Bookmaker Bet365.com Bonus The best odds.

 

CODA.

Le bal ‘‘Trad. ’’ par son répertoire et son public varié qui ‘‘s’éclate’’ nous replonge au début du vingtième siècle.

Le thé dansant se rapproche du bal à papa avec, son folklore, son musette, son typique, le madison sa touche de modernité et sa clientèle d’adultes mûrs et sérieux.   

La gaîté franchouillarde du passé ne semble plus être de mise, mais le bonheur est bien présent.

La jeunesse renoue avec les grands rassemblements en plein air : les ‘‘Rave parties’’. Un mot de passe (L’art Key, Z.A.C. l’art Noryeva) propagé par le téléphone arabe, dévoile le lieu des festivités, tout comme dans les bals clandestins de la deuxième guerre mondiale.

Sur un arrière-fond d’alcool fort, de drogue dure, de rayons laser envoûtants, les ‘‘ravers’’ s’agitent sur des musiques Techno, House, Zouk, Raï, RnB, Hip-hop, Rap… diffusées par une sono surpuissante de 4 à 6 mille watts. Le DJ, ‘‘starisé’’ par ce public, s’agite comme un shaker, déclenchant une véritable hystérie collective.  

Les vrais musiciens, ceux qui jouent en live, sont absents de ces podiums et ne s’extasient pas devant de telles prestations, mais !

Qu’est-ce qu’on attend pour faire la fête ?

Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ?