & 4 pénalités (24e, 40e, 49e & 54e) Maxime Petitjean

Dax: 2 essais de pénalité (46e) Laurent Diaz (60e) 1 transformation (46e) 4 pénalités (10e, 34e, 52e & 57e) Richard Apanui 

 Exclusions temporaires: Mathieu Lescure (32e/42e) - Kobus Kemp (56e/66e) - Delkeith Pottas (62e/72e) pour Aurillac

La composition du XV de départ, pour le StadeAurillacois, était la suivante:

(1) Roman Suster (2) Jo Clark (3) Jason Marshall (4) Julien Maréchal (5) Duncan Naude (6) Saïd Hirèche (7) Mathieu Roca (8) Mathieu Lescure (9) Peio Roussarie (10) Delkheith Pottas (11) Marika Vakacegu (12) Kobus Kemp (cap) (13) Jimmy Yobo (14) Albert Valentin (15) Maxime Petitjean

Sont entrés en cours de jeu: 

(17) Antoine Fournier (23) Nicolas Basile (18) Simon Pinet (19) Utu Maninoa (20) Arno Coetzee (21) Jean Philippe Cassan (22) Ropaté Ratu

Ne sont pas entrés:  (16) Nicolas Catanzano

 Le point bonus... mais trop d'indiscipline

Revenir d'un déplacement, chez le second de poule, avec le point de bonus défensif, en poche, est plutôt considéré comme une performance. Néanmoins les stadistes peuvent nourrir quelques regrêts. En effet depuis trois week-end les Dacquois semblent marquer le pas. Défaite chez le dernier Périgueux, résultat nul quelque peu chanceux face à Carcassonne et bien accroché par les Cantaliens qui ont obtenu ce point précieux. Faisant plus que jeu égal, lors de la première période, avec un score de parité à la pause (6 à 6), les "rouge & bleu" ont connu quelques problèmes de discipline (3 exclusions temporaires) qui les ont obligés à jouer en infériorité numérique durant de longues périodes d'abord à 14, puis à 13 durant quelques minutes suite à deux exclusions simultanées. Si la première disputée en infériorité numérique, n'a pas eu trop de conséquences sur le score, il n'en a pas été de même pour la seconde durant laquelle les Aurillacois ont encaissé une pénalité plus un essai.
Comme face à Carcassonne, les Landais ont dominé le secteur de la mêlée. Pour le reste, y compris la touche, les Auvergnats ont fait mieux que se défendre. Ils ont même réussi la performance d'aller chercher ce point précieux alors qu'ils accusaient un passif de douze points, à quelques minutes de la fin de la rencontre. Après l'essai signé par le talonneur Jo Clark, avec l'aide de son pack, les dernières minutes de la partie ont été à l' avantage des visiteurs qui furent à deux doigts d'égaliser voire de remporter le gain du match. Lors de cette rencontre la botte de Maxime Petitjean a, une fois de plus, été précieuse puisqu'il a quasiment réalisé un sans faute si l'on excepte sa première tentative au quart d'heure de jeu.
Cette équipe stadiste se construit de semaine en semaine. Elle devrait encore s'améliorer avec le temps. Elle fait preuve de mental, ne lâche rien, progrèsse techniquement et sait se surpasser malgré de nombreuses absences dûes aux blessures. Si l'ont fait exception du match à Mont de Marsan on peut dire qu'elle n'a jamais déjoué. Il reste une rencontre à disputer avant la trêve de Noël, face au revenant et prestigieux club Bitérois. Il n'est pas nécessaire d'insister sur l'importance de cette rencontre. Chacun sait qu'il s'agit d'un match à 8 points. Le vainqueur aura pris un ascendant sur son adversaire même si la saison est encore longue. Samedi prochain il faut que le public vienne nombreux à "Jean-Alric" car le résultat de cette rencontre pourrait conditionner le reste de la saison.

 


Aurillac 18 - Oyonnax 09

 

 

lescureratu 

Mathieu Lescure & Ropate Ratu : les hommes du match     

vu par guy.bati@orange.fr 

Fiche technique :
Aurillac: Stade Jean-Alric (samedi 3 décembre 2011 à 18h30)

2 500 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Arnaud Blondel (Comité du Languedoc) 
Stade Aurillacois :  2 essais Albert Valentin (22e) Ropate Ratu (39e) 1 transformation (22e) & 2 pénalités (12e & 65e) Maxime Petitjean 

Oyonnax: 2 pénalités Jonathan Bousquet (15e) Laurent Allegre (37e) 1 drop-goal Laurent Allegre (55e)

Exclusions temporaires: 

La composition du XV de départ, pour le Stade Aurillacois, était la suivante:

(1) Karlen Asieshvili (2) Nicolas Catanzano (3) Jason Marshall (4) Simon Pinet (5) Levan Datunashvili (6) Saïd Hirèche (7) Mathieu Lescure (8) Utu Maninoa (9) Peio Roussarie (10) Delkheith Pottas (11) Arno Coetzee (12) Kobus Kemp (cap) (13) Ropate Ratu (14) Albert Valentin (15) Maxime Petitjean

Sont entrés en cours de jeu:(16) Joe Clark (17) Roman Suster (23) Nicolas Basile (18) Julie Marechal (19) Mathieu Roca (20) Lee Adriaanse (21) Jimmy Yobo
Ne sont pas entrés:  Marika Vakacegu

C'est bon pour le moral

Après deux rencontres perdues et 4 journées sans le moindre essai, à leur actif, les stadistes Aurillacois ont remis les pendules à l'heure. Malgré des conditions climatiques peu favorables ils ont tenté et réussi d'excellentes choses. On se demandait dans quel état d'esprit les "rouge et bleu" allaient aborder cette rencontre, suite à la déception de Pau. D'entrée de match on a compris que les têtes n'avaient pas trop souffert de la dernière défaite à domicile, quelque peu injuste, compte tenu de l'investissement de l'équipe. Les Aurillacois ont fait preuve de courage, de vaillance, d'abnégation derrière un Mathieu Lescure au four et au moulin. Ils ont été présents dans le combat et le rugby c'est celà avant tout. Le pack cantalien n'a pas fait de complexe face à la réputation de l' adversaire dans l'épreuve de la mêlée. Nous dirons même qu'il ont pris l'ascendant sur plusieurs d'entre-elles. S'ils ont été pénalisés, à deux reprises, pour mêlée tounée cela aurait pû être l'inverse (c'est un secteur très flou). La touche a également plutôt bien fonctionné. A partir de ces conquêtes il était possible d'effectuer de bons lancements de jeu. Malgré une petite pluie incessante, les stadistes n'ont pas hésité à faire circuler la balle, sans commettre trop de fautes de main. Ces intentions n'ont pas tardé à porter leurs fruits. Une magistrale perçée du capitaine Kobus Kemp prolongée par son partenaire du centre Ropate Ratu qui retrouvait le premier nommé à quelques centimètres de la ligne pour un essai imparable. Malheureusement un léger en-avant, au moment d'applatir, faisait avorter cette belle action. Ce n'était que partie remise. Quelques minutes plus tard le même Ropate Ratu transperçait la défense adverse pour un magnifique essai signé Albert Valentin. Avec la transformation de Maxime Petitjean, Aurillac prenait le score 10 à 3. Ce n'était pas cher payé compte tenu des occasions que se sont procurés les "rouge & bleu", dont celle de la 30e minute, ou le demi de mêlée Peio Roussarie dû quitter ses camarades, suite à un choc. Les cantaliens continuaient à produire du jeu, avants et trois-quarts sur le même diapason. L. Allègre, l'ouvreur qui venait de rentrer en remplacement de Léonard Olivier, (pour la petite histoire, ce dernier avait signé au stade Aurillacois, il y a 3 ou 4 saisons, puis n'avait pas daigné honorer son contrat par la suite) faisait clacquer le drop pour revenir à 6 à 10. Pas pour longtemps, car un nouvel essai de l'intenable Ropate Ratu redonnait une avance substantielle, aux cantaliens, avant de regagner les vestiaires. La seconde période était abordée dans le même état d'esprit avec, toutefois, une petite appréhension en mémoire de celle de la semaine passé face aux Palois. Si les jambes étaient un peu plus lourdes, si les visiteurs devenaient un peu plus menaçants, les locaux ne voulaient rien lâcher. Un drop d'un côté et une nouvelle pénalité de l'autre permettaient de maintenir l'écart. Il aurait pu être plus conséquent si une pénalité, dans les cordes du buteur local, n'avait été manquée et surtout si une autre face aux poteaux n'avait été inversée sur décision du juge de touche.

Cette victoire, même si elle ne change rien au classement, devrait apporter de la confiance et une bonne bouffée d'oxygène aux joueurs du Cantal. Elle permet également de prendre un peu d'avance sur les poursuivants, tous défaits lors de cette 12e journée.
Il reste deux rencontres avant la trêve de Noël. Un déplacement chez le leader Dacquois, ou les "rouge & bleu" n'auront rien à perdre, puis une réception des Biterrois dont le résultat pourrait avoir son importance pour la suite de la saison.

P.S.(dimanche 4/12 à 16h) Après avoir vu la rencontre entre Dax & Carcassonne, qui s'est soldée par un match nul 23 à 23, nous pensons que les cantaliens doivent se rendre dans les Landes sans pression mais avec des ambitions. En effet après avoir chuté chez le dernier Périgueux, les Dacquois ont connu de grandes difficultés pour obtenir les deux points du match nul, à domicile. Cette équipe nous a semblé empruntée, maladroite et en manque  d'imagination. Le stade Aurillacois ne doit faire aucun complexe et croire en ses chances....... 

 


Aurillac 18 - Pau 19

 

maninoa petitjean

Utu Maninoa & Maxime Petitjean: le réalisateur

vu par guy.bati@orange.fr

Fiche technique :
Aurillac: Stade Jean-Alric (samedi 26 novembre 2011 à 18h30)

3 000 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Flavien Hourquet (Comité Midi-Pyrénées) 
Stade Aurillacois :  6 pénalités (10e, 22e, 26e, 40e, 46e, 60e) Maxime Petitjean 
Pau: 1 essai Josias Du Toit (52e), 1 transformation, 4 pénalités Frédéric Manca (20e, 35e, 58e)  Sébastien Bouillot (55e) 

Exclusions temporaires: Mathieu Lescure (38e / 48e) pour Aurillac - Mickaël Drouard (38e / 48e) pour Pau

La composition du XV de départ, pour le Stade Aurillacois, était la suivante:

(1) Karlen Asieshvili (2) Nicolas Catanzano (3) Nicolas Basile (4) Simon Pinet (5) Levan Datunashvili (6) Saïd Hirèche (7) Mathieu Lescure (8) Utu Maninoa (9) Paul Boissset (10) Delkheith Pottas (11) Arno Coetzee (12) Kobus Kemp (cap) (13) Ropate Ratu (14) Marika Vakacegu (15) Maxime Petitjean

 Sont entrés en cours de jeu:(16) Joe Clark (17) Antoine Fournier (23) Jason Marshall (18) Duncan Naude (19) Latuka Maituku (22) Peio Roussarie
Ne sont pas entrés: Jimmy Yobo, Albert Valentin

Joueurs absents à Aurillac: Suster - Membrado - Tokotuu - Suarez - Gerber - Marechal - Nieuwenhuis - Roca - Van Lill - Gracia - Adriaanse - Herry - 

Grosse déception

Cette rencontre avait une grande importance, pour le moral des troupes d'abord, pour le clasement ensuite mais aussi parce que ce résultat pouvait conditionner le reste de la saison. Perdre d'un point (c'est la seconde fois après Auch) c'est encore plus dur, d'autant que les stadistes avaient les moyens et s'étaient créées les occasions pour obtenir le gain de cette rencontre.
La question que l'on doit se poser est: POURQUOI ? Tout semblait bien en place lors de la première période. La conquête était bonne, le buteur en réussite, la défense bien organisée. A la 45e minute les "rouge & bleu" comptaient 9 points d'avance (15 à 6). Le problème est que durant ces périodes de domination on ne marque pas assez. Une, voire deux occasions d'essai ne sont pas allé à leur terme. Malgré les intentions de jeu le stade ne marque pas d'essai (7 seulement en 11 rencontres dont les quatre dernières sans le moindre franchissement de la ligne). L'adversaire, sans être très performant, avait bien observé le jeu des cantaliens et s'est dit qu'il y avait probablement quelque chose à faire. A partir de là on a vu les visiteurs prendre les choses en main et mettre la pression sur l'équipe du Cantal. Un mauvais dégagement, direct en touche, avec les conséquences que l'on connaît. En l'espace de 7 minutes les visiteurs ont inscrit 13 points (un essai transformé plus deux pénalités). Les cantaliens revenaient à un petit point suite à un sixième pénalité de Maxime Petitjean. Il restait encore 20 minutes à jouer, certes, mais on ne sait pas toujours ce qui se passe dans les têtes lorsqu'il faut marquer à tout prix. Le chrono défile, la peur de perdre s'intalle, le stress est palpable et la difficulté à maîtriser l'émotion prend le pas sur la qualité du jeu. On confond bien souvent vitesse et précipitation. Pourtant, à deux reprises, Maxime Petitjean a eu l'occasion de reprendre l'avantage en bénéficiant de pénalités relativement faciles pour un buteur de sa trempe. Une victoire avec deux points de plus que l'adversaire aurait suffit au bonheur de tout "Jean-Alric". Mais voilà ça n'a pas voulu sourire et les stadistes se sont inclinés pour la seconde fois de la saison dans leur "jardin".

Samedi prochain, un nouveau défi attend les cantaliens avec la réception d'Oyonnax, bien classé, mais qui vient de s'incliner deux fois consécutivement, sur sa pelouse, la dernière devant Albi sur un score idendique à celui des "rouge & bleu". 
Sans vouloir donner de conseils à qui que ce soit, il nous semble que cette équipe a tendance à vouloir trop jouer. Cela n'est pas condamnable en soi, bien au contraire, mais ne devrait t-on pas insister d'avantage sur les fondamentaux avant de proposer un jeu plus ambitieux? Il est vrai que cela avait réussi face à Albi. Nous ne sommes qu'a un tiers du championnat, il reste encore du temps, d'autant que cette équipe est encore en rodage après les très nombreux changements intervenus durant l'inter-saison. On ne remplace pas, aussi facilement des Kodze,van Vuuren, Manukula, Ostrikov, Hauman, Staniforth, Baleinadogo ou Bourlon auquels il faut rajouter Gerber et Nieuwenhuis les blessés de longue date.
Faisons confiance au staff qui consacre beaucoup de temps à visionner les casettes, de son équipe, mais aussi celles des adversaires afin de voir ce qui ne va pas et tenter de l'améliorer.P.S. Ceux qui ont vu la rencontre télévisée du match Mt de Masan - Béziers , ont pu se rendre compte du courage, de la vaillance et de l'excellente organisation défensive des Bitérois face à une pale et brouillonne équipe Montoise. Lorsque l'on pense aux  40 points encaissés dans les Landes par les Aurillacois et à la réception à venir des Héraultais il y a de quoi se faire dusoucis.....

 


Mt de Marsan 40 - Aurillac 3

boisset

 Paul Boisset

vu par guy.bati@orange.fr"

Fiche technique :
Stade Guy-Boniface:  3500 Spectateurs environ

Arbitre : Monsieur Christophe Dutreuilh (Comité Pays de Loire)

Stade Aurillacois : 1 pénalité (21e) Maxime Petitjean .
Mt de Marsan :4 essais (35e) de pénalité (46e) Julien Tastet (66e) Frédéric Urruty (72e) Jean-Marc Mazzonetto - 4 transformations, & 4  pénalités (10e, 13e, 19e, 26e) Thibault Duvallet  
Exclusion temporaire : Karlen Asieshvili  (32e / 42e)  pour Aurillac 

La composition du XV de départ, pour le Stade Aurillacois, était la suivante:

Karlen Asieshvili, Nicolas Caranzano, Georgi Natsarashvili, Simon Pinet, Levan Datunashvili , Saïd Hirèche,  Mathieu Lescure (cap), Utu Maninoa, Paul Boisset, Maxime Petitjean, Albert Valentin, Ropate Ratu , Jimmy Yobo, Arno Coetzee, Marika Vakacegu

Sont entrés en cours de jeu: Roman Suster, Pablo Suarez, Bernard Tokotuu, Duncan Naude,Latuka Maïtuku, Peio Roussarie, Jean-Philippe Cassan, Kobus Kemp

Joueurs absents à Aurillac: Fournier - Membrado - Basile - Marshall - Takataï - Gerber - Maréchal - Roca - Nieuwenhuis - Van Lill - Gracia - Adriaanse - Pottas -

Les cantaliens dans un jour "SANS"

Espérons que cette lourde défaite, ramenée des Landes, n'aura pas trop de conséquences sur le reste de la saison. Lors des rencontres précédentes, disputées à l'extérieur, les joueurs du Cantal avaient plutôt montrées de bonnes choses. Cette fois-ci, ils sont totalement passés à côté de leur sujet. Chatiés en mêlée fermée, dominés en touche il est bien difficile, dans ces conditions, de mettre en place le moindre plan de jeu. Depuis de nombreuses saisons c'est un peu le même scénario, face à cet adversaire, y compris à domicile. Un petit rappel des résultats: Saison 2010/2011 défaite à domicile 21 à 28, à Guy-Boniface 06 à 172009/2010 victoire des cantaliens,à Jean-Alric, sur le score de 36 à 12 mais un 15 à 42, pour le dernier match de la saison, à Guy-Boniface. Lors de la saison 2008/2009 les Montois évoluaient en "Top 14". Saison 2007/2008 les stadistes s'étaient inclinés à Jean-Alric sur le score de 18 à 26 puis ils avaient encaissé un sévère 13 à 52 lors du match retour. Pour les amateurs de chiffres les "rouge & bleu" du Cantal ont encaissé, face aux Montois, 217 points contre 112 sur les quatre dernières saisons. Bilan 1 seule victoire, sur 7 rencontres, face à cet adversaire. Faut-il admettre que les plaines des Landes ne conviennent guère aux montagnards du Cantal ? En dehors de celà il n'y a pas grand chose à dire sur cette rencontre ou quasiment rien n'a fonctionné. Souhaitons que la semaine de repos, à venir, permette aux joueurs de retrouver une fraîcheur physique et mentale.

Un autre domaine a de quoi faire réfléchir sur l'avenir du club. Il s'agit des équipes de jeunes. En dehors des cadets "Alamercery & Gaudermen" les résultats enregistrés depuis le début de la saison ne sont guère encourageants. Les "Espoirs ou moins de 23 ans" ont disputé 4 rencontres. Résultats 3 défaites et un match nul à domicile. Les "Juniors Reichel ou moins de 21 ans" ont joué 6 rencontres, dont 4 à domicile, pour autant de défaites dont la dernière ce week-end à domicile, face à Béziers, perdue sur le score sans appel de 37 à 0. Pour les "Juniors Crabos ou moins de 19 ans" ce n'est guère mieux. Sur les 6 rencontres disputées, ils ont enregistrées 5 défaites dont 3 à domicile.
Le vieux club cantalien, tout le monde le sait, ne dispose pas du même budget que la plus part de ses adversaires de "Pro D2". Depuis quelques saisons, en plus d'un recrutement judicieux, il pouvait compter sur son Centre de Formation. Aujourd'hui les résutats des équipes jeunes laissent à penser que le niveau n'est plus tout à fait le même. Attention c'est l'avenir du club qui est en train de se jouer......

 


 Aurillac 15 - Périgueux 09

petitjean

Maxime Petitjean: le réalisateur

vu par guy.bati@orange.fr

Fiche technique :
Aurillac: Stade Jean-Alric

3 000 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Christophe Berdos (Comité Armagnac-Bigore) 
Stade Aurillacois :  5 pénalités (20e, 30e, 35e, 48e, 75e) Maxime Petitjean 
Périgueux: 1 drop-goal (36e) & 2 pénalités (50e, 65e) Romain Rongieras
Exclusions temporaires: Margvelashvili (28e / 38e) - Bower (59e / 69e) pour Périgueux

La composition du XV de départ, pour le Stade Aurillacois, était la suivante:

(1) Karlen Asieshvili (2) Nicolas Catanzano (3) Georgi Natsarashvili (4) Julien Maréchal (5) Levan Datunashvili (6) Saïd Hirèche(7) Mathieu Lescure (8) Utu Maninoa (9) Paul Boissset (10) Maxime Petitjean (11) Ropate Ratu (12) Kobus Kemp (cap) (13) Jimmy Yobo, (14) Albert Valentin (15) Marika Vakacegu

 Sont entrés en cours de jeu:(16)  Roman Suster (23) Nicolas Basile (18) Simon Pinet (19) Mathieu Roca (22) Arno Coetzee
Ne sont pas entrés: Berny Tokotuu, Peio Roussarie, Jean-Philippe Cassan

Joueurs absents à Aurillac: Clark - Membrado - Marshall - Fournier - Gerber - Naude - Nieuwenhuis - Maituku - Van Lill - Gracia - Pottas - Adriaanse - Herry - 

 

Que ce fut laborieux!!!!!!!

Quatre points ! c'est ce qu'il faudra retenir de cette rencontre. Les cantaliens avaient, pourtant, plutôt bien débuté la partie. Supérieurs en mêlée fermée, dominateurs en touche, occupant le terrain adverse, les "rouge & bleu" semblaient être en mesure de maitriser la rencontre. Le problème est que cette période de domination ne s'est pas concrétisée au tableau d'affichage. A partir de là, la situation devient compliquée, l'adversaire prend confiance, les joueurs se mettent à douter, ils deviennent fébriles, la peur s'installe et le match perd en qualité. Si les cantaliens furent assez bien approvisionnés ils n'arrivèrent jamais à bonifier ces ballons. 

Le public de "Jean-Alric" a assité à un match brouillon ou la faible avance au score pouvait laisser présager le pire à tout moment. Ballons rendus à l'adversaire, coup de pied contrés, maladresses, ont rendu cette rencontre stressante et ennuyeuse au possible. Cela devient une habitude, les stadiste ont du mal à s'imposer face aux mal classés. Souvenons nous du match SA - St Etienne de la saison précédente, gagné sur le fil du rasoir (21 à 18). Inconsciemment, bien sur, lorsque l'on accueille le dernier de la classe cela ne se passe pas tout à fait de la même manière dans les têtes. A la décharge des cantaliens nous dirons que cette équipe Périgourdine a su brouiller les cartes à merveille. Ce n'est pas le fait du hasard si elle a engrangé son cinquième bonus défensif en huit rencontres. Les promus ne sont plus ce qu'ils étaient dans le passé. Aucun match ne sera facile et il faudra "ferrailler" lors de chaque rencontre. Malgré tout les stadistes remontent la pente petit à petit. Aujourd'hui ils laissent trois adversaires derrière eux. Même si cela ne fait pas partie de nos habitudes, nous avons envie, aujourd'hui, de citer un joueur pour sa vaillance, son dynamisme et son talent. Il s'agit du jeune demi de mêlée Paul Boisset. Il aurait mérité de figurer, aux côtés de son jeune partenaire Jimmy Yobo, dans le XV de la semaine  "MidI Olympique" Ils sont tous deux de purs produits de l'école Aurillacoise et ça c'est une réelle satisfaction. Autre satisfaction, la réussite du buteur Maxime Petitjean qui, avec 141 points à son actif, représente 80% des points marqués par le stade Aurillacois, cette saison. Il est d'ailleurs le meilleur réalisateur de "ProD2". (voir dans la rubrique "Statistiques"). Lui aussi est passé par le Centre de Formation Aurillacois.

Le week-end prochain un nouveau défi attend les cantaliens. Aller défier les Montois sur la pelouse du stade "Guy-Boniface" n'est pas une promenade de santé. Après cette rencontre, qui bouclera le premier tiers de ce championnat, ils bénéficierons d'une semaine de repos qui, espérons le, permettra de se refaire une santé physique et mentale.

 


 Carcassonne 28 - Aurillac 21

kemppetitjean

Kobus Kemp & Maxime Petitjean: les hommes du match

vu par guy.bati@orange.fr"

Fiche technique :
Stade Albert-Domec:  2000 Spectateurs environ

Arbitre : Monsieur David Rosich (Comité Armagnac-Bigorre)

Stade Aurillacois : 7 pénalités (11e, 26e, 29e, 42e, 63e, 68e, 74e) Maxime Petitjean .
Carcassonne :1 essai (50e) Benoit Lazzarotto - 1 transformation, 1 drop-goal (31e) 6 pénalités (14e,  22e, 40e, 53e, 57e, 78e) Antoine Lescalmel -  
Exclusion temporaire : Jacques Nieuwenhuis  (64e / 74e)  pour Aurillac 

 

La composition du XV de départ, pour le Stade Aurillacois, était la suivante:

Roman Suster, Jo Clark, Georgi Natsarashvili , Julien Maréchal, Levan Datunashvili , Jacques Nieuwenhuis, Mathieu Lescure, Utu Maninoa, Mickaël Gracia, Delkeith Pottas, Albert Valentin, Kobus Kemp (cap), Jimmy Yobo, Marika Vakacegu, Maxime Petitjean

Sont entrés en cours de jeu: Karlen Aseshvili, Nicolas Basile, Nicolas Catanzano, Simon Pinet, Paul Boisset, , Arno Coetzee

Joueurs absents à Aurillac: Fournier - Membrado - Tokotuu - Marshall - Gerber - Naude - Roca - Hirèche - Van Lill - Roussarie - Adriaanse - Ratu - 

 

 La victoire pouvait, tout aussi bien, choisir les Cantaliens

Après Narbonne, Bourgoin, Auch, Carcassonne aura vu les cantaliens échouer une nouvelle fois en déplacement. Difficile de dire si toutes ces défaites auraient pu se transformer en victoire. Néanmoins on ne pourra pas dire que les "rouge & bleu" ne pouvaient pas espérer un peu mieux. Autant la victoire, surprise, des Carcassonnais la saison dernière ne faisait l'objet d' aucun commentaire, autant cette année la rencontre fut plutôt équilibrée. Les occasions d'essais furent aussi nombreuses d'un côté comme de l'autre. Si le locaux échouèrent en raison de nombreuses maladresses, les cantaliens nous ont semblé plus adroits dans les enchaînements, mais ils pêchèrent dans la finition.
Les buteurs connurent, de part et d'autre, un taux de réussite avoisinant le 100 %, si l'on fait exception de la pénalité manquée par Maxime Petitjean des 60 mètres. La touche fut assez bien partagée, également, avec quelques ballons rendus par les uns et les autres. La mêlée, point fort des Audois, resta relativement équilibrée, hormis durant la période de flottement (début de seconde période). Même lorsque les visiteurs durent jouer en infériorité numérique, ils résistèrent plutôt bien. Il est bon de mentionner que durant cette période, non seulement ils n'encaissèrent pas de points mais, au contraire, ils en marquèrent 6 pour revenir à 4 longueurs de leurs hotes.
Comme face à Auch les cantaliens ne rentreront pas bredouilles de leur voyage. Ce point de bonus défensif est la preuve que cette équipe ne lâche pas le morceau. Certes nous arrivons bientôt au tiers du championnat et "le chat est encore maigre". Nous l'avons dit à maintes reprises cette équipe est peu expérimentée (nombre de joueurs du pack viennent directement de la Fédérale 1), mais elle nous semble prendre un peu plus d'assurance à chaque rencontre.
Quelques mots de la bouche de l'entraîneur Christian Labit: " Nous avons commis des maladresses qui nous ont empêché de marquer. Il faut reconnaître, malgré tout, qu'en face il y avait, ce soir, un adversaire de qualité" 

La rencontre du week-end prochain revêt la plus grande importance. Les "rouge & bleu" reçoivent le nouveau promu qui pointe à la dernière place à 4 points, seulement, des cantaliens. Autant dire que la victoire permettra aux uns de prendre quelque peu de hauteur et aux autres de rejoindre leur adversaire du jour.

 


 

Aurillac 32 - Albi 25

datunashviliratupetitjean

                                   Levan Datunashvili, Ropate Ratu & Maxime Petitjean: les réalisateurs

vu par guy.bati@orange.fr 

Fiche technique :
Aurillac: Stade Jean-Alric

3 500 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Nicolas Datas (Comité Armagnac-Bigore) 
Stade Aurillacois : 2 essais Levan Datunashvili (48e), Ropate Ratu (80e) 2 transformations & 6 pénalités (5e,11e,28e,50e,64e & 70e) Maxime Petitjean 
Albi:1 essai Chateauraynaud (72e) - 1 transformation & 6 pénalités (7e,9e,12e,18e,36e & 68e) Thomas Fournil
Exclusion temporaire: Yohan Misse (26e / 36e) pour Albi 

La composition du XV de départ, pour le Stade Aurillacois, était la suivante:

Karlen Asieshvili, Jo Clark, Georgi Natsarashvili , Simon Pinet, Levan Datunashvili , Jacques Nieuwenhuis, Latuka Maïtuku, Utu Maninoa, Paul Boissset, Delkeith Pottas, Albert Valentin, Kobus Kemp (cap), François Herry, Ropate Ratu, Maxime Petitjean

Sont entrés en cours de jeu: Antoine Fournier, Nicolas Basile, Julien Maréchal, Mathieu Roca, Mickaël Gracia, Jimmy Yobo, Arno Coetzee

Joueurs absents à Aurillac: - Suster - Membrado - Tokotuu - Gerber - Naude - Lescure - Hirèche - Van Lill - Roussarie - Adriaanse - Vakacegu - Cassan

Belle et encourageante victoire

En 6 rencontres, les Albigeois n'avaient encaissé qu'un seul essai. C'est dire si leur défense est hermétique. Si, comme le Stade, ils ont perdu un grand nombre de joueurs, à l'inter-saison, ils restent fidèles à leur réputation. Avec un pack solide et un excellent buteur, ils ont les ingrédients pour faire bonne figure dans le championnat de "Pro D2".

Côté cantalien on a vraiment le sentiment que cette équipe monte en puissance. Par ailleurs le staff semble s'orienter vers un jeu complet. Rappellons le, si nécessaire, cette équipe, en particulier son pack, manque d'expérience à ce niveau. La quasi totalité des joueurs, qui le compose, viennent de "Fédérale1" ou du centre de formation. Il faut donc leur laisser le temps de s'adapter. Nous dirons que ce sont de bons élèves car ils progressent rapidement. Samedi, le public a pu assister à une rencontre fort agréable à suivre, face à un adversaire coriace et plus expérimenté. Si la victoire a tardé à choisir son camp, elle n'en est que plus belle et appréciée par tous.

Le week-end prochain il faudra faire face à une nouvelle forteresse (sans jeu de mot) avec ce déplacement en terre Cathare. Il faudra se souvenir que la saison passée, les "rouge et bleu" du Cantal avaient subie une de de leur plus sévère défaite, de plus chez le nouveau promu. Même si les joueurs ne sont plus tous là, il faudra s'en souvenir. 

 
Auch 20 - Aurillac 19

 

maninoa valentin

Utu Maninoa & Albert Valentin: les hommes du match

vu par guy.bati@orange.fr

Terrible désillusion pour les Cantaliens

Fiche technique :

Auch: "Stade Jacques-Fouroux"
2 500 Spectateurs environ 
Arbitre : Monsieur Jérome Lamirand (Comité du Béarn) 
Stade Aurillacois : 1 essai (44e) Arno Coetzee - 1 transformation - 3 pénalités (37e, 50e & 60e) - 1 drop goal (4e) Maxime Petitjean
Auch : 1 essai (76e) J. Brethous - 4 pénalités (9e, 47e, 64e, 71e) - Pierre-Alexandre Dut
Exclusion temporaire: Mickaël Nerocan (75e / 80e) pour Auch - Nicolas Basile (75e / 80e) pour Aurillac
La composition du XV de départ, pour le Stade Aurillacois, était la suivante:
Karlen Asieshvili, Jo Clark, Georgi Natsarashvili , Simon Pinet,Levan Datunashvili , Saïd Irèche, Latuka Maïtuku, Utu Maninoa, Paul Boissset, Delkeith Pottas, Albert Valentin, Kobus Kemp (cap), François Herry, Arno Coetzee, Maxime Petitjean

Sont entrés en cours de jeu: Antoine Fournier, Nicolas Basile, Nicolas Catanzano, Julien Maréchal, Mathieu Roca, Mickaël Gracia

Joueurs absents à Aurillac: - Suster - Membrado - Tokotuu - Gerber - Naude - Lescure - Nieuwenhuis - Van Lill - Roussarie - Ratu - Vakacegu - Cassan

Les fins de rencontres sont, décidemment, fatales aux joueurs du Cantal. Après Narbonne, puis Bourgoin celle subie à Auch est certainement la plus frustrante des trois. Les "rouge & bleu" ont mené, au score, durant la quasi totalité de la partie. A la 60e minute, ils comptaient 10 points d'avance sur leur adversaire. Perdre d'un petit point, à quelques secondes de la fin d'une rencontre plutôt bien maîtrisée jusqu'à un quart d'heure de la fin, cela fait très mal. Le tournant du match se situe, probablement, à la 75e minute. Le pilier gauche Auscitain déclanche les hostilités en donnant un coup de poing à un joueur cantalien. Ce dernier a certainement eu le tort de répondre. Résultat un carton jaune à l'encontre des deux bélligérants, mais surtout une pénalité retournée qui va profiter aux locaux et faire basculer le sort de la rencontre. On connaît la suite....

Ce premier commentaire est extrait du reportage de notre commentateur de "Radio Jordane" (A ce sujet je tiens à féliciter le remplaçant d'Alain, la succession n' était pas facile. Le style est quelque peu différent, il connaît bien le rugby, il rentre pas mal dans le détail, ce qui permet de suivre la rencontre de façon assez clairvoyante. J'ai même constaté, à titre personnel, que la qualité de son commentaire s'était améliorée en cours de partie).

Avec un peu plus de recul et suite aux commentaires du staff technique, il semblerait que nos joueurs ne soient pas exempts de quelques reproches, en fin de rencontre. Notre intention n'est pas de leur jeter la pierre, mais nous nous devons d'être réaliste. Le coaching n'a pas apporté ce qu'en attendaient les entraîneurs, ce fût même le contraire. Les ballons perdus sur nos lancers, le manque de discipline et certaines réactions contraires à l'éthique sportive, sont probablement responsables de la défaite. Compte tenu du classement actuel les points perdus, de cette manière, risquent de s'avérer forts préjudiciables.

Pour ne pas terminer sur une mauvaise note, nous dirons que si cette équipe manque d'expérience, elle ne manque ni de courage, ni de bonne volonté. Même dans les défaites, hormis celle face à Aix à la maison, on sent que le travail commence à payer. Lors des trois rencontres jouées sur terrain adverse on a pu constater que l'on se raprochait, chaque fois un peu plus, des chances de victoires. A Auch elle n'aurait jamais du échaper aux "rouge & bleu". S'il fallait une preuve supplémentaire, il suffissait d'écouter les propos de l'entraîneur Auscitain, Grégory Patat : "C'est un vrai hold-up, ce soir on leur vole la victoire" C'est très sympatique, mais cela ne remplace pas les points perdus.

Cette équipe doit gagner en maturité, afin de mieux maîtriser les rencontres. Celà semble possible avec le retour de joueurs plus expérimentés. Samedi prochain le stade accueil Albi. Il ne faudra pas laisser passer sa chance. Le travail finira bien par payer. Il faut y croire. 

Guy Batifoulier

 


Aurillac 19 - Aix 28

 

 

yobopetitjean

Jimmy Yobo & Maxime Petitjean: les hommes du match

vu par guy.bati@orange.fr 

Fiche technique :
Aurillac: Stade Jean-Alric

3 500 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Vincent Blasco-Baqué (Comité Midi-Pyrénées) 
Stade Aurillacois : 1 essai Jimmy Yobo (73e) 1 transformation - 4 pénalités (10e, 25e, 45e, 60e) Maxime Petitjean 
Aix en Provence :3 essais Coll (5e & 65e), Solana (50e) - 2 transformations (5e, 50e) & 3 pénalités ( 2e, 38e, 78e) Jérémy Bourlon
Exclusion temporaire: Dany De Beer (54e / 44e) pour Aix - Jean-Philippe Cassan (39e / 49e) pour Aurillac
La composition du XV de départ, pour le Stade Aurillacois, était la suivante:

Roman Suster, Jo Clark, Nicolas Basile, Simon Pinet, Duncan Naude, Mathieu Lescure, Saïd Hirèche, Utu Maninoa, Paul Boisset, Maxime Petitjean, Ropate Ratu, Jakobus Kemp (cap), Jean-Philippe Cassan, François Herry, Arno Coetzee
Sont entrés en cours de jeu:  Antoine Founier, Berny Tokotuu, Julien Maréchal, Latuka Maïtuku, Lee Adriaanse, Jimmy Yobo, Julien Rebotton.
Joueurs absents à Aurillac: - Asieshvili - Membrado - Suarez - Catanzano - Datunashvili - Gerber - Nieuvenhuis - Van Lill - Gracia - Roussarie - Pottas - Vakacegu

 

Une défaite qui fait mal

Nous souhaiterions faire l'analyse, la plus objective possible, de la situation. Sans catastrophisme (celui que l'on ressent souvent à chaud), sans optimisme démesuré, non plus, mais tout simplement en faisant preuve de suffisamment de réalisme.
Tout d'abord, nul ne l'ignore, le Stade a perdu la grande majorité de ses cadres de la saison précédente. Par ailleurs, sans sous estimer ceux qui sont sur le terrain, le pack est privé de joueurs clès tels Gerber (blessé) ou Nieuwenhuis (coupe du monde) entre autre. A cela il faut rajouter le autres blessés du moment Catanzano, Asieshvili, Membrado (tous des joueurs de première ligne) ainsi que les nouvelles recrues absentes pour cause de coupe du monde (Datunashvili, Van Lill), pour ne parler que des avants.
On ne remplace pas au pied levé des Kotze, Van Vuuren, Manukula, Hauman, Ostrkov. Leurs remplaçants ont sans doute des qualités mais ils manquent d'expérience à ce niveau. La "Pro D2" est un championnat difficile et il existe un grand fossé avec la "Fédérale 1". Même les clubs venant du "Top 14" ne s'imposent pas comme on aurait pu le penser. Il suffit de regarder La Rochelle qui a conservé la quasi totalité de son effectif et qui se retrouvait bon dernier après 4 journées.

C'est vrai depuis quelques années les stadistes débutaient plutôt bien leur saison, mais ils connaissaient, par la suite, de gros passages à vide. Cette année le début ne répond pas aux attentes, espérons seulement que la suite sera meilleure. IL reste 25 rencontres à jouer et beaucoup de choses peuvent se produire, mais ne rêvons pas trop. Dans le contexte actuel il est plus sage de jouer le maintien que la qualification. Se retrouver en queue de peloton n'est jamais une bonne chose. Le moral en prend un coup et on a beaucoup de mal à retrouver le chemin du sucès.

Pour revenir à la rencontre de samedi, face au Pays d'Aix, il faut bien admettre que la physionomie du début de rencontre a fortement "plombé" les chances de succès (10 à 0 au passif des cantaliens en moins de cinq minutes de jeu). A partir de là, les visiteurs qui disposent d'un groupe en pleine confiance, performant, puissant et expérimenté, n'avaient plus qu'à bien gérer la suite. C'est ce qu'ils ont fait avec brio. Côté Cantalien, si la botte de Maxime Petitjean a permis de limiter la casse, le reste a plutôt assez mal fonctionné. Dominés en conquête, en permanence sous pression, manquant de vigilance en défense, avec des passes approximatives, ils ont facilité la tâche des Provençaux qui n'en demandaient pas autant. Par ailleurs les quelques ballons grapillés étaient rendus trop rapidement. Franchement on ne voit pas comment on peut espérer gagner une rencontre dans de telles conditions.
A noter que les stadistes "encaissent" beaucoup d'essais et qu'ils ne prennent pas de points de bonus, contrairement aux autres équipes. On peut penser que les joueurs du Cantal ont laissé 3 ou 4 bonus en route cette saison. A Narbonne il était envisageable, à Bourgoin aussi. Face à Tarbes, avec un peu plus d'attention, le bonus essais semblait possible. Devant Aix il semblait acquis à quelques minutes du coup de sifflet. 4 points de plus c'est l'équivalent d'une victoire.
Ce qui compte maintenant ce sont les matchs à venir. A commencer par le déplacement chez les Gersois. Une semaine de repos pour se refaire une santé morale et tenter de repartir du bon pied. C'est ce que tout le monde attend.  

Guy Batifoulier

 


 

Bourgoin 29 - Aurillac 15

coetzepetitjean

Arno Coetzee & Maxime Petitjean: les hommes du match

vu par guy.bati@orange.fr

Fiche technique :
Bourgoin-Jallieu: "Stade Pierre-Rajon"
4 500 Spectateurs environ 
Arbitre : Monsieur Marius Litrea (Italie) 
Stade Aurillacois : 5 pénalités (26e, 40e, 48, 56 & 75e) - Maxime Petitjean
Bourgoin : 2 essais Anthony Forest (74e) Vincent Pelo (79e) - 2 transformations & 5  pénalités (33e, 53e, 60e, 63e, 70e) - Romain Sola
Exclusion temporaire: Julien Maréchal (70e / 80e) pour Aurillac
La composition du XV de départ, pour le Stade Aurillacois, était la suivante:
Antoine Fournier, Jo Clark, Nicolas Basile , Simon Pinet, Julien Maréchal, Saïd Irèche, Mathieu Lescure (cap), Utu Maninoa, Paul Boissset, Maxime Petitjean, Ropate Ratu, Jimmy Yobo, Jean-Philippe Cassan , François Herry, Arno Coetzee
Sont entrés en cours de jeu: Georgi Natsarashvili, Bernie Tokotuu, Duncan Naude, Latuka Maituku
Joueurs absents à Aurillac: - Suster - Catanzano - Asieshvili - Membrado - Gerber - Datunashvili - Nieuwenhuis - Van Lill - Roussarie - Gracia -Valentin - Vakacegu -

Les cinq dernières minutes fatales aux cantaliens

Cette fin de rencontre n'est pas sans rappeller celle de Narbonne. Dans les deux cas les "bleu & rouge" du Cantal encaissèrent deux essais transformés dans le dernier tiers de la rencontre. A Bourgoin, il aura fallu attendre la 70e minute pour que les locaux mènent au score. Les Cantaliens ont encaissé 17 points en moins de 10 minutes. Certes le carton jaune distribué au seconde ligne Aurillacois a sans doute pesé en fin de rencontre. Néanmoins depuis quelques minutes les Isérois avaient entamé un travail de sape. Lors de cette rencontre, comme face aux Narbonnais, le "banc" a semble t-il fait la difference. Si l'on y ajoute quelques fautes individuelles, qui furent payées cash, la situation a très vite tournée à l'avantage des recevants. Pourtant, durant une bonne heure, les Berjaliens n'en menaient pas large et voyaient déjà le spectre de la seconde défaite, à domicile, se profiler à l'horizon. En effet durant la première heure les Aurillacois ont mené la vie dure aux Isérois. Comme face à Narbonne le point du bonus défensif aurait été plus que mérité. Encore une fois Maxime Petitjean a meublé le tableau mais cela n'aura pas été suffisant. La "Pro D2" est un championnat exigeant ou, plus que tout autre, le rugby commence devant et les rencontres durent 80 minutes. Dans la majorité des cas, les équipes qui gagnent sont celles qui diposent du meilleur banc. Nombreux sont ceux qui se souviennent de la dernière rencontre à "Jean-Alric" face au grand Stade Toulousain. A un quart d'heure de la fin les Cantaliens comptaient une dizaine de point d'avance sur leur prestigieux adversaire. C'est alors que Guy Novès faisait rentrer son panel d'internationaux (Califano, Tounaire, Pelous et Consort) et les visiteurs remportaient le gain du match. Actuellement les stadistes sont privés de nombreux joueurs, essentiellement au niveau du pack. Suster, Asieshvili, Membrado, Catanzano, Gerber, Datunashvili, Van Lill, Nieuwenhuis sans parler des joueurs qui ont quitté le Club en fin de saison, celà fait beaucoup. Nous l'avons dit et répété, ce championnat ne pardonne rien et il y aura de nombreuses surprises. Dax, qui a évité la relégation de justesse, caracole en tête alors que La Rochelle qui vient du "Top 14" et faisait figure de favori, occupe la dernière place du classement. Certes la saison ne fait que commencer mais les points perdus risquent de manquer au final.
Samedi prochain la venue du Pays d'Aix, qui a fort bien débuté sa saison, constituera un nouvel obstacle à franchir pour les Aurillacois. Il faut souhaiter que quelques avants soient rétablis car le groupe en aura bien besoin.

 


Aurillac 37 - Tarbes 18

 

hirecheyobopetitjean

      Saïd Hirèche, Jimmy Yobo, Maxime Petitjean: les hommes du match

vu par guy.bati@orange.fr

Fiche technique :
Aurillac: Stade Jean-Alric
3 500 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Dutreuilh (Comité Pays de Loire) 
Stade Aurillacois : 3 essais Saïd Hirèche (23e & 52e) - Jimmy Yobo (75e) 2 transformations - 5 pénalités (2e, 5e, 12e, 40e, 60e) 1 drop-goal (65e) Maxime Petitjean 
Tarbes :2 essais Radikedick (55e) de pénalité (72e) - 1 transformation & 2 pénalités (35e, 50e) Fabien Fortassin 
Exclusion temporaire: Karlen Asieshvili (64e / 74e) pour Aurillac - Adamou (12e / 22e) pour Tarbes
La composition du XV de départ, pour le Stade Aurillacois, était la suivante:
Antoine Fournier, Jo Clark, Nicolas Basile, Simon Pinet, Julien Maréchal, Mathieu Lescure, Saïd Hirèche, Utu Maninoa, Paul Boisset, Maxime Petitjean, Marika Vakacegu, Jakobus Kemp (cap), Delkeith Pottas, Ropate Ratu, Arno Coetzee
Sont entrés en cours de jeu:  Karlen Asieshvili, Berny Tokotuu, Tim Alliger, Mathieu Roca, Latuka Matuku, Lee Adriaanse, Jimmy Yobo, François Herry.
Joueurs absents à Aurillac: - Suster - Membrado - Natsarashvili - Suarez - Catanzano - Datunashvili - Gerber - Naude - Nieuvenhuis - Van Lill - Gracia - Roussarie - Cassan -

Un très bon match de rugby

La venue de "l'Ours Tarbais", dans le Cantal, avait de quoi inquieter les "bergers du rugby". Après les commentaires, plutôt flateurs, des médias sur la performance du pack Pyrénéens face à Oyonnax, on pouvait se faire quelques soucis, d'autant que celui des cantaliens avait souffert, en fin de partie, sur la pelouse de la "Méditerranée". Les supporters furent très vite rassurés dans ce domaine. Dominateurs dans toutes les phases de conquête, plus rapides, plus dynamiques dans les rucks, les "rouge & bleu" ne laissaient que des miettes aux visiteurs. Comme, par ailleurs, l'artilleur maison Maxime Petitjean réussissait tout ce qu'il entreprenait et que le troisième ligne Saïd Hirèche ajoutait un bel essai, en position d'ailier, le public était ravi car il venait d'assister à une excellente partie de rugby estampillée "madin aurillac". C''est sur le score de 19 à 3, à la pause, que les cantaliens regagnaient les vestiaires. En seconde période les visiteurs semblaient vouloir refaire leur retard. Ils y parvenaient, en partie, en réussissant 2 essais quelque peu chanceux. Comme les cantaliens n'avaient pas l'intention d'en rester là ils rajoutèrent 2 nouveaux essais. Saïd Hirèche réussissait le doublé et le jeune centre (19 ans et pur produit Aurillacois) Jimmy Yobo clôturait la marque par un magnifique essai après une monumentale percée de Delkeith Pottas.
Ne faisons pas la fine bouche, mais les cantaliens pouvaient espérer le bonus offensif s'ils avaient été un peu plus concentrés au moment des réalisations visiteuses. Sans enlever quoi que ce soit à la performace des "rouge & bleu" nous dirons que les Tarbais ont fortement déçu principalement durant les quarante premières minutes de cette rencontre.
Samedi prochain une nouvelle épreuve attend les stadistes. En effet ils doivent se rendre chez l'ancien pensionnaire du "Top 14" Bourgoin-Jallieu. Espérons que la rencontre d'aujourd'hui les aura rassurés sur leur capacité à produire du jeu.

 


Narbonne 29 - Aurillac 12

 

suster

Roman Suster: l'homme du match

vu par guy.bati@orange.fr

Fiche technique :
Narbonne:  "Parc des Sports et de l'Amitié"
4 500 Spectateurs environ source "La Dépèche du Midi "
Arbitre : Monsieur Hourquet (Comité Midi-Pyrénées) 
Stade Aurillacois :  4 pénalités (8e, 40e, 48 & 52e) - Maxime Petitjean
Narbonne : 2 essais Brice Chevtchenko (57e) Jeandre Mynhardt (69e) - 2 transformations & 5  pénalités (6e, 30e, 37e, 42e, 47e,) - Christopher Ruiz
Exclusion temporaire: Christopher Thompson (72e / 80e) pour Narbonne - Nicolas Basile (28e / 38e) pour Aurillac
La composition du XV de départ, pour le Stade Aurillacois, était la suivante:
Roman Suster, Jo Clark, Nicolas Basile , Simon Pinet, Duncan Naude, Saïd Irèche, Mathieu Lescure, Utu Maninoa, Lee Adriaanse,axime Petitjean, Ropate Ratu, Jakobus Kemp (cap),Delkeith Pottas, Marcika Vakacegu, Arno Coetzee
Sont entrés en cours de jeu: Karlen Asieshvili, Bernie Tokotuu, Julien Maréchal, Latuka Maituku, Jimmy Yobo, Jean Philippe Cassan
Joueurs absents à Aurillac: - Catanzano - Fournier - Gerber - Datunashvili - Nieuwenhuis - Van Lill - Roussarie - Gracia - Valentin - Herry -

 

Les Stadistes ont craqué en seconde période

 

Les 25 dernières minutes furent fatales aux stadistes Cantaliens. Jusque là, le match était équilibré. On pourrait même dire que la première période fût plutôt à l'avantage des visiteurs. Oui mais voila un match dure 80 minutes. A la 55e minute la poussée Narbonnaise fait exploser le pack Auvergnat, avec pour conséquence l'essai qui a sans aucun doute fait basculer le match. Les "rouge & bleu" ont certainement accusé le coup car jusque là rien n'était définitif. Dix minutes plus tard les Audois remettaient le couvert. 14 points en 10 minutes le match était plié. Si Maxime Petitjean a eu un taux de réussite correcte (4/5) le métronome Audois Christopher Ruiz en a réussi 7 sur 8. Nous ne jouerons pas aux apprentis sorciers et laisserons le soin au staff technique de mettre le doigt sur ce qui n'a pas marché afin de corriger, si cela est possible, les secteurs qui n'ont pas fonctionné sur les bords de la Méditerranée.

Quoi qu'il en soit nous confirmons ce qui a déja été dit, à savoir que les 16 clubs évoluant en "Pro D2" sont tous capable de créer la surprise. Carcassonne qui avait perdu chez lui lors de la première journée, face à Bourgoin, est allé prendre le bonus défensif à Grenoble. Il en est de même pour le promu Périgueux à La Rochelle. Pau qui avait lourdement chuté à Aix est allé s'imposer à "Pierre-Rajon". Auch qui s'était imposé à Périgueux s'est lourdement incliné, à domicile, face à Dax. Béziers, le promu, a battu Albi,  le finaliste de l'an dernier . Difficile donc, à ce jour, de désigner les favoris pour la montée et les condamnés à la "Fédérale 1".Il est préférable de rester modeste et discret, dans ce domaine en évitant de citer des noms de promus et relégués avant que la saison ne commence......
Samedi prochain les Stadistes accueillent le Stadoteste Tarbais. Attention ces derniers viennent de donner une leçon aux Oyonnaxiens, dans l'épreuve de force. Touche et mêlée furent le point fort des Bigourdans. Les Stadistes sont avertis et le public Cantalien attend une réaction de son équipe.

lescurepinet

Mathieu Lescure & Simon Pinet: les hommes du match

vu par guy.bati@orange.fr

Fiche technique :
Aurillac: Stade Jean-Alric
4 000 Spectateurs environ
Arbitre : Monsieur Arnaud Blondel (Comité du Languedoc) 
Stade Aurillacois : 2 pénalités Maxime Petitjean (57e, 74e) 
Grenoble :2 pénalités Blair Stewart (3e, 27e) 
Exclusion temporaire: Delkeith Pottas (22e / 32e) pour Aurillac - Kopelani (55e / 65e) pour Grenoble
La composition du XV de départ, pour le Stade Aurillacois, était la suivante:
Roman Suster, Nicolas Catanzano, Nicolas Basile, Simon Pinet, Duncan Naude, Mathieu Lescure, Saïd Hirèche, Utu Maninoa, Paul Boisset, Maxime Petitjean, Marika Vakacegu, Jakobus Kemp (cap), Ropate Ratu, Albert Valentin, Arno Coetzee
Sont entrés en cours de jeu:  Karlen Asieshvili, Berny Tokotuu, Julien Maréchal, Delkeith Pottas, Latuka Maituku.
Joueurs absents à Aurillac: - Fournier - Membrado - Natsarashvili - Suarez - Clarck, Datunashvili - Gerber - Nieuvenhuis - Van Lill - Gracia - Roussarie - Herry - Cassan - J. Vakacegu -

 

Un résultat plutôt encourageant

 

Un résultat nul, à domicile, pourrait être considéré comme une contre-performance. Celui-ci ne rentre pas dans cette catégorie. Ceci pour plusieurs raisons. La première est due à un remaniement important, de l'effectif et du staff, par rapport à la saison précédente (pack et coach nenouvellé à 50%). La seconde est due à la qualité de l'adversaire qui s'est fixé comme objectif l'accession directe en "Top 14". Il ne faut pas oublier non plus que lors de la saison précédente les stadistes s'étaient inclinés à deux reprises face à ce même adversaire ( 14 à 15 à "Jean-Alric" et 10 à 13 à "Lesdiguières"). Par ailleurs les trombes d'eau qui sont tombés sur Auriilac, quelques minutes avant la rencontre, ont très certainement modifié les plans des entraîneurs. Nous ajouterons un autre élément, qui n'a pas joué en faveur des locaux, c'est celui de l'arbitrage. Monsieur Blondel nous a semblé plus complaisant avec les Isérois qu'avec les Cantaliens. Tout cela fait effectivement beaucoup.
Le jeune pack Cantalien a tenu tête à un adversaire plus expérimenté. Très présent dans les "rucks" il a démontré des valeurs de combat, de dynamisme, d'envie et d'abnégation qui ont surpris beaucoup de monde. En seconde période il s'est même permis de bousculer l'adversaire en le mettant à la faute à plusieurs reprises. Il faut bien l'avouer, avant la rencontre, quelques inquiètudes étaient perceptibles chez les supporteurs, mais aussi au niveau du staff et certainement chez les joueurs. Si tout le monde est un peu plus rassuré, dans ce domaine, il va falloir renouveller ces performances à chacune des rencontres. Comme nous l'avons déjà dit ce championnat est long, difficile et de plus en plus relevé.
Si nous devions parler de ce qui a le moins bien fonctionné, nous dirions que le jeu au pied n'a pas permis d'occuper le terrain et de jouer plus souvent chez l'adversaire. La saison est longue et nul doute que les entraîneurs vont se pencher sur les points faibles. Cette équipe est jeune et perfectible ce qui est plutôt encourageant. Samedi prochain à Narbonne il faudra jouer avec le même état d' esprit en essayant de corriger les quelques erreurs et points faibles.